14
Nov/17
0

Buenos Aires : première incursion dans le mythique quartier San Telmo!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 8e d’une série de reportages sur notre superbe odyssée à Buenos Aires en Argentine, un périple réalisé à la fin de l’hiver 2016!

Barrio San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires, Argentine, lundi 29 février 2016 - Après de belles visites sur la calle Florida, nous prenons maintenant la direction du quartier San Telmo, le barrio le plus ancien et certes le plus typiquement « portègne » de Buenos Aires.

Le nom du quartier provient de San Pedro González Telmo, le saint protecteur des marins, et ce parce qu’au XVIIe siècle, les marins y vivaient.

Depuis la fin des années 1990, c’est un quartier qui s’embourgeoise… tout en conservant ses racines profondément ancrées dans la culture argentine, comme la foire du dimanche sur la calle Defensa et le tango!

Au programme de cette première visite, nous voulions visiter la Basílica Nuestra Señora del Rosario, mais à notre arrivée, elle fermait. Nous avons tout de même pu admirer le magnifique monument hommage à Manuel Belgrano qui se dresse devant l’entrée de la basilique.

Puis, notre balade sur la calle Defensa nous a menés à la statue de Mafalda, au pasaje de San Lorenzo, où prend place la Casa minima, la maison la plus étroite de toute la capitale argentine, et au pasaje Giuffra où de magnifiques murales n’attendaient que nous.

Finalement, nous revenons sur nos pas en direction du subte, empruntant l’avenida Paseo Colón… où nous nous arrêtons pour admirer le très impressionnant monument Canto al trabajo!

Photo ci-dessus : Une magnifique murale nous souhaite la bienvenue dans le quartier San Telmo.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Après notre belle « flânerie » sur la calle Florida dans le quartier Monserrat, nous empruntons l’avenida Belgrano pour atteindre la calle Defensa où prend place la Basílica Nuestra Señora del Rosario et le Convento de Santo Domingo, lieux de nos prochaines visites.

Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La « Basílica de Nuestra Señora del Rosario » est une église catholique située dans le quartier San Telmo. Elle a été construite entre 1751 et 1773.

Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une banderole nous indique que nous sommes bien au bon endroit, c’est-à-dire à la « Basílica de Nuestra Señora del Rosario ».

Sur le parvis de la basilique, un impressionnant monument entouré d’une belle clôture de fer forgé prend place.

L’immense monument est le mausolée du général Manuel Belgrano (1770-1820), un des artisans de l’indépendance sud-américaine et créateur du drapeau argentin, comme nous l’avons vu sur la Plaza de Mayo.

Nous nous dirigeons vers le portique d’entrée de l’église où une personne nous intercepte en nous mentionnant, assez rudement, que nous ne pouvons pas entrer, car l’église ferme à 16 heures… et qu’il est 16 heures.

Il nous informe toutefois que l’église est ouverte de 7 à 16 heures tous les jours. Nous reviendrons, c’est certain.

Mais, pour l’heure, nous nous attardons au mausolée du général Belgrano.

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le monument constituant le mausolée du général Manuel Belgrano est haut de près de neuf mètres et est soutenu par une base en marbre de carrare.

Le général Belgrano est mort, dans la pauvreté et l’oubli, le 20 juin 1820. Il fut enterré dans l’église du Convento de Santo Domingo sous une simple dalle mentionnant « Ici se trouve la dépouille du général Belgrano »!

Ce n’est qu’en 1895 qu’un groupe d’étudiants lance l’idée d’ériger un mausolée à sa mémoire.

Après une collecte publique qui a permis d’amasser une somme de plus de 100 000 pesos, un montant considérable à l’époque, la construction de l’œuvre est confiée au sculpteur italien Ettore Ximenes (1855-1926). L’œuvre terminée est inaugurée le 20 juin 1903, durant la présidence du général Julio Argentino Roca.

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le mausolée du général Manuel Belgrano est magnifiquement décoré.

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un des bas reliefs du monument évoque la création du drapeau argentin, une des réalisations du général Belgrano.

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Mausolée du général Belgrano, Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Au bas des marches du mausolée ont été placées, au fil du temps, diverses plaques commémoratives remises par différentes institutions ayant honoré le général.

Basílica Nuestra Señora del Rosario, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : En quittant la « Basílica de Nuestra Señora del Rosario », de la calle Defensa, nous avons une belle vue sur un des clochers de l’église.

Une statue de Mafalda
Nous continuons notre promenade sur la calle Defensa.

Nous marchons jusqu’à la calle Chile et arrivons sur le paseo de la Historieta pour voir la statue rendant hommage à Mafalda, l’héroïne du dessinateur Quino. 

Mafalda, qui a été très populaire au Québec, était une fillette de bande dessinée qui portait un regard plein de malice sur la société et la politique internationale, et ce, entre 1964 et 1973.

Mafalda et compagnie, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Les statues, puisqu’il y en a trois, sont situées face à l’immeuble où « Quino » a créé le personnage de Mafalda en 1964. Quino, de son vrai nom Joaquin Salvador Lavado, était d’ailleurs présent en mai 2009 pour l’inauguration. Il avait alors 77 ans.

Personnages de Quino, Buenos Aires, Argentine

Personnages de Quino, Buenos Aires, Argentine

Personnages de Quino, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Les trois statues sont des œuvres du sculpteur Pablo Irrgang, un artiste né à Buenos Aires en 1964. Il a représenté Mafalda assise sur un banc en robe verte, les mains sur les genoux, comme si elle posait. Elle est entourée de ses amis « Susanita », une gamine se voulant indépendante, mais totalement soumise à son futur mari et à ses futurs enfants et « Manolito », le garçon le plus capitaliste de toute l’Argentine!

Tout près il y a un petit magasin, style dépanneur, où nous achetons une bouteille d’eau… et un bel aimant à réfrigérateur représentant Mafalda (40 pesos argentins).

Mafalda de Quino, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le petit aimants à réfrigérateur de Mafalda que nous avons acheté.

Nous nous installons à une table sur la terrasse et buvons notre eau en admirant une belle murale.

Paseo de la Historieta, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Superbe murale sise tout près des statues de Mafalda et de ses amies.

La Casa Minima
Rafraîchis, nous continuons notre balade et nous arrivons au pasaje San Lorenzo sur lequel nous nous engageons.

Même s’il y a de belles murales, nous nous rendons tout d’abord au numéro 380 où prend place la Casa Minima, la maison la pus étroite de Buenos Aires, elle fait 2,2 mètres de largeur.

Casa Minima, Pasaje San Lorenzo, Buenos Aires, Argentine

Casa Minima, Pasaje San Lorenzo, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Une maison particulièrement étroite… la « Casa Minima ».

Nous revenons sur la calle Defensa et continuons nos recherches d’un autre « passage », le pasaje Giuffra, qui lui devrait nous mener à la plaza Coronel où nous pourrons admirer un autre monument.

Il y a de nombreuses murales sur notre trajet.

San Telmo, Buenos Aires, Argentine

San Telmo, Buenos Aires, Argentine
Photos ci-dessus : Deux murales que nous croisons avant d’arriver au « pasaje Giuffra ».

Et nous voilà maintenant sur le pasaje Giuffra, une rue pavée de pierres. Il y a plusieurs superbes murales!

Pasaje Giuffra, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Pasaje Giuffra, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Pasaje Giuffra, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Pasaje Giuffra, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Pasaje Giuffra, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Dans le quartier San Telmo, l’art s’affiche sur les façades des maisons.

Le passage Giuffra nous amène à la Plazoleta Dr César M. Polledo, un ingénieur dont le buste décore la place. Polledo a été le fondateur et le président de la Chambre de Construction de l’Argentine, et ce, pendant quatre décennies.

Plazoleta Dr. César M. Polledo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le buste de l’ingénieur César M. Polledo (1902-1978) est l’œuvre du sculpteur Pascual Buigues (1897-1980). Le buste de Polledo qu’il a réalisé en 1978 a été inauguré en 1989.

Monumento Canto al Trabajo
Nous traversons l’avenida Independencia pour arriver devant un autre très grand monument.

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le gigantesque « Monumento Canto al Trabajo » a été réalisé par le grand sculpteur argentin Rogelio Yrurtia (1879-1950).

Le Monumento Canto al Trabajo est un des bronzes les plus remarquables de la sculpture argentine. Il a été inauguré en 1907. Il est situé sur la Plazoleta Coronel Manuel de Olazábal.

Il se compose de 14 figures de bronze qui, groupées, semblent traîner une pierre gigantesque.

Lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous avons appris que : « Le monument exprime allégoriquement le sens libérateur de l’effort au travail et, aussi, la dignité des femmes dans la vie de l’homme comme support, énergie et espoir dans la lutte commune ». (www.buenosaires.travel)

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Monumento Canto al Trabajo, San Telmo, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le « Monumento Canto al Trabajo » est un groupe sculptural composé de 14 travailleurs qui traînent une grosse pierre.

Le monument fait face à un édifice néo-classique majestueux la Facultad de Ingeniería.

Nous arrêtons ici notre programme de visites pour aujourd’hui.

Nous continuons sur le Paseo Colón vers le nord jusqu’à la plaza de Mayo et nous prenons le métro à la station Catedral.

Il y a foule sur le paseo… tout comme dans le métro. C’est l’heure de pointe. Nous sommes tassés comme des sardines.

Nous descendons, comme hier, à la station Scalabrini-Ortiz et nous nous rendons directement au petit magasin Dia Argentina, un genre de dépanneur.

Il y a une longue file de gens qui attendent pour passer à la caisse.

Nous payons finalement (117 pesos argentins) et revenons à l’appartement épuisés. Il est 18 h 15.

Nous prenons un souper léger vers 20 h 15… heureux de notre deuxième journée de visites à Buenos Aires.

À suivre…
Retour dans les environs de la Casa Rosada pour la poursuite de notre découverte du quartier Microcentro.

Plaza de Mayo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Ce matin, les « Porteños » manifestent dans les rues de Buenos Aires.

Pour lire nos textes précédents sur Buenos Aires, cliquez sur les liens suivants :

1er texte: En route pour Buenos Aires en Argentine!

2e texte: Buenos Aires : plaza de Mayo, Casa Rosada... et de beaux monuments!

3e texte: La Catedral Metropolitana de Buenos Aires… un véritable musée!

4e texte: Les musées du Cabildo et du bicentenaire de l’indépendance argentine!

5e texte: La Galería General Güemes et les Galerías Pacífico!

6e texte: De l’art résolument moderne au Centro cultural Borges!

7e texte: Fascinante « flânerie » sur la calle Florida de Buenos Aires!

Bibliographie

Atlas en fiches, Buenos Aires, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Buenos Aires, Guides Gallimard, 2014;

Buenos Aires, Le petit futé, 2014, 360 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Argentine, Buenos Aires, Plaza de Mayo, Casa Rosada, et plusieurs autres pages;

Escale à Buenos Aires, Ulysse, 2014, 176 pages.

Remplis sous: Nouvelles Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant