14
Mar/11
1

L’expression du jour : Adieu veau, vache, cochon, couvée

Textes et recherches de Jacques Lanciault

On consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité, au fil de mes lectures...

Adieu veau, vache, cochon, couvée.Lundi, 14 mars 2011

Source de la recherche : le titre suivant coiffant un texte de Josée Blanchette publié dans le quotidien Le Devoir du 25 février 2011 : Adieu veau, vache, cochon, couvée

Voici d’ailleurs le premier paragraphe de ce texte : « Bien sûr, en entamant un livre intitulé Faut-il manger les animaux?, vous connaissez déjà la réponse. C'est comme se demander si Kadhafi pourrait être votre ami Facebook ou si Guantánamo est une succursale du Club Med. Et en terminant ce livre, vous êtes condamné à vous poser encore davantage de questions dont, cette fois, vous ne connaissez pas nécessairement les réponses. »

Définition :
Le site Internet www.expressio.fr... « Les expressions françaises décortiquées », conçu et maintenu pour le plaisir par Georges Planelles, définit l’expression Adieu veau, vache, cochon, couvée, puis en explique l’origine.

Définition : Formule généralement citée lorsqu’on doit, avec déception, faire une croix sur ce qu'on espérait.

Origine : Cette formule nous vient de notre fabuliste Jean de la Fontaine dans "Perrette et le pot au lait".

Pour ceux qui s'en rappellent un peu, car beaucoup l'ont étudiée à l'école, cette fable nous conte l'histoire de Perette qui s'en va vendre son pot de lait au marché du village.

Chemin faisant, elle se prend à rêver de la somme que va lui rapporter cette vente, argent avec lequel elle va pouvoir acheter des oeufs, en faire une couvée grâce à laquelle elle va élever quelques poulets dont la vente lui permettra d'acheter un cochon qui, une fois engraissé et lui-même revendu, l'autorisera à s'acheter une vache et un veau.

Autant dire que Perrette se voit à terme à la tête d'un élevage de grande taille.

Hélas, perdue dans ses rêves, elle trébuche et fait tomber son pot de lait, le seul bien réellement en sa possession, perdant ainsi d'un seul coup toutes ses illusions, dont sa vache, son cochon et sa couvée.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Pour ceux qui s’en rappellent un peu (…)
    !!!
    beau à voir (lire) !
    on doit dire « s’en souvenir » mais « se le rappeler » !!! (transitif / intransitif)
    bravo !!!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant