9
Oct/15
1

L’imposante cathédrale de Trèves et son cloître!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 6e d’une longue série de reportages relatifs à un fascinant voyage en Allemagne que nous avons réalisé avec Voyages Lambert à l’automne 2015!

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Trèves, Rhénanie-Palatinat, Allemagne, vendredi 9 octobre 2015 – Trèves nous a éblouis en début de matinée par sa Porta Nigra et par sa très animée place du Marché, la Haupmarkt

Puis, nous allons à la découverte de sa cathédrale, un édifice dont les premières pierres ont été mises en place sous le règne de l’empereur Constantin et qui depuis a été modifiée, restaurée, en partie détruite et reconstruite de nombreuse fois. La cathédrale renferme un impressionnant lot d’œuvres d’art… orgues, autels, chaire, statues, monuments funéraires et autres !

Seule ombre au tableau, une relique, « la Sainte tunique » qui ne semble pas bien authentique!

Photo ci-dessus : La cathédrale de Trèves est longue de 112 mètres et large de 41. Avec ses six tours et sa façade massive et sévère, elle ressemble plus à une forteresse qu’à une cathédrale.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après une belle promenade sur la Haupmarkt, la place du Marché de la vieille ville de Trèves, nous arrivons sur la place de la Cathédrale. Wow ! L’édifice religieux est imposant… Une véritable forteresse.

Nos lectures en vue de la rédaction de ce texte nous ont appris que selon la légende, la cathédrale de Trèves a été érigée sur les ruines de l’ancienne maison de Sainte Hélène, la mère de l'empereur Constantin. Celle-ci aurait donné sa maison d'Augusta Treverorum (c’était le nom de la ville de Trèves dans l’Empire romain), à l'évêque de la ville. Ce dernier fit construire une basilique sur ce terrain, et ce, entre les années 310 et 329...

Au fil des ans la petite basilique a été agrandie par l’ajout de nombreux autres bâtiments, devenant, petit à petit, une église immense, beaucoup plus que la cathédrale actuelle ! D’ailleurs, au IVe siècle, avec 30,000 mètres carrés de superficie, elle était reconnue comme la plus grande église de la chrétienté!

Mais, les Francs, puis après eux les Normands, en ont détruit de grandes parties, avant que des évêques du Moyen-Âge ne la remettent en état… mais dans des dimensions beaucoup moindres.

Et évidemment, tout comme la ville de Trèves, la cathédrale fut lourdement endommagée par les bombardements alliés lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Ce n’est qu’entre 1960 et 1974 que la cathédrale fut restaurée. Elle ne fut remise en service que le 1er mai 1974 !

Notre guide locale à Trèves, Elke, nous raconte que l’empereur Constantin, qui a régné sur l’Empire romain de 306 à 337 a pris la princesse impériale Fausta pour épouse… alors que celle-ci n’était âgée que de 7 ans ! « Toutefois, prend soin de nous rassurer notre guide, ce n’est qu’à compter de 17 ans qu’elle a commencé à partager sa couche. Le couple eut alors cinq enfants. »

« L’épouse de Constantin, tellement plus jeune que son empereur de mari, aurait commis l’adultère avec un des fils illégitimes de celui-ci, soit Crispus. »

« L’empereur dans un accès de rage a alors fait exécuter son épouse et son fils illégitime en plus de faire raser la maison où a été commis l’adultère. La cathédrale aurait été érigée pour condamner la mémoire de Fausta et Crispus ! »

Notre guide souligne que « derrière la façade qui se trouve devant nous, il ne subsiste que le noyau romain des antiques constructions ». « Toutefois, le plan de cette cathédrale est unique au monde », précise-t-elle.

Elke attire notre attention sur une inscription latine, en lettres dorées, qui prend place sur une des tours de la cathédrale, tout juste au-dessus de l’horloge. Il est écrit : Nescitis qua hora dominus veniet, ce qui peut se traduire par « Vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra » !

Place de la cathédrale, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Nous sommes sur l’immense place de la cathédrale qui est entourée de très beaux bâtiments, pour la plupart assez récents.

Place de la cathédrale, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Sur cette place des guides locales comédiennes entretiennent leur public en jouant des rôles de personnages historiques qui ont été importants dans l’histoire de Trèves.

L’intérieur de la cathédrale
Il est 10 h 50 lorsque nous entrons dans la cathédrale. Elke demande aux membres du groupe de s’asseoir… Plusieurs en sont bien heureux !

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : L’intérieur de la cathédrale de Trèves.

La décoration intérieure de la cathédrale est d’une richesse incroyable et surtout des plus intéressantes.

Notre guide attire tout d’abord notre attention sur l’orgue. « L’orgue est superbe et unique, dit-elle. Il pèse 30 tonnes ! »

Il y a des fleurs sculptées, roses et grises, tout juste en dessous de celui-ci.

Orgue de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Orgue de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : L’orgue principal de la cathédrale de Trèves a été conçu par la société allemande « Johannes Klais Orgelbau » en 1980.

« L’édifice ayant été érigé depuis plus de 1,700 ans, évidemment on y rencontre plusieurs styles architecturaux », lance notre guide.

Puis notre guide trévère nous indique la chaire située tout juste en dessous de l’orgue. « Elle date de 1571 et a été réalisée par Hans Ruprecht Hoffmann, le même architecte-sculpteur qui a construit la fontaine que nous avons admirée ce matin sur la Haupmarkt. »

Chaire de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Chaire de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Chaire de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : La chaire renaissance de la cathédrale de Trève, qui date de 1570, affiche des bas-reliefs qui sont des œuvres de Hans Ruprecht Hoffmann, un artiste majeur de cette période.

« La partie romaine de la cathédrale subsiste depuis l’an 314 ! »

« Au XIIe siècle, on a creusé pour bâtir un nouveau chœur. D’ailleurs, un des portails date de 1180. C’est à cette époque que des arcs coûtants ont été ajoutés pour supporter le tout. »

« Par la suite une nef transversale a été ajoutée. »

Elke nous indique un monument funéraire immense conçu dans le plus pur style maniériste. « Il s’agit d’une autre œuvre de Hans Ruprecht Hoffmann. »

« Le monument a des similitudes avec l’image que l’on peut se faire de la Jérusalem Céleste », précise-t-elle.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Il y a plusieurs sculptures dont celle de l’archevêque Lothar von Mettynich (1599-1623), de la vierge Marie, de plusieurs saints, des huit béatitudes et de Saint-Michel en train de tuer Lucifer… ce dernier arborant des seins de femme !

Je profite de l’occasion pour immortaliser sur la carte mémoire de mon appareil photographique plusieurs œuvres qui décorent la cathédrale :

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Monument funéraire de Jean-Hugo d’Orsbeck (1634-1711), qui fut, sous le nom de Jean VIII l’archevêque de Trèves de 1676 sa mort.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : De belles sculptures.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Probablement les fonts baptismaux de la cathédrale de Trèves.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Des sculptures de femmes dans le choeur.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Et des œuvres plus modernes !

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Une belle colonne dont le bois est sculpté.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Le maître-autel.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Depuis le Moyen Âge, les tombeaux des évêques de Trèves se trouvent dans la cathédrale, comme celui baroque de François-Georges de Schönborn.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Il y a également ce bel encorbellement dans la partie ouest de la cathédrale.

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photos ci-dessus : Et cet autre monument funéraire.

La Sainte tunique
Nous montons deux étages pour nous rendre dans la chapelle de la Sainte tunique, un vêtement que le Christ aurait porté et qui daterait donc du Ier siècle de notre ère!

Elke évoque la légende pour nous parler de la Sainte tunique, la relique la plus importante de la cathédrale de Trèves.

« Hélène, mère de l'empereur Constantin, a fait venir de Jérusalem la « Sainte tunique », un vêtement qu’aurait porté Jésus. Elle aurait donné le précieux bout de tissu à l'évêque de Trèves, Agritius. »

« Toutefois, l'existence de cette tunique n’est évoquée pour la première fois que vers l’an 1060 par le biographe de saint Agritius », précise-t-elle.

« Ce n’est qu’en 1515 que la tunique fut montrée pour la première fois, et ce, à l’initiative de l’empereur Maximilien. »

« Des analyses effectuées sur le document ont révélé que la soie de la tunique daterait du XVIe siècle, mais cela n’empêche pas la cathédrale d’afficher la tunique comme relique authentique du Christ… »

L’objet saint est situé loin derrière une grille au-dessus de laquelle il y a une gigantesque porte d’arche superbement sculptée. La tunique est dans un tombeau de verre mais, évidemment, à cette distance nous ne pouvons pas la voir.

Dans la petite pièce où nous nous trouvons, il y a une statue de Saint-Pierre… le gardien de la porte du paradis dont la ceinture affiche deux clés... celle du paradis évidemment et celle de la Porta Nigra !

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Saint-Pierre et les deux clés !

Cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Et la cathédrale que nous avons revue en soirée... est encore plus imposante!

Le cloître
Nous descendons et sortons dans le cloître de la collégiale des Chanoines. C’est froid et très humide, il n’y a pas de soleil, mais l’endroit est très impressionnant !

Cloître de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Vue d’ensemble du cloître de la cathédrale Saint-Pierre et des édifices qui l’entourent!

Nous voyons un beau jardin, des tombes fleuries et la petite chapelle des chanoines, la chapelle Notre-Dame qui sert de monument funéraire pour les chanoines, un édifice qui date du XIIIe siècle.

Cloître de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Un magnifique groupe de sculptures modernes.

Cloître de la cathédrale Saint-Pierre, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : Des tombes fleuries dans le cloître. Nous remarquons qu’il y a trois dates inscrites sur les tombes des chanoines : la date de naissance, la date d’ordination et la date de décès.

Le cloître relie la cathédrale à l’église Liebfrauen, une des premières églises gothiques d’Allemagne. Mais, sa visite n’est pas à notre programme.

« À une certaine époque, affirme notre guide, il y avait 84 couvents et monastères ici à Trèves et la ville était alors surnommée « un nid de prêtres » ! »

« La raison d’un si grand nombre de bâtiments religieux est bien simple, tous les terrains des environs appartenaient à l’Église catholique, alors ! C’est Napoléon, en 1802, qui mit fin à ce pouvoir des religieux. Les terrains ont alors été vendus à des particuliers. »

Nous sortons à 11h35 et poursuivons notre promenade dans la vieille ville…

À suivre…
L’ancien château du prince-électeur… et la basilique !

Basilique, Trèves, Allemagne

Photo ci-dessus : La « Basilique » est un grand bâtiment rectangulaire entièrement en brique… qui était à l’origine la salle principale de la résidence impériale de Constantin… construite en 310.

Textes précédents :
Vous pouvez lire les textes précédents de nos reportages sur l'Allemagne en cliquant sur les liens ci-dessous ou en accédant directement à l'onglet "Allemagne" de la rubrique «Voyages» de la barre de menu.

Notre voyage en Allemagne : Trajet proposé par "Voyages Lambert"

1er texte : Willkommen in Köln… Bienvenue à Cologne, sur les berges du Rhin!

2e texte : Cologne: sa cathédrale, ses berges sur le Rhin et ses belles maisons !

3e texte : À Aix-la-Chapelle… sur les traces de Charlemagne!

4e texte : La cathédrale d’Aix-la-Chapelle ou Charlemagne en pièces détachées!

5e texte : La Porta Nigra et le Haupmarkt, la place du Marché!

Bibliographie
Aachen, Aix-la-Chapelle, guide de la ville et de la cathédrale,, Édition Michael Imhof Verlag, 2011, 31 pages;

Allemagne, Guide Vert, Michelin guides touristiques, 2015, 690 pages;

Allemagne, faits et réalités,, Societäts Verlag, 2010, 192 pages;

Allemagne, des villes vivantes, Office national allemand du tourisme, 2010, 198 pages;

Atlas en fiches,, Éditions Atlas, 2008;

Cartoville - Berlin, Guides Gallimard, 12e édition ;

Encyclopédie libre Wikipédia Allemagne, Cologne, Aix-la-Chapelle, Trèves et plusieurs autres pages;

LonelyPlanet - Berlin , Publication LonelyPlanet, 2013, 352 pages;

Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

Trèves, à la découverte de la plus vieille ville d’Allemagne,, Rahmel-Verlag, 48 pages.

Remplis sous: Allemagne, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Dans le choeur de la cathédrale, quelle est cette religieuse qu’on voit,de troisquarts arrière décalée du mur, et semblant s’en extraire? merci.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant