7
Déc/11
1

Suivre les Romains à la trace à Salona!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 12e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Site archéologique de Salona, Solin, Dalmatie centrale, Croatie.

Split, Dalmatie centrale, Croatie, dimanche 9 octobre 2011 – Hier, c’était l’été à Trogir! Aujourd’hui, c’est pratiquement l’hiver à Split! Au cours de la nuit, le mercure a chuté dramatiquement et le vent froid de la bora s’est mis à souffler à perdre haleine. Qui plus est, ce matin nous visitons un site archéologique situé… sur une colline! Un très beau site archéologique par ailleurs, celui du principal centre urbain de la Dalmatie à l’époque romaine, soit Salona! C’est tout juste à l’extérieur de la cité de Split, dans l’actuelle ville de Solin. Au terme de notre exploration, nous dînerons sur une terrasse où les chauds rayons du soleil auront toutes les difficultés du monde à nous réchauffer. Mais, quelle vue sur la mer Adriatique!

Photo ci-dessus : Sur le site archéologique de Salona, les fouilles ont mis au jour une impressionnante nécropole, celle de Manastirine.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

À notre réveil ce matin, à 7 h 30, rien ne laissait présager qu’au cours de la nuit le mercure avait rétréci comme peau de chagrin! Lorsque nous avons regardé à l’extérieur par la fenêtre de notre chambre, le soleil brillait dans le ciel malgré quelques petits nuages. Pour nous rien de différent avec hier, la journée promettait d’être chaude!

Ce n’est que lorsque nous avons mis le nez à l’extérieur que nous avons constaté qu’il faisait passablement froid et surtout que le vent soufflait avec force! Vite nous retournons à la chambre pour enfiler une pelure supplémentaire!

Habillés chaudement, nous grimpons dans l’autocar à 9 h 30 et filons en direction du site archéologique de Salona.

En route, sur notre gauche, nous apercevons le musée archéologique que nous visiterons demain.

Puis, un très beau stade s’offre à notre regard. C’est celui du Poljud de Split, un immeuble construit en 1979 pour permettre au Hrvatski Nogometni Klub Hajduk Split, le club de football (soccer pour nous) de la ville, d’y disputer ses matchs.

Stade Poljud, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Le stade Poljud de Split peut accueillir 35 000 spectateurs assis. C’est le deuxième plus grand stade de Croatie après celui de Zagreb. (Photo provenant du site Internet de l'équipe)

La plupart des bâtiments que nous croisons sur notre trajet ont été construits dans les années 1960 et 1970.

« À la fin du XIXe siècle, nous souligne notre guide locale, la ville de Split comptait sur une population de 20 000 habitants, aujourd’hui ce sont quelque 210 000 personnes qui y vivent! C’est un centre universitaire important. »

Au loin, entre deux montagnes, nous apercevons la forteresse de Klis. Sa visite est également prévue à notre programme de demain. Klis et ses restaurants sont réputés pour l’agneau des prés salés cuit à la broche!

Nous descendons du car à 9 h 45 sur le site archéologique de Salona, ici où nous pourrons apprécier entre autres les vestiges d’un amphithéâtre romain datant de 25 av. J.-C. Un stade qui à l’époque pouvait accueillir 18 000 spectateurs.

Notre guide locale à Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Malgré le froid, notre guide locale, Ivana, est en grande forme en ce dimanche matin!

Le site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Le site archéologique de Salona est immense. À l’aide de cette affiche, Ivana nous dresse l’itinéraire que nous parcourons sur le site ce matin.

Notre groupe sur le site archéologique de Salona à Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Voilà, nous amorçons notre visite, et ce, malgré le froid qui sévit!

Capitale romaine de la Dalmatie dès le premier siècle après Jésus-Christ, Salona comptait sur une population de 60 000 habitants au IIIe siècle. À l’époque elle était protégée par des fortifications comptant notamment 72 tours de défense. Mais, en ces temps anciens, les guerres et invasions se succédaient à un rythme effréné, si bien qu’au VIe siècle Salona est complètement détruite! Les habitants de la ville trouvent alors refuge dans le palais de Dioclétien, donnant ainsi naissance à la ville de Split.

Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que les archéologues commencent à s’intéresser vraiment à Salona, un site qui deviendra suite aux fouilles de l’archéologue croate Frane Bulić, aux XIXe et XXe siècles, le plus grand site archéologique de la Croatie.

Nous sommes sur les hauteurs et c’est très venteux et froid. « Le vent qui souffle, nous lance notre guide Ivana, est celui de la bora (en croate, bura), un vent du nord-est qui arrive de la mer Adriatique. En hiver, il souffle… comme aujourd’hui, nous avoue-t-elle ! »

Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Devant nous, il y a la ville de Split.

Nous amorçons notre visite par l’exploration des vestiges de la nécropole de Manastirine, qui était en fait la dernière demeure des martyrs chrétiens. Il y a de nombreux sarcophages. Tout près, il y a également les restes d’une basilique datant du IVe siècle. Nous voyons plusieurs tombes et morceaux de tombes, des colonnes et même des restes de planchers de mosaïques.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Les membres de notre groupe, dont certains tout frissonnant, entrent dans la basilique de Kapjinc. (Photo courtoisie de Robert Benoit)

Notre guide nous précise qu’il y a quelque 1 000 tombes sur lesquelles 360 inscriptions ont été retrouvées pour le moment. Mais les fouilles se poursuivent…

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Un tumulus de pierres couvrant une tombe.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Ce sarcophage semble plus important que les autres étant entouré d’une clôture.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Des pierres semblables ont été placées ensemble sur le sarcophage. Il ne reste qu’à compléter le puzzle.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Des murs, des colonnes, des vestiges de sarcophages…

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Un travail de moine de reconstitution a été réalisé.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Des colonnes somme toute assez bien conservées.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Évidemment, les sarcophages ont été vidés de leur contenu qui, s’il n’a pas été volé, se retrouve aujourd’hui au musée archéologique de Split.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Encore des sarcophages!

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Une inscription latine, semble-t-il!

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Superbe, c’est à s’interroger pourquoi cette pièce n’a pas été transportée au musée! Après tout, du moins pour l’heure, personne ne surveille le site!

Les découvertes réalisées sur ce site par les archéologues ont permis de devancer, et de beaucoup, la date d’arrivée des chrétiens en Dalmatie.

Les restes de la basilique que nous venons de traverser sont ceux de Kapjinc, elle date de l’époque romaine. C’était un endroit de discussions transformé, avec le temps, en lieu de culte.

Il y a une pierre dans le sol avec une inscription en grec. Ivana, notre guide nous mentionne qu’il y a sûrement beaucoup d’autres vestiges toujours ensevelis, mais les terrains des alentours sont tous privés, d’où la difficulté de poursuivre les fouilles.

Il y a une maison dalmate construite au XVIIIe siècle par l’archéologue Frane Bulić… avec des matériaux trouvés sur le site!

« Normalement, nous précise Ivana, nous pouvons entrer dans la maison qui est une sorte de petit musée. Mais, aujourd’hui, c’est fermé. » Selon elle cela s’explique du fait que la saison touristique est terminée ici.

D’ailleurs, nous sommes seuls sur le site. Il n’y a aucun autre touriste, même pas un gardien. La visite est donc gratuite.

Derrière la petite maison, il y a un jardin, datant du XIXe siècle.

Nous continuons notre promenade. Le site est très vaste. Nous contournons les restes de la basilique et nous descendons de la colline.

À divers endroits du site, il y a des panneaux avec des photos créées à l’ordinateur qui nous donnent une bonne idée de ce à quoi ça ressemblait à l’époque.

Ivana nous rappelle que la ville romaine était occupée par 60 000 habitants; aujourd’hui, la petite ville de Solin n’en compte que 12 000.

Puis, elle commence à nous parler de Dioclétien, dont nous visiterons cet après-midi le palais.

« Il a été le plus grand persécuteur de chrétiens de tous les temps! Il en aurait fait tuer quelque 250 000!

Dioclétien est né à Salona en 244. Il était simple fils d’esclave aucunement destiné à devenir empereur. Mais, il prit du galon dans l'armée pour devenir commandant de la cavalerie de l'empereur Carus. Après la mort de Carus et de son fils Numérien durant la campagne en Perse, Dioclétien se proclame empereur. Il sera empereur romain du 20 novembre 284 au 1er mai 305.

Rappelons qu’avant lui, il y avait eu 70 empereurs en seulement 50 ans!

Nous approchons des ruines d’une basilique qui comptait 1 200 places. C’était une des plus grandes basiliques de l’époque. Nous voyons des vestiges des maisons tout autour.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Toujours la même difficulté pour moi lors de visites de sites archéologiques… il faut imaginer des maisons au-dessus de ces pierres.

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Au loin nous voyons l’impressionnante ville de Split!

Site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Les murs de fortifications sont encore bien présents.

Le vent est encore plus violent qu’à notre arrivée.

Nous voilà devant l’emplacement de la porte de César. C’est par là que l’on entrait dans la ville. La porte est entourée de deux tours octogonales.

Porte de César, site archéologique de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : C’est par cette porte que les Romains entraient dans Salona.

Nous marchons encore durant plusieurs minutes pour finalement arriver à l’amphithéâtre romain qui lui date du IIe siècle apr. J.C. À l’époque, il pouvait accueillir 18 000 personnes. En fait, c’était le plus grand de la Croatie, plus grand que celui que nous avons eu la chance de voir à Pula.

On y tenait des combats de gladiateurs. L’amphithéâtre a été détruit au XVIIe siècle, par les Vénitiens qui craignaient que les Turcs ne s’y installent.

Amphithéâtre romain de Salona, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Une des entrées menant à l’intérieur de l’amphithéâtre!

Puis, nous retournons vers le car, congelés! Il y a un petit bar, le « Caffe bar Salona ». Nous nous y réchauffons… et y faisons une pause technique.

De retour près de l’autocar, le chauffeur nous sert un verre de grappa… Voilà, nous apprécions maintenant cette boisson de feu qui nous a superbement réchauffés.

Nous repartons à 11 h 50 en direction de Split.

Ce midi, le dîner est libre et notre accompagnatrice de Voyages Lambert fixe le rendez-vous à 14 h 30, tout au bord de la mer, sur la promenade à l’angle de la rue principale, la rue Marmontova, une superbe rue piétonne.

En cours de route, notre guide locale offre à ceux que cela intéresse de les laisser à la « Galerie Meštrović ». Il s’agit d’un musée installé dans une maison dessinée par Ivan Meštrović lui-même. Aujourd’hui, nous regrettons de ne pas avoir sauté sur l’occasion. Certainement, une très bonne raison de retourner un jour à Split.

Nous nous rendons plus tôt en bord de mer où nous nous installons sur la terrasse du restaurant de l'« Hôtel Adriana »!

Nous sommes face à la mer Adriatique, séparés d’elle par une promenade où les gens déambulent paisiblement! Il y a plusieurs palmiers et la vue est superbe.

Cette promenade réalisée en 2007, a été construite sans aucune publicité lumineuse! D’un côté, il y a l’ancien quartier des pêcheurs avec ses ruelles typiques montant vers la colline. Au loin, nous voyons le monastère des Franciscains, toujours au bord de mer et quelques bateaux de la compagnie maritime Jadrolinija, elle qui assure le relai vers les îles, entre autres Hvar, et l’Italie. Ses bateaux accueillent quelque 4 millions de voyageurs par année!

Malgré le soleil qui brille de tous ses feux, il fait froid.

Nous prenons un bon repas! Spaghetti aux fruits de mer pour moi et salade de poulet pour Céline, et ce, avec vin et café, car nous avons du temps devant nous.

En fin de repas, notre accompagnatrice se joint à nous.

Terrasse du restaurant Adriana, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Bien habillés et au soleil, nous étions finalement bien sur la terrasse du restaurant Adriana.

En route pour rejoindre le groupe, nous arrivons face à la place de la République où se trouve l’Église Saint-François.

Église Saint-François, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : La jolie petite élise Saint-François, à l’extrême gauche de la promenade de Split qui donne sur la mer Adriatique.

Nous rejoignons le groupe à 14 h 30.

À suivre
Le palais de Dioclétien!

La palais de Dioclétien, Split, Dalmatie centrale, Croatie.

Photo ci-dessus : Superbe cet immense palais!

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija, Poreč, Rovinj, Dalmatie, Pag et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie, l’économie de la Croatie) , Éditions Atlas, 2008;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Dalmatie, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2008, 156 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

L’agonie yougoslave (1986-2003), Renéo Lukic, Les presses de l’Université Laval, 2003, 613 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O., 2007, 128 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Patrimoine mondial de l’UNESCO , Éditions UNESCO, 2009, 832 pages.

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Félicitations encore pour ces récits si captivants !
    vous êtes de vrais pros…
    Merci…

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant