9
Juin/14
2

Mauvais accueil dans la si belle ville de Lisbonne!

Textes et photos de Céline et Jacques Lanciault

Lisbonne, Portugal

Lisbonne, Portugal, lundi 9 juin 2014 - Nous en sommes aujourd’hui au 43e des 50 jours de notre périple en Espagne et au Portugal et, avouons-le, rien de vraiment fâchant n’est survenu! Nous croyions bien que « notre beau projet », comme nous l’appelons affectueusement entre nous, se terminerait ainsi. Mais, une série de mauvaises surprises nous attendait à notre arrivée à Lisbonne!

Parti en train de Faro un peu avant 10 heures ce lundi matin, notre convoi est entré en gare à la « Estação de Entrecampos », au cœur de Lisbonne, sur le coup de 13 heures!

Première surprise de la journée, aucun chauffeur de taxi n'accepte de nous prendre à quatre avec nos cinq valises! Pas de problème, nous retenons deux véhicules, et ce, pour la première fois depuis le début de notre expédition, après tout l’appartement loué est situé à moins de cinq kilomètres de la gare!

Deuxième mauvaise surprise, pas mal plus désagréable celle-ci, aucun des nombreux chauffeurs de taxi en attente à la gare ferroviaire de « Entrecampos » ne connaît la rue où est situé l’appartement que nous avons loué… et aussi surprenant que cela puisse paraître aucun de ces transporteurs de touristes patentés n’utilise de GPS… dans une ville qui fait 84 kilomètres carrés!

Photo ci-dessus : Nos deux chauffeurs cherchent sur un semblant d’appareil GPS qu’ils ont dégoté tout au fond du coffre arrière d’un des deux véhicules… pendant que je tiens fièrement mon GPS sur lequel le trajet est bel et bien indiqué. (Photo Carole Larivée)

Après plusieurs minutes à observer nos chauffeurs analyser leurs cartes routières, soudainement, notre compagne Carole s’exclame, « Mais Jacques, utilise ton propre GPS! »

Eh oui, nous avons apporté notre appareil GPS auquel nous avons ajouté les « cartes de l’Europe »! Évidemment, devant l’incongruité de la situation, nous n’y avions pas pensé plus tôt. Je branche donc mon appareil qui, en moins de temps qu’il en faut pour s’écrier « Eurêka », nous indique le trajet. Petit problème toutefois, la charmante voix de mon appareil ne parle pas portugais! Je dois donc me transformer en traducteur! Je traduis tantôt en espagnol, tantôt en français, tantôt en anglais, tantôt dans un mélange des trois langues et bien souvent en utilisant des signes!

Mais, rien n’y fait, nos deux chauffeurs n’en font qu’à leur tête. Si bien, qu’à un moment donné notre chauffeur s’aventure dans une petite ruelle beaucoup trop petite pour son véhicule! Après avoir éraflé sa voiture des deux côtés, il doit finalement faire marche arrière… ce qui s’avère particulièrement laborieux, notamment en raison de la présence de l’autre véhicule taxi collé à son collègue comme son ombre et des nombreux passants admirant le spectacle.

Finalement, après une bonne trentaine de minutes à tourner en rond, les deux chauffeurs quittent leur véhicule et se mettent à s’enquérir auprès de tous les commerçants du coin et auprès de tous les passants, du chemin à suivre pour arriver au « Patio Afonso de Albuquerque »… tout cela pendant que le compteur tourne, évidemment!

Enfin, un bon samaritain connaissant bien le coin leur vient en aide, avec comme conséquence qu’après 45 minutes, pour un coût de 20 € par véhicule, on nous dépose à l’entrée de la rue, où plutôt de la ruelle, où est situé notre appartement!

Il est alors 14 h 30… et nous pensions bien être au bout de nos peines!

La pire des situations!
Ayant informé notre locateur par courriel de notre heure d’arrivée avant notre départ du Québec, et ce, à sa demande expresse, nous croyions bien que nous serions attendus… à bras ouvert! Mais, personne en vue. Nous sonnons à l’appartement numéro 3, celui que nous avons réservé.

Une dame ouvre une fenêtre au deuxième étage et nous indique, tout d’abord en anglais, puis après nous avoir entendus parler, en français, que nous avons dû réserver l’appartement voisin.

Nous lui précisons que notre réservation indique bien l’appartement numéro 3. Elle nous demande alors avec qui nous avons transigé. Nous lui donnons le nom de notre contact. Elle s’exclame, ayant l’air vraiment bouleversé, « c’est mon mari et pourtant il m’a confirmé qu’il n’y avait pas de location cette semaine et que je pouvais prendre l’appartement pour les prochains jours! »

Puis, après un moment de réflexion, elle ajoute : « Et avec les festivités entourant la fête de San Antonio (le saint patron de la ville) et de la fête de Lisbonne cette semaine, c’est certain que je ne trouverai pas d’autre endroit pour m’héberger… et je demeure en Suisse! »

Elle nous informe ensuite qu’elle ne peut rejoindre son mari, ce dernier étant sur son bateau. Elle se met alors à réfléchir tout haut sur le comment elle pourrait se trouver un lieu d’hébergement.

Suspectant l’arnaque, nous lui demandons alors de nous rembourser notre dépôt de garantie de 200 €. La dame nous répond qu’elle n’a pas cette somme sur elle.

Puis surprise, elle joint finalement par téléphone son mari qui prétend que notre réservation est pour le mois de juillet! Toutefois, il invite son épouse à le rejoindre sur son bateau. Elle nous offre alors de déposer nos bagages dans l’appartement et d’aller dîner dans les environs… pendant qu’elle se prépare à partir… après avoir remis l’appartement en état.

Évidemment, nous comprenons qu’il nous faudra attendre un certain temps pour qu’elle puisse réaliser ce ménage, qui sera, à n’en pas douter, minimal. Qui plus est, notre confiance envers notre hôtesse a totalement disparu et l'idée de lui laisser nos bagages ne nous plaît vraiment pas. Nous lui redemandons une autre fois le remboursement de notre dépôt.

Toujours au téléphone avec son mari, elle retourne dans son appartement et en reviens avec deux beaux billets de 100 €… et une feuille de papier qu’elle nous demande de signer confirmant qu’elle nous a remboursés.

Nous sommes satisfaits de ce dénouement, mais loin d’être heureux. Après tout, nous nous retrouvons, à 15 h 30, très déçus, fatigués, affamés, sans appartement... avec un océan entre nous et notre domicile…

Nous avons alors fait quelques pas, avec tous nos bagages, curieusement de plus en plus lourds, et nous nous sommes installés à une table de la terrasse du « Carioca Café » pour, avant tout dîner, puis réfléchir.

Il y a toujours une solution… si on est prêt à payer
Sous le coup de l’émotion, nous avons fait part de nos états d’âme et de notre problème à notre serveur, qui parlait français. Ce dernier, très gentil, nous a indiqué des lieux d’hébergement tout près.

Rassasiés, nous sommes passés à l’action. Pendant qu’un couple veillait sur les bagages à notre table, l’autre s’est rendu visiter les endroits pour s’enquérir premièrement s’il y avait des disponibilités en cette semaine de fêtes et deuxièmement si on nous offrait un prix raisonnable!

Le premier endroit était fermé, la seule possibilité de louer étant par Internet. Puis, le deuxième endroit, l’Hôtel Vincci, situé à deux pas du petit restaurant pouvait nous offrir deux chambres pour la semaine… pour presque quatre fois le prix que nous avions prévu. Mais avions-nous vraiment le choix… et le goût de continuer à chercher!

Nous nous sommes donc transportés à l’hôtel, un quatre étoiles superbe et très bien situé!

À suivre…

Lisbonne, Portugal

Lisbonne, Portugal

Photos ci-dessus : L’Hôtel Vincci… de Lisbonne!

Remplis sous: Portugal, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Nous n’avons pas visité Lisbonne mais je découvre ici une autre facette du Portugal. Nous n’avons jamais eu de problème avec les habitants mais nous n’étions pas non plus en recherche de logement. Bon courage !

  2. Bonjour, moi aussi une belle est mauvaise aventure du Portugal a Lisbonne. Nous sommes arrivés en couple ce dimanche 23 Août 2015 et en l’espace de deux jours ils nous est vraiment hâtes de rentrer en France. En effet depuis notre arrivée à Lisbonne nous sommes tombé que sur des personnes vraiment désagréable autant dans les bars que dans les restaurants aucuns bonjours nous sommes servies comme des touristes qu’on à pas envie qui soit la. De plus les prix sont exorbitant la plus part du temps pour la qualité des produits qui n’y sont pas du tous. J’ai vu des reportages de Lisbonne et me suis pas mal renseigné avant de venir en vacance et je tombe vraiment de haut. Le periple pour nous ne s’arrête pas la, nous décidons un soir d’aller manger dans le centre ville en amoureux , je gare donc mon véhicule sur un parking qui n’est plus payant à partir de 19h nous dinons et allons faire un tour dans le centre de retour pour retourner à notre location stupéfait notre voiture à disparus. Au début j’ai pensé à un vol, je croise donc deux policiers dans la rue qui me dit que m’on véhicule à été ramassé par la fourriére pour ne pas avoir payé. Leur expliquant que le stationnement s’arrete à 19h il ce retrouve embêter et nous dit de ce rendre à la fourrière sans autre explication. Nous avons du aller à la fourrière à 23h30 pour aller chercher mon véhicule résultat 130€ d’amende pour ne pas avoir payé leurs expliquant qu’a partir de 19h ce n’est plus payant il ne voulais rien savoir. Je paye enfin pour récupérer mon véhicule et la stupéfait encore une fois il m’on carrément emboutis l’aile arrière gauche de ma voiture. Bref je vais raccourcir mon commentaire je vois une ville qui est attrape touriste, ou on est vraiment mal accueillie et ou beaucoup de chose ce font en faveur de l’état sur votre dos sans rien dire. Une ville à fuir je vous assure, à chacun de tenter sont expérience mais j’ai partagé beaucoup de même ressentit avec des touriste français sur place.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant