15
Jan/17
1

La Nouvelle-Zélande : premier contact avec la culture maori!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 2e d’une longue série de reportages relatifs à un passionnant périple en Nouvelle-Zélande et en Australie, voyage que nous avons réalisé au début de l’hiver 2017!

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland, Nouvelle-Zélande, dimanche 15 janvier 2017 - Nous sommes partis de Montréal le vendredi 13 janvier et avons foulé le sol d’Auckland en Nouvelle-Zélande ce matin, un peu avant six heures. Depuis, nous avons grimpé au sommet d’un ancien volcan et au haut de la Sky Tower… deux endroits d’où nous avons admiré la plus grande ville du pays.

Nous poursuivons nos visites en nous rendant au « Musée d’Auckland et son mémorial de la guerre » où nous nous intéresserons plutôt à l’histoire du peuple maori… les Polynésiens autochtones de la Nouvelle-Zélande. Ce sera notre premier contact avec cette culture qui nous accompagnera tout au long de nos neuf jours au pays des Kiwis.

Photo ci-dessus : Une marae, c’est-à-dire une maison sacrée chez le peuple maori. C’est l’emplacement des rassemblements, une grande maison de réunion en bois sculpté.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Après avoir observé la ville d’Auckland du haut de la Sky Tower, nous reprenons l’autocar et nous filons vers le « Musée d’Auckland et son mémorial de la guerre », le Auckland War Memorial Museum en anglais.

« C’est un musée qui présente l’histoire de la Nouvelle-Zélande, particulièrement les événements historiques ayant trait à la région d’Auckland », nous indique notre guide en Nouvelle-Zélande, Linda.

« Nous allons surtout nous attarder à l’histoire des Maoris. Il s’agit du plus important musée du pays traitant de l’histoire de ce peuple. »

« Cette institution muséale a été créée en 1929 », nous précise notre guide. « Toutefois, elle n’occupe l’édifice actuel que depuis 1960. Vous verrez, c’est un impressionnant bâtiment néoclassique. »

En autocar, nous traversons les plus vieux quartiers de la ville.

Nous passons devant le palais de Justice, le High Court Building, un bâtiment qui se veut un château de Warwick en miniature, puis devant des bâtiments universitaires, quelques églises et un immense cimetière abritant des tombes de différentes confessions religieuses.

Nous arrivons à The Auckland Domain, le plus vieux parc d’Auckland, un des plus grands de la ville. Le musée prend place dans ce parc… où la végétation est dense. Nous constatons qu’il y a plusieurs terrains de sport, dont un grand terrain de cricket.

Avant de descendre de l’autocar, notre guide nous indique que nous serons au musée jusqu’à 12 h 15. « Au terme de notre visite, nous filerons vers le port pour une mini-croisière au cours de laquelle un petit repas nous sera servi. »

Le mémorial des guerres du XXe siècle
Nous descendons du car un peu passé 10 heures.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : L’édifice néoclassique abritant le Auckland War Memorial Museum a été construit sur un tertre d’origine volcanique.

Devant la façade principale du Musée, il y a un monument, en fait un cénotaphe, érigé à la mémoire des Néo-Zélandais morts lors des deux guerres mondiales et lors des autres conflits du XXe siècle.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Devant le cénotaphe des guerres du XXe siècle prend place une belle fontaine avec l’inscription « Lest We Forget ».

Notre guide nous parle brièvement de l’ANZAC et de la bataille de Gallipoli.

« L’ANZAC est un acronyme signifiant Australian and New Zealand Army Corps. Historiquement, il désignait les troupes originaires d’Océanie ayant combattu durant la Première Guerre mondiale. »

« Pour éliminer l’Empire ottoman, partenaire de l’Allemagne, les forces alliées sont chargées de s’emparer d’Istanbul en Turquie. Les soldats de l’ANZAC débarquent donc à Gallipoli en avril 1915… sur un promontoire étroit couronné de fortifications, face à des escarpements quasi infranchissables. Les Turcs déclenchèrent un feu d’enfer et des milliers de soldats néo-zélandais et australiens y perdirent la vie! »

« Depuis, cette défaite est commémorée annuellement le 25 avril, lors du Jour de l’ANZAC. »

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Un canon prend également place devant le musée.

Premier contact avec le peuple maori
Nous entrons et constatons que le prix pour la visite du musée est particulièrement dispendieux… soit 25 $ NZ par personne. Évidemment, notre entrée à nous est incluse dans le prix de notre voyage, mais il est tout de même intéressant de prendre connaissance de cette information.

Le musée occupe les trois étages de l’édifice. Au rez-de-chaussée, on traite des peuples du Pacifique, au premier étage c’est un petit musée d’histoire naturelle, on y parle des terres et des mers et finalement, le troisième étage est réservé à l’histoire des guerres dans lesquelles la Nouvelle-Zélande a été impliquée.

Nous nous rendons directement dans la galerie d’histoire des peuples du Pacifique.

« Le musée abrite une grande collection d’artefacts et de trésors des Maoris provenant des îles du Pacifique. »

Lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, l’encyclopédie libre Wikipédia nous a appris que : « Le siècle d’arrivée des premiers colons en Nouvelle-Zélande n’est pas connu avec certitude. Certains auteurs parlent d’une arrivée entre le milieu et la fin du Ier millénaire après J.-C. La majorité des ethnologues penche désormais pour une installation entre 1000 et 1100 après J.-C. ».

Notre guide mentionne : « Ils provenaient de la Polynésie de l’Est, probablement de Tahiti et de ses environs. »

« La population étant devenue trop importante sur leur île, les Polynésiens ont dû explorer ailleurs, dont en Nouvelle-Zélande au XIe siècle. »

« Les premiers Maoris à arriver en Nouvelle-Zélande nommèrent le pays Aotearoa, ce qui signifie » le pays du long nuage blanc". » »

Wikipédia nous propose l’explication suivante pour ce nom : « Une explication possible de ce nom nous provient des marins. Le premier signe d’une terre émergée pour un bateau est en effet souvent la masse de nuages présente au-dessus de l’île. Les chaînes de montagnes de Nouvelle-Zélande sont plus étendues et plus hautes que n’importe où dans le Pacifique Sud, et sont donc particulièrement propices à la formation de fronts nuageux stationnaires. La vue de ces nuages à travers l’une ou l’autre des deux îles principales du pays aurait pu alors facilement mener à ce nom. »

Nous voyons un grand bateau, tout en bois, arborant une simple voile en toile.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Le « vaka tapu », une embarcation construite pour Te Ariki Taumako, le grand chef de la tribu de Tikopia.

Il y a une vitrine avec des armes d’époque, une autre avec des bijoux confectionnés avec des os d’animaux.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Des statues en bois.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Une œuvre d’art… nettement inspiré par une chaîne de « fast food » américaine.

Nous arrivons devant un autre bateau, très très long celui-ci. Il s’agit d’une pirogue datant de 1836. Elle a servi pour faire la guerre. Elle pouvait contenir 80 guerriers.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : « Les bateaux de bois pouvaient être longs de 23 à 30 mètres… Ils étaient construits dans un seul tronc d’arbre ».

Nous voyons bien les motifs sculptés dans le bois. « Ils représentent leurs ancêtres qui devaient les accompagner durant le périple », nous précise Linda.

Les Maoris étaient des maîtres sculpteurs… Tout est ovale… « comme dans la nature », lance notre guide.

« De nombreux Européens ont demandé aux Maoris de sculpter des objets, même des articles que ces derniers n’utilisaient pas, comme des pipes! C’est pourquoi il y a des œuvres réalisées par des Maoris qui se retrouvent un peu partout dans le monde. »

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Il y a beaucoup de sculptures comme celles-ci.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Et comme celle-ci.

« Lorsque les Européens ont découvert la Nouvelle-Zélande, il y avait quelque 120 000 Maoris. À la fin du XIXe siècle, il n’était plus que 40 000. »

« Aujourd’hui, nous indique Linda, qui est mariée avec un kiwi, il n’y a plus de Maoris pur sang. »

Dans des vitrines nous voyons des tapis, des vêtements, tous faits à la main avec différentes fibres.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Un guerrier maori et son arme… qui est en néphrite, une pierre qui ressemble à du jade.

« Demain, nous mentionne Linda, nous aurons l’occasion de parler longuement de cette arme. »

Comme nous pouvons le voir sur le visage du guerrier, les Maoris ont des tatouages sur leur visage. « Ils représentent leurs ancêtres. »

« Les hommes ont un tatouage complet sur le visage, un moko, tandis que les femmes en ont seulement sur le menton. »

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Une autre belle sculpture.

« Les Maoris auraient quitté Taiwan pour se diriger et s’installer dans les îles polynésiennes il y a 5 ou 6 000 ans! »

« C’est en 1642 que les premiers Européens sont venus en Nouvelle-Zélande. Ils étaient sous le commandement du naviageur et explorateur hollandais, Abel Tasman (1603-1659). »

Nous arrivons dans une pièce où il y a une maison communale… une marae, la maison sacrée du peuple maori, l’emplacement des rassemblements.

Il s’agit d’une grande maison de réunion toute en bois sculpté. Elle a été construite en 1878 à Thames.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Une marae, une grande maison de réunion toute en bois sculpté.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Voici un exemple de sculptures que nous retrouvons sur la maison.

« Elle représente le capitaine de la pirogue », nous indique Linda. « C’est lui que nous apercevons sur le pignon central. Plus bas, il y a une sculpture du chef qui a son pied sur son fils qui lui succédera. »

Puis, il y a une autre maison. Celle-ci se nomme Hotunui.

« La maison représente le cœur de Hotunui, un endroit de sécurité. Les terrains autour sont sacrés. Il n’y a jamais de bataille sur ces terrains. »

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : La maison nommée Hotunui.

Nous y entrons… après avoir enlevé nos chaussures.

Il y a tout plein de sculptures sur les murs, de belles couleurs et des panneaux de treillis de bois tressés à la main.

Nous voyons d’ailleurs, des gens qui sont à restaurer quelques-uns de ces panneaux, des Tukutuku panelling.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : La décoration intérieure de l’Hotunui est superbe.

Il y a toute une vitrine d’articles de pêche, « une activité essentielle pour les Maoris », ajoute notre guide.

Nous voyons une maquette reconstituant un village maori « Pà tauira ».

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Une superbe maquette.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : Il y a d’autres beaux bateaux.

Nous montons à l’étage où l’exposition a trait à l’histoire naturelle… la terre et les mers!

On y parle de l’époque du Gondwana, c’est-à-dire le super continent qui présentait la Nouvelle-Zélande rattachée à l’Australie, à l’Afrique et à l’Inde… il y a des millions d’années, au temps des dinosaures.

Nous voyons des squelettes de dinosaures.

Il y a une reconstitution du Moa, le plus grand oiseau du monde.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Puis, nous voyons notre premier kiwi, l’oiseau qui ne vole pas.

« Il y a des grands et des petits kiwis », nous indique Linda.

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photos ci-dessus : D’autres oiseaux.

Nous montons un autre étage et arrivons dans une grande salle où est exposé un avion de guerre : un Spitfire. « De nombreux Néo-Zélandais ont piloté des Spitfires pendant la guerre. »

« Le pilote de celui-ci a survécu, nous dit notre guide, il est même venu au musée à l’âge de 90 ans pour revoir son appareil. »

Auckland War Memorial Museum, Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Un Spitfire!

La visite se termine ici… mais la guide continue à entrer dans d’autres salles!

Elle est vraiment une passionnée de son pays... d'adoption.

Nous ne la suivons plus. Nous nous rendons à la boutique et achetons une magnifique carte postale de l’édifice du musée.

Nous sortons. C’est venteux et nuageux, mais il ne pleut pas… Toutefois, une constatation s’impose… il ne fera pas chaud à bord du bateau.

Nous grimpons dans la car à 12 h 10 qui démarre moins de dix minutes plus tard.

Nous croisons une église anglicane en bois, la cathédrale, des galeries d’art, la maison du premier évêque anglican, etc. Il y a de belles terrasses de restaurants.

À suivre…
Petite croisière dans la baie d’Auckland et installation à l’hôtel!

Auckland, Nouvelle-Zélande

Photo ci-dessus : Durant notre petite croisière sur la baie d’Auckland… la Sky Tower est omniprésente à notre regard.

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour,

    au sujet du Musée d’Auckland, la dernière photo, celle d’un des deux avions de la Seconde Guerre Mondiale exposés, n’est pas un Spitfire, mais un chasseur japonais, le Mitsubishi A6M3 Type 0, nom de code Allié « Zeke ».

    Bien cordialement

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant