8
Oct/15
2

À Aix-la-Chapelle… sur les traces de Charlemagne!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 3e d’une longue série de reportages relatifs à un fascinant voyage en Allemagne que nous avons réalisé avec Voyages Lambert à l’automne 2015!

Elisenbrunnen, Fontaine d’Élise, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Aix-la-Chapelle, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne, jeudi 8 octobre 2015 – Hier, nous avons découvert Cologne, une très belle ville traversée par le Rhin! Pour notre deuxième journée en Allemagne, nous partons à la découverte d’Aix-la-Chapelle… une ville où Charlemagne, oui oui, celui qui aurait inventé l’école, installa le siège permanent de la cour franque et y fit construire son palais impérial… dont la superbe chapelle deviendra plus tard la cathédrale de la ville, une église inscrite à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1978.

À compter de l’an 936, les empereurs du Saint-Empire romain germanique furent couronnés à Aix-la-Chapelle, et ce, pendant tout près de 600 ans, le dernier ayant été Ferdinand Ier en 1531. Au total, quelque 30 empereurs et rois y reçurent leur couronne !

Ce sont les sources d’eau chaude jaillissant de terre ici qui amenèrent Charlemagne à s’installer à Aix-la-Chapelle. D’ailleurs, le mot Aix, en allemand Aachen, vient du germanique « ahha » ou du latin « aqua », tous les deux voulant dire « eau » et l’eau à Aix-la-Chapelle est présente partout, comme en font foi les 60 fontaines qui animent ses rues.

Nous y allons tout d’abord d’une belle promenade dans la vieille ville, arpentant « la route Charlemagne », avant de visiter la cathédrale en après-midi.

Photo ci-dessus : La fontaine d'Élise, « Elisenbrunnen » en allemand, est aujourd’hui le signe distinctif de la ville d'Aix-la-Chapelle. Elle a été édifiée entre 1822 et 1827 d’après les plans de Johann Peter Cremer et de Karl Friedrich Schinkel. À l'époque, elle servait de lieu de promenade et de fontaine ! Le bâtiment se présente sous la forme d’une colonnade ouverte terminée aux deux extrémités par des pavillons de style classique. C’est dans la rotonde centrale que l’on retrouve la célèbre eau thermale… qui peut, aujourd’hui encore, être puisée!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

La nuit de sommeil a été vraiment bénéfique… surtout que nous avons pu dormir jusqu’à 7h30… un événement rare avec Voyages Lambert!

Après avoir déposé nos valises à la porte de notre chambre - et oui nous ne dormons qu’une seule nuit à Aix-la-Chapelle -, nous descendons à la salle à manger pour notre petit-déjeuner… qui est excellent !

Puis à 9 h 45, nous grimpons dans l’autocar histoire de déposer notre bagage à main, car nous ne reviendrons pas à l’hôtel après notre visite à pied de la ville d’Aix-la-Chapelle.

Tout près de l’autocar, j’aperçois une fontaine surmontée d’un drôle d’animal. Je m’y rends. Il s’agit de la fontaine du Bahkauv réalisée en 1967 par le sculpteur allemand Kurt-Wolf von Borries. Elle est particulièrement effrayante !

Fontaine du Bahkauv, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Les fontaines d’Aix-la-Chapelle immortalisent non seulement les personnages importants de l’histoire, mais aussi des personnages de légendes locales, dont la créature fabuleuse – mi-panthère, mi-dragon –, le « Bahkauv », qui se dresse sur la place du Büchel.

Selon la légende racontée sur la grande toile, « la nuit, le « Bahkauv » guettait les hommes ivres. La tradition raconte que le monstre ressemblait à un veau avec des écailles et des dents pointues. Il jaillissait du néant et effrayait les buveurs qui rentraient chez eux. Puis il sautait sur leurs épaules et se laissait porter jusqu'à la maison. Plus l'homme ivre le priait de s'en aller, plus il devenait lourd. »

C’est sous une pluie légère que nous rejoignons notre guide locale, Rosi, devant les bureaux de l’office du tourisme de la ville. Il est 10 heures lorsqu’elle nous souhaite la bienvenue à Aix-la-Chapelle, une ville fondée par les Romains qui est devenue ville impériale jusqu’en 1794, puis fut française jusqu’en 1814… avant d’être intégrée à la Prusse.

Guide locale, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Une de nos deux guides locales à Aix-la-Chapelle, Rosi, qui nous mentionne d’entrée de jeu qu’ici nous ne sommes qu’à 4 km des frontières belge et hollandaise.

Elisenbrunnen
Profitant que nous sommes devant le bâtiment de la fontaine d’Élise, Elisenbrunnen, l’édifice qui abrite aujourd’hui l’office du tourisme de la ville, notre guide nous indique que cette immense bâtisse de style classique romain, dont la rotonde fait cinq mètres de hauteur, a été nommée en l’honneur de la princesse Elisabeth Ludovika, la fille du roi Maximilien 1er de Bavière. Celle que l’on nommait affectueusement Élise a épousé en 1823, celui qui allait devenir le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume IV.

Buste de la princesse Elisabeth Ludovika, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Un buste de la princesse Elisabeth Ludovika se trouve dans la rotonde. L’œuvre d’art aurait certes besoin d’un bon nettoyage.

Puis, Rosi continue en précisant : « Aix-la-Chapelle est réputée pour ses eaux thermales, et ce, depuis sa fondation par les Romains. En fait, dans la ville on retrouve 30 sources thermales. C’est d’ailleurs pour cette raison que Charlemagne fit de sa résidence d’Aix-la-Chapelle sa préférée. »

« Au fil des siècles, ajoute-t-elle, une foule de personnages célèbres sont venus ici pour profiter des eaux curatives. » Elle mentionne, entre autres, le tzar Pierre le Grand, le compositeur Georg Friedrich Haendel, Frédéric II de Prusse, Gustave III de Suède et même l’impératrice Joséphine, l’épouse de Napoléon.

Elisenbrunnen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Deux plaques de marbre affichées à l’intérieur de la rotonde d’Elisenbrunnen précisent l’identité de quelques visiteurs célèbres. Voici l’une d’elles.

Notre guide nous amène près de la source d’eau chaude. Elle affirme que malgré la forte odeur de soufre, le goût de l’eau n’en est pas beaucoup affecté. « Cette eau, qui atteint parfois 52 degrés Celsius, est idéale pour les soins rhumatismaux. » Nous touchons à un jet d’eau chaude jaillissant de la fontaine… L’eau est effectivement chaude et elle sent le soufre.

Elisenbrunnen, Fontaine d’Élise, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Cette coupole est le centre du bâtiment nommé la fontaine d'Élise, « Elisenbrunnen » en allemand. Il a été édifié entre 1822 et 1827 d’après les plans de Johann Peter Cremer et de Karl Friedrich Schinkel, ce dernier, un architecte prussien, a été fort productif et nous aurons la chance d’admirer plusieurs de ses œuvres au cours du périple. Le bâtiment se présente sous la forme d’une colonnade ouverte terminée aux deux extrémités par des pavillons de style classique. C’est dans la rotonde centrale que l’on retrouve la célèbre eau thermale… qui peut, aujourd’hui encore, être puisée !

Pendant que nous traversons les jardins d’Elisenbrunnen, Rosi nous fait remarquer qu’Aix-la-Chapelle est habitée depuis très très longtemps. « Des tumulus datant de l’âge de bronze ont été retrouvés sur les collines entourant la ville… C’est là qu’on y extrayait du silex. »

« Charlemagne y a établi son palais impérial à l’époque où son empire s’étendait jusqu’en Italie. Aix-la-Chapelle occupait alors une position centrale dans l’Empire. »

« Même si la ville a été détruite par les Normands en 881, elle a retrouvé son importance en 936, alors qu’elle est devenue l’endroit du couronnement des rois et des empereurs. Pas moins de 30 couronnements y ont été célébrés jusqu’en 1531.»

« De 1792 à 1814, Aix a été française. En 1815, elle est devenue prussienne et a alors acquis sa renommée de ville industrielle. »

« Mais, elle a été détruite à 70 % durant la Deuxième Guerre mondiale. Depuis, elle a été reconstruite et a retrouvé son caractère tant industriel, qu’historique et universitaire. »

Vitrine archéologique, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Dans les jardins d’Elisenbrunnen prend place une « vitrine archéologique ». L’édifice est constitué d’une structure légère en acier inoxydable et offre, sur 60 mètres carrés, un bel aperçu d’un lieu de fouilles archéologiques… fouilles qui originalement se sont effectuées sur 2000 mètres carrés !

Fontaine du « Cycle de l’argent »
Nous arrivons devant une fontaine où prennent place cinq personnages sculptés dans le bronze qui se passent de l’argent de main à main. « Il s’agit de la fontaine du cycle de l’argent », nous lance Rosi.

Fontaine du Cycle de l’argent, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine du Cycle de l’argent, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine du Cycle de l’argent, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine du Cycle de l’argent, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : La fontaine du « Cycle de l’argent », un don de la banque Sparkasse, illustre en son milieu les remous de la finance. Les personnages tout autour sont reliés par le thème de l'argent : la femme symbolise l'avarice, car elle tient étroitement ses richesses dans le baluchon sous son bras ; les deux hommes à côté d'elle agissent dans l'ombre pour faire circuler la monnaie, l'homme en face symbolise la cupidité. Un peu sur le côté, un père donne son argent de poche à son fils. Le mouvement de l’eau dans le bassin symbolise justement la circulation de l’argent !

Nous continuons notre promenade et passons devant l’immense librairie Rossmann, dont il y a 40 succursales en Allemagne. « C’est l’équivalent de la Fnac en France », fait remarquer Rosi, un exemple taillé sur mesure pour des touristes français !

Elle ajoute qu’à l’intérieur, dans les sous-sols, il y a eu des fouilles archéologiques.

Les Printen
Nous arrivons devant une petite statue où une jeune fille arbore un pain d’épice. Il s’agit d’un « Printen », «une spécialité culinaire aixoise possédant une appellation d'origine contrôlée », lance fièrement notre guide.

Printen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : En 1984 Leo van den Daele, un commerçant d’Aix-la-Chapelle, a offert à sa ville cette belle statue en bronze réalisée par le sculpteur allemand Hubert Lönecke. L’œuvre est nommée « Öcher Prent »!

Notre guide entre dans quelques commerces et en ressort avec des petits morceaux de pain d’épice qu’elle nous offre pour goûter !

Nobis Printen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Nobis Printen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : La très belle vitrine du magasin Nobis Printen, qui existe depuis 1858, et dans lequel notre guide locale à Aix-la-Chapelle, Rosi, est entrée pour obtenir quelques morceaux de pain d’épice à goûter!

Nous empruntons de petites ruelles.

Nobis Printen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Un autre beau lampadaire suspendu que nous avons l’occasion d’admirer dans les petites ruelles d’Aix-la-Chapelle.

Soudain, l’Hôtel de Ville se dresse devant nous avec sa tour haute de 20 mètres, restée telle qu’elle était à l’époque de Charlemagne.

Nobis Printen, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : La tour de l’Hôtel de Ville d’Aix-la-Chapelle date de 788. Cet ouvrage fortifié, nommé « Tour Granus », était partie intégrante du palais carolingien. Elle s’élève à 21 mètres de haut.

Nous passons devant le Musée Couven installé depuis 1960 dans un immeuble datant de 1786. Ce musée est dédié au mode d’habitation des personnes qui ont habité Aix-la-Chapelle au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Musée Couven, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Le Musée Couven, l’exemple type des maisons d’habitation de style rococo tardif d’Aix-la-Chapelle.

Cette maison a été occupée par le maire de la ville à l’époque de sa construction. Elle a été épargnée durant la guerre. Elle est construite de pierres bleues, de briques et d’ardoises, trois matériaux typiques d’Aix-la-Chapelle.

La fontaine des poupées
Nous croisons une autre fontaine, celle des poupées, Puppenbrunnen en allemand. Notre guide nous démontre que les membres des poupées de cette fontaine sont mobiles.

Fontaine des poupées, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine des poupées, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine des poupées, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine des poupées, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : La fontaine des Poupées date de 1975. Il s’agit d’une œuvre de Bonifatius Stirnberg et est une des préférées des Aixois, car elle présente, avec ses personnages mobiles, la diversité de leurs vies. Le coq au sommet de la fontaine est le symbole de la France. Il rappelle l'époque où Aix-la-Chapelle était la capitale du département de la Roer sous Napoléon.

Ville universitaire
« Aix-la-Chapelle est aussi une ville universitaire », signale notre guide. « L’université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle a été fondée en 1870 et elle a brillé au niveau de l’ingénierie jusqu’au début du XXe siècle. Les deux guerres ont toutefois relégué ses bâtiments au rang de caserne. »

« Après la guerre, l’université a repris son expansion et de nouvelles facultés non techniques ont été ouvertes, celle de philosophie en 1965 et celle de médecine en 1966. C'est ainsi que l'école polytechnique devient véritablement une université… tout en choisissant de garder sa dénomination de grande école technique afin d'honorer ses origines. »

« Aujourd’hui, elle est fréquentée par plus de 33,000 étudiants… alors qu’Aix-la-Chapelle n’affiche qu’une population de 242,000 habitants. »

L’encyclopédie libre « Wikipédia » nous a toutefois appris qu’un scandale a éclaté à l’université en 1995, alors qu’on a découvert que le directeur, le professeur-docteur Hans Schwerte, était en réalité Hans Ernst Schneider, un ancien commandant SS ! Évidemment, tous ses privilèges et titres ont alors été révoqués !

La cathédrale
Nous passons devant la cathédrale et Rosi nous mentionne qu’elle a été partiellement détruite durant la dernière guerre mondiale. « Elle abrite la châsse de Charlemagne, qui a été enterré ici le jour de sa mort en 1215 ».

« Cette église affiche les plus hauts vitraux gothiques de toute l’Europe. Ils prennent place à 27 mètres de hauteur. La cathédrale dont la construction a commencé sous Charlemagne en 794 a été agrandie au fil des ans, c’est pourquoi elle se présente sous quatre styles d’architecture différents. »

« Charlemagne a fait venir de Grèce et de Rome des symboles importants du christianisme afin de témoigner de la puissance de la cathédrale. »

« Possèdant quatre reliques, elle est aujourd’hui le quatrième lieu de pèlerinage au monde. Elle est devenue en 1978, le premier bâtiment allemand à être inscrite à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. »

Cathédrale, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Nous croisons sur la rue cette superbe maquette en bronze de la cathédrale.

Notre accompagnatrice de Voyages Lambert, Krystyna Wozniak, prend la parole pour nous informer que nous visiterons la cathédrale et son trésor cet après-midi.

La fontaine des Oiseaux
Nous croisons deux autres fontaines, celle des Oiseaux et celle des Poissons… cette dernière est le dernier vestige de l’ancien marché aux poissons… « Le baptistère de la cathédrale, nous indique notre guide, se trouve derrière cette fontaine ».

Fontaine aux oiseaux, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine aux oiseaux, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : La jolie fontaine aux oiseaux.

Fontaine aux poissons, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Fontaine aux poissons, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : Et celle des Poissons.

Les alentours de l’Hôtel de Ville
Nous arrivons derrière l’Hôtel de Ville et en faisons le tour pour nous retrouver sur la place du pilori, une grande place rectangulaire où se font face l’Hôtel de Ville et le palais de Charlemagne.

Dans ce palais, il y a la grande salle des rois et la chapelle palatine dédiée à Marie, le Marienkirche… qui était reliée directement aux appartements du roi.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : La façade sud de l’Hôtel de Ville d’Aix-la-Chapelle.

Nous entendons un carillon sonné.

Nous sommes maintenant sur la « Place du marché », Marktplatz… où se tiennent les mardis et jeudis justement des marchés. Nous sommes jeudi, il y a foule.

« C’est l’endroit le plus élevé de la ville », précise notre guide. « Tout autour ce sont des rues descendantes. »

Devant nous se dresse l’Hôtel de Ville, dont la construction a commencé au XIVe siècle. Nous voyons l’horloge que nous venons d’entendre carillonner.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : L’Hôtel de Ville d’Aix-la-Chapelle un jeudi, jour de marché.

Devant nous prend place la plus grande fontaine de la ville, la fontaine du Marché, celle sur laquelle trône une statue de Charlemagne ! « La vasque de la fontaine pèse 6000 kg », affirme notre guide.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : La statue de Charlemagne qui prend place au sommet de la fontaine du Marché a été coulée en 1620 à Dinant en Belgique.

La signature de Charlemagne
Sur la façade d’une pharmacie, notre guide attire notre attention sur une curieuse croix en fer forgé ! « Il s’agit de la signature de Charlemagne, nous dit-elle. « Cette croix est en bronze. Elle était le sceau officiel de l’Empereur et aujourd’hui elle est l’emblème de l’université. »

Monogramme de Charlemagne, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Lors de nos recherches en vue de la rédaction de ce texte, nous avons appris que « Charlemagne n’avait appris à écrire que tard dans sa vie… et qu’il n’a jamais très bien maîtrisé cette technique. Pour lui permettre de signer autrement qu’avec une simple croix, son conseiller Eginhard lui a appris à tracer ce signe simple, un monogramme qui contient toutes les lettres de son nom en latin, Karolus. »

Nous arrêtons devant deux maisons typiques d’Aix-la-Chapelle. « L’une est en bois et l’autre sans bois, car le bois est interdit dans la construction des maisons… depuis le grand incendie de la ville qui a eu lieu en 1656», nous fait remarquer Rosi.

Maisons typiques, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Deux maisons typiques, une en bois l’autre sans aucune trace de ce noble matériau.

L’Hôtel de Ville
Nous entrons dans l’Hôtel de Ville… ce qui nous donne un répit, car il pleut depuis que nous avons quitté l’hôtel ce matin.

Nous montons à l’étage, où se trouve la salle des festins. Il y a quatre piliers datant du XIVe siècle et cinq fresques décorent les murs. Le plafond est remarquable avec ses couleurs pastel.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Une des fresques célébrant la vie de Charlemagne que l’on peut admirer dans la salle des festins de l’Hôtel de Ville. Elle est d’Alfred Rethel et a été réalisée entre 1847 et 1861.

C’est ici qu’autrefois on fêtait le couronnement des rois.

Aujourd’hui, cette salle est utilisée uniquement pour des réceptions de l’université et de l’administration municipale.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Il doit y en avoir une réception aujourd’hui, car il y a plusieurs tables de montées et prêtes à recevoir des convives.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Le plafond recouvert d’arches est superbe.

Nous descendons au rez-de-chaussée et entrons dans la salle blanche avec des murs et des plafonds blanc et or de style baroque.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Les murs de la « salle blanche » sont recouverts de stucs blanc et or!

Nous passons à la salle de la cour de justice des maîtres artisans, c’est ici qu’étaient contrôlés, au Moyen-Âge, les tissus avant d’être exportés. Elle est devenue le bureau du maire jusqu’en 1995.

Nous passons à la cuisine des maîtres artisans avec sa splendide cheminée datant de 1668. Il y a des portraits de quelques-uns des artisans.

Puis, nous entrons dans la salle rouge, ou de la paix. Elle a été décorée du temps de la guerre de successions autrichienne. Ses murs sont rouges et or et le plafond blanc et vert ! C’est impressionnant.

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : Aux quatre coins de la salle rouge, des sculptures de stucs célèbrent les quatre saisons.

Finalement, nous arrivons dans la salle des délibérations du Conseil de ville. Une salle toujours utilisée aujourd’hui par les membres du Conseil municipal pour leurs réunions. Le plafond est décoré de fresques datant de 1628. Celles-ci représentent les quatre vertus cardinales. Au mur du fond, une toile montre Charlemagne !

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Hôtel de Ville, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photos ci-dessus : La salle des délibérations du Conseil de ville… et le portrait de Charlemagne.

Il est midi et la visite se termine ici.

Krystyna remercie notre guide et nous informe que c’est dîner libre jusqu’à 13 h 40. À cette heure, nous devons nous retrouver devant la cathédrale où nous attendra la guide pour notre visite de ce lieu de prière… au riche trésor !

Méli-Mélo
La population de la ville d'Aix-la-Chapelle s'établit à quelque 242,000 âmes.

Ses habitants sont des Aixois et des Aixoises.

Tout comme Cologne, Aix-la-Chapelle fait partie du land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Étant donné la longue liste des personnalités célèbres qui ont profité de ses sources thermales, Aix-la-Chapelle est surnommée « la ville des bains royaux » !

À suivre…
Impressionnante visite de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle… et surtout de son trésor!

Buste reliquaire de Charlemagne, Aix-la-Chapelle, Allemagne

Photo ci-dessus : Le buste reliquaire de Charlemagne contenant la calotte crânienne de l’empereur. L’œuvre d’art date de 1349.

Textes précédents :
Vous pouvez lire les textes précédents de nos reportages sur l'Allemagne en cliquant sur les liens ci-dessous ou en accédant directement à l'onglet "Allemagne" de la rubrique «Voyages» de la barre de menu.

Notre voyage en Allemagne : Trajet proposé par "Voyages Lambert"

1er texte : Willkommen in Köln… Bienvenue à Cologne, sur les berges du Rhin!

2e texte : Cologne: sa cathédrale, ses berges sur le Rhin et ses belles maisons !

Bibliographie
Aachen, Aix-la-Chapelle, guide de la ville et de la cathédrale,, Édition Michael Imhof Verlag, 2011, 31 pages;

Allemagne, faits et réalités,, Societäts Verlag, 2010, 192 pages;

L’Allemagne, des villes vivantes, Office national allemand du tourisme, 2010, 198 pages;

Atlas en fiches, Allemagne, Bavière, Rhénanie-Palatinat, Ruhr, Saxe, Berlin, Cologne, Munich, Main, Neckar, etc., Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre Wikipédia Allemagne, Cologne, Aix-la-Chapelle, Charlemagne et plusieurs autres pages;

Le Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

LonelyPlanet - Berlin , Publication LonelyPlanet, 2013, 352 pages;

Cartoville - Berlin, Guides Gallimard, 12e édition.

Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Très intéressant, nous irons vers le 19 août mais il ya beaucoup àvoir, est ce qu’on trouve un guide français?

  2. Nous étions en voyage organisé et partout en Allemagne nous avons eu des guides francophones… et d’excellents!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant