4
Déc/12
1

Le très élégant musée archéologique de Tarente

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 9e d'une série de reportages relatifs à un formidable voyage réalisé dans «l’autre Italie» à l’automne 2012.

Musée archéologique national, Tarente, Pouilles, Italie.

Tarente, Pouilles, Italie, samedi, 13 octobre 2012 – Après avoir visité en matinée le château aragonais de Tarente ainsi que la cathédrale San Cataldo, cet après-midi nous y allons d’une expédition au Musée archéologique national, un des plus importants musées archéologiques d’Italie, lui qui possède la plus grande collection au monde de figurines grecques en terre cuite!

Photos ci-dessus : Cette figurine en terre cuite polychrome est une des pièces maîtresses de la collection du Musée archéologique national de Tarente.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après notre rapide repas du midi sur une terrasse de la vieille ville de Tarente, nous traversons la place Garibaldi et arrivons devant l’église San Pasquale, elle qui est située tout juste à côté du « Musée national d’archéologie de Tarente », le Museo archeologico nazionale di Taranto.

Ce musée a été fondé en 1887 dans le couvent du monastère San Pasquale. Il a fermé ses portes en 2001 afin de permettre la réalisation d’importantes rénovations. Depuis 2007, il n’est que partiellement rouvert au public.

C’est un musée qui illustre l’histoire de Tarente au sein de la « Grande Grèce », et lors de son époque romaine. Il s’agit du plus important musée archéologique d’Italie, après celui de Naples.

Nous entrons quelques minutes avant 14 heures. Dans le hall d’entrée, il y a une grande tête sculptée en bois. Il s’agit d’Héraclès!

Tête d’Hercule, Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Gigantesque tête d’Héraclès dans le hall d’entrée du musée archéologique nationale de Tarente.

Notre guide locale dans les Pouilles, Grazia, nous indique «que cette tête d’Héraclès rappelle une statue en bronze de cinq mètres de hauteur qui était située sur l’Acropole de Tarente, mais que les Romains ont ramenée à Rome après le sac de la ville en 209 avant Jésus-Christ.»

Elle ajoute qu’un très grand nombre d’objets provenant de la période grecque et romaine de la ville de Tarente sont éparpillés un peu partout dans le monde.

« Pour corriger la situation, précise-t-elle, le gouvernement italien a édicté une loi en 1930, stipulant que tous les objets trouvés lors de fouilles archéologiques doivent être remis à l’État italien. »

« On estime que seulement 10 % des objets ayant été découverts à Tarente avant l’entrée en vigueur de la loi, sont aujourd'hui propriétés du musée de Tarente », déplore-t-elle.

« Des fouilles sont encore en cours aujourd’hui dans la ville, car l’architecture funéraire laissée par les Grecs est très riche. Dans pratiquement toutes les nécropoles retrouvées dans la région, les archéologues trouvent de riches trésors artistiques, dont plusieurs Naïscos. »

Ce dernier mot prononcé par notre guide nous est inconnu et sans trop savoir pourquoi, nous n’avons pas interrogé celle-ci sur sa signification. Mais à notre retour, une petite recherche sur Internet nous permet d’apprendre (http://mythologica.fr/grec/art/glosart2.htm) « qu’un naïscos, dans la langue grecque ancienne signifiait littéralement un petit temple. Il désigne aujourd’hui les dispositifs d'encadrement reproduisant la façade d’un temple ». Nous en voyons un reconstitué.

« La majorité des objets exposés ici sont des originaux », souligne Grazia.

Nous sommes pratiquement les seuls visiteurs dans le musée!

Il y a une très belle collection de bijoux et dans plusieurs salles des vases, des figurines et des pièces de monnaie sont exposés. Tous les objets sont classés selon l’époque.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photos ci-dessus : Deux beaux exemples de statuettes.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photos ci-dessus : Et voici notre figurine coup de cœur! Une représentation d’une très belle femme ayant vécu au troisième siècle avant Jésus-Christ. Elle a été découverte en 1959 sur le Corso Umberto Emmanuel III à Tarente!

Il y a des bustes, des stèles funéraires et des statues sans bras ni tête.

Beaucoup d’objets sont brisés et sont exposés tels quels.

Nous voyons des armures de soldats romains.

Nous arrivons dans une grande salle où trois magnifiques planchers de mosaïques datant du IIIe siècle après Jésus-Christ, soit à l’époque romaine, ont été reconstitués.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Un premier plancher en mosaïque aux motifs géométriques!

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photos ci-dessus : Puis, trois autres avec des personnes et des animaux.

Dans une autre salle, d’autres mosaïques sont cette fois-ci exposées sur les murs. Elles datent de la période allant du IIe au IVe siècles apr. J.-C.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photos ci-dessus : Des mosaïques exposées au mur.

Nous entrons dans une galerie où plusieurs tableaux sont exposés. Ils ont été légués au musée par l’évêque Giuseppe Ricciardi (1839-1908) par testament. Tous ces tableaux datent des années 1600.

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : La madone à l’enfant, une œuvre datant du XIIIe siècle provenant d’un artiste inconnu.

Nous sortons à l’extérieur et découvrons le cloître où il y a de nombreux lapidaires, dont un sarcophage, qui sont exposés.

Nous entrons dans une salle où il y a une exposition temporaire « Negli occhi della Gorgone », ce qui signifie « Les yeux de la Gorgone ».

Musée archéologique national de Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Une des belles pièces de l’exposition temporaire.

Étant donné que le deuxième étage du musée n’est pas encore ouvert, nous terminons ici la visite.

Il est 14 h 45 lorsque nous amorçons le parcours du retour vers notre autocar.

Nous marchons sur la promenade qui longe la mer, le « lungomare Victor-Emmanuel III », nommé en l’honneur du dernier roi italien. La promenade aménagée en bordure de mer s’étire sur dix kilomètres.

Nous apercevons des cultures de moules dans la mer.

Bateau de guerre, Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Un bateau de guerre italien, « Le plus gros bateau de la marine italienne », nous précise notre guide.

Tous près de notre car, nous revoyons une autre sculpture.

Tarente, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Sculpture plutôt moderne.

Nous retraversons le pont tournant et arrivons au car à 15 heures!

À suivre
Visite des installations d'une « masseria », une fabrique d'huile d'olive… et évidemment dégustation des meilleurs produits!

 Masseria Il Frantolio Trisole, Cistermino, Pouilles, Italie.

Photo ci-dessus : Charmante dégustation d’huile d’olive à la « Masseria Il Frantolio Trisole » de Cistermino, tout près d’Ostuni.

Bibliographie
Atlas en fiches (Italie, Régions du Sud, Mezzogiorno et les Apennins), Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre Wikipédia, Italie, Pouilles, Basilicate, Bari, Trani, Castel del Monte, Bitonto, Altamura, Matera, Alberobelle, Castellana Grotte, Tarente et de nombreuses autres pages;

Guide Voir, Italie, Éditions Libre Expression, 2007, 720 pages;

Lonely planet, Italie, Lonely Planet Publication, 2010, 836 pages;

Patrimoine mondial de l’UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages ;

Les Pouilles, civilisation, art et histoire,, Edizioni Kina Italia, 96 pages.

Remplis sous: Italie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Belle visite, j’adore les tanagras et on se régale dans le Musée; Attention les salles ne sont pas toutes ouvertes en même temps!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant