20
Déc/14
3

L’expression du jour : point barre

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

10_75V49Samedi, 20 décembre 2014

Source de la recherche
Le paragraphe suivant d’un éditorial de Serge Truffaut publié dans le quotidien Le Devoir du 15 décembre 2014 :

«À peine la présidente de la Commission du renseignement, Dianne Feinstein, avait-elle conclu son exposé sur les méfaits conduits par la CIA en sol américain mais aussi étranger, qu’il était écrit dans le ciel que l’ex-vice-président Dick Cheney serait l’acteur en chef de la réaction la plus violente. Et effectivement, dimanche, dans le cadre de l’émission Meet the Press de NBC, celui qui fut et reste le principal architecte de la légalisation, au sens le plus juridique du terme, de la torture, a martelé que la fin justifie bel et bien les moyens (« I have no problem as long as we achieve our objective »). Mais encore ? Les attentats du 11-Septembre commandaient et commandent encore et toujours le recours aux interrogatoires musclés. Point barre

Définition
J’avais une idée assez précise du sens de l’expression point barre, mais je m’interrogeais quant à son origine.

Le Grand Robert de la langue française définit la locution point barre comme signifiant «un point c'est tout». Toutefois le grand format du Robert ne précise pas sa provenance.

Le dictionnaire de l’encyclopédie libre Wikipédia, le «Wiktionnaire», qui suggère la définition suivante « Tout a été dit, il n’y a rien à rajouter », propose deux origines à la locution, soit :

Sur le modèle de point final, allusion au clavier d’ordinateur, le point suivi de la barre d’espacement.

Certains situent plutôt l’origine de l’expression au point suivi d’un tiret « . _ » qui indique la fin d’un message en Morse.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. « ./ »
    On trouve ce signe de ponctuation dans des manuscrits du 18e siècle où il marque la fin d’un paragraphe ou d’une section. Il est composé, comme son nom «point-barre» l’indique, d’un point immédiatement suivi d’une barre: « ./ ». Une barre oblique, bien sûr, sinon ce serait un tiret ou un trait d’union. Dans le code de monsieur Morse, il n’est pas question de points et de barres mais de signaux courts et longs.

    Le ./ est resté manuscrit, je crois. À moins que quelqu’un en connaisse une forme imprimée.

  2. L’explication du clavier me semble douteuse puisque si on place un espace après un point le texte se poursuit…On ne met pas un espace apres un point final.

  3. Pour ma part, je pense qu’il s’agit du point d’exclamation qui marque une déclaration péremptoire.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant