18
Sep/12
0

Emmanuel Garcia avec l’équipe nationale de France!

Texte et recherches Jacques Lanciault

Emmanuel GarciaLaval, le 18 septembre 2012 - Le Québécois Emmanuel Garcia, un ancien des Élites de Montréal de la Ligue de baseball junior élite du Québec, lui qui a évolué durant un peu plus de six saisons au sein de l’organisation des Mets de New York de la Ligue nationale de baseball, enfilera le dossard bleu de l’équipe de France pour le tournoi de qualification de la Fédération internationale de baseball (IBAF) en vue de la Classique mondiale 2013!

Rappelons qu’en 2011, les dirigeants des « Ligues majeures » et ceux de la « Classique mondiale de baseball » ont élargi les cadres de leur compétition faisant passer le nombre d’équipes participantes de 16 à 28 équipes, et ce, en introduisant une nouvelle ronde de qualification.

Photo ci-dessus : Emmanuel Garcia au bâton lors d’un match des Jeux olympiques de 2008 tenus à Beijing en Chine.

Pour cette ronde où 16 équipes ont été conviées, quatre groupes de quatre équipes ont été formés.

Ces 16 formations invitées à participer incluent notamment les formations n’ayant pas remporté de victoire lors de la dernière édition de la Classique mondiale, celle de 2009. Ces équipes sont celles du Canada, du Panama, de l'Afrique du Sud et de la Chine Taipei. Se joignent à elles les troupes du Brésil, de la Colombie, de la République tchèque, de la France, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, d’Israël, de la Nouvelle-Zélande, du Nicaragua, des Philippines, de l’Espagne et enfin de la Thaïlande.

La France est du groupe qui compte les formations de l’Espagne, d’Israël et d’Afrique du Sud. Leur tournoi de qualification, qui en est un du type « fausse double élimination », a lieu au stade Roger Dean de Jupiter en Floride du 19 au 23 septembre. La troupe française disputera son premier match le jeudi 20 septembre alors qu’elle affrontera les Espagnols à compter de 19 heures.

Un coup de téléphone qui chamboule les projets d’Emmanuel Garcia
Garcia avait bien pris connaissance du texte que j’avais publié relativement aux recherches de joueurs qu’effectuait l’équipe nationale de France, mais étant fort occupé au sein de l’entreprise qu’il a lancé en République dominicaine, (Better World Academy, voir autre texte) Garcia n’y a porté que peu d’attention.

Puis en juin dernier, l’athlète de 26 ans a reçu un appel de Jim Stoeckel, un recruteur des Reds de Cincinnati qui collabore avec l’équipe nationale de France dans sa recherche de joueurs.

Comment, Stoeckel a-t-il été informé qu’Emmanuel était admissible à porter les couleurs de la France? Garcia laisse entendre que le tout serait l’œuvre de Claude Pelletier.

« Monsieur Stoeckel est un très bon ami de Claude Pelletier, l'homme qui m'a recruté chez les Mets en 2004. Les deux vivent à Vero Beach en Floride. Je crois que Claude lui a refilé un mot disant que ma mère, Marie-Claude, est française. »

Lors de leur première conversation téléphonique, Garcia a été pris par surprise. « Jim Stoeckel m'a demandé si je voulais jouer à l'arrêt-court pour l’équipe de France lors du tournoi visant à qualifier l’équipe de l’Hexagone pour la Classique mondiale de baseball 2013! Je ne pouvais pas accepter sur le coup, je devais en parler à mes partenaires d’affaires. Je lui ai demandé de me laisser un ou deux mois pour y réfléchir! »

Pour Garcia qui n’avait pas disputé de match professionnel depuis plus de 16 mois, la décision a été difficile à prendre.

« Je suis un élément important, voire essentiel, de l’Académie de baseball que j’ai créé en République dominicaine (Better World Academy) avec Nicholas Gen Harada et John Harada, deux Américains d'origine japonaise qui sont avant tout des hommes d'affaires. »

Emmanuel Garcia

Photo ci-dessus : Le terrain de baseball, un endroit où Emmanuel Garcia est dans son élément!

Mais finalement, le Montréalais a rappelé Jim Stoeckel et a accepté sa proposition.

« J'ai dit oui, car je veux savoir où j'en suis dans ma carrière. J'ai toujours le sentiment que j’ai quitté le baseball professionnel sans vraiment y faire mes adieux! Au cours de ma carrière, je n'ai évolué que pour une organisation, les Mets, et ce, de 2005 jusqu'au printemps 2011. »

« Je me suis dit qu’il existait quand même une possibilité qu’en évoluant pour la France dans une compétition internationale de haut calibre, que les portes du baseball professionnel s’ouvre une nouvelle fois pour moi. »

Remise en forme
Mais, même si Garcia saute sur le losange tous les jours pour travailler avec les joueurs de son académie, la participation à une compétition internationale exigeait une remise en forme, et ce, surtout qu’en novembre dernier il s’était blessé à l’épaule alors qu’il démontrait comment effectuer un relai!

« J’ai recommencé à m'entraîner depuis plus d’un mois sur les terrains de l'académie des Diamondsbacks d'Arizona et sur celui des Orioles de Baltimore à Boca Chica, Baseball City, en République dominicaine, là où les équipes des deux organisations disputent leurs matchs dans la Ligue d’été de la République dominicaine. Je m’entraîne cinq fois par semaine avec les jeunes prodiges de 15 et 16 ans de notre académie. »

« Même si la République est un vrai paradis pour le joueur de baseball, il a fallu que je mette les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu, surtout en raison de ma blessure à l'épaule droite, dont je ne m’étais pas vraiment occupé. »

Pour l’heure, Garcia soutient que son bras est en forme. Il est particulièrement confiant pour son retour au jeu, surtout qu’il évoluera à l’inter et non comme voltigeur.

« Je me sens d’autant plus confiant que j’évoluerai à l’arrêt-court, une position où j’ai connu de beaux succès chez les Mets de 2005 à 2007 ainsi que lors des Jeux olympiques de Beijing en 2008. »

Mais, celui qui a été nommé le joueur par excellence de son équipe à ses deux premières saisons chez les Mets ne s’entraîne pas que sur un terrain de baseball!

« Mon programme d’entraînements hors-terrain est lui aussi assez difficile! Outre les poids, j'ai découvert plusieurs types d'entrainement ici en République dominicaine, ceux utilisés, entre autres, par les Jose Reyes, Vladimir Guerrero, Robinson Cano, Miguel Tejada et autres superstars des Ligues majeures. »

Cet entraînement particulier met à profit la proximité de l’océan!

« Cela consiste à utiliser la résistance de l'eau dans les exercices, tant pour la frappe que pour le lancer de “medecine ball”! On utilise également des élastiques dans l'eau pour travailler les muscles du haut du corps… ou encore pour courir et nager. Bref la piscine et l’océan procurent d’incroyables façons de s'entraîner. »

À s’exercer de la sorte, Garcia a pris dix livres de muscles au cours des huit dernières semaines.

Un autre aspect que Garcia a travaillé intensément au cours des dernières semaines est la course. Celui qui a volé 127 buts en 6 saisons chez les professionnels voulait à tout prix retrouver sa vitesse d'antan… et pour ce, quoi de mieux des sprints sur la plage!

Et Garcia a ajouté à tout cela, deux séances par semaine en gymnase.

L’appui des siens
Lors de sa période de réflexion, Emmanuel a bénéficié de l’appui indéfectible des siens. De sa mère, Marie-Claude, de son frère Éric et de sa copine Tara et sa famille.

D’ailleurs par le passé, ils ont toujours été présents pour lui, dans les bons comme dans les mauvais moments.

Garcia souhaite être un élément important de son équipe et d’aider la France à se qualifier, et ce, même s’il est un peu triste de ne pas évoluer pour l’équipe du Canada.

« Ne pas jouer pour l'équipe du Canada me rend triste, car je suis avant tout Canadien, Québécois, et fier de l'être. Mais du sang français, espagnol et italien coule dans mes veines et j’ai des affinités avec ces quatre cultures. Ce tournoi est le premier test de mon retour au jeu, alors je vais me contenter d’avancer d’un pas à la fois! »

D’ailleurs, l’actuel Emmanuel Garcia n’a plus la même perception de la vie que l’Emmanuel Garcia du passé, et cela est tout à fait normal pour un être humain qui a vaincu un cancer. (Lire texte sur la maladie d’Emmanuel Garcia)

« J'approche chaque jour comme si c'était le dernier de ma vie et j’en apprécie chaque moment! »

« Je crois que tout dans la vie a une raison d'être. Les obstacles, qu'ils soient petits ou grands, il y en aura toujours. Les faire tomber est personnel à chaque individu. Quant à moi, je les attaque de front et je ne baisse jamais les bras. »

« J'ai toujours été un gars positif et je compte le rester! Alors, allez “les Bleus”, en route pour la qualification! »

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant