26
Mai/13
0

Bourton-on-the-Water, le village, Broadway, la tour et l’église St James à Chipping Campden!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 4e d’une série de reportages relatifs à un long périple intitulé « Le grand tour des îles britanniques » que nous avons réalisé avec Voyages Lambert au printemps 2013!

Tower Country Park, Broadway, Angleterre

Bourton-on-the-Water, Angleterre, Royaume-Uni, dimanche 26 mai 2013 – Une matinée de visites particulièrement intéressantes aujourd’hui! Trois villages de la région des Cotswolds, trois sites de belles découvertes : tout d’abord Bourton-on-the-Water, un charmant village traversé par la toute petite rivière Windrush, puis Broadway où nous avons grimpé au sommet d’une superbe tour et finalement, tout juste avant de dîner, la très belle église St James de Chipping Campden!

Photo ci-dessus : Au sommet d’un petit monticule au beau milieu d’un champ de la région des Cotswolds se dresse cette superbe tour d’habitation érigée en 1799!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Malgré le décalage horaire, c’est la sonnerie du réveil qui nous sort des bras de Morphée ce matin à 6 h 15. Nous aurons ainsi bien suffisamment de temps pour nous préparer et prendre notre petit-déjeuner à l’hôtel, un repas de type buffet… où il y a de nombreux touristes, notamment asiatiques.

Le départ pour nos visites est prévu pour 8 h 45, mais nous partons avec quelques minutes de retard, en raison d’un couple retardataire!

Contrairement à nos habitudes de voyage, nous optons pour la rotation des places dans l’autocar. Lors de nos derniers périples de groupe avec Voyages Lambert, nous nous assoyions à l’arrière du véhicule et conservions les mêmes places durant toute la durée de l’expédition. Mais, « Le grand tour des îles britanniques » prévoyant des paysages à couper le souffle, nous choisissons la formule de la rotation des sièges afin de profiter, de temps en temps, d’une place aux premières loges! Et il semble bien que nous y serons souvent, car nous ne sommes que 5 des 26 voyageurs de notre groupe à opter pour ce système!

Notre nouveau chauffeur se prénomme Jim. Il est écossais et nous accompagnera durant quelques jours.

Après un premier bonjour, notre guide, Marie-Claude, mentionne que l’hôtel que nous quittons, le Crowne Plaza Heythrop Park de Chipping Norton est un véritable petit Blenheim Palace. S’il l’est, nous n’en savions rien, car nous étions logés dans la nouvelle partie de l’hôtel, qui est un édifice plutôt moderne…, et que personne ne nous a mentionné que l’ancienne section de notre hôtel valait la peine d’être découverte!

Nous prenons la direction des Cotswolds, « une des plus belles régions de la campagne britannique, car elle a résisté à l’industrialisation », nous lance notre guide.

De Chipping Norton où nous avons dormi, nous nous rendrons tout d’abord à Bourton-on-the-Water, puis à Broadway et à Chipping Campden pour le dîner, avant de filer ensuite à Stratford-upon-Avon… la ville de naissance de Shakespeare, où après avoir visité la maison où est né le célèbre écrivain britannique, nous nous installerons pour la nuit.

« Ce sont les moutons et la laine qui ont enrichi les habitants des Cotswolds au Moyen-Âge. Cette richesse leur a permis de construire de belles maisons et des églises gothiques monumentales, dont la hauteur les rapprochait du paradis! »

«Dans cette région, reprend Marie-Claude, il y a pas moins de 840 demeures prestigieuses, qui ont été construites aux XVIIe et XVIIIe siècles. »

« L’une d’elles, située à Tetbury dans le comté du Gloucestershire, appartient au prince Charles. Elle se nomme Highgrove House et elle est une de ses résidences de campagne!

Nous roulons justement sur une route de campagne, la route 436. Elle est isolée, presque déserte et entourée d’arbres, c’est très beau.

« Aujourd’hui, souligne notre guide, les Britanniques boivent davantage chez eux que dans les pubs. C’est une des raisons qui a occasionné la fermeture de plusieurs de ces institutions au cours des dernières années. Toutefois, les gens mangent plus souvent au restaurant que par le passé. Résultat, maintenant il y a de plus en plus de « gastro-pubs ». »

« En Grande-Bretagne, le patrimoine architectural est riche… parce que les domaines et les boisés ne sont jamais laissés à l’abandon, car lorsque les propriétaires éprouvent des difficultés, financières ou autres, le National Trust les rachète. »

Nos recherches dans le but de rédiger ce texte nous ont permis d’apprendre que le National Trust for Places of Historic Interest or Natural Beauty est une association à but non lucratif britannique fondée en 1895 dans le but de conserver et de mettre en valeur des monuments et des sites d’intérêt collectif. Cet organisme intervient en Angleterre, au Pays de Galles, sur l'île de Man et en Irlande du Nord.

En moins d’un siècle, le National Trust est devenu la plus importante organisation de ce type en Europe et le deuxième propriétaire foncier privé du Royaume-Uni…, après la Couronne.

L’encyclopédie libre Wikipédia précise que l’organisme gère actuellement plus de 300 monuments et 200 jardins qui vont de sites mégalithiques à des manoirs de toutes époques. Le National Trust possède 250 000 hectares de terres et 1 200 kilomètres de côtes, acquises principalement à travers des projets de sauvegarde.

Nous apercevons de nombreux moutons avec, en arrière-plan, une église et son clocher. Dommage que nous ne pussions pas nous arrêter pour une petite séance de photos.

Nous traversons le petit village Stow-on-the-World, lui qui compte sur une population de quelques 3 000 personnes.

Bourton-on-the-Water
Il est 9 h 35, lorsque nous arrivons à Bourton-on-the-Water. « La ville est surnommée " La petite Venise des Cotswolds " », nous indique Marie-Claude, tout juste avant que nous descendions de l’autocar.

La température est superbe pour une balade. Le mercure indique pour le moment 14 degrés Celsius et le soleil brille dans le ciel.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Pour atteindre le coeur de la petite ville de Bourton-on-the-Water, nous marchons au centre d’un long corridor délimité par des murs de briques particulièrement élevés!

La traversée d’un long corridor aux murs de briques nous mène à ce qui semble être la place centrale principale du village.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photos ci-dessus : La place où nous nous trouvons est bordée d’une belle maison, un hôtel-restaurant, le « The Dial House », où il y a de magnifiques fleurs.

Nous marchons quelques pas et apercevons une toute petite rivière où des canards voguent doucement. Il y a de belles boutiques, des « Teas rooms », comme ceux souvent décrits par Agatha Christie dans ses romans.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Devant le restaurant « The Rose Tree », un homme prépare son cheval pour une randonnée.

Un petit pont de pierre enjambe la rivière. C’est un ensemble parfait. Sur une des berges, il y a un majestueux saule pleureur.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : La petite rivière Windrush… et le majestueux saule pleureur.

Tout près du saule que nous évoquions ci-dessus, il y a un parterre affichant une colonne. Il s’agit du War Memorial de la ville, érigé en hommage à ceux de ce village qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la paix.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Le « War Memorial » de la petite ville de Bourton-on-the-Water.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : La première cabine téléphonique typiquement « British » que nous voyons depuis le début du voyage.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Les Britanniques adorent les glaces, ils en mangent même l’hiver. Ce véhicule nous rappelle ceux de notre jeunesse… les camionnettes « Mister Softy » qui sillonnaient les rues de Montréal-Nord et de Saint-Léonard par les chaudes journées d’été!

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Le petit village de Bourton-on-the-Water abrite également un musée de voitures anciennes. Celui-ci, le « Motoring Museum » présente de belles collections de voitures anciennes, de voitures classiques, de motos et de caravanes, ainsi qu’une étonnante collection de curiosités reliées à l'automobile… mentionne la publicité à sa porte. Sa visite n’est pas prévue à notre programme, mais nous pouvons admirer ce véhicule à son entrée.

Il y a de petites terrasses le long de la rivière. Nous nous amusons à traverser et retraverser les jolis petits ponts piétonniers de pierre qui enjambent la rivière. Des ponts qui sont les seuls éléments du village qui puisse nous faire penser à Venise…, et ce, en forçant la note un petit peu.

Notre accompagnateur de Voyages Lambert, Abel Rodrigue, nous indique que nous avons 30 minutes de temps libre.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Céline s’installe confortablement dans un petit parc du village pour profiter, quelques instants, des chauds rayons du soleil! L’endroit est vraiment charmant.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photos ci-dessus : Partout dans la ville, il y a de jolies fleurs.

Nous flânons dans les petites rues de la ville, notamment sur la rue principale.

Nous entrons dans une boutique pour acheter quelques cartes postales. Nous payons avec de la monnaie que Céline a rapportée de son voyage de 1989 en Angleterre… La dame est surprise! Elle nous informe que cette monnaie n’a plus cours et que pratiquement plus personne ne les accepte, car les pièces sont beaucoup plus lourdes que celles d’aujourd’hui. Toutefois, elle acquiesce gentiment à notre demande de les échanger pour des pièces plus récentes!

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Une maison typique de Bourton-on-the-Water.

Bourton-on-the-Water, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Toutes les rues sont bordées de ces murailles de pierres… d’une symétrie presque parfaite!

Nous revenons à l’autocar et repartons à 10 h 35. C’était un très beau village et certes encore plus magnifique sous ce beau soleil.

Impressionnante Broadway Tower
Nous faisons route vers Broadway où nous allons visiter une tour, la Broadway Tower.

Mais, nous nous retrouvons rapidement au cœur d’un bouchon de circulation, « un traffic jam », nous lance le chauffeur. Notre guide, quant à elle, met la faute de cet embouteillage sur la belle température dont nous gratifie aujourd’hui Dame Nature!

Finalement, nous y arrivons une trentaine de minutes plus tard.

Nous descendons du car et nous marchons jusqu’à la tour… « qui a été construite en 1799, par l’architecte James Wyatt, près du village, sur l'une des plus hautes collines des Cotswolds. Une petite butte qui s’élève à 312 mètres au-dessus du niveau de la mer », nous précise Marie-Claude.

« Ce n’est pas une tour de défense, c’est une tour d’habitation. D’ailleurs, des gens, un fermier entre autres, y ont vécu jusqu’en 1972. Aujourd’hui, c’est un lieu d’exposition. »

Broadway Tower, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Le guide Vert Michelin se fait poétique lorsqu’il décrit la tour qui prend place à Broadway dans un parc national : « La tour de Broadway, extravagant monument crénelé de 1800, se dresse à l'un des points les plus élevés de la région des Cotswolds. Le large panorama vers l'Ouest est l'un des plus beaux d'Angleterre. Le regard vagabonde sur le fertile vallon d'Evesham, la ligne dentelée des collines de Malvern et, par temps clair, jusqu'aux lointains points de repère qui marquent la frontière avec le pays de Galles. »

La tour est impressionnante et curieusement elle est dotée de fenêtres et de balcons.

La promenade pour s’y rendre est agréable, car il fait beaucoup plus chaud que ce matin.

Nous y entrons et grimpons jusqu’à son sommet. À chacun des étages, il y a des affiches nous expliquant ses différents usages au fil du temps.

Au sommet, nous avons une superbe vue sur les Cotswolds.

Broadway Tower, Cotswold, Grande-Bretagne

Broadway Tower, Cotswold, Grande-Bretagne

Photos ci-dessus : Du sommet de la tour, la vue sur les Cotswolds est imprenable!

Nous redescendons et marchons sur une petite route de terre bordant de grands champs. Notre guide nous indique un point quelconque dans le champ devant nous. « Là-bas, dit-elle, il y a un bunker nucléaire! Toutefois, pour le visiter, il faut réserver longtemps d’avance et, étant donné l’étroitesse des lieux, nous ne pouvons pas y aller en groupe. »

Nous revenons vers le stationnement où nous attend patiemment notre chauffeur. Sur notre chemin, nous voyons un monument soulignant le crash d’un avion de la Royal Air Force (RAF). Il a été bombardé par les Allemands et s’est écrasé le 2 juin 1943, tuant ses cinq occupants. C’est tout près de la tour, une véritable chance que l’appareil ne se soit pas fracassé sur la tour.

Broadway Tower, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Le monument qui rappelle l’écrasement d’un avion de la RAF.

Derrière le petit restaurant du site, plusieurs tables de pique-nique ont été installées, rendant le lieu fort agréable. Dans les champs pas très loin, il y a un enclos de moutons.

Broadway Tower, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Les premiers moutons que nous voyons de près! Ce sont des « Black faced Sheep », la principale race de mouton domestique au Royaume-Uni.

Nous grimpons de nouveau dans le car et quittons les lieux sur le coup de midi.

Le village de Chipping Campden et sa superbe église St James
Nous faisons maintenant route vers Chipping Campdensitué à moins de six milles de Broadway.

Pendant le trajet, notre accompagnateur nous indique qu’au terme de nos visites à Chipping Campden, nous y dînerons. « Le repas est libre, précise-t-il, et il faudra nous éparpiller pour ne pas tous dîner au même endroit. Ce sera facile, car la ville regorge de nombreux et très jolis pubs. »

Et il ajoute que dans les pubs, il n’est pas requis de laisser un pourboire, ce dernier étant inclus dans le prix des plats.

Puis, certainement inspirée par les champs de culture qui entourent la route, notre guide, Marie-Claude, nous mentionne « qu’en Angleterre, tout comme au Pays de Galles, il y a de nombreux chemins de randonnée ouverts au public qui passent à travers des champs de culture, ce sont les Public Footpath ».

« Les Britanniques sont de fervents chasseurs. Dans la région, ajoute-t-elle, la chasse la plus populaire est celle aux faisans. »

Nous voyons d’autres moutons à tête noire dans les champs.

Il nous faut à peine 15 minutes pour arriver à Chipping Campden. Nous descendons de l’autocar à 12 h 15, sur la rue principale, devant une longue rangée de maisons en pierre de couleur dorée.

Notre guide nous entraîne dans une promenade dans la ville. En fait, elle nous conduit en direction de Church Street où il y a des auspices érigés en 1617. Ces édifices, les Almshouses, sont aujourd’hui de petites maisons. En fait, précise notre guide : « Alm signifie pour petit budget ».

Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Voici à quoi ressemblent les « Almshouses ».

Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : De la valériane pousse entre les pierres.

Nous arrivons à l’église paroissiale St James qui est située tout à côté d’un cimetière où les pierres tombales portent peu d’inscriptions et surtout où il n’y a aucune fleur.

« L’église St James, souligne notre guide, est une des « églises de la laine » (1) les plus nobles des Costwolds. »

(1) : c’est ainsi qu’on nommait les églises construites grâce à l’argent provenant du commerce de la laine.

Le clocher est impressionnant, surtout pour une petite église paroissiale anglicane datant du XVe siècle.

Église St James, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : L’impressionnant clocher de l’église St James.

Église St James, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Une des rares pierres tombales portant des inscriptions!

Nous entrons dans l’église où un baptême est en cours. Nous constatons qu’il y a des coussins pour permettre aux fidèles de s’agenouiller… sans douleur.

Église St James, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Il y a quelques tombeaux en pierre de familles locales qui prennent place à l’intérieur de l’église, dont ce couple de gisants vraiment superbe.

Église St James, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : L’église St James est également décorée de très beaux vitraux.

Église St James, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : L’impressionnante et fort massive porte du cimetière de l’église St James.

Nous sortons et retournons sur nos pas vers la rue principale du village, High Street. Nous arrivons à un petit marché où on vend des peaux. Il s’agit de Market Hall, un marché géré par le National Trust.

Market Hall, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Market Hall est un bâtiment en pierre qui abrite les étals de nombreux artisans.

High Street, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Monument situé sur « High Street » à Chipping Campden.

La visite est maintenant terminée. Il est 12 h 40 et Abel nous indique que c’est dîner libre jusqu’à 14 h 00.

Nous entrons dans un pub, le Eight Bells.

Eight Bells, Chipping Campden, Cotswold, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : Derrière cette belle façade se trouve un pub, le Eight Bells.

Céline commande une bière blonde, tandis que je demande une rousse. Puis, nous commandons nos repas. Des sardines frites avec une salade pour moi et une soupe aux tomates avec du pain ciabatta pour Céline.

Nous sortons à 13 h 30 et nous nous baladons dans la ville jusqu’à notre retour au point de rendez-vous, où nous arrivons quelque cinq minutes avant l’heure dite. Il fait super beau, le ciel est bleu sans nuage et il le mercure a maintenant grimpé jusqu’à 21 degrés Celsius!

Méli-mélo
Le nom de la région des « Cotswolds » vient tout simplement de la combinaison des mots «Cots » qui signifie « enclos à mouton » et «wolds » qui veut dire « vallonné »!

La richesse de la région est principalement due à l’élevage du mouton et au commerce de la laine.

Les moutons ont beaucoup changé depuis le Moyen-Âge. De nos jours, les moutons produisent 50% de plus de laine qu’à l’époque des chevaliers, et ce, en raison des croisements de races qui ont été réalisés depuis.

Les règles de constructions dans la région des Cotswolds sont très strictes, ce qui en fait une région inabordable en termes de coût de loyer.

C’est une région où il y a de beaucoup de lapins, mais curieusement, les gens d’ici n’en mangent que rarement.

Les Anglais sont de grands amateurs de marmelade, un produit fabriqué avec des oranges amères provenant de Séville en Espagne.

La capitale de la région des Cotswolds est Cirencester. C’est également sa ville la plus populeuse!

L’Angleterre a fait fortune avec le commerce des esclaves jusqu’en 1837.

À suivre…
Stratford-upon-Avon… et la maison natale de Shakespeare!

Stratford-upon-Avon, Cotswolds, Grande-Bretagne

Photo ci-dessus : La maison où est né le célèbre écrivain Shakespeare à Stratford-upon-Avon.

Bibliographie
Bleinheim Palace, Guide des lieux, 1988, 49 pages;

Atlas en fiches, Royaume-Uni, l’Angleterre, régions d’Angleterre, Cambridge et Oxford, Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre WikipédiaRoyaume-Uni, Angleterre, Oxford, Tamise et plusieurs autres pages;

Le Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant