9
Oct/15
1

Trèves : l’ancien palais du prince-électeur… et la basilique romaine de Constantin!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 7e d’une longue série de reportages relatifs à un fascinant voyage en Allemagne que nous avons réalisé avec Voyages Lambert à l’automne 2015!

Basilique, Trèves, Allemagne

Trèves, Rhénanie-Palatinat, Allemagne, vendredi 9 octobre 2015 – La matinée n’est pas encore terminée et déjà Trèves nous a éblouis avec sa Porta Nigra, sa place du Marché, la Haupmarkt, sa riche cathédrale Saint-Pierre et son beau cloître… et nous poursuivons nos découvertes dans cette ville baignée par la Moselle en découvrant son superbe ancien palais des princes-électeurs et sa très imposante basilique de Constantin.

Photo ci-dessus : La « basilique de Constantin » est un grand bâtiment rectangulaire de 75 mètres de long entièrement en briques… qui était à l’origine la salle du trône de la résidence impériale de Constantin… un édifice construit en 310.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Au terme de la visite de la cathédrale Saint-Pierre et de son cloître, nous marchons en direction de l’ancien palais du prince-électeur. Nous y arrivons par l’arrière où prend place une fontaine qui tient lieu de cadran solaire… Dommage toutefois, la fontaine ne fonctionne pas.

Celle-ci se nomme Wasseruhr Brunnen… ce qui signifie tout simplement la fontaine de l’horloge !

Wasseruhr Brunnen, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : La fontaine de l’Horloge !

Tout le tour de la fontaine, nous pouvons apercevoir des animaux sculptés. Chacun incarne à sa façon une période de l’histoire de Trèves.

Wasseruhr Brunnen, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : La colombe, le symbole de la paix, représente l’époque actuelle, une ère de paix… du moins pour l’Allemagne!

Wasseruhr Brunnen, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Le mouton fait référence à l'époque des princes-électeurs du Moyen-Âge.

Il y a aussi un cheval, pour l’époque des cavaliers trévires, l'aigle pour l'époque romaine et le chien pour l'époque prussienne !

Le palais du prince-électeur
Nous arrivons devant le palais du prince-électeur, il s’agit en fait d’une aile du « Château du prince électeur » qui a été complètement reconstruite en 1761… le palais est de style rococo !

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : La façade du Kurfürstliches Palast est en travaux de restauration et une grande partie de celle-ci est recouverte d’échafaudages… Mais, la section où les travaux sont terminés est superbe.

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Et voici la façade du Kurfürstliches Palast… sans échafaudages, comme nous pouvons la voir sur la page Internet du palais dans l’encyclopédie libre Wikipédia.

Notre guide locale à Trèves, Elke, nous indique que le palais a été endommagé lors de la Deuxième Guerre mondiale. « Après les travaux de restauration effectués entre 1954 et 1956, le palais est devenu un édifice administratif du gouvernement régional ».

Les statues qui décorent la façade sont superbes. Elles sont l’œuvre du sculpteur allemand Ferdinand Tietz, qui a travaillé à la cour de cinq princes-électeurs : celle de Bamberg (1749-1784), celle de Wurtzbourg (1736-1754), celle de Trèves, à partir de 1754, puis à celles de Spire et de Cologne… toutes des villes inscrites à notre trajet !

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Les statues qui décorent le palais de Kurfürstliches sont superbes.

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Le jardin fleuri qui fait face au palais est décoré de fontaines d’eau, de multiples statues… c’est très beau.

Kurfürstliches Palast, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Un couple de jeunes mariés, dont la mariée est enceinte, profite de la beauté des lieux pour se faire photographier.

La basilique de Constantin
Puis, nous arrivons devant un immense bâtiment rectangulaire tout en brique. Il s’agit de la Basilique… Un édifice construit comme résidence impériale en 310, sous Constantin.

Au fil des siècles, l’histoire du bâtiment a été particulièrement agitée. Après être resté en ruine entre 406 et 1186, il a été reconstruit au XIIe siècle, à l’époque des Franconniens, pour servir de palais royal, tandis qu’au XIIIe, l’archevêque de Trèves en a fait sa résidence. Au XVIIe siècle, il a été intégré au palais des princes-électeurs, pour être repris par la communauté protestante en 1856, qui en fit son église, l’église du Saint-Sauveur.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, l’église a entièrement brûlé ! Elle fut reconstruite entre 1954 et 1956 avec un imposant plafond à caissons en bois et elle est redevenue un lieu de culte pour les luthériens.

La basilique est aujourd’hui inscrite à la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Le mur de côté de la basilique de Constantin long de 75 mètres est d’une épaisseur de 2,70 mètres !

Nous y entrons.

L’église est vaste et haute et ne comporte qu’une seule nef. Les membres du groupe sont invités à s’asseoir… tandis que j’en profite pour prendre des photos, même si l’église est quelque peu dénudée.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : L’église à une seule nef est longue et haute.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : L’église possède un impressionnant plafond à caissons.

« Aujourd’hui, c’est un temple luthérien », nous indique notre guide.

Il y a des fenêtres sur deux étages. « Trois murs originaux sur quatre subsistent », ajoute Elke. « Elle a 67 mètres de longueur par 27,2 mètres de large et elle est haute de 33 mètres. »

Notre guide nous indique sept niches sur les murs. « Elles sont vides, nous fait-elle remarquer, mais on y a trouvé des vestiges de mosaïques romaines. Probablement qu’à l’époque, des statues représentant les planètes tournant autour de la terre, comme Vénus, Mars, etc., y prenaient place. »

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Il y avait des niches dans les murs.

« En novembre 2014, un nouvel orgue a été installé et lors de son inauguration, c’est un Canadien qui prenait place aux claviers !

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : L’orgue de la basilique de Constantin et l’escalier pour y monter. La basilique est si vaste qu’un écho de 7 secondes répond au grand orgue !

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Un superbe emplacement pour les fonts baptismaux.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Le maître-autel est moderne.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Tout comme la chaire.

Lors de notre passage dans la basilique de Constantin, elle était le théâtre d’une exposition de superbes toiles modernes créées avec de l’acrylique, du sable et des feuilles d’or et d’argent. Voici quelques-unes de ses œuvres.

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Basilique de Constantin, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : De superbes toiles modernes.

Nous sortons à 12 h 30.

Notre accompagnatrice de Voyages Lambert, Krystyna Wozniak, nous informe que les visites de la matinée sont terminée et que nous sommes libres pour la prochaine heure et demie pour le dîner. Elle fixe l'heure du rendez-vous à 14 heures, au centre de la place du marché. Nous partirons alors pour visiter un musée puis les thermes.

Nous trouvons rapidement un restaurant, la Brasserie Trier. Céline y mange un couscous aux légumes accompagné d’une salade, tandis que j’opte pour un spaghetti ragu et une bière. Nous terminons le tout avec un capucino et un expresso… Nous recevons une facture salée… 47€ !

Méli-Mélo
Au cours du voyage de très nombreuses références ont été faites aux princes-électeurs.

Voici une brève définition, provenant de l’encyclopédie libre Wikiédpia, de ce qu’étaient des princes-électeurs.

Tout d’abord, précisons que le titre de prince-électeur dans le Saint-Empire romain germanique n’était pas dévolu aux seuls princes. En effet, le groupe des princes-électeurs qui était composé de sept personnes avec le mandat d'élire l'empereur, pouvait compter tant sur de grands féodaux (des nobles), que sur des souverains et des archevêques ou des évêques.

«Le statut des Princes-électeurs fut défini par la Bulle d'Or de 1356. L'empereur était élu à la majorité de leurs voix, au minimum quatre, quel que soit le nombre d'électeurs participant à l'élection.

Ces princes régnaient sur des États importants du Saint-Empire ; ils disposaient de privilèges très étendus, dont la souveraineté territoriale, ce qui les rendait quasi indépendants de l'empereur. »

Lorsque les archevêques de Trèves ont acquis le statut de prince-électeur, cela a entraîné la ville de Trèves dans sa période la plus florissante de son histoire.

À suivre…
Le très beau Musée de Rhénanie, le Rheinisches Landesmuseum, et sa superbe section gallo-romaine.

Musée de Rhénanie, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Une des œuvres phares du Musée de Rhénanie, le bateau de Neumagen, une sculpture de 3,68 mètres qui date d’environ 220 après Jésus-Christ et qui faisait partie d’un monument funéraire de la cité de Noviomagusm, aujourd’hui Neumagen.

Textes précédents :
Vous pouvez lire les textes précédents de nos reportages sur l'Allemagne en cliquant sur les liens ci-dessous ou en accédant directement à l'onglet "Allemagne" de la rubrique «Voyages» de la barre de menu.

Notre voyage en Allemagne : Trajet proposé par "Voyages Lambert"

1er texte : Willkommen in Köln… Bienvenue à Cologne, sur les berges du Rhin!

2e texte : Cologne: sa cathédrale, ses berges sur le Rhin et ses belles maisons !

3e texte : À Aix-la-Chapelle… sur les traces de Charlemagne!

4e texte : La cathédrale d’Aix-la-Chapelle ou Charlemagne en pièces détachées!

5e texte : La Porta Nigra et le Haupmarkt, la place du Marché!

6e texte : L’imposante cathédrale de Trèves et son cloître!

Bibliographie
Aachen, Aix-la-Chapelle, guide de la ville et de la cathédrale,, Édition Michael Imhof Verlag, 2011, 31 pages;

Allemagne, Guide Vert, Michelin guides touristiques, 2015, 690 pages;

Allemagne, faits et réalités,, Societäts Verlag, 2010, 192 pages;

Allemagne, des villes vivantes, Office national allemand du tourisme, 2010, 198 pages;

Atlas en fiches,, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Berlin, Guides Gallimard, 12e édition ;

Encyclopédie libre Wikipédia Allemagne, Cologne, Aix-la-Chapelle, Trèves et plusieurs autres pages;

LonelyPlanet - Berlin , Publication LonelyPlanet, 2013, 352 pages;

Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

Trèves, à la découverte de la plus vieille ville d’Allemagne,, Rahmel-Verlag, 48 pages.

Remplis sous: Allemagne, Voyages Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. je trouve aussi que ce style baroque mélangé au style rococo des escaliers apporte une diversité culturelle très importante qui plait beaucoup à ma famille et surtout à mon fils Thuschan

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant