1
Mar/16
0

L’Avenida 9 de julio et la plaza del Congreso… des monuments, des sculptures, des murales… Wow!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 11e d’une série de reportages sur notre superbe odyssée à Buenos Aires en Argentine, un périple réalisé à la fin de l’hiver 2016!

Alfredo Palacio, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Buenos Aires, Argentine, mardi 1er mars 2016 - Au terme de belles découvertes en matinée dans le quartier Microcentro de la capitale argentine et après nous être cogné le nez sur la porte de plusieurs établissements devant normalement être ouverts, nous y allons d’une promenade qui nous mènera de la plaza de Mayo à l’imposant édifice du congrès argentin, le Congreso.

Pour nous y rendre, nous déambulerons sur l’avenida de Mayo et traverserons la célèbre avenida 9 de julio, la plus large au monde, où nous admirerons deux superbes sculptures (Don Quichotte et Andrés Guaçurarí). Puis, après nous être arrêtés quelques instants à l’énigmatique Palacio Barolo, histoire de nous informer de l’horaire des visites guidées, nous nous lançons dans une magnifique flânerie dans un parc immense composé de trois places, la plaza Mariano Moreno, la plaza Lorea et finalement la plaza del Congreso, elle qui borde justement l’édifice du Congreso!

Photo ci-dessus : Un magnifique monument rendant hommage à Alfredo Palacio (1880-1965), le premier législateur socialiste de l’histoire de l’Amérique latine. La sculpture est de l’artiste Jorge Bianchi. Elle est en bronze, mesure 2,7 mètres de hauteur et pèse environ 2,5 tonnes! Le monument a été inauguré en mai 2013.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

N.-B. : Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n’importe laquelle des photos.

Poursuivant notre promenade en direction du Palacio Barolo, un édifice de 22 étages dont la beauté est vantée par tous nos guides de voyage, nous marchons sur l’avenida de Mayo et nous croisons l’avenida 9 de julio, elle qui porte ce nom en l’honneur du « Jour de l’Indépendance argentine », le 9 juillet 1816.

L’avenida 9 de julio
Wow! C’est incroyablement large, 140 mètres, précise notre Cartoville de Buenos Aires.

L’avenue, qui est longue de 8 km, affiche cinq voies de circulation de chaque côté, avec, au centre, deux allées réservées pour les autobus. Et au milieu de toutes ses voies… une allée piétonne superbe!

 Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : L’allée piétonne de l’avenida 9 de julio, ceinturée de deux voies réservées aux autobus.

Lorsque l’on se trouve au centre de l’avenue, d’un côté nous apercevons, sur le mur d’un édifice, un immense portrait présentant d’Eva Perón en train de parler dans un microphone et de l’autre la vue s’ouvre sur l’obélisque de Buenos Aires!

Portrait d’Eva Duarte de Perón, Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le portrait de María Eva Duarte de Perón, grand de 31 m par 24m, apparaît sur les murs nord et sud de « l’Edificio del Ministerio de Salud », l’édifice du ministère de la Santé. Sur notre photo, nous voyons le mur nord où madame Perón est à prononcer un discours passionné. De l’autre côté, nous verrions le portrait officiel de la dame. Les deux œuvres sont de l’artiste argentin Alejandro Marmo (1971 -).

Obelisco, Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : L’Obelisco, haut de 67 mètres, il a été érigé en 1936 pour commémorer le 400e anniversaire de la ville.

Nous marchons sur l’allée piétonne du centre et nous rendons à un monument… celui de Don Quichotte, puis à un autre celui d’Andrés Guaçurarí y Artigas !

Don Quijote de la Mancha, Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Don Quijote de la Mancha, Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le monument hommage à Don Quijote de la Mancha, le célèbre personnage de l’écrivain espagnol Miguel de Cervantes a été inauguré par la reine Sofia d’Espagne en1980, et ce, à l’occasion de la célébration des 400 ans de la seconde fondation de la ville de Buenos Aires. Il est l’œuvre du sculpteur andalou Aurelio Teno (1927-2013.

Andrés Guaçurarí y Artigas, Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une statue d’Andrés Guaçurarí y Artigas qui a été le seul caudillo d’origine locale à administrer les provinces unies du Rio de la Plata. La statue est de grandeur nature. Érigée sur un petit piédestal de pierre et de ciment, la sculpture en acier inoxydable est l’œuvre de Gerónimo Rodríguez, un artiste né à Montecarlo en Argentine. Le monument a été inauguré en décembre 2013 et montre Guaçurarí y Artigas debout avec une lance dans sa main droite. La plaque commémorative parle de Guaçurarí y Artigas comme un héros Guarani honoré pour sa contribution à l’épopée de l’émancipation latino-américaine et de sa contribution à l’intégrité territoriale.

Nous reprenons notre trajet sur l’avenida de Mayo et passons devant une murale rappelant les disparus de l’ère de la junte militaire.

Avenida 9 de julio, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une murale qui est l’œuvre du réseau « Red Sudakas », un regroupement d’artistes de rue engagés.

Le Palacio Barolo
Il est 16 h 05 lorsque nous arrivons au Palacio Barolo.

Palacio Barolo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une vue extérieure du Palacio Barolo, un édifice de 22 étages construit de 1919 à 1923 par l’architecte italien Mario Palenti (1885-1979). Avec ses 100 mètres de hauteur, à l’époque de la construction de l’immeuble, il était le plus haut d’Amérique du Sud.

Nous y entrons. C’est superbe.

Nous nous rendons au comptoir d’information où on nous apprend qu’il y a une visite guidée en anglais à 16 h 30.

Nous hésitons à acheter nos billets, car la visite inclut un arrêt au 22e étage où la vue sur Buenos Aires est splendide… mais pour l’heure, le ciel est entièrement couvert.

Nous décidons de prendre quelques photos de la bâtisse, qui a tout du style de l’architecte catalan Antoni Gaudí, et de revenir par une journée ensoleillée.

Le style de l’édifice est éclectique et anticonformiste. L’architecte Mario Palanti s’est appuyé sur une interprétation de la « Divine Comédie » de Dante Alighieri pour créer le concept.

Palacio Barolo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Une coupole du Palacio Barolo.

La plaza del Congresso et ses impressionnants monuments
Nous poursuivons sur l’Avenida de Mayo et arrivons dans un immense parc.

Il s’agit de la Plaza del Congreso, qui est en fait une de trois places qui sont juxtaposées pour composer la plus grandiose place de la ville!

Il y a tout d’abord la plaza Mariano Moreno, puis la plaza Lorea et finalement la plaza del Congreso.

« La construction de ces places, peut-on lire sur Wikipédia fut une création urbanistique édifiée à l’occasion des festivités du centenaire de la Révolution de Mai et répondait à la pensée hygiéniste de la fin du XIXe siècle, qui promouvait la construction de lieux ventilés et ensoleillés dans les grandes cités. »

Au loin nous apercevons l’édifice du Congreso!

Congreso, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : La façade du « Palacio del Congreso de la Nación Argentina », c’est-à-dire l’édifice du Congrès de la nation argentine.

Nous passons devant le monument rendant hommage à Mariano Moreno (1778-1811), un héros de l’indépendance qui fut le premier secrétaire du conseil en 1810.

Monument Mariano Moreno, plaza Moreno, Buenos Aires, Argentine

Monument Mariano Moreno, plaza Moreno, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : L’œuvre a été réalisée par le sculpteur espagnol Miguel Blay y Fábregas et a été inaugurée le 1er octobre 1910. Sa figure est en bronze, et est sur une base de maçonnerie qui imite une montagne. Le monument est situé sur la plaza qui porte son nom.

Et surprises, nous arrivons devant… « Le Penseur » de Rodin! Et le plus surprenant est qu’il ne s’agit pas d’une copie, mais d’une sculpture originale, travaillée par Auguste Rodin lui-même.

Cette œuvre devait être placée tout en haut des marches de l’édifice du Congrès, mais en 1907, lors de la réception de l’œuvre, la construction du « Congreso » n’était pas terminée. Elle a donc été placée tout au bout de la plaza… et elle y est encore aujourd’hui!

Le Penseur d’Auguste Rodin, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Le Penseur d’Auguste Rodin, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Le Penseur d’Auguste Rodin, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Le Penseur d’Auguste Rodin, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : « El Pensador », « Le Penseur » d’Auguste Rodin, prend place sur la plaza del Congreso depuis 1907. il s’agit de l’édition n° 3, réalisée du vivant de Rodin.

Et tout près, il y a un monument étonnant… Au départ nous croyons que c’était un personnage de bande dessinée jeunesse, mais non, il s’agit d’un politicien, Alfredo Palacio. Nos excuses auprès de ce dernier.

Alfredo Palacio, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Tout près d’El Pensador prend place le monument rendant hommage à Alfredo Palacio (1880-1965), le premier législateur socialiste de l’histoire de l’Amérique latine. L’œuvre est de l’artiste Jorge Bianchi et a été inaugurée en mai 2013.

Plaza del Congreso, Buenos Aires

Plaza del Congreso, Buenos Aires

Photos ci-dessus : D’où nous nous trouvons, nous avons une très belle vue sur un édifice superbe… qui est situé tout à côté du « Palacio Barolo ».

Avenida de Mayo, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : D’ailleurs nous l’avions photographié.

Et il y a également un monolithe tout blanc… C’est la borne du « kilomètre zéro »! Le point d’origine du système routier argentin.

Monolito del kilometro cero, plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Le « Monolito del kilometro cero », un travail réalisé par les frères Máximo et José Fioravanti. Installé le 2 octobre 1935 un peu plus au nord, puis ici à compter du 18 mai 1944.

Nous sommes maintenant sur la partie de l’immense parc qui est la plaza del Congreso. Elle fut dessinée par Carlos Thayse en 1910 et elle fait face au palacio del Congreso de la naçion argentina. Il y a un bel ensemble monument, fontaine et jardin, mais il est grillagé et nous ne pouvons y entrer.

Plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Plaza del Congreso, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Devant l’édifice du Congrès prend place un immense monument affichant plusieurs statues. Il y a un petit jardin avec des plantes et des fleurs et une fontaine.

Le palacio del Congreso de la naçion argentina
Les travaux de construction du palacio del Congreso de la naçion argentina ont commencé en 1897. Le palais a été inauguré en 1906, mais la totalité des travaux ne fut achevée qu’en 1946, soit près de cinquante ans après leur planification. 

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Le palacio del Congreso de la naçion argentina est impressionnant. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous en approcher, d’importants travaux de rénovation étant en cours.

Malgré tout, nous sommes chanceux, car il ne pleut pas, mais c’est très nuageux.

Devant le palacio del Congreso de la naçion argentina, il y a un monument hommage à Thomas Edison…

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Palacio del Congreso de la naçion argentina, Buenos Aires, Argentine

Photos ci-dessus : Un monument rendant hommage à Thomas Edison.

Ne pouvant nous approcher, nous décidons de reprendre le métro et de rentrer à l’appartement.

Nous entrons à la station du subte Congreso… qui nous amène à la station Perú d’où nous transférons pour la ligne D en direction de Scalabrini-Ortiz… et notre appartement!

Nous y arrivons à 18 h 15, après un petit arrêt à l’épicerie (146 pesos argentins).

Nous sommes déçus de notre journée de visites, beaucoup trop d’endroits étaient fermés, malgré que leurs sites Internet les annonçaient comme ouverts.

Nous devons revoir notre planification des prochains jours, afin de pouvoir retourner aux endroits qui nous tiennent particulièrement à cœur.

À suivre…
Le Palacio de las Aguas Corrientes et un intéressant petit musée.

Palacio de las aguas Corrientes, Buenos Aires, Argentine

Photo ci-dessus : Un des plus beaux édifices de Buenos Aires, le « Palacio de las Aguas Corrientes », en français le Palais des eaux courantes. Il est situé dans le quartier de Balvanera. Il a été construit entre 1887 et 1894 par les architectes Carl Nyströmer et Olaf Boyees!

Pour lire nos textes précédents sur Buenos Aires, cliquez sur les liens suivants :

1er texte: En route pour Buenos Aires en Argentine!

2e texte: Buenos Aires : plaza de Mayo, Casa Rosada... et de beaux monuments!

3e texte: La Catedral Metropolitana de Buenos Aires… un véritable musée!

4e texte: Les musées du Cabildo et du bicentenaire de l’indépendance argentine!

5e texte: La Galería General Güemes et les Galerías Pacífico!

6e texte: De l’art résolument moderne au Centro cultural Borges!

7e texte: Fascinante « flânerie » sur la calle Florida de Buenos Aires!

8e texte: Buenos Aires : première incursion dans le mythique quartier San Telmo!

9e texte: Les Porteños manifestent… la Basílica de Nuestra Señora de la Merced!

10e texte: Café Tortoni, église San-Ignacio... et place des héros des Malouines!

Bibliographie

Atlas en fiches, Buenos Aires, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Buenos Aires, Guides Gallimard, 2014;

Buenos Aires, Le petit futé, 2014, 360 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Argentine, Buenos Aires, Plaza de Mayo, Casa Rosada, et plusieurs autres pages;

Escale à Buenos Aires, Ulysse, 2014, 176 pages.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant