6
Juin/12
0

Au coeur de la verdoyante Arles, d’innombrables sarcophages: les Alyscamps!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 39e d’une série de reportages relatifs à un superbe périple qui nous a menés, au printemps 2012, à Barcelone en Espagne… puis dans le sud de la France tout d’abord à Avignon, puis à Arles!

Les Alyscamps, Arles, France

Arles, France, mardi 8 mai 2012 – Une matinée de recueillement! Après la visite d’un cloître, celui de l’église Saint-Trophime, voilà que nous nous retrouvons dans une immense nécropole, les Alyscamps, créée par les Grecs et les Romains et où les chrétiens s’y installèrent au IVe siècle de notre ère!

Dans cette véritable « ville des morts », nous étions pratiquement les seuls à côtoyer la multitude de sarcophages, tous vides par ailleurs. Un lieu superbe où sont apparus pour nous les premiers rayons de soleil de la journée.

Photo ci-dessus : L’allée des sarcophages des Alyscamps… d’où il se dégage une impression de sérénité, un sentiment nécessaire pour admirer cet héritage de 15 siècles d’histoire!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après notre superbe visite du cloître de l’église Saint-Trophime, nous nous rendons aux bureaux de l’Office du tourisme d’Arles qui sont situés sur le boulevard des Lices. Nous souhaitons y obtenir des précisions quant aux moyens de transport disponibles pour nous rendre à l’abbaye de Montmajour sise à 5 kilomètres au nord-est de la ville. Avec gentillesse, on nous remet l’horaire de l’autobus qui s’y rend.

Arles, France

Arles, France

Photos ci-dessus : À Avignon, un magnifique carrousel prenait place devant la porte de notre hôtel. À Arles, il y en a un, tout aussi beau, tout à côté de l’Office de tourisme de la ville! Les chevaux habituels ont fait place à toute une ménagerie!

L’Espace Van Gogh
Puis, nous poursuivons notre promenade en direction de « L’espace Van Gogh », qui se trouve sur la place du docteur Félix-Rey, tout proche.

Outre ses vestiges de l’époque romaine, Arles offre aux visiteurs la possibilité de marcher dans les pas du grand peintre Vincent Van Gogh, dont la période arlésienne s’est étirée de février 1888 à mars 1890.

Le jardin de la maison de santé, Van Gogh Arles, France

Photos ci-dessus : « Le jardin de la maison de santé », une œuvre réalisée par Van Gogh en 1889.

Nous y entrons. C’est une sorte de cour intérieure avec des arcades jaunes tout autour, comme dans un cloître.

L’Espace Van Gog, anciennement l’Hôtel Dieu, est l’endroit où fut interné l’artiste après s'être coupé le lobe de l'oreille. Il a été reconstitué à partir du tableau qu’a peint Van Gogh de l’endroit, une œuvre intitulée « Le jardin de la maison de santé ».

Comme le mentionne l’affiche informative, « C’est un jardin antique avec un étang au milieu et huit parterres de fleurs, des myosotis, des roses de Noël, des anémones, des renoncules, de la giroflée, des marguerites, etc. »

Espace Van Gogh, Arles, France

Espace Van Gogh, Arles, France

Photos ci-dessus : L’Espace Van Gog tel que nous l’avons vu.

Espace Van Gogh, Arles, France

Photo ci-dessus : Et il y avait ces magnifiques fleurs!

Nous nous mettons à chercher La Fondation Van Gogh, mais nous ne trouvons pas! Déçus, nous nous arrêtons à quelques pas de l’Espace Van Gogh pour prendre un café. L’endroit se nomme « Le Bistro de la Merle » et il est fort agréable d’y prendre une pause.

Le Bistro de la Merle, Arles, France

Photo ci-dessus : Céline en attente de son traditionnel « capucino »!

Puis, nous décidons de retourner à l’Office du tourisme pour obtenir de l’aide pour trouver la fameuse « Fondation Van Gogh », que nous vante notre guide Lonely Planet de la Provence. Mais, on y apprend que c’est fermé pour déménagement. Dommage!

Nous décidons donc de prendre la direction des Alyscamps.

Arles, France

Arles, France

Photos ci-dessus : En route pour les Alyscamps, nous longeons le canal de Craponne! Ce canal est une ambitieuse réalisation qui date de la Renaissance. Il relie la Durance au Rhône.

Une nécropole : Les Alyscamps
À l’époque romaine, la ville d’Arles était entourée de cimetières, car en ces temps-là, les cimetières prenaient toujours place hors de l’enceinte des cités. L’un deux, appelé « Les Alyscamps », est devenu célèbre lorsqu’on y enterra un martyr chrétien, Saint Genest, et quelques évêques.

En provençal, Alyscamps signifie « Champs Élysée », et ce, non pas en référence à l’avenue mythique de Paris, mais plutôt en référence à la mythologie grecque où les « Champs Élysées », comme le précise l’encyclopédie libre Wikipédia, « étaient le lieu des «Enfers grecs» où les héros et les gens vertueux goûtaient le repos après leur mort ».

Comme nous l’avons déjà mentionné dans un autre texte, les monuments romains et romans d’Arles sont inscrits à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, et les Alyscamps sont du nombre.

En 1040, un prieuré connu sous le vocable de Saint-Honorat y fut érigé. Puis suivit, au XIIe siècle l’érection d’une église avec une splendide tour lanterne octogonale.

Nous entrons sur le site au moment même où le soleil pointe un rayon sur l’entrée des Alyscamps! Nous marchons sur une allée où se trouvent d’innombrables sarcophages, et ce, de chaque côté. Ils sont en pierre, certains sont ouverts et d’autres ont toujours leurs couvercles. Il y a de nombreux arbres, nous entendons les chants des oiseaux.

Il est évident, en observant les deux côtés de l’allée, que les vestiges ont été dégagés de la terre suite à des fouilles, car les racines des arbres sont plus hautes que le sol, et ce, de cinq à six pieds.

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : Une affiche apposée sur le guichet d’entrée nous apprend que « La nécropole des Alyscamps était le départ d’Arles vers le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. »

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : L’affichage que l’on retrouve sur les lieux historiques que nous visitons à Arles est précieux… et fort apprécié.

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Photos ci-dessus : Très vaste, surtout à la fin de l’Antiquité, cette nécropole, une véritable ville des morts à l’époque, est aujourd’hui réduite, après des siècles de pillage, à une allée de sarcophages qui mène à l’église Saint-Honorat.

Un panneau nous montre la reproduction en couleur du tableau réalisé, ici, par Van Gogh, en 1888. Il est intitulé tout simplement « Les Alyscamps ».

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : En 1888, Vincent Van Gogh et Paul Gaugin vinrent y installer leurs chevalets. Van Gogh y réalisa cette œuvre nommée évidemment « Les Alyscamps ».

Autrefois, le site possédait de nombreuses chapelles funéraires, toutes détruites, sauf celles de Saint Accurse et des Porcelets.

Les plus beaux sarcophages qu’on retrouvait ici étaient en marbre d’Arles datant de l’époque paléochrétienne. Ceux qui ont été retrouvés sont aujourd’hui conservés au musée départemental de l’Arles-Antique. Cette collection de sarcophages est la seconde plus grande au monde… après celle des musées du Vatican.

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Photos ci-dessus : Céline pose devant la porte de la chapelle Saint-Accurse qui fut bâtie en 1520 en l’honneur d’Accurse de la Tour, un noble tué en duel.

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : Le monument des consuls, élevé au XVIIIe siècle pour commémorer les édiles municipaux morts lors de l’épidémie de peste de 1721.

Nous arrivons à l’église Saint-Honorat avec sa tour lanterne octogonale.

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Photos ci-dessus : De l’église Saint-Honorat construite au XIe et XIIe siècle, il ne subsiste que le chevet à triple absides et le clocher octogonal.

Alyscamps, Arles, France

Nous entrons dans une sorte de cour intérieure où il y a encore de nombreux sarcophages.

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : Céline pose devant l’un de ces sarcophages.

Puis, nous entrons dans l’église qui a été quelque peu restaurée.

Alyscamps, Arles, France

Photo ci-dessus : Un seul autel prend place dans l’église, il est en pierre.

Il y a quelques colonnes très imposantes, des colonnes qui font quelques mètres de diamètres… et il y a encore des sarcophages, mais plus gros encore que ceux que nous avons vus à l’extérieur. Vraisemblablement, ces tombes étaient réservées pour des personnages importants.

Alyscamps, Arles, France

Alyscamps, Arles, France

Photos ci-dessus : Un des immenses sarcophages est posé seul dans une petite chapelle.

Nous quittons les Alyscamps à 11h45. C’est un site qui valait le détour.

La tour de Mourgues et les murailles
Nous revenons vers le centre-ville et croisons au passage la tour de Mourgues qui formait l’angle est et sud des remparts de la ville, des murailles élevées au début de la colonie d’Auguste!

Tour des Mourgues, Arles, France

Tour des Mourgues, Arles, France

Photos ci-dessus : La tour de Mourgues, qui s’élève à six mètres de haut, demeure l’élément le plus visible et le mieux conservé des tours circulaires dont l’enceinte était flanquée. Elle tient son nom des moniales (mourgues), du monastère que l’évêque Césaire fonda à proximité, au début du VIe siècle.

Tour des Mourgues, Arles, France

Photo ci-dessus : Nous montons un escalier de pierre qui nous permet d’arriver sur la place des remparts.

Nous continuons notre balade dans Arles et arrivons devant une immense porte. Il s’agit de la porte du grand couvent de femmes fondé par Saint-Césaire en 508.

Portail de l'ancienne abbaye Saint-Césaire, Arles, France

Photo ci-dessus : Portail du XVIIIe siècle de l'ancienne abbaye Saint-Césaire.

 Arles, France

Photo ci-dessus : Cherchant un petit restaurant pour dîner, nous croisons cette sympathique artiste de rue.

Il est maintenant temps de dîner. Nous entrons dans un petit restaurant charmant où nous commandons un croque-monsieur avec une grande salade… et un demi-litre de vin blanc, un Vaqueyras, sous classé selon la serveuse. Il est frais et bon.

Arles, France

Photo ci-dessus : Un charmant restaurant où la végétation nous entoure. Il y a même un plafond de vigne!

À suivre…
Les thermes de Constantin!

Thermes de Constantin, Arles, France

Photo ci-dessus : Les thermes de Constantin datent du IVe siècle. Le tout a été construit à la demande de l'empereur Constantin qui au cours de son règne a habité Arles. Elles sont parmi les mieux conservées de France.

Bibliographie
Arles, Éditions PEC, 1997, 32 pages;

Atlas en fiches, Provence-Alpes et Côte d’Azur, le Rhône et le tourisme en France, Éditions Atlas, 2008;

Encyclopédie libre WikipédiaArles, la place de la République, les arènes d’Arles, le théâtre romain d’Arles et plusieurs autres pages;

Guide Lonely Planet, Provence, Élodie Rotham, Isabel Ros et als, Lonely Planet, 2011, 520 pages;

Le Patrimoine mondial de l'UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Remplis sous: France, Voyages Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant