27
Nov/11
3

Une vieille ville pratiquement toute romaine : Zadar!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 9e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Porte de la Terre ferme, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie, vendredi 7 octobre 2011 – Notre exploration de Zadar, la deuxième plus grande ville de la Dalmatie, sera relativement courte, et pourtant nous verrons moult bijoux d’architecture : la cathédrale Sainte-Anastasie, les églises Saint-Donat, Saint Siméon et Sainte-Marie, le musée d’art sacré, le forum romain, la porte de la Terre ferme et bien d’autres encore. Puis, une balade en bord de mer nous fera découvrir la « Salutation au soleil » et « l’Orgue marin », deux joyaux, eux beaucoup plus modernes. Zadar, une ville à découvrir!

Photo ci-dessus : La porte de la Terre ferme à Zadar est surmontée du grand lion de Saint-Marc. Elle a été construite en 1573!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Grasse matinée aujourd’hui alors que le réveil ne vibre qu’à 7 h 25, et ce, puisque seule la visite de la vieille ville de Zadar, sise à trois minutes de marche de notre hôtel, est au programme du jour. Une journée presque complète de temps libre!

Il pleut légèrement à notre réveil.

Après un excellent petit-déjeuner, nous retrouvons le groupe, quelques minutes avant 9 heures, dans le lobby de notre très confortable hôtel à Zadar, l’Hôtel Bastion.

Céline devant l’Hôtel Bastion, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Il pleut légèrement lorsque nous amorçons notre promenade ce matin. Mais, Céline, toute prévenance qu’elle est, a apporté son parapluie!

Le nom de notre hôtel découle de l’endroit où il a été construit, soit sur le site même d’une ancienne forteresse aux murailles impressionnantes. Il est en quelque sorte devenu le «bastion» de la ville. Soulignons que c’est un tout petit hôtel qui ne compte que 28 chambres.

Hôtel Bastion, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Le mur extérieur de la terrasse de l’Hôtel Bastion est constitué de la muraille d’une ancienne forteresse de la ville!

Hôtel Bastion, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Derrière l’Hôtel Bastion, on peut observer cet ancien puits!

Nous prenons la direction de la rue principale du quartier historique, un quartier organisé selon un plan romain, c’est-à-dire qu’à la croisée des deux axes principaux, le cardo (axe Nord-Sud) et le decumanus (l'axe Est-Ouest), se trouve l’ancien forum.

Le cardo et le decumanus sont des rues plus larges que celles qui les croisent.

Un peu partout dans la ville, nous verrons des ruines romaines. Toute petite, la vieille cité de Zadar compte tout de même 49 églises, dont certaines toutefois n’ont plus de vocation religieuse, ayant été transformées en bureau, en banque, etc. Nous en visiterons tout de même quelques-unes.

Campanile de la cathédrale Sainte-Anastasie, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : D’une petite rue, nous apercevons le campanile de la cathédrale Sainte-Anastasie, vers où nous nous rendons.

Cathédrale Sainte-Anastasie
Notre premier arrêt est pour la cathédrale Sainte-Anastasie. Initialement construite au VIe siècle comme sanctuaire paléochrétien, elle fut consacrée à Sainte-Anastasie au IXe siècle. Toutefois, l’église fut reconstruite aux XII et XIIIe siècles avec sa grande rosace de style roman, elle qui en compte également une plus petite de style gothique. Il y a quatre statues d’apôtres sur la façade.

C’est la plus grande cathédrale de la Dalmatie.

Cathédrale Sainte-Anastasie, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Cathédrale Sainte-Anastasie, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photos ci-dessus : La cathédrale Sainte-Anastasie et ses deux rosaces.

Le campanile de la cathédrale date de 1452, toutefois les deux derniers étages ont été ajoutés au XIXe siècle.

Campanile de la cathédrale Sainte-Anastasie, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : L’imposant campanile de la cathédrale Sainte-Anastasie.

Pour l’heure, nous ne pouvons pénétrer dans le lieu saint, car il y a une messe en cours.

Nous reprenons notre promenade dans les petites rues aux pavés patinés qui sont très glissants suite à la pluie matinale qui s’est abattue sur Zadar.

Commerce de Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Nous croisons un commerce se spécialisant dans la vente de cravates, dont la poignée de porte est justement en forme de cravate. La Croatie est le pays où est né ce signe de masculinité. Celle-ci trouve son origine dans la façon dont les soldats croates attachaient leur foulard.

Derrière la cathédrale Sainte Anastasie se trouve le musée archéologique datant de 1959. Celui-ci présente de nombreux objets provenant de la grande région de Zadar, dont plusieurs ayant été trouvés ici même sur le site de l’ancien forum romain. Sa visite n’est toutefois pas prévue à notre programme.

Forum romain, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Le forum romain est l’endroit central de la vieille ville de Zadar. Il mesure 95m par 45m et il est entouré de colonnes, c’est le plus grand de tous les forums de Croatie.

Forum romain, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : En voyage apostolique en Croatie en 2003, le pape Jean-Paul II a célébré une messe sur l’ancien forum romain de Zadar, le 9 juin! Une plaque commémore cette visite.

Église Saint-Donat
Toujours derrière la cathédrale Sainte-Anastasie, il y a l’église Saint-Donat construite directement sur l’ancien forum romain. L’acoustique de l’édifice est des plus intéressant. D’ailleurs, il s’y donne de nombreux concerts, surtout qu’il n’y a plus de service religieux dans cette église depuis 1797.

Saint-Donat est le nom de l’évêque qui a fait construire ce lieu saint au IXe siècle.

L’église Saint-Donat, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : L’église Saint-Donat est l’une des rares constructions d’architecture byzantine en Dalmatie.

L’église Saint-Donat, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Pour la construction de l’église Saint-Donat, des pierres de l’ancien forum romain ont été réutilisées.

Nous y entrons. Il n’y a rien à l’intérieur, sauf des colonnes! L’église est petite et ronde.

L’église Saint-Donat, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

L’église Saint-Donat, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photos ci-dessus : L’intérieur tout en colonnes de l’église Saint-Donat.

À l’extérieur, une des colonnes du forum romain est toujours debout. Elle fait 14 mètres de hauteur. Au Moyen Âge, elle était utilisée comme pilori.

L’église Saint-Donat, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Un ancien pilori tout près de l’église Saint-Donat.

Forum romain, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Sur la place de l’ancien forum, on retrouve une pierre sculptée à l’effigie de Méduse!

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Au loin nous apercevons le clocher de l’église orthodoxe Saint-Élie. Érigée en 1578, elle a été la première église orthodoxe de Zadar.

Cathédrale Sainte-Anastasie (bis)
Nous revenons sur nos pas pour, cette fois-ci, visiter l’intérieur de la cathédrale Sainte-Anastasie… où il est interdit de prendre des photos!

La nef principale est trois fois plus grande que les nefs latérales. Celles-ci sont séparées par des colonnes provenant du forum romain.

Le maître-autel, qui est un héritage de l’église du IXe siècle, est chapeauté « par un ciborium qui a été élevé en 1332 », nous mentionne notre guide. Pour nous, il s’agit d’un baldaquin!

Une rapide recherche dans l’encyclopédie libre Wikipédia nous apprend que : « Un ciborium est une construction destinée à protéger et mettre en valeur un autel ou, spécifiquement, l'armoire où est déposé le ciboire. Le ciborium affecte généralement la forme d'un dais posé sur quatre colonnes. Il peut être en bois, en métal, en pierre, et constituer parfois un véritable édifice. Ce terme est surtout utilisé pour la période antérieure au monde médiéval. À partir de l'époque médiévale, c'est le terme “baldaquin” qui est préféré. »

Et voilà, tout le monde a raison!

Sur un des autels adjacents, celui de l’abside de gauche, il y a un sarcophage en pierre. Il contient les reliques de Sainte-Anastasie qui auraient été confiées à l’évêque Donat par l’empereur de Byzance au IXe siècle.

Le Visuel.

Photo ci-dessus : Pour se retrouver dans une cathédrale, quoi de mieux que la page « Cathédrale » du dictionnaire « Visuel » de Québec Amérique

Nous sortons.

Les portes d’entrée de la cathédrale, qui dataient du XVe siècle, ont été brûlées durant la Deuxième Guerre mondiale.

Nous poursuivons notre balade sur la rue principale. Nous arrivons face à la tour de l’Horloge, elle qui date du XVIIIe siècle. Aujourd’hui l’édifice abrite un musée ethnographique.

Tour de l’horloge, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : C’est sous l’administration autrichienne que fut érigée la tour de l’horloge en 1798.

L’église Saint-Siméon… et gardien en colère
Tout près, il y a l’église Saint-Siméon construite au XVe siècle sur le site d’une ancienne église consacrée à Saint-Étienne, qui elle datait du Ve siècle.

Les reliques de Saint-Siméon sont conservées dans cette église depuis 1632… dans un sarcophage en or et en argent pesant 250 kg!

Église Saint-Siméon, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : L’église Saint-Siméon datant XVe siècle.

Notre guide mentionne : « Qu’aucune relique de Saint-Siméon ne peut sortir de Zadar, sinon elle deviendra source de malheurs. »

Et elle enchaîne avec une petite anecdote pour preuve : « La reine de Hongrie avait pris un doigt de Saint-Siméon… et elle a dû le remettre parce que le doigt était infecté d’asticots! »

Le sarcophage est ouvert une fois par année, le 8 octobre… soit demain!

Nous entrons. Nous sommes très mal accueillis par un gardien en colère de nous voir entrer avec des caméras. Notre guide a beau lui expliqué, en croate bien sûr, que nous sommes des touristes, rien n’y fait ni ne le calme et nous ressortons rapidement.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Nous croisons ce très beau casse-croute!

La place des Cinq-puits et le port de Foša
Nous voyons un autre pilori, qui lui date de 1729. L’administration de Zadar est à le restaurer.

Nous arrivons sur la place des Cinq-puits, et ce, après avoir gravi quelques marches. Autrefois, c’était une zone militaire et il y avait ici, dans les années 1990, une caserne pour les soldats. Jadis, en temps de paix, un jardin botanique y était adjacent… Malheureusement, il est maintenant laissé à l’abandon.

Place des Cinq-puits, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Durant 40 jours de siège, les cinq puits ont été la seule source d’eau pour toute la ville de Zadar.

Place des Cinq-puits, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : La place des Cinq-puits a été construite en 1574, comme en fait foi cette plaque au sol.

Place des Cinq-puits, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Une ouverture dans les fortifications de la place des Cinq-puits nous mène sur un petit port.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : La très jolie marina du port de Foša.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Le port est protégé par une muraille impressionnante.

La porte de la Terre ferme
Notre guide nous mène, pour un court instant, à l’extérieur des fortifications de la vieille ville. Nous sortons par la grande porte d’un arc de triomphe.

Il s’agit de la porte de la Terre ferme. Autrefois, c’était la porte principale de la ville. Elle a été construite en 1543, lorsque les remparts ceinturant Zadar ont été reconstruits. Selon notre guide : « Dans toute la Dalmatie, c’est le monument principal de la période vénitienne ».

Porte de la Terre ferme, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : La porte de la Terre ferme arbore le Lion de Venise et sous celui-ci une sculpture dans la pierre représentant Saint-Chryzogone, le patron de la ville.

Nous rebroussons chemin. Notre guide locale marche rapidement et plusieurs membres du groupe éprouvent des difficultés à la suivre… D’ailleurs, tant physiquement que dans ses propos où ses carences en vocabulaire de la langue française sont de plus en plus évidentes!

L’Église Sainte-Marie et le musée d’art sacré
Nous arrivons devant l’Église Sainte-Marie qui fut consacrée en 1091. Entre l’église et le couvent des bénédictines datant du XVIe siècle, on aperçoit un campanile érigé en 1102.

Église Sainte-Marie, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : L’église Sainte-Marie jouxte le couvent des bénédictines.

Nous entrons dans le musée où travaillent six sœurs bénédictines. Au total, le couvent héberge une trentaine de religieuses, mais celles n’oeuvrant pas au musée n’ont pas le droit de sortir.

Les œuvres d’art qui y sont présentées couvrent quelque 1 000 ans de l’histoire des bénédictines à Zadar, soit du VIIIe au XVIIIe siècle. La majorité des objets ont été fabriqués ici même à Zadar et pour la plupart ils sont en or ou en argent. Évidemment, l’utilisation des appareils photos y est interdite.

Il y a quelques objets reliquaires, contenant des restes de saints, dont entre autres la main de Saint-Isidore, conservée dans une sculpture en argent représentant une main haute de plusieurs centimètres.

Nous voyons des coffrets de bijoux, un tableau triptyque en bois et en or représentant Notre-Dame. Il y a aussi un tableau affichant plusieurs rectangles de tissus de fils d’or. Ils ont été tissés à la main et ils datent du XIVe siècle.

Autre objet source de fierté des religieuses, la tiare de Saint-Siméon ornée de plusieurs pierres précieuses. Il y a également un reliquaire de Saint-Jean-Baptiste. Un seul autre existerait sur la planète et il est exposé à Constantinople. Nous voyons le buste de Saint-Nicolas.

Malheureusement, les informations se rapportant aux objets qui sont en exposition sont très difficiles à lire étant souvent situées dans des endroits peu éclairés… et les petites plaquettes sont écrites en langue croate et en anglais seulement.

Une multitude d’objet en forme de bras et de main reposant sur des socles individuels pointent vers le ciel. Une sculpture en bois doré datant du XVe siècle et représentant une piéta est particulièrement jolie.

Dans une des salles d’exposition, nous pouvons voir des statues d’environ quatre pieds de hauteur représentant dix des apôtres. Elles datent elles aussi du XVe siècle. Toutefois, leur auteur est inconnu.

Nous voyons la magnifique crosse d’un évêque… tout en or. Elle aurait appartenu à l’évêque Saint-Jérôme, un des partons de la Dalmatie.

Dans une petite pièce, il y a un meuble d’où débordent plusieurs napperons de dentelle. Dans cette salle, il y a des tableaux de Carpaccio datant du XVe siècle, une sculpture dorée sur bâton qui était utilisé lors des processions. La sculpture représente le purgatoire!

Nous arrivons dans une petite chapelle où se trouve une immense croix du Christ datant du XIVe siècle. C’est une copie, l’originale est conservée à Split.

La religieuse qui nous accompagne nous fait chanter avec elle pour nous permettre d’apprécier la qualité de l’acoustique de l’endroit. Elle est très gentille et nous causons quelques instants avec elle.

Nous terminons cette visite à 11 h 10 et notre guide locale nous quitte précipitamment… sans remettre à notre accompagnatrice le système de son lui ayant permis de nous entretenir! Une voyageuse du groupe part à ses trousses et revient avec l’équipement, propriété de Voyages Lambert. À l’évidence, elle avait hâte de nous quitter.

Quartier libre
Notre accompagnatrice, Johanne Duhamel, profite de cette pause pour nous informer que c’est quartier libre pour le reste de la journée.

Nous revenons à notre chambre d’hôtel pour revêtir des vêtements plus légers, car depuis un certain temps déjà la tiédeur du matin nous a définitivement quittés!

Par la suite, nous retournons dans le quartier ancien et flânons dans le dédale de petites rues de la vieille ville. Nous nous arrêtons finalement sur une terrasse pour dîner : le Tinel Bistro! Nous y prenons un bon repas.

Tinel Bistro, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Charmant endroit, le Tinel Bistro!

Après le dîner, nous poursuivons notre promenade. Nous empruntons un pont pour piétons qui nous mène dans la ville moderne de Zadar, mais nous comprenons rapidement qu’il y a peu à voir de ce côté pour des touristes.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Porte de la ville qui nous mène en direction de la ville moderne de Zadar.

Nous rebroussons chemin et décidons de longer le bord de l’eau, ce qui devrait normalement nous permettre de faire le tour de la vieille ville, puisque celle-ci est située sur une presqu’île.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Sur le port, nous croisons ce grand traversier qui s’apprête à prendre la mer en direction de l’Italie!

Nous arrivons sur une grande place aménagée à l’extérieur des remparts de la ville tout en bordure de mer. C’est superbe!

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : À l’extérieur des remparts, une magnifique terrasse a été aménagée.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Avec vue sur la mer.

Sur le sol il y a un immense disque bleu et un peu plus loin, il a quelques marches qui nous amènent à l’eau. Sur l’angle droit des marbres, nous remarquons des trous en forme de rectangle. Il s’agit de l’orgue marin, dont nos guides de voyage mentionnaient la présence. Nous pouvons nous asseoir sur les marches pour apprécier la mélodie. Nous y entendons une musique somme toute assez faible, mais lorsque nous reviendrons ce soir… la mélodie sera alors assourdissante.

Salutation au soleil, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Ce cercle de 22 mètres de circonférence nommé « Salutation au soleil » est formé de 300 plaques photovoltaïques. Au soleil, ce qui n'était pas le cas aujourd’hui, il offre un spectacle tout en couleur. L'énergie emmagasinée par les plaques est suffisante pour éclairer tout le port à longueur d'année.

Orgue marin, Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Sous les marches en pierre de ces escaliers qui mènent à la mer, un architecte local, Nicolas Bašić, le même qui a créé le cercle « Salutation au soleil » a installé un système de tuyaux. L'air pénétrant dans les trous, combiné au ressac de la mer, crée une étrange mélodie, tantôt douce, tantôt forte.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Et voilà que nous découvrons « la boura », ce vent qui souffle de la mer Adriatique!

Nous retournons dans la vieille ville en direction de notre hôtel. Nous sommes déjà en fin d’après-midi et il fait frais. Toutefois, malgré les lourds nuages il ne pleut pas… du moins pas encore.

Nous rentrons à l’hôtel et à 16 h 30 et de notre chambre nous assistons à une suite de violents orages.

Zadar, Dalmatie du Nord, Croatie.

Photo ci-dessus : Sur le chemin du retour, nous croisons cet arbre à la forme particulière.

En soirée, nous ressortons pour trouver un resto. Il ne pleut plus, mais c’est très venteux et froid. Dans la vieille ville, il n’y a que des bars et des comptoirs de pizzas qui sont ouverts.

Nous retournons sur le site de l’orgue marin. Les vagues sont fortes et la musique est très impressionnante. C’est vraiment particulier. De plus, la « Salutation au soleil » offre un jeu de lumière agréable à regarder.

Nous revenons à l’hôtel aux environs de 21 heures et préparons nos valises pour notre départ de demain.

Méli-mélo
Ce sont les Illyriens qui les premiers se sont installés à Zadar, au VIIIe siècle avant Jésus-Christ.

Les Romains conquirent progressivement la région du IIe siècle avant Jésus-Christ, une conquête qui s’étira jusqu’au milieu du Ier siècle de notre ère.

Au Ve siècle, les Wisigoths sont les maîtres à Zadar, et ce, tout juste avant de voir la ville plier l’échine devant Byzance au VIIe siècle.

En 1069, Zadar est rattachée à l’État croate, tout comme les autres villes de la Dalmatie, puis elles passent toutes sous contrôle croato-hongrois.

Venise acheta la Dalmatie, et par le fait même Zadar, du roi de Hongrie en 1409. La cité des Doges a versé la modique somme de 100, 000 ducats d’or pour acquérir la Dalmatie.

À la chute de Venise en 1797, Zadar devient autrichienne.

Après une très courte période sous le régime français, de 1806 à 1813, Zadar redevient autrichienne et cela jusqu’à la chute de l’empire austro-hongrois en 1918.

En 1920, elle est rattachée à l’Italie.

Zadar fut occupé par les Allemands durant la Deuxième Guerre mondiale et elle est devenue une cible de choix pour les bombardements des Alliés.

En 1944, Zadar devient yougoslave.

À la déclaration de l’indépendance de la Croatie, en 1991, l’histoire des destructions de la ville se répète quand l’armée yougoslave y déverse une pluie de roquettes.

Zadar est la deuxième plus grande ville de la Dalmatie, la cinquième plus grande de la Croatie.

Quelques mots de croate
Voici quelques chiffres en croate :

Un: Jedan

Deux: Dva

Trois: Tri

Quatre: Ĕetiri

Cinq: Pet

Six: Šest

Sept: Sedam

Huit: Osam

Neuf: Devet

Dix: Deset

Cent: Sto

Mille: Tisuća

À suivre
En route pour Split, nous nous arrêterons à Šibenik, une ville des plus intéressante!

Cathédrale Saint-Jacques, Šibenik, Dalmatie, Croatie.

Photo ci-dessus : La superbe coupole de la cathédrale Saint-Jacques de Šibenik, une cathédrale inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija, Poreč, Rovinj, Dalmatie, Pag et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie, l’économie de la Croatie) , Éditions Atlas, 2008;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Dalmatie, Histoire, culture, patrimoine artistique, Forum, Zadar, 2008, 156 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’agonie yougoslave (1986-2003), Renéo Lukic, Les presses de l’Université Laval, 2003, 613 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O., 2007, 128 pages.

Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. Vos récits sont de plus en plus intéressants.
    C’est une immense joie de vous lire et relire…
    Merci beaucoup.

  2. Très belle description de Zadar, vous m’avez fait revivre mon voyage. Merci

  3. Très grand merci. Votre récit est très apprécié. Je prépare mon voyage pour mai 2015 du 1 er au 26. Vous touchez aux principaux points d’intérêts. Je souhaite vous lire pour la suite :Sibenik et Split mais où vais-je vous lire?
    2015-03-02

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant