16
Fév/11
0

«Un candidat idéal pour rebondir» – Brian Cashman

Revue de presse

Le dg des Yankees a confiance en Martin

Denis Poissant, Journal de Montréal, le 16 février 2011

Russell MartinTAMPA BAY - Russell Martin était le sujet du jour lors de l’ouverture du camp des Yankees. Ce n’est quand même pas rien, succéder à 14 saisons de Jorge Posada.

Surtout à New York, où le baseball fait figure de religion.

Photo ci-dessus : Ça faisait un petit bout de temps que le Montréalais avait agi comme receveur, en raison d'une blessure qui a mis fin à sa saison avec les Dodgers en 2010.(Photo : Mike Carlson/ courtoisie.

L’état de santé de Martin et sa mauvaise saison 2010 suscitent une certaine inquiétude. D’autant plus que le jeune receveur Jesus Montero, 21 ans, s’avère le plus bel espoir de l’organisation, certains le comparant à un futur Mike Piazza.

Mais le directeur général de l’équipe, Brian Cashman, a pris le taureau par les cornes pour défendre son acquisition de l’entre-saison.

« C’est le candidat idéal pour rebondir, dit-il. Pour nous, c’est une situation parfaite, ce n’est pas comme si on lui avait octroyé un contrat à long terme. »

« On souhaite qu’il s’avère être un Nick Swisher ou un Paul O’Neill, en ce sens qu’on a la chance de les avoir à bon marché. »

« Peu importe le résultat, on n’aura pas pris un grand risque. Par contre, on pourrait en tirer de grands bénéfices. »

Vanté par Bowa
Récemment, Larry Bowa a pris le téléphone pour vanter Martin auprès de Cashman. Maintenant analyste à la télé, Bowa était entraîneur au troisième but avec les Dodgers quand Martin y évoluait.

« Bowa m’a dit que j’allais adorer son implication constante, raconte Cashman. Je ne suis aucunement inquiet à cet égard. Il n’a pas peur, ça, j’en suis persuadé. Autrement, il n’aurait pas accepté de signer un contrat avec nous. »

« J’aime sa personnalité, sa façon de se comporter sur un terrain de balle, de même que son éthique de travail. »

« Le changement de décor et l’excitation d’évoluer à New York vont certainement le motiver à donner un nouveau souffle à sa carrière. Et il pourra le faire sous les projecteurs, au lieu de le faire dans l’ombre comme ce serait le cas dans un plus petit marché. C’est un candidat idéal pour rebondir. »

Et vive la pression !
Pour Cashman, la prudence est de mise avec le jeune Montero, de toute manière. « Au baseball, la position de receveur est la plus difficile à percer pour une recrue, en particulier dans un marché comme New York, où l’attention médiatique est à son paroxysme. Un jeune receveur doit apprendre à composer avec les lanceurs de puissance, ceux de finesse, avec les arbitres aussi, c’est beaucoup. »

Martin, lui, n’en a que faire de l’étouffante pression new-yorkaise. « J’adore la pression ! lance-t-il. De mémoire, c’est dans ces moments-là que je me suis toujours senti à l’aise. »

« J’ai hâte de démarrer la saison. L’ambiance au Yankee Stadium, ça va être écoeurant !»

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant