4
Déc/17
0

Buenos Aires – L’enfilade de parcs de l’avenida del Libertador: une pléthore de monuments (1re partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 17e d’une série de reportages sur notre superbe odyssée à Buenos Aires en Argentine, un périple réalisé à la fin de l’hiver 2016!

Général Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires, Argentine, jeudi 3 mars 2016 - Notre matinée a été riche en découvertes au cœur du quartier Recoleta : tout d’abord, le magnifique parc devant le célèbre cimetière, puis des monuments, un gigantesque « gomero », une très belle église, la Basílica Nuestra Señora del Pilar… et surtout l’époustouflant Cementerio de la Recoleta!

Après un agréable dîner dans un « pub » du Buenos Aires Design, nous voici à sauter d’un monument à l’autre sur une enfilade de superbes plazas sur l’avenida del Libertador. Nous passons ainsi de la plaza Intendente Alvear,, à la plaza Francia, puis à la plaza San Martín de Tours, à la plaza Juan XXIII, à la plaza Ramón Carcano, à la plaza Dante, à la plaza Rubén Darío et finalement à la plaza Mitre!

Photo ci-dessus : Une statue équestre que nous connaissions bien, Céline et moi, et ce, avant même de la retrouver à Buenos Aires. Il s’agit d’une sculpture représentant le général Carlos María de Alvear… une œuvre du sculpteur français Antoine Bourdelle que nous avons eu la chance d’admirer au musée Bourdelle de Paris en 2013!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Nous sortons à 13 heures du cimetière de la Recoleta… Nous avons faim. Notre programme prévoit justement un dîner sur une terrasse du Buenos Aires Design… un centre commercial dédié au design situé tout près!

Avant d’y entrer, nous nous retrouvons devant une station de vélo en libre-service. Le « bixi » de Buenos Aires qui se nomme ici Bici Itaú. Ce programme a été institué en 2013 par la ville de Buenos Aires pour promouvoir le vélo comme moyen de transport durable et de loisirs.

Buenos Aires Design, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires Design, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Comme dans pratiquement toutes les grandes villes du monde, Buenos Aires a ses vélos libre-service. Leur système « Bixi » se nomme « Bici Itaú ».

Le programme Bici Itaú ne semble toutefois pas être très populaire. Pour l’heure, il compte sur une flotte de… 40 bicyclettes! Et elles sont toutes ou presque bien rangées dans la station de Buenos Aires Design… la seule en opération dans la ville!

Buenos Aires Design, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires Design, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : « Buenos Aires Design »… un centre commercial dédié au design!

Nous entrons dans le petit centre commercial et nous mettons à la recherche d’un restaurant. Il y a très peu de commerces ouverts. Nous nous installons à l’intérieur du restaurant Down Town Matias, The Irish Pub… sa terrasse étant fermée! Pourtant, il fait merveilleusement beau.

Bien que le restaurant Down Town Matias existe à Buenos Aires depuis 1973, celui du quartier de la Recoleta n’a ouvert ses portes qu’en 2006. Dans son style, la chaîne de restaurants et de bars est aujourd’hui une des plus importantes en Amérique du Sud.

Nous prenons deux plats différents de poulet. Céline accompagne son repas d’un verre de vin blanc Sauvignon, tandis que j’opte pour une bière.

Ce sont encore de très grosses assiettes… savamment apprêtées toutefois. C’est délicieux (480 pesos argentins).

La Plaza Intendente Alvear
Nous quittons le « pub » un peu passé 14 heures et nous prenons la direction de la Plaza Intendente Alvear. En route, nous passons devant la statue d’un homme nu dans le plus pur style des statues grecques de l’Antiquité! La sculpture s’intitule « L’homme parlant »!

Plaza Intendente Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : « L’homme parlant », une statue en bronze, est une œuvre du sculpteur français Léon-Ernest Drivier (1878-1951) qui l’a réalisée en 1928. Elle symbolise un locuteur qui lève le bras droit dans l’intention de prendre la parole pour exprimer sa position.

Tout près, il y a un majestueux monument au centre. Il a été construit en hommage au premier maire de la ville de Buenos Aires, Torcuato María de Alvear, qui fut aux commandes de la ville de 1880 à 1887. C’est ici que nous nous sommes arrêtés ce matin, avant de nous rendre à la Basílica Nuestra Señora del Pilar.

Le monument se compose principalement d’une colonne de style dorique, en marbre de Carrare, qui se termine par une statue ailée représentant « la gloire ». Dans le tiers inférieur de la colonne, sur la tige, se trouve le buste du maire Torcuato de Alvear, couronné d’une palme de fleurs.

Plaza Ramón J. Cárcano, Quartier Recoleta, Buenos Aires, Argentine

Plaza Ramón J. Cárcano, Quartier Recoleta, Buenos Aires, Argentine

Plaza Ramón J. Cárcano, Quartier Recoleta, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le monument à l’intendant Torcuato María de Alvear est l’œuvre de A. Jons et de Juan Lauer. Il a été inauguré en 1900.

L’imposant monument à Carlos María de Alvear
De l’autre côté de la rue, dans un autre petit parc, il y a un monument immense surmonté d’une statue équestre. Nous traversons.

Il s’agit d’un monument érigé en hommage au général Carlos María de Alvear (1789-1852), un militaire et homme politique argentin. Il est le père de Torcuato de Alvear, le premier maire de la ville, dont nous venons de voir la colonne, et le grand-père de Marcelo Torcuato de Alvear qui fut président de la République argentine entre 1922 et 1928!

Monument Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Général Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : L’ensemble du monument au Général Alvear est composé d’un socle de granit de 14 mètres de hauteur. Il est entouré de 4 allégories mesurant chacune 3,72 mètres, et le tout est dominé par une statue équestre du général. Le monument est haut de près de 20 mètres.

La statue équestre et les autres sculptures qui prennent place sur le monument de Carlos María de Alvear sont des œuvres du sculpteur français Antoine Bourdelle… qui a mis dix ans à les compléter.

Bourdelle avait reçu la commande de ce monument en 1913… peu de temps avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Au final, le monument ne fut livré à Buenos Aires qu’en 1926.

Monument Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Monument Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Monument Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Monument Carlos María de Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le monument, qui prend place à cet endroit depuis 1926, est installé sur un immense piédestal de granit rose poli. De plus, il y a quatre énormes statues autour représentant les allégories de la Liberté, de l’Éloquence, de la Victoire et de la Force.

Nous avons déjà eu la chance d’admirer la statue équestre et celles des allégories à Paris, en 2013, lors de notre visite du Musée Bourdelle!

Musée Bourdelle, Paris, France

Musée Bourdelle, Paris, France

Photos ci-dessus : Lors de notre passage au Musée Bourdelle à Paris en 2013, nous avons eu l’occasion d’admirer un plus petit format de la statue équestre de Carlos María de Alvear réalisé par Antoine Bourdelle.

Plaza Intendente Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : De la terrasse du monument Carlos María de Alvear, nous avons une vue magnifique sur la « Plaza Intendente Alvear », là où se trouve la statue de « L’homme parlant ».

Nous revenons sur l’avenida Pueyrredón… et nous traversons le « Jardin Bourdelle ».

Plaza Intendente Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Nous nous arrêtons quelques secondes devant cette œuvre particulièrement colorée.

Plaza Intendente Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : On dirait bien une église au loin… Ce fut un temps un monastère des pères récollets, mais depuis 1980 le bel édifice arbitre le « Centre Culturel Recoleta », qui jouxte le centre commercial Buenos Aires Design.

Plaza Intendente Alvear, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Buenos Aires est le paradis des palmiers.

La Plaza Dante
Nous sommes maintenant à l’intersection des avenidas Del Libertador, Figueroa Alcorta et Pueyrredón, là où prend place la toute petite plaza Dante. Elle a été baptisée ainsi en 1963… pour le 700e anniversaire de la naissance du poète Dante Alighieri!

Mais sa taille de ce petit parc n’enlève rien à sa beauté. Il est très bien aménagé, il y a des arbres géants… et tout près de nous une formidable sculpture d’Héraclès, une autre statue que nous avons également déjà vue par le passé.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une statue présente à Buenos Aires que nous avons eu l’occasion d’admirer à Paris, deux fois même. Une première au Musée Bourdelle, puis à une autre occasion au Musée d’Orsay… Il s’agit de l’Héraklès archer, une œuvre que le célèbre sculpteur français Antoine Bourdelle a réalisée en 1909.

Il y a aussi un monument érigé à l’honneur de José Figueroa Alcorta (1860-1931). Il était avocat, en plus de s’être impliqué comme homme politique argentin. Il a, entre autres, été président de l’Argentine et par la suite président de la Cour suprême de justice de la nation argentine, et ce, de 1915 jusqu’à sa mort, en 1931.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La statue de José Figueroa Alcorta est une œuvre du sculpteur argentin Juan Carlos Ferraro (1917-2004). Elle est stylisée, affichant l’autorité du personnage.

Tout près, il y a une fontaine… qui malheureusement, pour le moment, ne fonctionne pas, mais elle est magnifique. Il s’agit de la « Fontaine de Las Tarascas » et elle a été donnée à la ville de Buenos Aires par l’État mexicain de Michoacan en 1998.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : La sculpture de la fontaine de Las Tarascas montre trois femmes, à genoux et torse nu, qui tiennent avec leur bras un grand panier contenant des avocats, du maïs et des pommes, la céréale et les fruits les plus typiques des régions mexicaines. Il s’agit d’une réplique de l’œuvre du sculpteur et artiste mexicain José de los Santos Sánchez Martínez.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La plaza Dante est décorée de plusieurs très beaux lampadaires.

Nous poursuivons et apercevons une autre sculpture d’Antoine Bourdelle. Il s’agit du « Centaure mourant ».

Nos recherches visant la rédaction de ce texte nous apprennent, à notre grande surprise, que cette sculpture que nous avons également admirée au Musée Bourdelle de Paris est une œuvre commandée par la ville de Buenos Aires!

En 1911, le maire de la ville de Buenos Aires, Jorge Lavalle Cobo, un grand amateur d’art, a aperçu une petite étude de Centaure lors d’une visite à l’atelier de Bourdelle à Paris. Quelques mois plus tard, en juillet 1912, il passa la commande. Mais le déclenchement de la guerre retarda la fonte du bronze. L’œuvre fut acheminée en Argentine en 1916 et placée exactement là où nous la voyons actuellement.

Le public parisien, quant à lui, ne découvrit cette sculpture qu’en 1925, lors de la présentation d’une autre édition en bronze au « Salon des Tuileries »!

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : « Le Centaure mourant », une œuvre réalisée par Antoine Bourdelle entre 1911 et 1914 et acheminée à Buenos Aires en 1916.

Nous arrivons à une des extrémités du parc. Il y a de grosses fleurs artificielles. Ce sont de gros coquelicots, certains sont rouges, d’autres multicolores… Il y a une affiche où l’on peut lire Flower by Kenzo… el poder de una flor. Il s’agit certainement d’une publicité pour le parfum du même nom.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Un beau montage de coquelicots.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Deux jeunes femmes demandent à Céline de les photographier… dans les fleurs. J’en profite pour le faire également.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Et elles nous rendent la pareille.

À un jet de pierre de nous, il y a un grand arbre aux fleurs magnifiques.

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Plaza Dante, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Un arbre aux belles fleurs.

À suivre…
Poursuite de notre balade de place en place sur l’avenida del Libertador

Monument du centenaire de la Révolution de mai, plaza Francia, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Ce monument de marbre et de granit présente, entre autres, une des scènes de la Révolution française, la prise de la Bastille, qui s’apparente à l’arrivée du premier gouvernement libre de l’Argentine le 25 mai 1810.

Pour lire nos textes précédents sur Buenos Aires, cliquez sur les liens suivants :

1er texte: En route pour Buenos Aires en Argentine!

2e texte: Buenos Aires : plaza de Mayo, Casa Rosada... et de beaux monuments!

3e texte: La Catedral Metropolitana de Buenos Aires… un véritable musée!

4e texte: Les musées du Cabildo et du bicentenaire de l’indépendance argentine!

5e texte: La Galería General Güemes et les Galerías Pacífico!

6e texte: De l’art résolument moderne au Centro cultural Borges!

7e texte: Fascinante « flânerie » sur la calle Florida de Buenos Aires!

8e texte: Buenos Aires : première incursion dans le mythique quartier San Telmo!

9e texte: Les Porteños manifestent… la Basílica de Nuestra Señora de la Merced!

10e texte: Café Tortoni, église San-Ignacio... et place des héros des Malouines!

11e texte: L’Avenida 9 de julio et la plaza del Congreso… Wow!

12e texte: Plaza Houssay, faculté de Médecine de l’Université et Palacio de Aguas Corrientes!

13e texte: Le magnifique parc de la Plaza Lavalle et le superbe Teatro Colón!

14e texte: La synagogue, l’Obélisque de Buenos Aires… et le magnifique Palacio Barolo!

15e texte: Gomero, monuments et église superbe: la Basílica Nuestra Señora del Pilar!

16e texte: Buenos Aires : le cimetière de la Recoleta. Wow!

Bibliographie

Atlas en fiches, Buenos Aires, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Buenos Aires, Guides Gallimard, 2014;

Buenos Aires, Le petit futé, 2014, 360 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Argentine, Buenos Aires, Plaza de Mayo, Casa Rosada, et plusieurs autres pages;

Escale à Buenos Aires, Ulysse, 2014, 176 pages.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant