13
Sep/14
0

Russell Martin risque de quitter les Pirates

Revue de presse

Agence QMI, 13 septembre 2014

Russell Martin

PITTSBURGH - Les jours du Québécois Russell Martin avec les Pirates de Pittsburgh pourraient être comptés.

Devenant joueur autonome au terme de la présente saison, le receveur risque effectivement de tester le marché. Ce serait tout à son avantage, lui qui connaît une campagne exceptionnelle.

Photo ci-dessus : Reconnu comme un des meilleurs receveurs du baseball majeur, Russell Martin obtiendra son statut de joueur autonome au moment où les dirigeants des différents clubs commencent à reconnaître un peu plus les attributs défensifs des receveurs.

«Russell nous met dans une position où ça peut nous faire mal de le garder, a avoué le directeur général des Pirates Neal Huntington, dans une entrevue accordée à ESPN. Et si on le laisse prendre la porte, ça va aussi nous faire mal.»

Écoulant la fin d’une entente de deux saisons lui rapportant 17 millions $, Martin pourrait bientôt toucher le gros lot.

Son actuelle campagne le justifie, lui qui conserve une moyenne au bâton de ,291 et un taux de présences sur les buts de ,407. Il frappe également pour une moyenne de ,368 avec des joueurs en position de marquer. Par-dessus tout, ses qualités défensives et ses facultés à bien diriger les lanceurs demeurent ses meilleurs atouts.

«Nous ferons tout ce qu’on peut pour essayer de le garder, a ajouté Huntington. Nous reconnaissons l’impact de Russ sur le terrain comme à l’extérieur. Il apporte une bonne valeur à l’organisation. C’est toutefois la nature du marché des joueurs autonomes: chaque équipe peut perdre des joueurs qu’elle aimerait conserver. Le temps dira ce qui se passera avec Russell.»

Âgé de 31 ans, le principal intéressé préfère se concentrer, pour le moment, à jouer au baseball.

«Ça va être les éliminatoires ou la saison morte bientôt pour nous, ce ne serait pas intelligent de ma part, à ce moment-ci, de ne pas faire preuve de patience, a noté Martin, également à ESPN. J’aime les gars dans cette équipe et j’aime la direction que prend le club, mais qui sait ce qui va arriver?»

«J’ai une solide saison à l’attaque jusqu’ici et les dirigeants des différents clubs commencent à reconnaître un peu plus les attributs défensifs des receveurs. Ça va être amusant de voir la valeur que ça a.»

Bref, autant le directeur général des Pirates que Martin semblent se diriger tout droit vers une situation d’autonomie.

Combien vaut Martin?
Il est maintenant difficile d’estimer le montant que pourrait toucher le receveur québécois s’il offre ses services à toutes les équipes.

Les Rockies du Colorado, les Tigers de Detroit et les Cubs de Chicago font partie des formations qui pourraient être à la recherche d’un homme masqué. Et si Martin retournait avec les Dodgers de Los Angeles?

Les receveurs de qualité disponibles ne seront par ailleurs que peu nombreux au terme de la présente saison. Kurt Suzuki ayant signé une nouvelle entente avec les Twins du Minnesota, les autres possibles joueurs autonomes sont: John Buck, A.J. Pierzynski et Geovany Soto, entre autres.

Martin ne recevra probablement pas un montant avoisinant les 50 millions $, puisque son prochain pacte devrait s’échelonner sur seulement quelques années.

Parmi les comparables, il faut souligner la signature de Miguel Montero avec les Diamondbacks de l’Arizona, pour un montant de 12 millions $ par année. À 29 ans, Montero a toutefois pu s'entendre pour cinq ans.

Il y a lieu de penser que Martin pourrait plutôt obtenir un salaire annuel de 10 millions $ lors des deux ou trois prochaines campagnes. À ce prix-là, les Pirates pourraient d’ailleurs être tentés de le retenir.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant