1
Nov/12
0

Les fruits de la persévérance – Phillippe Aumont

Revue de presse

Propos de Philippe Aumont recueillis par Nicolas Dupont, RDS.CA, le 31 octobre 2012

Philippe AumontJamais je n’oublierai ces quelque 40 jours où j’ai fait partie intégrante de la formation des Phillies de Philadelphie.

Mais croyez-moi, bien que j'ai finalement réalisé mon rêve de lancer dans les Majeures, je ne vais pas m'en contenter. Au contraire, je vais redoubler d’efforts afin de prouver à tout le monde que je mérite cette place dans la MLB. Car on me l’a toujours répété tout au long de mon cheminement : « C’est difficile de se rendre au plus haut des niveaux, mais c’est encore plus ardu d’y demeurer. »

Évidemment, je suis très satisfait d’avoir été rappelé à la fin du mois d’août, mais avec le recul, j’éprouve une fierté encore plus grande quand je songe au progrès accompli au cours des derniers mois. Après l’année de misère que j’ai connue en 2010, j’aurais pu tout abandonner, lancer mon gant dans un coin et oublier tout le cheminement effectué depuis mon repêchage. J’ai plutôt choisi de me battre. Le processus fut un peu plus long que je pensais avant d’en arriver à l’ultime étape, mais l’important, c’est que je n’ai jamais lâché et au bout du compte, ç’a fini par payer.

Photo ci-dessus : L'objectif de Phillippe Aumont est maintenant de demeurer à Philadelphie.

D’ici l’ouverture des camps en février, j’ai du pain sur la planche en ce qui concerne mon entraînement, qui s’effectuera à nouveau près de mon domicile de Clearwater en Floride. Certaines personnes me demandent pourquoi je ne joins pas les autres joueurs québécois qui s’entraînent en Arizona. À ceci, je réponds que je suis un gars qui aime faire ses propres affaires. C’est ce qui me plaît ici à Clearwater. Même si je n’ai entendu que de bonnes choses sur leur complexe d’entraînement, j’ai tout ce qu’il me faut en Floride et je n’ai jamais songé aller ailleurs.

Les Phillies m’ont fourni un plan bien établi afin d’arriver au camp au sommet de ma forme et avec l’aide de mon entraîneur physique, je veux être fort, endurant et prêt dès les premiers jours. Pour y parvenir, je vais travailler à renforcer mes jambes, mon dos et mes abdominaux afin d’acquérir une meilleure posture en général. Ainsi, ma mécanique s’améliorera par elle-même.

Quant à mon outil principal de travail – mon bras droit – je compte le ménager jusqu’à la mi-décembre où je recommencerai à lancer. Habituellement, les lanceurs attendent le mois de janvier, mais je veux prendre une longueur d’avance. C’est mon plan. Et d’ici décembre, je ne soulèverai pas beaucoup de poids avec mes bras. Contrairement à ce que plusieurs pensent, la vélocité ne s’obtient pas grâce à la grosseur des bras, mais bien grâce à la flexibilité. Je veux donc que mon bras droit demeure le plus flexible possible afin d’éviter les blessures, trop fréquentes dans notre métier.

Outre l’entraînement, je compte bien occuper mon temps en pratiquant mon loisir préféré : le golf. En effet, je joue environ trois ou quatre rondes par semaine. Je suis choyé, car dans la région de Clearwater, il y a de nombreux terrains de golf et la météo est bien souvent clémente. Mes visites au Québec se feront rares cet hiver, car je ne veux pas manquer ma chance en vue de la saison 2013. Tout le monde comprend ça dans mon entourage. Néanmoins, c’est certain que je viendrai faire mon tour au Québec dans le temps des fêtes.

Un championnat bien mérité
Comme la plupart des amateurs de baseball, j’ai suivi avec attention les séries dans le baseball majeur et ça m’a fait rêver de voir les Giants gagner la Série mondiale. Dire qu’avec un peu de chance, nous aurions pu nous rendre aussi loin.

Tous les membres des Phillies sans exception savent que nous comptons sur une équipe redoutable, capable de gagner les grands honneurs. Malheureusement, la malchance s’est abattue sur nous cette saison de sorte que nous n’avons pas performé à la hauteur des attentes. Mais les gars dans le clubhouse sont tous repartis dans leur coin de pays avec l’idée de se retrouver affamés au prochain camp d’entraînement.

L’important sera de connaître un bon début de saison; c’est ce qui a été la clé du succès pour les Phillies en 2008 et en 2009.

Pour revenir aux Giants, ils ont gagné grâce au brio de leurs lanceurs. C’est comme ça que j’explique le balayage des Tigers en Série mondiale. Les lanceurs ont dominé ne laissant que des miettes aux puissants cogneurs de Detroit. Le meilleur frappeur des Majeures, Miguel Cabrera, ne pouvait rien face à des lanceurs en pleine possession de leurs moyens. En gros, les Giants ont tout raflé, car ils ont mieux lancé, ils ont été solides en défensive et ils ont été meilleurs sur le plan collectif. Je leur lève mon chapeau pour ce beau championnat amplement mérité.

Classique mondiale : j’aimerais y participer
La troisième édition de la Classique mondiale de baseball se tiendra en mars prochain et si les Phillies me donnent la permission, je représenterai le Canada comme ce fut le cas en 2009. J’ai adoré mon expérience il y a quatre ans et j’estime que ça m’a aidé dans mon cheminement.

C’est toujours plaisant de jouer au niveau international et c’est un honneur pour moi de représenter le Canada. L’occasion se présente en 2013 et c’est certain que j’aimerais être de la partie.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant