27
Jan/11
2

Une question de survie : la LBÉQ doit favoriser les rivalités de proximité!

Texte de Jacques Lanciault

LBÉQRiviera Maya, le 27 janvier 2011 - Ce matin, le Journal de Québec, sous la signature de Mario Morissette, met en lumière les difficultés financières des Diamants de Québec de la Ligue de baseball élite du Québec (LBÉQ). Mais, du moins à mon avis, le journaliste ne touche que la pointe de l'iceberg en rendant publique la situation de l'équipe de la Vieille capitale. Plusieurs autres formations de la LBÉQ connaissent des difficultés de cette nature. Et qui plus est, le circuit éprouve d'autres problèmes qu'il lui faudra résoudre très bientôt si ses dirigeants souhaitent maintenir la pérennité de cette ligue qui en sera en 2011 à la 65e saison de son histoire!

Le calendrier des matchs est une des solutions
Une des premières décisions que les nouveaux dirigeants du circuit devraient prendre pour aider financièrement leurs équipes est certes de considérer le calendrier comme la clé de voute de leur succès, plutôt que comme une tâche agaçante qu'il faut reprendre année après année.

Le calendrier devrait être conçu pour favoriser les rivalités de proximité... et ainsi, ce qui n'est pas un mince avantage d'ailleurs, réduire les coûts reliés au déplacement.

Les rivalités de proximité du type Laval-Montréal, Charlesbourg-Québec, Longueuil-LaSalle et autres, ont toujours eu la faveur des inconditionnels du baseball junior.

Comme ce fut le cas en 2005, si ma mémoire est fidèle, le circuit devrait être divisé en trois sections, et ce, selon la proximité géographique des équipes..., aux seules fins de la confection du calendrier, s'entend.

Les équipes de Charlesbourg, Québec, Trois-Rivières et Saguenay constitueraient une des sections. Une autre serait composée des formations de Laval, Montréal, Repentigny et Saint-Eustache et finalement LaSalle, Longueuil et Granby seraient regroupées.

Dans les sections du nord et de l'est, chacune des formations disputerait huit rencontres contre les équipes de leur section et quatre contre les équipes des deux autres groupes.

Dans la section du sud, les équipes disputeraient dix matchs contre les deux troupes de son groupe et quatre face aux huit autres formations de la ligue.

Donc, un calendrier de 52 matchs! Pour limiter les déplacements, les quatre rencontres disputées face à des équipes des autres sections devraient s'inscrire au calendrier à titre de programmes doubles.

Un calendrier quotidien réfléchi!
De plus, pour permettre aux spectateurs d'assister à plus de matchs possibles soulevant de l'intérêt pour eux, les dirigeants de la ligue devront s'assurer qu'il y ait qu'un seul match dans chacune des zones de compétitivité... par soir. Ainsi, Montréal ne disputerait jamais de rencontres locales même temps que les formations de Laval, Saint-Eustache et Repentigny. Évidemment, même chose s'applique pour Charlesbourg et Québec, Longueuil et Granby et Longueuil et LaSalle!

Ce principe évidemment devrait s'appliquer tout autant lors de la confection du calendrier que lors de la reprise de matchs déplacés en raison de la pluie, et ce, au moins pour les mois de mai et juin.

Un calendrier sous la responsabilité des dirigeants
Finalement, en ce qui concerne le calendrier, celui-ci devrait être établi et révisé par les membres du Comité exécutif. Le produit final étant le calendrier officiel. Eh oui, cela signifie que les équipes n'auraient plus droit au chapitre. C'est à mon avis la seule façon de favoriser le bien commun au détriment des objectifs individuels.

Puis, les autres problèmes tout aussi prioritaires!
Cela étant, il est évident que le calendrier n'est pas une panacée en soi. D'autres problèmes sont à résoudre et vite.

Parmi eux, ne mentionnons que le retour des meilleurs joueurs de 17 et 18 ans dans la LBÉQ, la fin des séries éliminatoires avant le départ des joueurs évoluant dans les collèges et universités américaines..., et ce, sans pénaliser d'aucune manière ceux qui demeurent au Québec, l'implication de nouveaux commanditaires, la recherche de nouvelles formes de financement... etc.

Des sujets pour lesquels je vous ferai part de mes idées au cours des prochaines semaines!

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Merci Jacques pour ce texte

    Je suis entièrement d’accord avec toi et l’idée de divisées les sections pour en réduire les déplacements autant pour la ligue que pour les parents qui s’investissent dans le baseball pour leurs jeunes.

    Le Baseball est un très beau sport et à mon avis on doit travailler et s’investir pour le faire rester et non pour le laisser partir.

    Je te suivrai avec attention durant les prochaines semaines

    A bientôt

  2. Félicitations Jacques très bon texte c`est qui le prochain président dàprès toi

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant