14
Août/14
4

Le mot du jour : grève par rapport à plage

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

Cacela Velha, Algarve, Portugal

Jeudi, 14 août 2014

Source de la recherche
Une question toute simple que nous nous posions! Quelle est la différence entre une grève et une plage?

Définition
À première vue, il ne semble pas y avoir de différence.

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote propose les définitions suivantes pour les noms grève et plage :

Plage : Étendue presque plate, couverte de sable ou de galets, au bord d’un cours d’eau ou d’une étendue d’eau, spécialement au bord de la mer.

Grève : Terrain plat situé au bord de la mer ou au bord d’un cours d’eau.

Deux définitions pratiquement identiques à celles proposées par Le Grand Robert de la langue française :

Plage : Endroit plat et bas d'un rivage où les vagues déferlent, et qui est constitué de débris minéraux plus ou moins fins (limon, sable, galets).

Grève : Terrain plat, formé de sables, de graviers, situé au bord de la mer ou d'un cours d'eau.

Toutefois, une recherche sur Internet m’a mené sur le blogue de madame Sophie Piron, qui est professeure au Département de linguistique à l’Université du Québec à Montréal. Celle-ci écrit ce qui suit :

« Le mot grève, issu du prélatin grava (« sable, gravier »), est l’ancêtre du mot plage, qui, lui, n’apparaîtra en français qu’au milieu du XVe siècle. En effet, pendant longtemps en français, grève a été le mot utilisé pour désigner la zone couverte de sable ou de gravier au bord de l’eau, qu’il s’agisse du bord de la mer ou d’un cours d’eau.

Certaines régions usent encore de ce terme, notamment au Québec, et on le trouve en littérature («La mer qui vient dormir sur la grève argentée», Lamartine). »

Un grand merci pour cette précision.

(Source : http://www.sophiepiron.org)

Photo ci-dessus : Magnifique plage déserte d’Algarve au Portugal, celle de Cacela Velha! (Photo Jacques Lanciault, 2014)

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site suite à un message que j’adressais à quelqu’un qui ne comprenait pas ce que je voulais dire par le mot grève. De message en message, j’ai fini par avoir un doute dans mon esprit.

    J’ai aimé vous lire là-dessus. Je me suis mis un lien pour aller fouiller davantage votre site.

    En Gaspésie, lorsque j’étais enfant, nous employions le terme grève. Mais on disait on va aller à la plage. Terme plus général. Plage ayant une autre connotation pour nous. Voulant dire que nous allons apporter nos chaises de soleil, ballons, filet de badmington, nourriture, boissons, etc.

    À tort ou à raison, on utilise le mot grève lorsque cela nous fait mal aux pieds en marchant dessus. Et plage, lorsque cela est doux pour les pieds. Dans le Sud où j’ai vécu, je n’ai jamais entendu le mot grève. Le sable étant très doux! Il y a peut-être dans tout cela une autre forme d’explication.

  2. Je suis d’accord avec V Lelièvre. Je suis native de Rivière du Loup et le mot grève est utiiisé pour un terrain plus rocailleux et plage quand cela est du sable fin ….Toutefois en anglais, je crois qu’il n’y a que le mot  » beach » qui représente les 2 situations…car le mot grève est traduite  »gravel  »

  3. Bonjour.
    Grève est effectivement issu du latin grava (gravier), vers 1140. Guiraud le rapproche également du latin gravis (dur, difficile). L’ancien français connaît groisse (gravier, caillou), variante de grosse (gravier). Grève comme équivalent de gravier se maintient dans plusieurs régions de l’Ouest et du Sud.
    Le mot désigne un terrain de sable et de graviers au bord d’un cours d’eau ou de la mer, mais sur les bords de la Loire, il désigne aussi un banc de sable.
    A Paris, la grève (de la Seine) était l’endroit où se réunissaient les ouvriers attendant l’embauche (1260). Là se trouve l’origine du mot grève au sens moderne: à l’origine (avant 1850), être en grève signifiait « chercher du travail » (attendre l’embauche en place de Grève). Le mot a glissé au 19ème siècle vers le sens moderne (arrêt d’une activité pour une revendication).

    Le Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d’Alain Rey) est une référence incontournable pour qui s’intéresse à l’origine des mots de langue française, je vous invite à le consulter pour vos prochaines recherches 😉

    Très cordialement.

  4. OUAIS!

    A Dinard en Bretagne où les coefficients de marées sont très importants avec des différences d’eau de 65 centimètres à 13 mètres !!!!!!!!!!,………….
    l’eau se retire donc d’une façon très très importante …..Du coup nos bateaux au mouillage sont couchés sur le flan !!!!(oui à marée basse …….)Cet endroit est appelé la grève , c’est cracra , ça pique sous les pieds ,c’est boueux …..Au bout il y a la plage avec son sable doux …….

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant