6
Fév/11
4

L’expression du jour : avoir l’heur de, ne pas avoir l’heur de

Textes et recherches de Jacques Lanciault

On consigne ici le fruit de recherches sur le sens, l’étymologie, l’écriture ou encore la prononciation de certains mots ou expressions sur lesquels je bute, ou qui tout simplement suscitent ma curiosité, au fil de mes lectures...

Avez-vous l’heure?Dimanche, 6 février 2011

Source de la recherche : le paragraphe suivants, tirés d’un texte de Marie-Andrée Chouinard, publiés dans le quotidien Le Devoir du 31 janvier 2011 : «un portrait qui n’a pas eu l’heur de l’émouvoir.»

Définition :
Dans un de ses très intéressants « Points de langue » (numéro 25 du 25 février 2005), le dictionnaire du correcteur électronique Antidote mentionne : « L’expression avoir l’heur de signifie « avoir la chance de », « avoir le bonheur de », « avoir le plaisir de ». En principe, elle peut être suivie de n’importe quel verbe à l’infinitif :

J’ai l’heur de connaître vos parents depuis plusieurs années.
Cette décision a eu l’heur de satisfaire toutes les parties en présence.
Quand aurais-je l’heur de vous revoir ?

En pratique, elle survit surtout avec le verbe plaire, souvent dans une tournure négative qui devient un euphémisme pour « déplaire » : Les dernières déclarations du député n’ont pas eu l’heur de plaire à son chef.

Attention à l’orthographe du mot heur, souvent maltraitée dans cette expression. Quelques exemples à ne pas suivre :

*Il a l’heure de plaire.
Maintenant ou jamais ?

*Elle a leurre de plaire.
Avec ses appas ?

*Ils ont leur de plaire.
En y mettant du leur ?

*Elle a l’heurt de plaire.
Une beauté frappante ? »

Photo ci-dessus : — Excusez-moi, Monsieur, avez-vous l’heure ? Ce à quoi un grammairien facétieux répondrait probablement : — Non, désolé, je n’ai pas l’heur d’avoir l’heure !

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Je viens de lire l’expression « ne pas avoir l’heur » dans un article du monde. Je cite « qui n’a pas eu l’heur de plaire ».. Un doute m’assaille: avant de lire cet article j’aurais employé pour exprimer la même idée « qui n’a pas eu l’air de plaire »…
    En réfléchissant un peu, je pense comprendre la nuance, avec « l’heur » c’est une certitude: ca n’a pas eu la chance de plaire; tandis qu’avec « l’air » c’est une supposition, une interprétation: au vu de son expression ca ne semble pas lui plaire.

    Pourriez vous me conforter ou m’orienter dans cette interrogation?

  2. Désolé de ne pas vous avoir lu plus tôt.
    Mais laissez moi avoir l’heur de vous répondre
    on peut AVOIR ou pas, la chance! La fortune! Il y a des « bon-heurs »
    et des (mauvais) « mal-heurs ».
    Avec le suffixe « eux » on peut ÊTRE « heur-eux » ou « mal heur eux »

    Mais alors, cet adjectif seul se suffit-il à lui même
    si on peut dire bien-heureux?

  3. bonjour,
    Il m’arrive d’employer (rarement) « l’heur » dans l’expression:
    « ça a l’heur de m’énerver », pour montrer qu ça m’énerve grandement .
    Est-ce correct ?

  4. Bonjour patrice
    Vous écrivez:
    [« ça a l’heur de m’énerver », pour montrer que ça m’énerve grandement .]
    il n’y a pas d’idée d’importance ou de négatif dans cette expression
    vous pouvez très bien la remplacer par; le don; le talent; la chance…
    Ainsi vous pouvez dire «ça a le don de m’énerver»,
    «il a l’heur de me plaire»
    j’espère avoir eu l’heur de vous rendre service.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant