19
Jan/13
1

Un autre cité des Gonzague, celle de Vespasiano Gonzaga : Sabbioneta

Texte et photos de Céline et Jacques

Voici le 22e d’une série de reportages relatifs à un formidable voyage réalisé dans « l’autre Italie » à l’automne 2012.

Corridor Grande, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Sabbioneta, Lombardie, Italie, jeudi 18 octobre 2012 – Sabbioneta, une ville aux plus que nombreux attraits touristiques, n’attire annuellement qu’un peu moins de 50 000 touristes, ce qui est très peu compte tenu du nombre et de la qualité des installations! Cette pauvre attirance est due tout simplement à sa situation géographique. En effet, Sabbionetta niche au cœur de l’Italie du Nord, alors que Milan, Venise, Florence, Sienne, San Gimignano, Pise, Rome, etc. ont la côte! Pourtant, cette cité médiévale entièrement fortifiée renferme de merveilleux trésors à découvrir!

Photo ci-dessus : Le « Corridor Grande » du Palazzo Giardino, une longue galerie de 96 mètres annexe au palais, abritait sous le règne de Vespasiano Gonzaga des marbres antiques et des œuvres de la collection ducale.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après une matinée à admirer les beautés de la ville de Parme en Émilie-Romagne, nous voici en route pour un retour en Lombardie où nous nous rendrons à Sabbioneta, une cité du XVIe siècle inscrite depuis 2008 à la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO!

En cours de trajet, notre accompagnateur de Voyages Lambert, Jean-Marc Lechat, fidèle à son habitude, nous prépare pour notre prochaine visite, y allant d’informations sur Sabbioneta, son histoire, ses grands hommes et sa géographie.

« Sabbioneta, nous dit-il, est située entre les fleuves Pô et Oglio, sur une ancienne voie romaine, la via Vitelliana, à quelque 30 kilomètres de Mantoue. »

« C’est une ville fortifiée selon un plan en étoile, tout comme le sont les fortifications de la Citadelle de Québec chez vous », nous fait remarquer Jean-Marc, très au fait de tout ce qui concerne notre province.

Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : L’enceinte de la ville de Sabbioneta en forme d’étoiles avec ses six bastions.

« Sabbioneta a été fondée en 1556 par Vespasiano Gonzaga Colonna pour abriter sa cour. Il conçut sa cité selon les règles de l’urbanisme antique, c’est-à-dire en quadrilatères avec une place centrale. Pour lui, Sabbioneta était l’idéal de la Renaissance, une cité bien protégée offrant des jardins tout autour. Il en était tellement fier, qu’il a nommé sa propre fille Sabbioneta!»

« Les points d’intérêts pour nous, précise notre accompagnateur, sont le palais Giardino, le théâtre olympique, le palais ducal, utilisé comme résidence à l’époque, mais comme hôtel de ville aujourd’hui, l’église de la Vierge couronnée et la synagogue. »

« À l’intérieur du palazzo Giardino, ajoute Jean-Marc, nous verrons une galerie longue de 96 mètres, dont le seul but, à l’époque, était d’exposer les trésors personnels de Vespasiano ».

« Celui-ci est décédé en 1591 et dès cette date la ville fut abandonnée comme résidence de prince et de sa cour. »

« C’est une ville pensée et réalisée de façon intellectuelle ». « Ici, soutient Jean-Marc, il n’y a jamais eu de ville moderne. La ville médiévale est restée en l’état. D’ailleurs, c’est très peu touristique. Nous serons fort probablement les seuls touristes à y être », avoue-t-il.

Nous retraversons le Pô et sommes de retour en Lombardie.

«La vieille ville, sise à l’intérieur des remparts ne fait que 37 km carrés», poursuit Jean-Marc. « Elle ne compte d’ailleurs que 30 blocs d’habitations!»

Sabbioneta
Soudain, nous apercevons les remparts de Sabbioneta! Des remparts qui nous semblent très bien conservés. Ils sont en briques rouges et à certains endroits, de l’eau les entoure.

Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Les remparts, fort bien conservés, de la ville de Sabbioneta.

Nous descendons du car à 14 h 35.

Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Une des premières vues que nous avons de Sabbioneta est cette vaste structure à arcades. Nous ne le savions pas en l’observant de l’extérieur, mais il s’agit de la «Galerie des antiques», celle dont Jean-Marc nous avait dit qu’elle s’étirait sur 96 mètres!

Notre guide locale nous attend sur place, elle se prénomme Marcella (prononcez Marchella).

Guide locale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Notre guide locale à Sabbioneta, Marcella.

D’entrée de jeu, elle nous souhaite la bienvenue dans sa ville. « Sabbionetta, nous dit-elle, est l’ancienne capitale du duché de Vespasiano Gonzaga, né en 1531 et mort de la syphilis en 1591. C’est une ville qui naquit et mourut avec son fondateur. »

Notre guide nous présente un plan de la ville. « Le château a disparu », dit-elle. « Il ne reste que les bases des deux tours. La ville a été construite selon un plan en damier. »

Le palazzo Giardino
Nous entrons dans le palazzo Giardino, le palais du Jardin, dont la construction a commencé en 1568. Ce palais présente une longue suite d’appartements décorés de fresques superbes.

Nous montons au deuxième étage. Notre guide attire notre attention sur des fissures dans le mur résultant du tremblement de terre récent. Rappelons que le séisme dont parle notre guide est survenu le 29 mai dernier (2012) et qu’à Mantoue, nous n’avons pas pu admirer la «Chambre des époux» du Palais ducal en raison des dommages qu’il y a causés.

« Ce palais a été restauré en 1990 », nous mentionne-t-elle. « Pour nous, c’est le pendant du palazzo Te de Mantoue. »

Dès nos premiers pas dans l’édifice, nous voyons de superbes fresques réalisées, précise notre guide, « par des artistes lombards ».

«Vespasiano a fait décorer ce palais, raconte Marcella, pour célébrer son troisième mariage.»

Nous entrons dans la salle des « Mythes ». Ouf!

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : Les murs de la salle des Mythes du « palazzo Giardino » sont décorés de fresques illustrant les mythes d’Apollon écorchant vif Marsyas, d’Arachné défiant Athéna et de Dédale et son fils Icare volant dans le ciel. Les fresques sont attribuées à Bernardino Campi.

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Le plafond, quant à lui, est de toute beauté.

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : La frise offre des bas-reliefs superbes sculptés dans le stuc.

Nous entrons dans une autre salle, un genre de salle des glaces, où il y avait, nous informe notre guide, des miroirs vénitiens.

Le plafond est dénudé et « on ignore s’il y a déjà eu des peintures ou des miroirs », ajoute-t-elle.

Il y a quelques sculptures au-dessus des fenêtres, le reste des murs est couvert de fresques.

Nous arrivons dans la Galleria degli Antichi, la galerie des Anciens. Celle dont nous avons vu la façade aux 26 arcades en arrivant. «C’est la troisième plus grande galerie d’exposition d’Italie», affirme notre guide. «Elle a été construite en 1583 et 1584. À l’époque, il y avait 70 statues, 80 bustes, 30 sarcophages, 20 bois de cerfs sous forme de trophées de chasse et plusieurs fenêtres! »

Galleria degli Antichi, palazzo Giardino, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La très longue galerie des Antiques du palais des Jardins s’étire sur 96 mètres!

« C’est une galerie construite expressément pour exposer les trésors de Vespasiano Gonzaga. Elle a été restaurée dans les années 1960. »

« Lors du règne de Vespasiano Gonzaga, 300 personnes vivaient entre les murs de la ville. Aujourd’hui, Sabbioneta compte sur une population d’un peu plus de 4 300 citoyens, qui, pour la plupart, vivent hors les murs. »

Nous sortons.

À l’extérieur, il y a une foire ambulante qui vient de s’installer devant le palais. Le bruit est assourdissant. Heureusement, nous fonçons vers l’intérieur de la ville.

Devant le palais, il y a une colonne avec une statue de Minerve au sommet.

Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Malgré la date avancée en octobre, la Lombardie est toujours en fleur!

Le Téatro all’Antica
Nous marchons jusqu’au théâtre, « le premier théâtre permanent d’Europe, spécifie Marcella, le Téatro all’Antica, dont le nom est traduit par le théâtre olympique! Il date du XVIe siècle. »

Sa façade est des plus ordinaires et rien ainsi ne nous préparait à nous émerveiller.

Téatro all’Antica, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La façade du théâtre olympique.

Nous y entrons.

C’est époustouflant! Une magnifique scène qui fait face à des gradins en bois disposés en amphithéâtre et en haut, regardant la scène, une colonnade surmontée de statues représentant les divinités olympiennes !

« C’est l’architecte Vincenzo Scamozzi, élève de Palladio, qui conçut et construisit le théâtre entre 1588 et 1590. Vespasiano eut tout juste le temps de voir ce bijou terminé avant de trouver la mort. »

Téatro all’Antica, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La magnifique scène du théâtre olympique de Sabbioneta.

Téatro all’Antica, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La colonnade surmontée de statues!

« Tout comme dans les églises, les dames prenaient place en haut alors que les hommes s’installaient en bas », nous précise notre guide.

« Vespasiano, quant à lui, entrait dans le théâtre par une porte personnelle donnant sur la rue principale », nous indique notre guide Marcella. « De l’intérieur, le mur de cette porte privée affichait une fresque représentant le château Saint Ange… fresque réalisée par des élèves de Véronèse! »

« Le décor du fond de la scène représente les rues et les maisons de la ville. Il s’agit d’une reconstruction de l’original réalisée en 1996, en bois et en polystyrène, au coût de 150 000 € », s’offusque Marcella.

Téatro all’Antica, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Une représentation des rues et des maisons de la ville sert de décor d’arrière-scène.

Notre guide attire notre attention sur des graffiti laissés par des soldats espagnols lorsqu’ils occupèrent le bâtiment.

« Ce théâtre, lance-t-elle, a servi de magasin pour la commune durant une certaine période! Il n’a été rouvert qu’en 1969. Aujourd’hui, il y a des concerts de musique baroque, de chants lyriques, mais pas de pièces de théâtre. »

Nous sortons et marchons jusqu’à l’extérieur des murailles!

«Il n’y a que 45 000 touristes qui viennent ici par année, pour l’essentiel des groupes scolaires», se désole Marcella. « Ils nous visitent surtout au printemps et à l’automne. »

Nous sortons de la ville fortifiée par la porte de la Victoire. « Ce fut la première porte de la ville, percée dans la muraille en 1567 », nous indique notre guide. « Au-dessus de celle-ci, dit-elle, il y a les armoiries de Sabbioneta… qui ont été en partie effacées par les soldats de Napoléon. »

« Les murailles s’étirent sur trois kilomètres et font six mètres de hauteur. Elles ne sont pas aménagées pour que nous y marchions. »

Porte de la Victoire, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Porte de la Victoire, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : La porte de la Victoire, une des deux portes monumentales de Sabbioneta, et les remparts de la ville!

Église de la Vierge couronnée
Nous poursuivons notre balade dans la ville et nous croisons la chiesa della Beata Vergine Incoronata, c’est-à-dire l’église de la Vierge couronnée. « Cette église était dédiée à Saint-Blaise par le passé », nous indique notre guide. « C’est une église seigneuriale de forme octogonale qui renferme le mausolée de Vespasiano Gonzaga. »

Chiesa della Beata Vergine Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : L’église octogonale « della Beata Vergine Incoronata ».

Nous y entrons.

Il y a une coupole dorée de style baroque qui, au dire de notre guide locale à Sabbioneta, date du XVIIIe siècle. « Elle est haute de 38 mètres. L’intérieur de la coupole est entièrement décoré de peintures. »

Église de l’Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La superbe coupole de l’église de la Vierge couronnée.

Église de l’Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Église de l’Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : Le maître autel de l’église de la Vierge couronnée qui affiche une superbe statue de la Vierge.

Église de l’Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Le mausolée de Vespasiano Gonzaga réalisé en 1592 par G. B. della Porta. La statue du prince et duc de Sabbioneta est entourée de celles de la Justice et de la Force.

L’église abrite également un monument représentant Vespasiano, il est en bronze entouré de marbre de Rome. Le duc a le bras tendu, « comme s’il indiquait son œuvre », ajoute Marcella.

Vespasiano Gonzaga, Église de l’Incoronata, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Statue de Vespasiano Gonzaga.

« En 1585, nous informe notre guide, Vespasiano Gonzaga fut fait « Chevalier de l’ordre de la toison d’or » par Philippe II d’Espagne, un titre qu’il a grandement prisé. D’ailleurs, il s’est fait ensevelir avec la toison d’or. »

Nous sortons.

Nous arrivons sur la Piazza Libreria Grande, une grande place où l’on retrouve l’ancienne bibliothèque.

Notre guide nous indique un bâtiment sur cette place, la mairie de la ville. « Un des deux hommes qui discutent ensemble devant l’édifice est monsieur le maire, il est cardiologue de profession. »

Le Palazzo Ducale
L’hôtel de ville de Sabbioneta se retrouve dans une toute petite partie du palais ducal, le reste étant occupé par des salles d’expositions. C’est un endroit qui offre un véritable parcours dans l’histoire des seigneurs de la ville.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Le palazzo ducale… dont certaines des pièces nous estourbiront.

Nous y entrons.

Dans la première salle, le plafond est décoré d’armoiries entourées de décorations recouvertes à la feuille d’or.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Un des superbes plafonds du « palazzo ducale ».

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : La décoration nous laisse pantois!

« Les salles que nous traversons, nous dit notre guide, ont été utilisées comme salle de classe d’école jusqu’en 1920. »

Il y a une cheminée monumentale en marbre rose de Vérone.

L’endroit est également utilisé comme lieu d’exposition d’œuvres d’art modernes, ce qui contraste beaucoup avec le décor médiéval.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : Deux des œuvres d’art modernes que nous avons observées à l’intérieur du « palazzo ducale ».

Nous montons à l’étage, là où il y a la « Salle des Chevaux »! Il y a quatre chevaux montés de leurs cavaliers. Ils sont en bois, de grandeur nature. « Ils ont été fabriqués dans un atelier de Venise », nous informe Marcella.

Les statues ont été repeintes dernièrement. « Une a été perdue lors d’un incendie », nous lance notre guide. Nous voyons en effet quelques bustes qui sont carbonisés.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : Les quatre cavaliers représentent Vespasiano Gonzaga et des membres de sa famille. « Les chevaux ont été humanisés quant à leurs yeux et leurs dents », nous mentionne notre guide.

Tout à côté de la « salle des Chevaux », il y a une petite chapelle, puis le cabinet de travail de Vespasiano, avec des murs et un plafond très ouvragés. Il y a plusieurs sculptures des membres de la famille.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Un des plafonds ouvragés!

Nous entrons maintenant dans la salle du trône, elle qui à l’époque affichait des portraits de douze César!

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Une salle où le plafond est en noyer. Remarquez la qualité du travail d’ébénisterie.

Dans une salle au plafond en cèdre du Liban, encore une fois, des œuvres d’arts modernes prennent place. Il s’agit d’une exposition sur la femme voilée!

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Palazzo Ducale, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photos ci-dessus : Les objets de l’exposition temporaire ne cadrent pas, nous semble-t-il, avec l’environnement.

Nous sortons.

Nous croisons l’église Santa Maria Assunta, elle qui n’est ouverte que le dimanche. Sa façade est de marbre vénitien. Elle date du XVIe siècle. Il y a un baptistère tout à côté.

Même une synagogue
Durant le règne de Vespasiano Gonzaga sur Sabbioneta, une communauté hébraïque y connut une vie culturelle remarquable sous la protection du prince. D’ailleurs, la population de la ville comptait alors plus d’une centaine de juifs, soit quelque 25 % de la population totale.

Nous voyons une synagogue qui a été construite en 1824. L’édifice a été rouvert en 1994, mais il est peu utilisé pour le culte. «En fait, nous précise notre guide, elle n’a été utilisée qu’en deux occasions au cours de la dernière année. »

Nous entrons dans l’édifice et nous montons plusieurs marches pour arriver dans le lieu de culte.

Nous nous assoyons dans le vestibule et les responsables des lieux remettent aux hommes de notre groupe une kippa.

Synagogue, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Notre ami Guy avec sa kippa.

À l’époque, les hommes restaient en bas, tandis que les femmes occupaient le haut du lieu saint.

Nous entrons…, incluant les dames.

À l’intérieur, il y a quatre colonnes blanches et le plafond est joliment décoré en blanc et noir.

Synagogue, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : L’intérieur de la synagogue de Sabbioneta.

« Cinq Talmuds sont conservés ici », affirme Marcella. « Ils sont exposés seulement une fois par année. »

Synagogue, Sabbioneta, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Il y a également cette magnifique Ménorah, le chandelier à sept branches des juifs!

Nous sortons et rejoignons notre autocar qui quitte Sabbioneta à 16 h 55.

Tel que l’avait prévu Jean-Marc, nous étions effectivement les seuls touristes dans la ville cet après-midi!

« Le trajet qui nous ramène à notre hôtel à Mantoue nécessitera une trentaine de minutes », mentionne notre accompagnateur.

En cours de route, nous voyons des champs de citrouilles et Jean-Marc en profite pour nous mentionner que « Halloween n’est pas fêtée en Europe, c’est une fête typiquement nord-américaine. »

Pour nous accompagner dans notre trajet, Jean-Marc nous fait entendre quelques pièces de Giuseppe Verdi.

Finalement, à 17 h 40 nous avions regagné notre chambre. Nous en profitons pour relaxer un peu avant de rejoindre le groupe à 19 h 30 pour le souper.

Un souper buffet qui sera pris à l’hôtel.

Nous pouvons faire notre choix entre salade verte, salade de carottes, tomates cerises, tortelli, fromage parmesan en blocs, quiche aux épinards, quiche au jambon et fromage et risotto à la saucisse. Et pour dessert, la tarte émiettée aux amandes et tagliatelles fromagées. Un agréable repas arrosé d’un vin rouge merlot particulièrement corsé.

Nous remontons à la chambre vers 21 heures et nous préparons nos bagages, car demain nous changeons d’hôtel!

Méli-mélo

La Lombardie est la locomotive économique de l’Italie. Une région qui abrite plus de 8 000 petites entreprises.

Le nord de l’Italie exporte quantité de produits, ce qui amène beaucoup d’euros dans les coffres de l’État.

La popularité de la région se constate chez les nouveaux arrivants, 20% des immigrés s’installent en Lombardie.

Le revenu moyen y est de 33 000 € par année, ce qui est 28% de plus que dans le reste de l’Italie.

La région de Mantoue est la capitale de la robinetterie de qualité.

À suivre
Vicence et l’héritage du grand architecte Palladio!

Teatro Olimpico, Vicence, Lombardie, Italie.

Photo ci-dessus : Le magnifique « Téatro olimpico » dessiné en 1580 par Andrea Palladio et terminé par Vincenzo Scamozzi, qui ajouta le portrait de la ville de Thèbes en fond de scènes, est absolument fascinant.

Bibliographie
Atlas en fiches (Italie, régions du nord et du Sud, Mezzogiorno, le Pô et les Apennins), Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre Wikipédia, Italie, régions d’Italie, villes d’Italie et de nombreuses autres pages;

Guide Voir, Italie, Éditions Libre Expression, 2007, 720 pages;

Lonely planet, Italie, Lonely Planet Publication, 2010, 836 pages;

Mantoue et ses trésors d’art, Rosella Vantaggi, Casa Editrice Perseus, 127 pages.

Patrimoine mondial de l’UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages ;

Les Pouilles, civilisation, art et histoire, Edizioni Kina Italia, 96 pages.

 

Remplis sous: Italie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Merci de ces magnifiques commentaires. Nous allons nous en servir pour nos visites cette semaine.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant