15
Sep/16
2

Varsovie : la grande place Piłsudski et la Voie royale! (1re partie)

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 53e d’une longue série de reportages relatifs à un fascinant voyage que nous avons réalisé en Pologne à la fin de l’été 2016!

Mémorial du Soldat inconnu, place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Varsovie, Pologne, jeudi 15 septembre 2016 - Après 17 jours à traverser la Pologne du nord au sud et de l’ouest à l’est, nous voilà maintenant au centre du pays, dans la capitale, Varsovie, notre dernier arrêt dans ce magnifique pays. Nous y sommes pour trois jours.

Pour amorcer notre découverte de la ville, nous traversons tout simplement la rue sise devant notre hôtel, le Sofitel Victoria Warsaw, et nous nous retrouvons sur la grande place Piłsudski, elle qui est fermée au nord par un bâtiment moderne érigé de 2001 à 2003 par l’architecte britannique Norman Foster. C’est sur cette place que se trouve la tombe du Soldat inconnu… où nous assistons au changement de la garde.

Puis, nous poursuivons notre promenade en nous rendant sur la Voie royale, un itinéraire touristique où nous pouvons admirer plusieurs résidences des monarques de Pologne, ainsi qu’une foule d’autres bâtiments fort intéressants, dont l’église Sainte-Croix, où se trouve le cœur de Frédéric Chopin, l’Université, qui fêtera ses 200 ans d’existence dans 63 jours (à compter du 15 septembre 2016), le palais présidentiel, etc. Nous n’y marchons que sur une courte partie, car ce trajet s’étire sur plusieurs kilomètres du château royal jusqu’à la résidence d’été de Wilanow.

De fait, nous arpenterons le tronçon allant du monument de Nicolas Copernic jusqu’au Château royal… que nous visitons. Il a été entièrement démoli durant la guerre, et reconstruit par la suite pour y replacer toutes les œuvres d’art qui avaient été remisées en lieu sûr durant la guerre.

Photo ci-dessus : Lieu de mémoire sur la place Piłsudski, le mémorial du Soldat inconnu, un monument visant à honorer la mémoire de tous les Polonais morts au champ de bataille au XXe siècle… pour la liberté de la Pologne!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Nous sortons des bras de Morphée, le dieu des rêves, dès 6 heures ce matin. Nous souhaitons être prêts tôt, car il ne nous reste que trois jours de visites en Pologne, trois jours que nous allons consacrer à la capitale, Varsovie.

Quelque 45 minutes après notre réveil, nous descendons au restaurant de notre hôtel, le Sofitel Victoria Warsaw… où nous prenons un excellent petit déjeuner. Le buffet est très varié et fort bien présenté.

La place Piłsudski
Après une petite promenade devant l’hôtel, nous rejoignons notre groupe de voyageurs et, menés par notre accompagnatrice de Voyages Lambert, Krystyna Wozniak, nous sortons… nous traversons tout simplement la rue pour arriver sur une immense place, la place Piłsudski.

Il fait un temps magnifique, le soleil brille de tous ses feux et il n’y a pas de nuages à l’horizon.

L’encyclopédie libre Wikipédia, que nous consultons dans le but de rédiger ce texte, nous apprend que la place a été nommée ainsi en l’honneur du maréchal Józef Piłsudski qui a contribué à la restauration de l’État polonais après la Première Guerre mondiale. Toutefois, au fil des siècles, cette place a été nommée de plusieurs noms :

la place saxonne (Plac Saski), puisqu’elle était adjacente au palais des rois de Saxe qui a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale;

la place Piłsudski, (Plac Piłsudski) pendant la deuxième République polonaise, soit entre les deux guerres;

la place Adolf Hitler (Adolf Hitler Platz), brièvement, pendant l’occupation allemande de Varsovie durant la Deuxième Guerre mondiale;

la place de la Victoire (plac Zwycięstwa), après 1946, en l’honneur de la victoire de la Pologne et de ses alliés lors de la Seconde Guerre mondiale;

et aujourd’hui, retour au nom de la place Piłsudski depuis les années 1980.

Krystina nous mentionne que « la Place a été le théâtre de nombreux événements historiques ces dernières années. Des invités importants de Varsovie et de la Pologne ont été officiellement accueillis ici. »

« En 1979, le pape Jean-Paul II s’est adressé aux Varsoviens lors d’une messe en plein air célébrée ici lors de sa première visite en Pologne en tant que pape. Le pape Benoît XVI a lui aussi célébré une messe au même endroit le 26 mai 2006. »

Le Metropolitan
Fermant la place devant nous, il y a une très belle bâtisse, le « Metropolitan », un immeuble de bureaux qui a été réalisé entre 2001 et 2003 par l’architecte britannique Norman Foster.

Le « Metropolitan », place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : « Lepetitjournal.com », le média des Français et francophones à l’étranger, décrit le « Métropolitain » comme suit : « La bâtisse est caractérisée par ses formes arrondies et fluides. Le verre est omniprésent pour assurer une vue maximale pour les employés de bureau sur les bâtiments historiques qui l’entourent, ainsi que pour intégrer ce bâtiment hypermoderne de manière respectueuse sur la place Piłsudski. Le bâtiment comporte trois compartiments en verres qui sont raccordés l’un à l’autre par des parties en granite. Avec ses 33 mètres de hauteur, le “Metropolitan” offre une surface de 38 000 mètres carrés répartie sur 5 étages et un rez-de-chaussée avec des restaurants et des cafés. Il y a également un stationnement souterrain avec une capacité de 410 places! »

La tombe du Soldat inconnu
C’est sur cette place que se trouve le monument abritant la tombe du Soldat inconnu.

« Le monument est érigé sur les derniers fragments du grand palais des rois de Saxe », nous précise notre accompagnatrice.

« En 1925, poursuit-elle, les autorités polonaises ont rapatrié des restes de soldats polonais morts durant la guerre polono-ukrainienne, un conflit qui se déroula de novembre 1918 à juillet 1919 pour le contrôle de la Galicie. »

Sur le monument, il y a des plaques commémoratives identifiant les différentes guerres impliquant la mort de Polonais.

« C’est un lieu de culte important de l’histoire nationale de la Pologne », nous confie notre accompagnatrice polonaise.

Nous y arrivons. Une flamme éternelle brûle sous la garde de deux soldats… au garde-à-vous.

Mémorial du Soldat inconnu, place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Le mémorial du Soldat inconnu, honorant tous les Polonais morts au champ de bataille au XXe siècle pour la liberté de la Pologne, dont ceux de la guerre en Ukraine en 1919, est en tout temps sous la surveillance de deux militaires au garde à vous.

Mémorial du Soldat inconnu, place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Une des quatre urnes symboliques qui font partie intégrante du mémorial du Soldat inconnu

Mémorial du Soldat inconnu, place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : La flamme éternelle brûle bien en vue.

Derrière le mémorial du Soldat inconnu, il y a un grand parc où l’on peut admirer une belle fontaine. « Avant 1944, fait remarquer Krystyna, l’endroit était occupé par les jardins du palais des rois de Saxe. »

Le site semble très bien aménagé. Nous apercevons des statues, de beaux arbres, des fleurs. Mais, sa visite n’est pas au programme.

Parc du jardin des rois de Saxe, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Dans les élégants jardins des rois de Saxe, nous apercevons cette belle fontaine. Tout le parc avec ses pelouses impeccables, ses plates-bandes fleuries et ses sculptures magnifiques, semble superbe.

Comme il est 9 heures, trois soldats avancent au pas militaire sur la grande place Piłsudski. C’est le changement de la garde, qui a lieu toutes les heures… jour et nuit! C’est pour y assister que notre accompagnatrice insistait ce matin pour que nous arrivions ici avant 9 heures.

La cérémonie est toute simple et pourtant impressionnante.

Mémorial du Soldat inconnu, place Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Après le changement de la garde, deux nouveaux soldats sont en poste.

Notre guide local à Varsovie nous rejoint. Notre accompagnatrice nous le présente, il se nomme Zdzisław.

Guide local, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Notre guide local à Varsovie, Zdzisław.

Après nous avoir souhaité la bienvenue à Varsovie, notre guide amorce sa présentation de la ville en nous parlant de l’ancien palais des rois de Saxe qui prenait place ici avant 1944.

« Dans l’entre-deux-guerres, le palais des rois de Saxe a abrité l’état-major de l’armée polonaise. En 1925, la tombe du Soldat inconnu a été installée sous les arcades qui reliaient alors deux parties du palais. »

« Les Allemands ont détruit le palais en 1944 en représailles après l’insurrection de Varsovie. Aujourd’hui, du palais il ne reste que les arcades abritant le tombeau du soldat inconnu. »

« Il est dans les projets de la ville de le reconstruire, mais l’argent manque pour le moment. »

Nous voyons une plaque au sol. Elle souligne la première visite de Jean-Paul II à Varsovie en tant que pape, c’était le 2 juin 1979.

Édifices de Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : De la place Piłsudski, nous apercevons ce magnifique bâtiment tout à côté de notre hôtel. Derrière lui, nous pouvons voir le sommet du palais de la culture.

Nous quittons la place Piłsudski, alors que nous éprouvons des difficultés à entendre notre guide tant nos bidules bourdonnent d’interférences. Pourtant, nous sommes les seuls touristes sur la grande place.

J’aperçois une statue de l’autre côté de la rue. Je quitte le groupe et je vais voir qui elle représente.

Józef Piłsudski, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Statue de Józef Piłsudski (1867-1935), un militaire et homme d’état polonais. C’est lui qui a donné son nom à la grande place que nous venons tout juste de quitter.

La Voie royale!
« Nous marchons vers la « Voie royale », nous indique notre guide.

« Cette voie est un trajet touristique d’environ dix kilomètres qui relie le palais royal à la résidence d’été des rois, le palais de Wilanów. Nous allons la parcourir sur une toute petite partie sur la rue du faubourg Cracovie. »

« Cette rue, Krakowskie Przedmieście en polonais, est celle où furent construits la plupart des hôtels particuliers de la noblesse. C’était la rue principale au XVIIe siècle. On y retrouve des églises, des couvents, l’université, un superbe rynek et finalement le palais royal! »

Nous passons devant la maison où habitait la famille de Chopin. Il y a une plaque mentionnant ce fait sur la maison. Puis, nous voici devant le couvent des Visitandines de Paris, lui qui jouxte leur église.

Église des Visitandines, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : L’église des Visitandines de style rococo, érigée au XVIIe siècle, en même temps que le couvent pour les religieuses françaises amenées en Pologne par Maria Ludwika Gonzaga.

Devant celle-ci prend place un monument érigé à la mémoire du cardinal Stefan Wyszyński.

Statue du cardinal Stefan Wyszyński, Varsovie, Pologne

Statue du cardinal Stefan Wyszyński, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : Monument hommage au cardinal Stefan Wyszyński, (1901-1981). Il a été archevêque de Varsovie et de Gniezno de 1948 à 1981 et Primat de l’église de Pologne de 1952 à sa mort en 1981. Son procès en béatification est actuellement en cours.

Sur une place devant laquelle nous ne nous arrêtons pas, il y a tout plein de panneaux affichant des portraits de Polonaises et de Polonais morts ou disparus durant la dictature communiste en Pologne.

Voie royale, Varsovie, Pologne

Voie royale, Varsovie, Pologne

Voie royale, Varsovie, Pologne

Voie royale, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : De belles affiches pour devoir de mémoire envers les personnes disparues durant la période sombre de la Pologne au XXe siècle.

Destruction et reconstruction
« Les Allemands se sont acharnés à détruire Varsovie durant de la Deuxième Guerre mondiale, et ce, en guise de représailles à l’Insurrection qui eut lieu dans cette ville du 1er août au 2 octobre 1944 », lance Zdzisław, notre guide local.

« En détruisant Varsovie, les nazis entendaient faire de la Pologne une nation sans passé. »

Varsovie en 1947, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Les Allemands n’ont pratiquement rien laissé debout à Varsovie. Voici à ce à quoi ressemblait la ville en 1947. (Photo affichée dans l’entrée du Palais royal de Varsovie.)

« Pour reconstruire la ville, les Polonais ont payé un impôt spécial durant 30 ans. À l’époque, des tirelires spéciales avaient même été conçues pour les écoles, le mot d’ordre étant : “Toute la nation construit sa capitale”. »

D’ailleurs, lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous avons lu ce paragraphe sur le site Internet intitulé « Histoire et mémoire de Pologne » :

« La reconstruction engagea toute la société : les dons affluaient de tout le pays, des volontaires déblayaient la capitale. Il fallut cependant dix ans pour faire ressurgir le centre historique de ses ruines. Cette réhabilitation minutieuse (la moindre pierre identifiée retrouvait sa place originale) était une première mondiale. Les architectes s’inspirèrent notamment des tableaux de Canaletto pour leur reconstruction. Cet effort fut reconnu par l’UNESCO. La Vieille Ville fut inscrite à la liste du patrimoine mondial de l’Humanité en 1979. »

L’Université de Varsovie
Nous arrivons devant la porte d’entrée principale de l’Université de Varsovie… qui date de 1816.

« C’est une université prestigieuse, mentionne notre guide, elle est le symbole de l’indépendance nationale. Malgré qu’elle fut fermée à plusieurs reprises par les autorités étrangères qui ont géré la ville, elle a toujours résisté rouvrant ses portes chaque fois. »

« Elle est une des deux universités les plus prestigieuses de Pologne, avec l’Université Jagellonne de Cracovie. Aujourd’hui, elle forme annuellement plus de 50 000 étudiants! », nous indique notre guide.

Université de Varsovie, Pologne

Université de Varsovie, Pologne

Université de Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : Magnifique portail de l’Université de Varsovie qui donne sur le palais d’été du roi Jean Casimir.

Université de Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Un magnifique aigle qui porte, gravées dans la pierre, les armoiries de l’institution.

En face, il y a l’Académie des beaux-arts de Varsovie, le plus ancien établissement universitaire de formation artistique de Pologne.

« Nous sommes ici dans la partie de Varsovie ayant appartenu au tsar Alexandre 1er. »

Rappelons que lors du Congrès de Vienne en 1814, l’Empire russe avait obtenu une grande partie du territoire polonais, dont Alexandre 1er (1777-1825) avait été proclamé roi.

L’église de la Sainte Croix
« Nous voici devant l’une des plus remarquables églises baroques de Varsovie », affirme Zdzisław.

Devant les escaliers qui permettent d’y monter, il y a une très belle statue du Christ portant sa croix.

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : L’église de la Sainte-Croix de Varsovie, une église catholique de style baroque construite entre 1679 et 1696. Sur le parvis, on peut admirer une belle statue de Jésus Christ portant la croix.

Nous entrons.

« L’église a été construite entre 1679 et 1696 sur l’emplacement d’une précédente église construite en 1526, elle-même construite en remplacement d’une chapelle en bois déjà dédiée à la Sainte-Croix. »

« Évidemment, pendant l’insurrection de Varsovie elle a été très sérieusement endommagée. Elle fut reconstruite entre 1945 et 1953, mais dans une architecture simplifiée. »

« Dans un des piliers de l’église, mentionne notre guide, repose le cœur du grand compositeur et pianiste polonais Frédéric Chopin (1810-1849). »

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Le pilier de l’église de la Sainte-Croix de Varsovie dans lequel est enfermé le cœur de Frédéric Chopin.

« Durant l’insurrection, les Allemands ont voulu prendre l’urne contenant le cœur de Chopin, mais elle avait été mise en sécurité par l’église polonaise. »

« Plus tard, les Allemands ont répandu la rumeur que c’était eux qui avaient sauvé l’urne, ce qui est faux », affirme notre guide.

Nous voyons l’autel de la patrie, récemment refait… son retable est doré et il est décoré de statues d’anges et de saints.

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : Il y a de beaux autels dans l’église de la Sainte-Croix.

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Photo ci-dessus : Et un bel orgue.

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Église de la Sainte-Croix, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : Et évidemment, un endroit où l’on rend hommage à Saint Jean-Paul II!

À suivre…
Poursuite de la balade sur la "Voie royale" de Varsovie.

Place du château de Varsovie, Varsovie, Pologne

Photos ci-dessus : La magnifique place du château de Varsovie.

Bibliographie

Atlas en fiches, Pologne, Gdańsk, Vistule, Économie de la Pologne, etc., Éditions Atlas, 2008;

Auschwitz-Birkenau, Histoire et présent, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 34 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia Pologne, Gdańsk, Malbork, Oliwa, Sopot, Toruń, Vistule et plusieurs autres pages;

Château de Malbork, Éditions VIA s.c., 2015, 32 pages;

Cracovie - Guide des symboles, monuments et attractions, Éditions Wydawnictwo Gauss, 2015, 60 pages;

Découvrir Gdańsk, Département de la promotion de la ville de Gdańsk, 2015, 36 pages;

Gdansk, La Voie royale, Département de la promotion de la ville de Gdańsk, 2015, 18 pages;

Les incontournables des Gdańsk, Département de la promotion de la ville de Gdańsk, 2015, 36 pages;

C’est à Gdańsk que tout a commencé, Département de la promotion de la ville de Gdańsk, 2016, 28 pages;

Guide de conversation polonais, Édition Lonely Planet, 2016, 252 pages;

Jerzy Duda-Gracz — Golgota ​Jasnogórska , Paulinianum, 32 pages;

Le Patrimoine mondial de l’UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

Lublin - Informations touristiques, Service de la communication Hôtel de ville de Lublin, 2016, 22 pages;

Petit futé - Pologne, Petit Futé, 2015, 480 pages;

The Chapel of Lublin Castle, Éditions du musée de Lublin, 2006, 36 pages;

L’excursion dans Varsovie, Wydawnictwo, Parma Press, 2006, 40 pages;

Wielisczka, ancienne mine de sel, Maison d’édition Karpaty, Cracovie, 2010, 40 pages.

Remplis sous: Pologne, Voyages Mots clés:
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Bonjour,
    Je suis française et j’habite à Strasbourg. J’ai fait un certain nombre de voyages sur des itinéraires semblables aux vôtres, notamment le mois dernier la Pologne. J’apprécie beaucoup vos récits de voyages très détaillés auxquels je me réfère souvent pour compléter mes propres comptes rendus. J’aimerais savoir si vous enregistrez les commentaires de vos guides pour avoir de telles précisions que je ne trouve pas toujours sur internet. Un grand bravo à vous et toutes mes félicitations pour votre travail et pour vos belles photos.
    Bien cordialement

  2. Bonjour,

    Non, nous n’enregistrons pas les commentaires des guides, je ne pense pas qu’ils apprécieraient. Nous nous répartissons les tâches, mon épouse et moi. Je photographie et elle prend des notes, mais vraiment beaucoup de notes. Voilà. Merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant