6
Déc/16
0

Chris Leroux… lanceur à l’année longue !

Les nôtres dans le giron des équipes des Ligues majeures

Texte et recherches de Jacques Lanciault

Chris Leroux

Laval, Québec, le 6 décembre 2016 – La saison morte au baseball est un concept qui n’existe pas pour Chris Leroux ! En effet, le lanceur droitier né à Montréal, mais ayant joué tout son baseball mineur en Ontario, lance à l’année depuis plusieurs saisons.

Après avoir terminé sa saison 2016 avec pas moins de 140 manches au compteur avec les Bisons de Buffalo, le club-école de classe AAA des Blue Jays de Toronto dans la Ligue internationale, Leroux a pris la route du Venezuela pour rejoindre son équipe de l’hiver dernier les Navigantes del Magalanes.

Photo ci-dessus : Après avoir amorcé la saison dans la Ligue d'hiver du Venezuela, voilà que Chris Leroux se retrouve en République dominicaine avec les Leones del Escogido.

Le 9 octobre, il amorçait en force sa saison 2016-2017 avec eux, remportant la victoire à ses deux premières sorties dans la Ligue d’hiver du Venezuela. Au total pour ces deux apparitions au monticule, il a lancé dix manches sans céder le moindre point.

Par la suite, les choses se sont gâtées et Leroux a cédé 14 points en 11 manches. Finalement, son équipe vénézuélienne l’a libéré quelques jours après sa dernière sortie, le 16 novembre.

Après le Venezuela, la République dominicaine
Mais comme toujours, Leroux s’est trouvé du travail ailleurs. Il vient de signer avec les Leones del Escogido de la Ligue de baseball d’hiver de République dominicaine, un circuit où il a évolué en 2013 et 2014.

Leroux devrait prendre place au monticule de sa nouvelle équipe dans les prochains jours et il devrait être avec cette formation jusque la mi-janvier. Par la suite, il se présentera au camp printanier des Blue Jays… avant, fort probablement, de rejoindre l’équipe nationale canadienne afin de participer à la Classique mondiale de baseball 2017.

Dans les valises depuis son plus jeune âge
L’histoire de Leroux dans le baseball professionnel est trépidante. Né à Montréal en 1984, sa famille transporte peu après sa naissance ses pénates à Mississauga en Ontario… où Leroux s’initiera au baseball.

Âgé de 17 ans et doté d’un bras puissant, Leroux est recruté comme receveur avec l’équipe nationale junior canadienne. Parallèlement, il étudie et brille au baseball avec la troupe de l’Université Winthrop de Caroline du Sud.

Un choix des Marlins de la Floride
Lors de la séance de repêchage des joueurs amateurs par les équipes du baseball majeur de 2005, Leroux est réclamé par les Marlins de la Floride, avec qui il signe son premier contrat professionnel quelques semaines plus tard.

Mais une surprise l’attend chez les Marlins. On ne voit pas en lui un receveur, mais bien un lanceur… et c’est à ce titre qu’il amorce sa carrière dans le baseball professionnel.

Avec la troupe de la Floride, il atteint les ligues majeures en 2009, après seulement quatre saisons dans les ligues mineures. Pour lui les saisons 2009 et 2010 seront parsemées de fréquents aller-retour entre les ligues mineures et les Marlins. Dans le dernier droit du calendrier 2010, les Marlins inscrivent toutefois le nom de Leroux au ballottage… et les Pirates de Pittsburgh le réclament.

Dans les majeures avec les Pirates
Il termine la saison 2010 avec les Pirates, mais amorce la saison 2011 dans les ligues mineures. Il est toutefois rappelé en cours de campagne et le 17 juillet, il remporte sa première victoire dans les ligues majeures.

En 2012, il connaît un très bon camp d’entraînement, mais il se blesse sérieusement à la veille du début de la saison. Au terme de trois mois de convalescence, il est invité à retrouver sa forme dans les ligues mineures, avant d’être rappelé tard en saison. Au total, il ne participera qu’à 10 matchs des Pirates, n’œuvrant que durant un peu plus de onze manches.

Au printemps 2013, il connaît de nouveau un solide camp d’entraînement, et ce, après avoir brillé pour l’équipe du Canada lors de la Classique mondiale de baseball. Il amorce la saison avec les Pirates avec qui il connaît deux sorties laborieuses. Si difficile en fait, que dès la mi-avril les Pirates le cédaient à leur club-école AAA d’Indianapolis.

Au Japon et en République dominicaine
Toutefois, Leroux refuse de retourner dans les ligues mineures, devenant du coup agent libre. Il s’entend alors avec les Yakult Swallows de Tokyo de la Ligue de baseball professionnel du Japon où il a exercé son métier jusqu’à ce qu’une blessure à l’épaule l’oblige à revenir en Amérique en juillet. L’équipe nipponne lui signale alors qu’elle n’exercera pas son option pour retenir les services de Leroux pour la saison 2014…

Leroux revient en Amérique et amorce la saison dans la Ligue d’hiver de la République dominicaine où il connaît de beaux succès avec les Leones del Escogido… des succès qui à l’époque n’avaient pas échappé aux recruteurs des Yankees de New York.

De retour aux États-Unis avec les Yankees
Toutefois, son passage avec les Bombardiers du Bronx aura été fort pénible.

Rappelons que lors du camp d’entraînement 2014 des Yankees l’artilleur droitier de 6 pieds 6 pouces et 225 livres a été impeccable. En effet, en neuf sorties en relève dans la Ligue des Pamplemousses, il n’a cédé aucun point en dix manches et deux tiers de travail. Qui plus est, il n’a permis que quatre coups sûrs, n’allouant aucun but sur balles et retirant neuf frappeurs sur des prises !

Toutefois, utilisé comme lanceur partant à sa dernière sortie du camp, Leroux a donné deux points en deux manches de travail, une prestation qui a signifié son renvoi au camp d’entraînement des mineures des Yankees !

Probablement, en raison de cette rétrogradation incompréhensible pour lui, Leroux n’a pas commencé la saison dans les ligues mineures ! Toujours est-il qu’il n’est revenu au jeu que quelques semaines plus tard avec l’équipe de classe AAA des Yankees dans la Ligue internationale, où après un très mauvais premier départ il a tantôt bien fait, tantôt été ordinaire.

Toutefois, les Yankees l’ont rappelé à la fin d’avril… après une première bonne sortie comme releveur, Leroux a été atroce, alors qu’amené au monticule en 14e manche il avait cédé cinq points et encaissé la défaite aux dépens des Rays de Tampa Bay. Une contre-performance qui a fait en sorte que les Yankees l’ont retourné au niveau AAA.

Leroux s’était probablement blessé lors de cette sortie, car il a été placé sur la liste des joueurs blessés des Rail Riders de Scranton/Wilkes-Barre (AAA).

Ce n’est qu’à la fin du mois de juin que Leroux est revenu au jeu, et ce, avec l’équipe des Yankees dans la Ligue des recrues de la Floride, où il a brillé comme lanceur partant étant rappelé très rapidement au niveau AAA dans ce même rôle… où il a été, probablement à la surprise de tous, très brillant.

Si brillant d’ailleurs que les Yankees ont de nouveau rappelé Leroux avec la grande équipe… mais encore une fois comme releveur.

Cela n’a rien changé de toute façon, car Leroux n’a pas lancé dans les Ligues majeures lors de ce rappel. En effet, la même journée où ils rappelaient Leroux de leur club-école de classe AAA, les Bombardiers du Bronx faisaient l’acquisition du lanceur gaucher Chris Capuano des Rockies du Colorado et pour lui faire de la place dans l’alignement, retiraient le nom de Leroux de leur alignement.

De retour en classe AAA, malgré la déception, le Canadien a continué à bien faire.

Puis, pour la troisième fois de la saison, Chris Leroux était rappelé par les Yankees à la mi-août. Mais, tout comme à son rappel précédent, Leroux était retourné au niveau AAA quelques jours plus tard sans avoir lancé.

C’est toutefois avec les Rail Riders que l’affront le moins acceptable, quant à moi, est survenu.

Lors de sa dernière sortie de la saison, dès les premiers frappeurs que Leroux a affrontés, il était évident qu’il ne l’avait pas ! Après avoir accordé un but sur balles au premier frappeur du match, Leroux a gaffé sur un relais au premier but. Puis après avoir cédé un simple, il a vu le coureur volé à ses dépens… et il a permis un ballon-sacrifice. Évidemment, n’ayant accordé qu’un seul point, un gérant peut espérer que son lanceur se replace.

Mais, quand ce dernier accorde quatre points sur trois doubles, un circuit et un but sur balles à sa deuxième manche de travail, normalement, un gérant effectue le changement.

Évidemment, tout dépend de la patience di gérant, mais il m’apparaît qu’attendre après le septième frappeur de la troisième manche, après que l’artilleur en question ait cédé deux simples, un double, un circuit, deux buts sur balles et vu un autre frappeur atteindre les sentiers suite à une erreur, et ce, sans inscrire le moindre retrait, pour le remplacer est, comment dire, un grand manque de respect envers un athlète !

Un court passage avec les Brewers
Évidemment, Leroux n’est pas revenu avec l’organisation des Yankees. Après avoir brillé dans la Ligue de baseball professionnel du Venezuela à l’automne 2015, Leroux signe un contrat des ligues mineures avec l’organisation des Brewers de Milwaukee… qui, lors du camp d’entraînement, ne lui donne pas vraiment sa chance.

Les Brewers cèdent le lanceur canadien à leur équipe de classe AAA, les Sky Sox de Colorado Springs…

Direction les Phillies
En mai 2015, avec des sorties difficiles en relève et comme lanceur partant, Leroux est échangé à l’organisation des Phillies de Philadelphie qui l’assigne avec leur équipe de la Ligue internationale, les Iron Pigs de Lehigh Valley.

Au cours de l’été, avec la permission des Phillies, Leroux joint les rangs de l’équipe nationale du Canada où il brille aidant les siens à remporter la médaille d’or lors des Jeux panaméricains. Au cours de la compétition, l’artilleur droitier lance 12 manches sans céder de point mérité, récoltant 3 victoires.

Leroux termine sa saison à Lehigh Valley… et repart presqu’aussitôt pour le Venezuela où il connaît encore le succès avant de revenir en novembre avec l’équipe du Canada qui participe à la première édition du tournoi « Top 12 ». L’artilleur droitier remporte deux autres victoires avec la troupe de son pays.

Puis, il retourne au Venezuela où il lance jusque tard en janvier 2016… avant de s’amener à Clearwater pour le camp d’entraînement des Phillies où il fait bien… avant de se retrouver de nouveau en classe AAA.

Les Blue Jays, le Venezuela, la République dominicaine...
Mais avant même que la saison ne commence dans les ligues mineures, les Blue Jays mettent la main sur Leroux qui lancera durant toute la saison 2016 avec eux… avant le Venezuela et la République dominicaine !

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant