25
Fév/13
1

Lucques : un écrin aux multiples perles rares! (2e partie)

Texte et photos de Céline et Jacques

Voici le 32e d’une série de reportages relatifs à un formidable voyage réalisé dans « l’autre Italie » à l’automne 2012.

Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Lucques, Toscane, Italie, lundi 22 octobre 2012 – Ce qui impressionne en arrivant à Lucques, ce sont les imposantes fortifications de briques rouges qui atteignent à certains endroits quelque douze mètres de hauteur! Les remparts entourent la ville sur quatre kilomètres et le chemin de ronde a été aménagé pour les balades. Mais n’y étant que pour la matinée, notre visite s’est concentrée sur les beautés qui se retrouvent à l’intérieur des murs.

Et elles sont nombreuses. Nous verrons tour à tour : l’église San Paolino et Donato, une magnifique statue de Giacomo Puccini sur la Piazza Cittadella, l’église San Michele in Foro, la basilique San Frediano et son cercueil vitré nous permettant de voir le corps assez bien conservé de Sainte-Zita, la superbe place de l’amphithéâtre, la cathédrale San Martino et finalement nous grimperons au sommet de la plus haute tour médiévale de la ville, la Torre Guinigi, d’où nous aurons un panorama imprenable sur la ville.

Photo ci-dessus : Une magnifique mosaïque de type byzantine représentant l’ascension du Christ décore la façade de Basilica di San Frediano.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Pour lire la première partie de ce texte, cliquez sur le lien suivant : Lucques : un écrin contenant de multiples perles rares! (1re partie)

Basilica di San Frediano
Nous sommes maintenant dans le quartier Frediano où se trouve une magnifique église qui est située tout à côté des jardins du Palazzo Pfanner. Nous nous trouvons derrière l’église.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photos ci-dessus : L’imposante basilique di San Frediano vue de derrière. Nous entrons par le côté.

« C’est la plus grande église de la ville », souligne notre guide locale à Lucques. « Elle est dédiée à Saint Frediano qui a été évêque de Lucques entre 560 et 588. Sous l’église actuelle, des fouilles ont révélé une crypte contenant le corps de San Frediano. »

« L’église actuelle date de du XIIe siècle et a été consacrée en 1147. Toutefois, la première église construite sur ce site date du VIe siècle », nous indique Helena.

Nous entrons dans cette église où il n’y a pas de banc, seulement des chaises droites.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : L’intérieur de la « Basilica di San Frediano.

Sur un des murs intérieurs, notre guide locale attire notre attention sur des résidus de fresques datant du XIIe siècle.

Dans une chapelle latérale, la chapelle « Trenta », commanditée par la famille du même nom, il y a quelques tombeaux arborant de magnifiques sculptures. Jacopo della Quercia est l’artiste qui a sculpté les reliefs des tombeaux. Il a également réalisé l’autel.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Une des pierres tombales magnifiquement sculptées.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Sous l’autel, sculpté par Jacopo della Quercia, se trouve un sarcophage romain. Il s’agit, selon notre guide Helena, de celui du roi Anglais Richard, qui est décédé lors de son passage dans cette ville.

Dans une autre chapelle se trouvent des tableaux de la naissance du Christ et du baptême de Saint-Augustin. Il y a aussi un tableau qui nous montre Saint-Frediano, un saint qui a changé le cours du fleuve pour assainir la ville de Lucques.

Finalement, dans une dernière chapelle, celle de la famille Fatinelli se trouve, dans un tombeau vitré, le corps de Santa Zita, décédée en 1278. « Son corps est presque intact », affirme Helena. « Il a été retrouvé au XVIe siècle dans une terre riche en minéraux, ce qui a permis sa conservation. »

Et notre guide ajoute : « Ce corps a été l’objet d’études par des experts qui ont confirmé l’identité de la sainte ».

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photos ci-dessus : Le tombeau de Sainte-Zita!

Tout près de cette chapelle, il y a une fontaine romane d’eau lustrale(1), la Fontana Lustrale. «Jadis, elle était à l’extérieur de l’église. La fontaine est entièrement sculptée de scènes de la vie du Christ et de Moïse.»

(1) : Lors de la rédaction de ce texte nous avons vérifié la signification du mot « lustral (le) ». Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote précise que dans le registre de la religion, le mot lustral (le) signifie « ce qui est destiné à purifier ».

Nous sortons par une autre porte, celle-ci donnant sur le devant de l’église. Il y a une magnifique mosaïque de type byzantine représentant l’ascension du Christ. « Elle date du XIIIe siècle », lance notre guide.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

 Basilica di San Frediano, Lucques, Toscane, Italie.

Photos ci-dessus : La basilica di San Frediano et sa magnifique mosaïque.

« En terme de décoration, nous précise notre guide Helena, cette église a des liens étroits avec celle de Saint-Jean-de-Latran à Rome.

Piazza Anfiteatro
Nous poursuivons notre promenade et arrivons sur la Piazza Anfitéatro, qui doit son nom et sa forme ovale à l’ancien amphithéâtre romain qui prenait place jadis en ces lieux. L’endroit est également nommé Piazza del Mercato.

« L’amphithéâtre a été érigé au IIe siècle. Des bâtiments ont été construits en cercle tout autour de cette place au Moyen-Âge », note Helena. « Aujourd’hui, il ne reste plus rien des pierres de l’ancien amphithéâtre, ayant toutes été réutilisées dans d’autres constructions de la ville. L’endroit est utilisé aujourd’hui pour des concerts. »

Nous profitons de ce magnifique endroit et de la présence de plusieurs petits cafés pour faire une petite pause santé, surtout que depuis quelques minutes le système de communications de notre guide semble défectueux.

Piazza Anfiteatro, Lucques, Toscane, Italie.

Piazza Anfiteatro, Lucques, Toscane, Italie.

Photos ci-dessus : Les constructions érigées au Moyen-Âge ont respecté l’ellipse de l’ancien amphithéâtre romain.

Piazza Anfiteatro, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Nous avons profité de la pause pour savourer un café sur une jolie terrasse.

Piazza Anfiteatro, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : La « Piazza Anfiteatro » vue de l’extérieur. On pourrait croire que les maisons ont été construites sur les ruines de l’amphithéâtre romain.

Notre accompagnateur, Jean-Marc Lechat, est de retour avec une nouvelle pile pour l’émetteur de notre guide. Nous poursuivons notre balade.

Notre guide nous indique que nous nous dirigeons en direction de la cathédrale.

Sur notre route nous entrevoyons la Torre dei Guinigi, une tour où nous aurons l’occasion d’atteindre le sommet un peu plus tard ce matin.

Torre dei Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : La « Torre dei Guinigi » aperçue d’une petite ruelle.

Sur une petite placette, nous voyons une statue d’un musicien. « Il s’agit de Luigi Boccherini avec un violoncelle. La statue a été installée devant l’institut musical de Lucques, là où il a fait ses études. L’institut se nomme d’ailleurs l’Istituto Musicale Luigi Boccherini », renchérit notre guide.

Luigi Boccherini, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Une statue de Luigi Boccherini, un des plus grands violoncellistes de son temps.

Nous croisons deux autres églises, la chiesa di Santa Giulia et la chiesa Del Suffragio. « Cette dernière, nous précise notre guide, date du XVIIe siècle et a été érigée à la mémoire des personnes décimées par la peste. »

Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Tout juste avant d’arriver à la cathédrale San Martin, nous voyons cette jolie fontaine qui, justement, fait dos à la cathédrale.

Cattedrale di San Martino
Nous voici maintenant sur la Piazza San Martino où se trouve la cathédrale de Lucques, la cathédrale San Martino, un édifice datant du VIIIe siècle avec une façade qui, elle, date des années 1200.

Cattedrale di San Martino, Lucques, Toscane, Italie.

Cattedrale di San Martino, Lucques, Toscane, Italie.

Photos ci-dessus : La cathédrale de Saint-Martin est verte et blanche et accolée au campanile. Ce dernier date de 1060, toutefois les deux derniers étages ont été ajoutés en 1261 et de ce fait affichent une couleur différente de la base.

« C’est une église qui est dédiée à Saint-Martin de Tours », clame notre guide, nous croyant sans doute Français.

Cattedrale di San Martino, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Sur la façade, une sculpture de Saint-Martin partageant son manteau avec un pauvre.

Nous voyons une colonne sculptée dans la pierre en forme de cotte de mailles. « Elle date de 1100 », précise Helena.

Il y a plusieurs sculptures tout autour du portail illustrant des scènes de vie de Saint-Martin, lui qui a vécu au VIe siècle.

« Les sculptures, qui sont de Nicola Pisano, donnent du mouvement à l’édifice », nous fait remarquer notre guide.

Sur la place devant l’église, de nombreux ouvriers sont à installer une immense structure en métal.

Nous entrons dans l’église où les photos sont interdites.

Le plancher est en marbre. En nous dirigeant vers l’avant, nous constatons qu’il y a quatre autels de chaque côté. Nous apercevons un kiosque octogonal en marbre.

«Il s’agit d’un petit temple qui abrite un crucifix byzantin en bois sombre datant du XIIIe siècle», nous indique Helena. « Le Tempietto, c’est ainsi que se nomme ce temple, n’est ouvert qu’une fois par année, le 13 septembre, et alors il y a des milliers de personnes qui déambulent ici ».

Cattedrale di San Martino, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Le « Tempietto » de la cathédrale San Martino, une photo que nous avons retrouvée sur Internet.

Notre guide attire notre attention sur une fresque dans le chœur qui date du XVIIe siècle. « On y voit Saint-Martin offrant une maquette de la ville de Lucques à la Vierge, tout en demandant sa protection. »

Nous entrons dans une chapelle où se trouve le tombeau d’Ilaria des Carretto, deuxième épouse de Paolo Guinigi, qui est morte en couche lors de la naissance de sa seule fille en 1405, elle qui avait déjà donné naissance à deux garçons.

Nous pouvons faire le tour de la tombe. Le cénotaphe est superbement sculpté. Le dessus de la pierre tombale affiche un chien qui symbolise la fidélité de la femme à son mari. Il y a des chérubins tout autour. La sculpture est de Jacopo della Quercia.

Cattedrale di San Martino, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Malgré l’interdit, je n’ai pu m’empêcher d’appuyer sur le déclencheur de mon appareil photo.

La Torre di Guinigi
Nous sortons et poursuivons notre promenade jusqu’au palais Guinigi, dont la tour date du XIVe siècle.

« La famille Guinigi a régné sur Lucques au XIV et XVe siècles. Ce sont eux qui ont fait ériger le palais et la tour qui est haute de 41 mètres. C’est d’ailleurs une des seules tours médiévales qui se dressent encore aujourd'hui dans le ciel de Lucques.»

Il est midi et notre accompagnateur nous indique que la visite est terminée. Toutefois, il nous précise que nous sommes libres de monter au sommet de la tour si nous le souhaitons.

« D’ailleurs, ajoute-t-il, tout en haut, il y un jardin avec des chênes matures. La vue sur Lucques y est fort intéressante. »

Après avoir remercié notre guide, il fixe le rendez-vous d’après lunch à 14 h, heure à laquelle nous allons quitter Lucques pour prendre la route à destination de Volterra, que nous atteindrons après un trajet d’environ deux heures.

Céline et moi décidons de grimper les 230 marches de la tour. Et effectivement, d’en haut la vue sur la ville de Lucques est superbe.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Torre di Guinigi, Lucques, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Magnifique vue de la ville de Lucques du sommet de la Torre di Guinigi.

Nous redescendons finalement à 12 h 25.

Il nous a semblé que l’ascension vers le sommet avait été beaucoup plus facile qu’hier à Bologne.

Nous nous mettons à la recherche d’un restaurant. Nous trouvons et prenons place sur une terrasse : l’Antico Sigillo. Nous y partageons une pizza aux tomates, fromage et jambon, une salade verte et un demi-litre de vin blanc.

Puis, nous repartons tranquillement vers le lieu de rendez-vous.

Nous remontons dans l’autocar à 14 heures. Il fait 26 degrés Celsius. Quelle magnifique journée!

À suivre
Une des portes antiques de la ville de Volterra.

Voltera, Toscane, Italie.

Photo ci-dessus : Une des portes d’entrée de la ville de Volterra construite à même les fortifications qui font 7 km! Cette porte entourée de pierres date de IVe siècle av. J.-C. et comportait, à sa belle époque, trois statues, celle de Jupiter, Héra et Minerve qui protégeaient la ville!

Bibliographie
Atlas en fiches (Italie, régions du nord et du Sud, Mezzogiorno, le Pô, l’Adige et les Apennins), Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre Wikipédia, Italie, régions d’Italie, villes d’Italie et de nombreuses autres pages;

Guide Voir, Italie, Éditions Libre Expression, 2007, 720 pages;

Lonely planet, Italie, Lonely Planet Publication, 2010, 836 pages;

Mantoue et ses trésors d’art, Rosella Vantaggi, Casa Editrice Perseus, 127 pages.

Patrimoine mondial de l’UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages ;

Les Pouilles, civilisation, art et histoire, Edizioni Kina Italia, 96 pages.

Remplis sous: Italie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Monsieur bonjour, merci de toutes ces magnifiques photos et commentaires de cette ville de Luques trop méconnue je suis ravie car nous avons eu la malchance cette visite
    fût interrompue par un orage violent je suis sûre que vous avez réparé ce que nous avons tant regretté Grand merci et encore bravo.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant