6
Nov/14
2

Passer du baseball au softball… pas facile – Rosie Lyard

Les nôtres dans le baseball collégial et universitaire américain

Texte et recherches de Jacques Lanciault

Rosie Lyard

Laval, Québec, le 6 novembre 2014 - Au mois d’août dernier, lors du Championnat canadien de baseball féminin tenu en Colombie-Britannique, Rosie Lyard a brillé avec l’équipe de baseball senior du Québec. Puis, à peine revenue au Québec, elle refaisait ses valises et repartait, cette fois-ci, en direction de la Floride pour amorcer une toute nouvelle aventure, celle de joueuse de softball au sein de la puissante division 1 de la National Junior College Athletic Association (NJCAA). La jeune fille originaire de Québec espère percer l’alignement de la formation des Titans du Eastern Florida State College en vue de la saison 2015.

Photo ci-dessus : Rosie Lyard s’adapte à son nouveau sport au «Eastern Florida State College» de Melbourne en Floride. Une saison d’automne très chargée devrait lui permettre d’apprivoiser son nouveau sport et d’apporter les ajustements nécessaires pour amorcer la saison 2015… dès le 31 janvier !

Le camp d’automne a été particulièrement chargé pour la jeune femme âgée de 19 ans et ses coéquipières des Titans. Outre les séances d’entraînement sur le terrain et celles quotidiennes de conditionnement physique, l’équipe collégiale a également disputé plus de vingt rencontres pour le moment et il en reste encore dix autres au calendrier.

Mademoiselle Lyard est d’avis qu’elle a bien fait depuis son arrivée, et ce, même si elle l’avoue, « le passage de baseballeuse à softballeuse est ardu ».

« L'adaptation à mon nouveau sport a été laborieuse et je sais que j'ai encore beaucoup de travail à accomplir, mais une chose est certaine, je me suis améliorée depuis le début. »

« Le plus difficile est certainement le bâton! L'angle d’arrivée de la balle est différent, la grosseur aussi, tout comme la distance qui sépare le frappeur du lanceur… qui est très, très courte (la plaque du lanceur est à 43 pieds du marbre). Et il y a le "stuff" des lanceuses ! Mon expérience du baseball ne m’avait jamais préparée à frapper des balles « montantes » ! »

En défensive, Rosie patrouille aussi bien le champ droit que le champ gauche, tout comme au baseball d’ailleurs. L’adaptation a été beaucoup plus facile défensivement.

Outre les techniques de jeu, la jeune athlète a également eu à apprivoiser… les entraîneurs ! «Ils sont très exigeants, mais cela je le savais avant d’arriver et je m’y étais préparée. Ici tu n'as pas le droit à l'erreur. »

Et justement son sort en vue de la saison d’hiver, qui va débuter dès la fin janvier, est entre leurs mains!

« L’équipe d’entraîneurs utilise la saison d'automne pour nous évaluer… et une fois les vacances de Noël passées, leur équipe sera faite ! Ils nous ont répété depuis le début du camp que cette année les joueuses ont beaucoup de potentiel et que les postes ne sont pas acquis. C'est beaucoup de pression de jouer pour eux, mais j'aime l'expérience! »

Une chance que du côté académique, Rosie, qui avait étudié durant deux ans au cégep Champlain St Lawrence, n’a pas eu à subir la barrière des langues. Pour l’heure, elle étudie en General Studies et vise à devenir psychologue sportif par la suite.

Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Un rêve de petite fille devenu réalité!

    Brigitte
    La maman…

  2. … et le rêve de la tante aussi… Bravo cocotte, je t’aime xxx
    Barbra

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant