27
Jan/11
0

Un boulet au pied pour les Diamants

Revue de presse

Le club junior devra éponger un déficit

Mario Morissette, Le Journal de Québec, le 26 janvier 2011

Diamants de Québec Avant de songer à financer leurs opérations de la saison 2011, les Diamants de Québec devront d’abord éponger un déficit accumulé de plusieurs milliers de dollars.

Le président des Diamants Gaston Couture et les membres de son comité de direction plancheront dès la semaine prochaine sur un plan de redressement financier.

«Les revenus de la dernière saison ont été moindres que nos prévisions et les dépenses plus élevées», a expliqué Gaston Couture.

«Nous avons pourtant rationalisé les dépenses depuis l’époque où le budget de l’équipe atteignait les 100 000 $.

«Même en réduisant nos frais d’opérations aux alentours de 80 000 $ les recettes aux guichets ne suffisent plus à équilibrer notre budget.»

Les succès des Diamants durant les séries éliminatoires (défaite en demi-finale) ont creusé plus profondément le trou des finances de la concession. «Les recettes générées par un match de série disputé devant 200 spectateurs au stade municipal, ne paient même plus les dépenses du lendemain (match à l’extérieur de Québec)», image Couture.

Un calendrier équilibré de cinquante matchs n’aidera sûrement pas à réduire les frais de transports. Juste pour cet élément du budget, les Diamants consacrent près de 20 000 $ par saison.

Sources de revenus
Parce qu’ils partagent le stade municipal avec les Capitales de Québec, les Diamants sont limités dans leurs sources de revenus.

Les Diamants ne peuvent vendre de la commandite à l’intérieur du stade. En revanche, le club junior reçoit une subvention de la Fondation des Capitales (vente de billets de loterie lors des matchs des pros) et un pourcentage des recettes des concessions alimentaires lors des parties de la LBEQ. «Nous bénéficions d’une belle relation avec les gens des Capitales.

«Je ne connais pas les finances des autres équipes dans les fins détails mais à l’exception des Aigles de Trois-Rivières (qui gèrent le stade Fernand-Bédard), les clubs de la Ligue élite du Québec tirent tous les diables par la queue.»

Cotisation élevée
Après avoir bénéficié des faveurs parentales durant leur stage dans le midget AAA (coût d’environ 3000 $ par saison), les baseballeurs élites rebutent parfois à payer un frais d’adhésion pour évoluer dans la LBEQ.

Chez les Diamants, les joueurs ont décaissé un «montant de base» de 850 $ l’été dernier.

Les protégés de l’entraineur en chef Jean-Philippe Roy devaient également amasser des commandites sous plusieurs formes.

«Au fil des saisons, beaucoup de nos partenaires ont réduit le montant de leur contribution. Nous devrons nous lancer à la recherche de nouveaux commanditaires», conclut Gaston Couture.

Autour du losange
La LBEQ a lancé beaucoup de lignes à l’eau mais aucun candidat n’a encore mordu à l’hameçon de la présidence, un poste vacant depuis le départ de Jeannot Lefebvre, à l’automne.

- En fin de semaine dernière, les membres du bureau des gouverneurs de la LBEQ ont nommé Serge Rivest, au poste de directeur des opérations. Un calendrier devrait bientôt être expédié aux équipes.

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Baseball Mots clés:
Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant