3
Nov/11
1

Poreč : fenêtres et mosaïques d’une grande beauté!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 2e d'une série de reportages relatifs à une longue balade en Croatie, à laquelle se sont greffées de trop courtes incursions en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, le tout réalisé à l’automne 2011.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Poreč, Istrie, Croatie, mardi 4 octobre 2011 – Une première journée complète en Croatie! Pour amorcer nos quelque dix heures consacrées à la visite de la péninsule de l’Istrie, nous y allons d’un arrêt à Poreč, une cité dont l’attachement à Venise est encore aujourd’hui manifestement perceptible. Toutefois, le point d’orgue de notre visite sera la basilique Euphrasienne, dont la construction a été initiée à la demande de l’évêque Euphrasius, et ce, dès l’année 539 de notre ère. Nous y admirerons de fort belles mosaïques.

Photo ci-dessus : Mosaïques de l’abside de la basilique Euphrasienne de Poreč. On voit Jésus et les douze apôtres dans la partie supérieure, puis en dessous la Vierge et son enfant entourés de deux anges et de quelques autres personnages dont l’évêque Euphrasius, qui fut canonisé plus tard par l’Église, et plusieurs saints locaux, dont Saint Maur de Parentium, le premier évêque de Poreč.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

C’est le réveil qui nous tire de notre sommeil ce matin à 6 h 20. Surprenant! Avec le décalage horaire, nous nous serions attendus à entendre le déclic... les yeux grands ouverts!

Nous sortons du lit prestement et filons à la fenêtre pour voir si Dame nature « est de notre bord »! Oui, oui et oui. Le ciel est complètement bleu! Le paysage qui s’offre à nous est tout simplement féerique!

Opatija vue d’une chambre de l’hôtel Mozart.

Photo ci-dessus : Opatija, et le golfe de Kvarner aux aurores!

Nous avons droit à un excellent petit déjeuner à l’hôtel. Une serveuse remet une magnifique rose à toutes les dames du groupe.

Nous quittons l’hôtel en car dès 8 h 15. C’est une nouvelle guide locale qui nous présentera l’Istrie. Elle se nomme Ljerka, un nom qui se prononce tout simplement « Ierka »! Sa maîtrise de notre langue est impeccable.

Notre guide locale en Istrie.

Photo ci-dessus : Ljerka sera notre guide en Istrie et aux lacs de Plitvice!

Notre autocar emprunte une route panoramique où nous avons la chance d’admirer toute la magnificience du golfe de Kvarner.

Notre guide nous informe que les météorologues prévoient un maximum de 28 degrés Celsius pour aujourd’hui. Elle ajoute que la « normale » est de 22!

« L’été a été chaud et sec », nous rapporte-t-elle. « Il n’y a pas eu de pluie durant 80 jours de suite et le thermomètre a grimpé jusqu’à 42 degrés Celsius. »

Elle poursuit quant au climat de la région en précisant que sur la côte, il neige rarement l’hiver. Et s’il neige, il ne tombe que quelques centimètres à la fois qui fondent rapidement. La température moyenne en hiver est de 7 degrés.

Le paysage est superbe.

Nous traversons souvent des tunnels creusés dans la montagne, dont un qui s’étire sur cinq kilomètres. Au dire de la guide, ce tunnel a changé la vie de la population locale. « Avant sa construction, nous devions emprunter la petite route sinueuse et dangereuse près de la mer… Là où il y avait de fréquents accidents.

Nous voyons plusieurs villages médiévaux perchés dans les collines… comme en Toscane! «Avec les touristes en moins», complète Ljerka.

Pour nous rendre à Poreč (qui se prononce Porech), nous traversons d’est en ouest la péninsule de l’Istrie. Poreč est située au centre occidental de la péninsule, en bordure de la mer Adriatique. Pula, que nous visiterons en fin d’après-midi, est sise presque à l’extrême sud de l’Istrie.

« La terre en Istrie est blanche dans le nord, en raison des pierres, rouge au sud et à Poreč, au centre, elle est grise », nous informe la guide. Ces couleurs de la terre ont donné leur nom aux trois régions de l’Istrie : l’Istrie Blanche, l’Istrie Grise et l’Istrie Rouge.

La forêt regorge de sangliers, de chevreuils et de renards. L’Istrie est une terre propice à la culture de la figue, des noisettes, du raisin et des olives. Il y a d’ailleurs un olivier vieux de… 1,600 ans! Un des plus vieux, sinon le plus vieux du monde

La région de l’Istrie est essentiellement touristique. Il y a très peu d’industries. L’huile d’olive et le vin étant les principales activités après le tourisme.

« Ici, ajoute la guide, les maisons sont grandes en raison d’un certain égoïsme des parents qui souhaitent garder avec eux les enfants, et ce, même lorsqu’ils se marient. À l’époque actuelle, les enfants s’adaptent facilement à cette situation étant donné le contexte économique difficile qui prévaut. »

« Et inversement, de plus en plus d’enfants hébergent leurs parents vieillissants. »

Il faut également mentionner que les grandes maisons servent aussi à gagner quelques kunas en louant des chambres aux touristes de passage. Ces chambres à louer se nomment des «zimmer» et elles sont très populaires, étant donné que l’offre en chambres d’hôtel est insuffisante pour accueillir la masse des touristes qui foulent le sol de l’Istrie durant l’été.

D’ailleurs, Poreč est la ville championne du tourisme en Croatie. Cette petite cité qui ne compte que 13 000 habitants n’accueille rien de moins que 100 000 touristes à la haute saison… une période qui se termine à la mi-octobre.

Nous arrivons à Poreč à 9 h 45! Nous voyons, tout juste en face, une petite île, c’est l’île de Sveti Nikola. Elle est très prisée des touristes. Elle protège la ville de Poreč des intempéries.

Ljerka nous brosse un rapide historique de la ville : « Poreč est devenue romaine au IIe siècle avant Jésus-Christ alors que les Romains s’y installèrent sur la presqu’île où nous retrouvons aujourd’hui la vieille ville. En 582, elle fut conquise par les Byzantins. Elle fut par la suite intégrée au royaume des Francs et en 1267, elle jura allégeance au Doge de Venise. Suite au déclin d’empire vénitien, elle fut tour à tour sous la férule des Autrichiens et des Français, et ce, jusqu’à l’occupation italienne, puis allemande au XXe siècle. Elle devient enfin partie intégrante de la Yougoslavie après la Deuxième Guerre mondiale et finalement région de la Croatie en 1991, lorsque la Croatie devient un état indépendant!

Nous prenons une rue piétonnière où foisonnent les boutiques et les terrasses, une rue qui nous mène sur la place principale, la place de la Liberté, trg Slobode, qui est située à l’extérieur des remparts. (NDLR : En croate, le mot « Place » est TRG!)

Cette place a été construite à dessein à l’extérieur des fortifications de l’ancienne ville, pour permettre « les mises en quarantaine » en cas de maladie.

La place de la Liberté, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : La place de la Liberté, Trg Slobode.

Nous voyons de belles maisons vénitiennes datant du XVe siècle, de style gothique floral avec des fenêtres superbement décorées. Des maisons qui autrefois étaient occupées par des nobles italiens.

Le palais de la famille Lion, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Les fenêtres absolument superbes du palais de la famille Lion, un palais construit en 1473!

Nous voyons tout en haut des fortifications incrustées dans la pierre, le lion de Saint-Marc avec son livre ouvert, ce qui indique un temps de paix. Il y a également une terrasse au sommet de la tour.

Le Lion de Saint-Marc, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Le lion de Saint-Marc accueille les visiteurs!

Nous passons devant une boutique avec ses étalages de masques et de costumes... comme il y en a tant à Venise.

Petite boutique, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Venise? Non, Poreč en Croatie.

Poreč est réputée pour ses mosaïques, ses bijoux et ses glaces… et il y a tout plein de petites ruelles serpentines où l’on trouve une foule de boutiques, de terrasses et de fleurs.

Petite ruelle de Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Une jolie petite ruelle.

Une glace pour la jolie petite fille, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Justement, voici une charmante demoiselle dont la maman vient de lui offrir une glace.

Affiche, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Les affiches sont en marbre et fort jolies!

Fenêtre de Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Et pratiquement toutes les fenêtres des maisons sont décorées de fleurs.

La basilique Euphrasienne
Nous arrivons à l’entrée de la basilique Euphrasienne où la porte est décorée de mosaïques.

Classée au patrimoine de l’UNESCO depuis 1997, la basilique Euphrasienne a été construite sur ordre de l’évêque Euphrasius entre 539 et 553. Elle est un des plus beaux exemples d’art byzantin encore intact de nos jours.

Le complexe religieux est composé de la basilique, d’une sacristie, d’un baptistère, d’un atrium, d’un campanile et d’un palais épiscopal.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Le portique de la porte d’entrée de la basilique Euphrasienne.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Heures d’ouverture et prix sont indiqués en trois langues!

Nous y entrons et nous nous retrouvons tout d’abord dans une petite cour intérieure, c’est l’atrium. Les portiques entourant la place centrale qui est à ciel ouvert sont soutenus par de vieilles colonnes en marbre.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : L’atrium nous offre une vue superbe sur le campanile qui a été érigé au XVIe siècle. Il se détache parfaitement dans l’éclatant ciel bleu.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : En haut, nous apercevons un mur de mosaïques entourant trois fenêtres.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Sur un des murs, il y a cette sculpture dans la pierre où le lion de Saint-Marc est bien présent.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Il y a également ce magnifique crucifix.

L’église est catholique et date du VIe siècle. À la fin du XVIIe siècle, il y a eu un tremblement de terre qui a partiellement détruit l’église.

Nous visitons le baptistère qui, comme tous les baptistères de cette époque, est à l’extérieur de l’église. Il est vaste et de forme octogonale.

Baptistère de la basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Dans le baptistère, on peut voir des vestiges des fonds baptismaux originaux.

Nous accédons au jardin où le sol est de mosaïque. Tout à côté, il y a plusieurs salles décorées de mosaïques, certaines complètes, d’autres en morceaux.

Mosaïques de planchers de la basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Les fouilles archéologiques ont permis de mettre à jour de superbes mosaïques de planchers.

Mosaïque de la basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Une autre superbe pièce.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Il y a également ce trône sculpté dans la pierre.

Finalement, nous entrons dans la basilique, par une petite chapelle. Il y a un magnifique chœur entouré de mosaïques datant du VIe siècle. Les mosaïques portent des inscriptions de la bible.

Il y a une sorte de baldaquin à quatre piliers tout au centre au-dessus de l’autel. Il a été installé au XIIe siècle.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : De magnifiques mosaïques sur fond or décorent la basilique.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : La tombe de l’évêque Euphrasius décorée d’une sculpture le représentant.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : Par les jardins nous pouvons admirer le campanile de la basilique.

Basilique Euphrasienne, Poreč, Croatie.

Photo ci-dessus : et la magnifique mer Adriatique.

Nous sortons et retournons tranquillement sous un beau soleil jusqu’au car.

Nous passons devant l’hôtel de ville qui arbore les drapeaux croate, italien en plus de celui de la ville de Poreč.

Nous remontons dans le car à 11 h 40 et reprenons la route, cette fois-ci en direction de Rovinj.

Après avoir roulé sur quelques kilomètres sur l’autoroute, nous la quittons pour prendre une petite route étroite où il n’y a que des arbres des deux côtés. Il y a vraiment peu de maisons et le paysage est magnifique.

Méli-mélo
L’Istrie est la plus grande presqu’île de la Croatie. Elle est l’un des 21 comitats croates. Un «comitat» étant, nous précise l’encyclopédie libre Wikipédia, la dénomination française des divisions administratives territoriales de certains pays d'Europe centrale, notamment de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Hongrie et de la Slovaquie.

L’Istrie revendique une population de plus de 206,000. Ses habitants sont appelés des Istriotes ou encore des Istriens.

La côte istrienne s’étire sur 540 kilomètres.

L’Istrie est une région bilingue. On y parle croate et italien. D’ailleurs, les écoles et l’affichage sont bilingues.

Toutefois, dans les restaurants les menus sont généralement présentés en croate, en italien, en allemand et en anglais.

Pour l’heure, il y a très peu de touristes français en Croatie. Mais la situation devrait changer radicalement dans les années à venir, car le gouvernement croate y va actuellement d’une campagne de publicité très agressive en France.

Poreč dispose d’une excellente infrastructure de plateaux sportifs. Chemin faisant, nous avons d’ailleurs vu un stade de handball tout récent, construit il y a deux ans pour une importante compétition internationale.

Quelques mots de croate
Voici neuf autres mots ou courtes phrases de base en croate, des mots qui sont fort utiles :

Excusez-moi: Oprostite!

Pardon : Molime

Comment t’appelles-tu? : Kako se zoveš

Enchanté : Drago mi je

Je m’appelle : Moje ime je

Comment vas-tu? : Kako si ?

Ça va bien : Kako je

Ça va et toi : Hvala. A ti ?

Au revoir : Dovidenja

À suivre
Une autre ville en bord de mer… Rovinj!

Rovinj, Croatie.

Photo ci-dessus : La petite ville de Rovinj… on se croirait à Venise.

Bibliographie
Encyclopédie libre Wikipédia, Croatie, Istrie, Opatija et une foule d’autres pages;

Atlas en fiches (La Croatie, l’Istrie) , Éditions Atlas, 2008;

Croatie, merveille de l’Adriatique, Éditions Minerva, 2004, 128 pages;

Guide Voir, Croatie, Éditions Libre Expression, 2008, 296 pages;

Lonely planet, Croatie, Lonely Planet Publication, 2011, 352 pages;

Le croate pour les touristes, Extrade, 2007, 159 pages;

L’Istrie, Turistička Naklada D.O.O., 2007, 128 pages.

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Excellent résumé.
    Et les photos sont magnifiques.
    Nous sommes impressionnés.
    Merci à vous deux.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant