14
Août/12
5

Le mot du jour : ambigüe ou ambiguë

Textes et recherches de Jacques Lanciault

Je consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité au fil de mes lectures...

 Ambiguë ou ambigüe?

Mardi, 14 août 2012

Source de la recherche :
Le titre suivant coiffant un texte de Jessica Nadeau publié dans le quotidien Le Devoir du 11 août 2012 : « CAQ: des positions ambigües sur l’environnement ».

Orthographe :
Croyant que le tréma du mot ambigu se plaçait sur le e lorsqu’il est au féminin, j’ai consulté mes dictionnaires, avec conséquence que l’ambiguïté est demeurée!

Le Multidictionnaire de la langue française de madame Marie-Éva de Villers, place le tréma sur le e.

Le dictionnaire du correcteur électronique Antidote place le tréma sur le u.

Tandis que Le Grand Robert de la langue française offre les deux possibilités, ambiguë ou ambigüe en mentionnant : « décision de l'Académie, 1975 ».

Aucun de mes trois dictionnaires ne fait référence à aux rectifications de l’orthographe proposées par la France en 1990. Et pourtant, depuis 1991, les deux graphies sont autorisées.

Toutefois, c’est encore sur Internet que nous retrouvons la meilleure explication. Elle provient de François Deslauriers, qui a publié le texte ci-dessous sur sa page Internet (Deslaure.com) le vendredi 16 septembre 2011.

« Un enseignant d'expérience m'aborde dans la salle du personnel.

- Une élève m'a demandé la raison pour laquelle le mot ambiguë prenait un tréma sur le e. Le sais-tu? J'ai regardé dans deux grammaires et on ne parle même pas du tréma.

Effectivement, la question était légitime. Un tréma est généralement utilisé pour annoncer qu'une lettre doit se prononcer, par exemple: Maïs (ma-i-s) et non mais (mè), naïf (na-i-f) et non pas (nèf). Mais qu'en est-il de ambiguë? N'est-ce pas le u dont l'on doit forcer la prononciation? Ambiguë doit se prononcer (am-bi-gu) et non pas (am-bigg). Effectivement.

En fait, pour ce mot, jadis le e se prononçait à la fin du mot. Dans la langue contemporaine, le e ne se prononce plus. Avec l'orthographe rectifiée (depuis 1990 selon Wikipedia.org), le tréma n'apparait plus sur le e, mais bien sur le u, comme le veut la logique orthographique d'aujourd'hui.

Un enseignant ambigu et une explication ambigüe

- Mais... Et la forme plurielle du masculin?

- Ben... Ambigus.

- La nouvelle orthographe ne l'a pas rectifiée? Pourquoi il n'y a-t-il pas de tréma sur le u? Ça ne se prononce pas am-bi-gu-s pourtant!

À mon avis, il devrait y avoir un tréma sur le u lorsqu'ambigu se retrouve au pluriel. Mystère... Tout ceci qui soulève beaucoup d'ambiguïté!

- QUOI??? Le mot ambiguïté s'écrit avec un tréma sur le i?!?

Soyez sans crainte. Avec l'orthographe rectifiée, il s'écrit maintenant avec le tréma sur le u. Comme quoi il faut bien garder un peu de stabilité dans notre belle langue française!»

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (5) Trackbacks (0)
  1. Cette explication est quelque peu erronée.

    En fait, le tréma concerne généralement un couple de voyelles dont chacune doit se prononcer (aï, se prononce a-i et non é et pareil pour uë après un g). La règle grammaticale voulait que au sein de ce couple de voyelles le tréma se mette TOUJOURS SUR LA DEUXIEME VOYELLE et non pas spécifiquement sur la voyelle qui doit s’entendre (ce qui est logique puisque finalement les DEUX voyelles s’entendent – sinon pourquoi pas mäis ?). d’où le ë de ambiguë et non le ü.

    Cela explique aussi le trema sur le i dans « ambiguïté ».

    Après la réforme de l’orthographe du début des années 90, cédant à l’usage, l’académie autorise les deux possibilités : donc « ambiguë » et « ambigüe » sont désormais toutes les deux correctes même si la deuxième ne l’est que depuis une vingtaine d’année.

    J’écris ça de mémoire, mais pour ceux qui veulent en savoir plus, c’est tout simplement expliqué dans le Bescherelle de l’orthographe.

    Bien à vous.

  2. Bonjour,

    me posant les mêmes questions que vous, j’ai trouvé sur le Net ces explications sur le site du CNRTL :

    tréma
    =====

    Signe orthographique formé de deux points juxtaposés que l’on écrit sur les voyelles e, i, u, pour indiquer qu’elles ne forment pas un digramme. Dans certains noms propres, le tréma se met sur un e que la prononciation ne fait pas entendre: Saint-Saëns, Mmede Staël (Grev.1969, § 79, p. 51).
    − En appos. Un ë tréma (Ac. 1935).
    Prononc. et Orth.: [tʀema]. Att. ds Ac. dep. 1762. Selon Littré, inv. en appos.: Une voyelle tréma. Des ë tréma. ,,L’Académie française, en 1975, a décidé (…) que le tréma serait placé sur la voyelle qui doit être prononcée avec son timbre propre: aigüe, ambigüe, ambigüité, cigüe, exigüe, etc. Elle a en outre décidé de mettre un tréma sur u dans certains mots pour lutter contre une prononciation défectueuse: argüer, gageüre, mangeüre, rougeüre, vergeüre«  (Hanse Nouv. 1983)

    http://www.cnrtl.fr/definition/tr%C3%A9ma

    Cordialement

  3. Bonjour Jacques,
    Je reviens sur votre affirmation que « Ambiguë doit se prononcer (am-bi-gu) ». Ambiguë ne doit pas nécessairement se prononcer (am-bi-gu). Il se prononce ainsi en France mais pas en Belgique, par exemple, où le e du féminin, lorsqu’il suit une autre voyelle, se prononce, ce qui évite d’ailleurs aux écoliers belges bon nombre de fautes d’accord. Certes, il ne se prononce pas toujours de la même manière, selon la voyelle qui le précède. Disons qu’il influence le son de cette voyelle. Parfois il la prolonge : ambiguë se prononce ambiguu. Parfois, il lui ajoute un léger w ou y: finie se prononce finille.

  4. Pour autant que je sache:
    Le tréma sur une voyelle indique que cette voyelle se prononçait dans le parler français d’antan.
    On disait donc « ambigu-eu » (ambiguë)
    Dans « ambiguïté » le tréma se met sur le « i » parce que le « i » se prononce, sinon le « gui » se prononcerait comme dans « guignol », ou « gui » (la plante parasite).

  5. Laurent a entièrement raison. Le tréma sur la deuxième lettre du mot « ambiguïté » suit parfaitement la règle: le tréma est sur la deuxiême lettre des deux voyelles pour indiquer qu’elles sont prononcées individuellement, ce qui explique aussi pourquoi il n’y a pas de tréma sur le u du mot « ambigu » – il n’y a qu’une voyelle et le g ne se pronon ce pas j devant un u.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant