12
Oct/15
1

Les jolies places au cœur de la vieille ville de Heidelberg et l’église Saint-Esprit !

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 16e d’une longue série de reportages relatifs à un fascinant voyage en Allemagne que nous avons réalisé avec Voyages Lambert à l’automne 2015!

Hôtel de ville de Heidelberg, Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Bade-Wurtemberg, Allemagne, lundi 12 octobre 2015 – Notre première expédition de la journée nous a menés aux ruines du château de Heidelberg… de superbes ruines, avouons-le !

Puis, avant de quitter cette belle cité établie sur les rives de la rivière Neckar, notre guide locale, Jutta, nous ramène dans le cœur historique de la ville… que nous avons traversé hier, sans vraiment en découvrir toutes les splendeurs, de jolies places, des fontaines intéressantes, de belles maisons, dont l’Hôtel de Ville, et une imposante église, celle du Saint-Esprit !

Photo ci-dessus : L’édifice de l’Hôtel de Ville de Heidelberg est situé sur la place du Marché, la « Marktplatz ». Il a été incendié en 1908. De style néo-Renaissance avant l’incendie, il a été reconstruit selon les critères du style néo-classique.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Il est 10 h 35 lorsque nous quittons le château de Heidelberg pour redescendre vers le cœur du centre-ville historique où il y a de superbes places... en enfilade. La descente nous offre une charmante vue sur la vallée du Neckar.

Nous revoyons avec plaisir le Vieux pont et la porte d’entrée de la ville avec ses deux belles tourelles, elles qui étaient partie intégrante des fortifications à l’époque médiévale.

Notre guide locale à Heidelberg, Jutta, profite du trajet pour nous fournir quelques informations sur l’histoire de la ville :

« Heidelberg a été fondée officiellement au XIIe siècle », nous indique-t-elle. « Mais les Romains et les Celtes avaient déjà colonisé, bien avant cette date, cet emplacement de rêve sur les rives de la Neckar. »

« C’est au XIVe siècle, lorsque Rupert 1er a fait de Heidelberg la résidence des princes électeurs et qu’il a fondé l’université (1386), que la ville a gagné en prestige en devenant capitale du Palatinat, l’une des plus importantes principautés allemandes de l’époque. »

« Quelques siècles plus tard, en 1689, Heidelberg sera en partie détruite par l'armée française de Louis XIV lors de la guerre de la Ligue d'Augsbourg . Comme nous l’avons vu ce matin, c’est à cette époque que la forteresse fut dévastée. Par la suite, la cité a été reconstruite dans le style baroque, en respectant toutefois la structure médiévale de la ville. Le château, quant à lui, est resté en ruines ! »

« Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, souligne notre guide, Heidelberg est l’une des rares grandes villes allemandes à avoir survécu sans trop de destructions aux affres de la Seconde Guerre mondiale. »

Après un court trajet d’une quinzaine de minutes en autocar, nous nous retrouvons exactement d’où nous sommes partis ce matin… et c’est de là que nous amorçons notre promenade.

Une succession de belles places
Nous arrivons sur la Karlsplatz construite en 1805 sur la rue principale. « La place porte le nom du grand duc Karl Friedrich de Baden (1728-1811) », lance Jutta.

Il y a une belle fontaine… plutôt moderne. En fait elle date de 1978 apprend-on sur Internet lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte. Il s’agit de la fontaine Münster, une œuvre du sculpteur allemand Michael Schoenholtz. Elle est érigée pour rendre hommage à la « Cosmographie » de Sebastian Münster (1488–1552), une des premières descriptions du monde en langue allemande.

Karlsplatz, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : La fontaine Münster décrit la vie d’un être humain de sa naissance à sa mort en forme de satellites tournant autour de la terre. En arrière-plan, nous apercevons la bâtisse de l'Académie des sciences et l'Institut d'études germaniques!

Münster était un savant humaniste et un cartographe qui a travaillé plusieurs années dans le monastère franciscain du XVIe siècle situé tout près.

« Heidelberg était le lieu de résidence des princes-électeurs, mais la ville était aussi l’endroit où des érudits ont présidé à la vie intellectuelle. De grands esprits comme Münster, Friedrich Hegel, Robert Bunsen, Max Weber, Karl Jasper, etc. ont professé leur pensée ici. »

Puis, nous arrivons sur la place du Marché du blé, la Kornmarkt où trône une magnifique madone.

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : La « Madone de la place du Marché au blé » est portée par des anges. La statue date de 1718… à l’époque de la contre-réforme. Cette madone avait alors pour mission de ramener les protestants dissidents dans le droit chemin.

« Durant cette période, on installait des madones au visage doux et sympathique, mais qui tuaient des serpents avec leurs pieds. Il y a plusieurs madones dans la ville, mais celle-ci est la plus grande. »

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Une autre « Madone » que nous avons aperçue quelques instants plus tard sur une maison.

« Des jésuites sont venus ici pour lutter contre les idées de Martin Luther, donc contre le protestantisme. »

Et Jutta ajoute que sous cette place, des restes de gens décédés de la peste ont été trouvés !

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : De la place du Marché au blé, nous apercevons le clocher de l’église du Saint-Esprit.

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Presque toutes les maisons sont décorées de belles fleurs.

Nous arrivons à la place du marché, Marktplatz, de style baroque… « l'une des plus vieilles places de la ville et où se tient toujours un marché. Elle est délimitée au nord et au sud par les rangées de maisons, à l'est se trouve l'Hôtel de Ville et à l'ouest, la place de l'Église du Saint-Esprit. »

« Les fenêtres des maisons ont des oreilles », dit notre guide !

Kornmarkt, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : Voici ce que notre guide appelle des « fenêtres avec des oreilles »… très bien imagé, avouons-le !

Nous nous arrêtons quelques instants devant la fontaine d’Hercule, Herkulesbrunnen, qui domine le centre de la place. « Elle a été construite entre 1706 et 1709, souligne Jutta, afin de commémorer les efforts considérables qu'a exigés la reconstruction de la ville après le fléau de la guerre de Trente Ans. »

Marktplatz, Heidelberg, Allemagne

Marktplatz, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : La fontaine d’Hercule et l’imposante église Saint-Esprit en arrière-plan.

L’édifice de l’Hôtel de Ville est situé tout en face de la fontaine d’Hercule. « La mairie a été incendiée en 1908 et elle a été rebâtie dans le style néo-classique ».

Marktplatz, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : L’Hôtel de ville de Heidelberg a été détruit en 1908 lors d’un incendie et rebâtie par la suite.

Nous passons devant l’hôtel où nous avons couché hier, l’Hotel Zum Ritter St Georg , un édifice de style renaissance allemande datant de 1592. Notre guide nous mentionne que le mot Ritter en allemand signifie chevalier.

Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : Une autre superbe façade d’édifice sise sur la place du Marché !

L’église du Saint-Esprit
Tout en face de l’hôtel se trouve l’imposante église du Saint-Esprit, Heilliggeistkirche, « qui a été érigée entre 1398 et 1515 », nous signale notre guide. « Plusieurs princes-électeurs ont contribué à sa construction, dont Rupert III qui a fait reconstruire le chœur dans le but d’y faire enterrer les corps des membres des familles des princes-électeurs. »

« L'église fut gravement endommagée en 1693, lors de la guerre de succession entre le Palatinat et Orléans. Presque toutes les dalles funéraires des princes-électeurs du Palatinat furent détruites, sauf celle du prince-électeur Rupert III. »

« L'église du Saint-Esprit est connue pour avoir abrité la bibliothèque palatine et surtout pour son histoire confessionnelle mouvementée… tout comme celle de la ville de Heidelberg d’ailleurs. »

« La bibliothèque fut fondée par le prince-électeur Louis III (1410-1436), mais c’est à Othon-Henri (1556-1559) qu’on doit d’en avoir élargi la collection. Ce dernier réunit les livres de l’université, du château et de l’église du Saint-Esprit ainsi que ceux de l’abbaye de Lorsch dans le même ensemble. »

« En1622, lorsque les troupes de la ligue catholique conquièrent le Palatinat, au début de la guerre de Trente Ans, la bibliothèque devient un butin de guerre pour le pape Grégoire XV qui la fit déménager à Rome. »

« Seulement 1,816 des 5,000 livres et 885 des 3,524 manuscrits qui ont été transférés à Rome furent restitués à la bibliothèque de Heidelberg, le reste demeura au Vatican ! »

« De 1706 à 1936, l’intérieur de l'église était séparé en deux parties par un mur. Le chœur était catholique et le reste protestant ! Aujourd’hui, l’église ne se consacre qu’au culte protestant. »

Nous entrons.

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : L’intérieur de l’église du Saint-Esprit de Heidelberg!

« À l’époque de sa construction, les vitraux servaient à faire entrer la lumière… Ils étaient d’ailleurs la seule source d’éclairage, ce qui est propre aux églises gothiques. Cette relative obscurité était intentionnelle, nous dit notre guide, et ce, pour qu’à notre mort nous revoyions la lumière au ciel ! »

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Chaque vitrail représente une faculté de l’Université. D’autres vitraux sont plus modernes et ceux-là affichent des thèmes religieux. Ils sont remarquables.

Le haut plafond et les murs sont de couleurs ocre et blanches.

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : L’église est superbement décorée.

Autrefois, 54 tombeaux prenaient place à l’intérieur de l’église ! Aujourd’hui, il n’y en a qu’un, celui de Rupert III et de son épouse Élisabeth, les deux tombes étant décorées de superbes gisants.

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Les magnifiques gisants de Rupert III et de son épouse…

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Une magnifique église.

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Église Saint-Esprit, Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Comme à la basilique de Constantin à Trèves, une exposition de peintures prenait place dans l’église du Saint-Esprit de Heidelberg lors de notre passage.

La porte de la ville et le Vieux pont
Nous sortons de l’église et marchons dans une petite rue étroite menant au Vieux pont. Nous avons une belle vue sur les deux tours de la porte d’entrée originale de la ville, la seule voie d’entrée à la ville au Moyen-Âge.

« Heidelberg accueille quelque 11 millions de visiteurs par année », affirme Jutta. « Des touristes qui débarquent en majorité des bateaux de croisières fluviales. »

Vieux pont, Heidelberg, Allemagne

Photo ci-dessus : Sur une des piles du pont, les dates d’inondations de la ville sont inscrites!

Nous marchons quelques pas sur le pont et notre guide nous parle des statues, celles que nous avons décrites dans notre précédent texte.

Parlant de celle de Karl-Theodor, elle précise « que ce prince électeur veuf et sans descendance s’était remarié à 74 ans avec une princesse bavaroise de 17 ans, l'archiduchesse Marie-Léopoldine de Modène… qui lui refusa tout contact physique jusqu’à sa mort ! C’est peu après le décès de Karl-Theodor, en 1799, que Napoléon a conquis la ville d’Heidelberg. »

Aujourd’hui lundi, il y a beaucoup moins de touristes qu’hier après-midi.

À l’entrée du pont, il y a une statue en bronze d’un singe montrant un objet rond, un miroir. Une affichette précise : « Regardez autour de vous et vous verrez des singes comme moi. »

La tête du singe est vide… permettant ainsi aux touristes d’y glisser leur tête pour la photo !

Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Qu’est-ce qu’on ne fait pas quand on est touriste !

C’est ainsi que se termine la visite guidée de Heidelberg. Notre accompagnatrice de Voyages Lambert remercie chaleureusement Jutta et nous donne les consignes pour l’heure du dîner, qui est libre.

« Nous repartirons du stationnement des autocars, où notre chauffeur Gabor, nous a laissés ce matin. Le départ est prévu pour 13 h 30. »

Nous quittons le groupe et entrons dans un restaurant « Le Café Enmore » sur la place de l’Église. Céline opte pour une salade à la dinde et un café capucino comme dessert, tandis que je choisis le « Petit déjeuner Paris ». Le tout pour 25€.

Nous repartons à 12 h 50 pour nous promener dans la ville. En sortant, nous constatons qu’il y a beaucoup de gens attablés sur la terrasse du restaurant…, et ce, malgré qu’il ne fasse pas vraiment chaud.

Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Heidelberg, Allemagne

Photos ci-dessus : Nous retournons sur le pont, puis nous marchons sur les berges de la rivière Neckar !

Nous retrouvons le groupe à 13 h 30… alors que le car reprend la route pratiquement dès que nous nous sommes installées à nos places.

Méli-Mélo - Les « Fraternités »
Jutta, notre guide locale, nous raconte « qu’au XIXe siècle, Heidelberg était reconnue pour ses « Fraternités », un mouvement progressiste pour l’unification de l’Allemagne. Pour en faire partie, il fallait être un homme et avoir de l’argent. La ville compte encore 31 fraternités actives en ses murs.

Les « Fraternités », les Studentenverbindungen en allemand, sont des regroupements d’étudiants.

Certains types de Studentenverbindungen pratiquent l'escrime académique, une forme ancienne d'escrime, dont les racines principales sont les duels d'honneur et la nécessité pour les étudiants, lors de certaines périodes historiques, de pouvoir se défendre dans un duel nommé Mensur.

Dans de tels combats, un membre d'une fraternité est toujours opposé à un membre d'une autre fraternité… alors que les combattants ne sont pas totalement protégés.

Les coups sont portés seulement au niveau de la tête où la protection comporte une cotte de mailles. Plusieurs couches de protections en cuir et en cotte de mailles protègent le cou et des lunettes en métal protègent les yeux, le nez et les oreilles.

Les blessures que l'on risque de subir lors d'une Mensur sont appelées Schmiss, et elles étaient dans le passé une marque d'honneur, voire porteuse d'un certain statut social.

Pas moins de 15 des 31 fraternités existantes à Heidelberg permettent encore ce type de combat! »

À suivre…
Fort agréable promenade dans la petite ville de Bad Wimpfen !

Bad Wimpfen, Allemagne

Photo ci-dessus : Une des superbes petites rues de Bad Wimpfen.

Textes précédents :
Vous pouvez lire les textes précédents de nos reportages sur l'Allemagne en cliquant sur les liens ci-dessous ou en accédant directement à l'onglet "Allemagne" de la rubrique « Voyages » de la barre de menu.

Notre voyage en Allemagne : Trajet proposé par "Voyages Lambert"

1er texte : Willkommen in Köln… Bienvenue à Cologne, sur les berges du Rhin!

2e texte : Cologne: sa cathédrale, ses berges sur le Rhin et ses belles maisons !

3e texte : À Aix-la-Chapelle… sur les traces de Charlemagne!

4e texte : La cathédrale d’Aix-la-Chapelle ou Charlemagne en pièces détachées!

5e texte : La Porta Nigra et le Haupmarkt, la place du Marché!

6e texte : L’imposante cathédrale de Trèves et son cloître!

7e texte : Trèves : l’ancien palais du prince-électeur… et la basilique romaine de Constantin!

8e texte : Trèves, métropole romaine... dont le cœur bat toujours… au Musée de Rhénanie!

9e texte : Bernkastel-Kues… ville aux bellissimes maisons médiévales à colombages !

10e texte : Cochem : fontaines, église aux magnifiques vitraux, une mosaïque, etc.!

11e texte : Coblence… de passage seulement et c’est dommage !

12e texte : De Coblence à Bacharach… au fil du Rhin romantique!

13e texte : Bacharach sublime découverte d'une ville...

14e texte : Heidelberg : le Vieux pont et le Chemin des philosophes… pour commencer !

15e texte : Le château de Heidelberg… et surtout ses impressionnantes ruines !

Bibliographie
Aachen, Aix-la-Chapelle, guide de la ville et de la cathédrale,, Édition Michael Imhof Verlag, 2011, 31 pages;

Allemagne, Guide Vert, Michelin guides touristiques, 2015, 690 pages;

Allemagne, faits et réalités,, Societäts Verlag, 2010, 192 pages;

Allemagne, des villes vivantes, Office national allemand du tourisme, 2010, 198 pages;

Atlas en fiches,, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Berlin, Guides Gallimard, 12e édition ;

Encyclopédie libre Wikipédia Allemagne, Cologne, Aix-la-Chapelle, Trèves et plusieurs autres pages;

LonelyPlanet - Berlin , Publication LonelyPlanet, 2013, 352 pages;

Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

Trèves, à la découverte de la plus vieille ville d’Allemagne,, Rahmel-Verlag, 48 pages.

 

Remplis sous: Allemagne, Voyages Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Merci; Beau Travail instructif, en rapport avec mes mille Photos de ma Croisière fluviale « Quatre Fleuves » avec <Croisi-Europe

    Mr Fr CAHU

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant