6
Jan/11
1

48h à Venise

Revue de presse

NDLR : Une visite de Venise fort différente de la nôtre, mais tout aussi intéressante.

Émilie Côté, La Presse, le 16 octobre 2010

Pont du Rialto, Venis, Italie.

Oui, Venise est prise d'assaut par les touristes pratiquement à longueur d'année. N'empêche, la Cité des Doges reste magnifique, unique au monde. Et pleine de petits endroits où la foule se fait moins dense et où l'on peut profiter calmement des charmes, par exemple en furetant chez les antiquaire ou en prenant un verre de prosecco sur une terrasse. Récit d'un court séjour dans la Sérénissime.

Photo ci-dessus : Le pont Rialto qui enjambe le Grand Canal. (Photo Jacques Lanciault)

Jour 1
10h
L'arrivée

En sortant de la gare de Santa Lucia, on est immédiatement plongé dans le somptueux décor de Venise, comme si on était dans un film. Mais tout cela est bel et bien vrai: les gondoliers sur le Grand Canal, les touristes sur les ponts et l'architecture unique de l'endroit.

Hypnotisée par tant de beauté, j'ai d'abord marché quelques heures sans itinéraire précis. Je suis d'abord allée admirer le style baroque et la façade de marbre de l'église Santa Maria Di Nazareth, située tout juste à côté de la gare.

Puis j'ai traversé le pont des Scalzi pour longer le canal jusqu'aux jardins publics de Venise, les Giardini Papadopoli, un des rares espaces verts de la cité lagunaire. J'étais alors dans le quartier de Santa Croce, celui qui offre le «vrai visage» de Venise.

Il est agréable de se perdre dans ses ruelles sinueuses. Il y a aussi quelques adresses de magasinage intéressantes, dont une boutique-friperie branchée appelée Penny Lane Vintage.

Il faut prendre un café sur la place Campo Santa Margherita, située juste à côté, endroit charmant où il y a des marchands de fruits et légumes, mais aussi des poissons frais du jour.

13h
Rue des Antiquaires

Après avoir pris un bateau-taxi pour traverser le Grand Canal et rejoindre le quartier de San Marco, j'ai continué à me balader au hasard pour finalement aboutir sur la calle delle Botteghe, où l'on trouve plusieurs boutiques d'art et d'objets de décoration de luxe. J'étais sans le savoir dans la «rue des Antiquaires». Le lèche-vitrine y vaut le coup, surtout à la boutique Caigo Da Mar.

14h
Place Saint-Marc

Même ceux qui cherchent à tout prix à fuir les hordes de touristes doivent prendre quelques heures pour aller voir la place Saint-Marc, ancien centre politique, économique et religieux de Venise.

J'ai commencé par mesurer l'ampleur des lieux simplement en faisant le tour du quadrilatère entouré de monuments devenus musées, restaurants et boutiques. Puis au bout, en tournant à droite, j'ai fait «ah!» en voyant le Grand Canal.

Je suis allée m'asseoir un instant au bord de l'eau avec un granité au citron pour admirer la vue sur la lagune et pour voir les gondoliers au travail.

15h
Palais des Doges

Par ce samedi ensoleillé, la place Saint-Marc était bondée de touristes, mais la file d'attente était raisonnable pour visiter le superbe palais des Doges avec ses façades de style gothique.

Les doges (l'équivalent des rois) ont habité le palais jusqu'en 1789. C'était le siège du pouvoir vénitien. Dans la visite, on voit entre autres la salle du Conseil des Dix, qui veillait à la sécurité de l'État. Sans compter la magnifique salle de bal et la prison où Casanova a réussi à s'échapper.

17h
Basilique Saint-Marc

La file était longue devant la basilique Saint-Marc, mais en 20 minutes, j'étais en haut sur la Loggia dei Cavalli, à admirer Venise derrière les répliques des chevaux de bronze dorés ramenés de Constantinople en 1204. Wow. J'ai ensuite fait le tour de la basilique, d'influence byzantine. Pouvez-vous croire qu'il y a 8000 m2 de mosaïques sur les murs, le plafond et les colonnes? La quintessence de l'art, c'est le moins que l'on puisse dire.

19h
Quartier de Santa Croce

Pour l'apéro et le souper, je suis retournée dans le quartier de Santa Croce pour trouver un bar à vin que recommande le Lonely Planet, appelé Al Prosecco. J'ai mis au moins 30 minutes avant de trouver l'endroit, mais cela valait la peine. Le bistro de quartier, caché sur un petit square fleuri où des enfants faisaient du vélo, était tout simplement charmant. Et que dire de la délicieuse charcuterie servie pour empêcher le prosecco de trop nous monter à la tête.

Jour 2
10h
Palazzo Grassi

Les amateurs d'art contemporain en visite à Venise doivent prévoir une visite au musée Palazzo Grassi, qui abrite la collection du richissime François Pinault. Le puissant homme d'affaires français a choisi Venise plutôt que Paris pour ouvrir un musée d'art contemporain en mai 2005, en confiant à l'architecte minimaliste Tadao Ando la rénovation d'un ancien palais pour en faire un centre d'art.

J'y ai vu l'exposition Mapping the Studio: Artists from the François Pinault Collection. Les 200 oeuvres présentées sont signées par de grands artistes comme Urs Fisher, Daniel Buren et Raymond Pettibon, connu des amateurs de musique.

L'oeuvre de Piotr Uklanski qui ouvre la visite est particulièrement saisissante. Intitulée Untitled (Dancing Nazis), elle regroupe plus de 200 photos de films avec des acteurs interprétant des officiers nazis (dont Liam Neeson dans Schindler's List et Harvey Keitel dans The Grey Zone), devant un plancher de dalles lumineuses.

Midi
Pont Rialto

Pour le lunch, j'ai pris un bain de foule dans les environs du fameux pont Rialto, pont en marbre conçu en 1592 par Antonio da Ponte, lequel a longtemps été le seul à enjamber le Grand Canal.

Au lieu de manger au restaurant, j'ai acheté des trucs au marché et j'ai mangé les deux pieds dans l'eau sur le quai du Campo San Giacometto. J'ai ensuite trouvé un bar-comptoir à vin joli et fort sympathique où les gens commandent un verre de prosecco et le boivent debout devant le restaurant. Son nom: Al Mercà. Un secret bien gardé.

14h
Marché des antiquaires

Direction Mercatino dell'Antiquariato, marché d'antiquaires de Campo San Maurizio, situé dans le quartier San Marco. J'y ai fouiné et trouvé quelques bijoux dorés vintage. J'aurais aussi pu craquer pour des grosses lunettes de soleil à la Sophia Loren. Tant qu'à être à Campo San Maurizio, j'ai visité le musée de la musique aménagé dans une église néoclassique. Son exposition consacrée à Vivaldi était fort intéressante.

Après un saut à Campo Santa Maria pour aller voir la Galleria Traghetto, une petite galerie d'artistes émergents, j'ai fait les boutiques de la rue Campiello De La Feltrina, dont celle d'une designer de chapeaux, ceintures et sacs à main. Coup de coeur. Mettez Margerie dans votre carnet de bonnes adresses vénitiennes, tout comme la fameuse galerie Fiorella, galerie subversive où des artistes ont habillé des doges comme des rock stars.

19h
Bistro Miti

C'est en cherchant un autre restaurant dans les ruelles étroites et sinueuses du quartier Santa Croce que je suis tombée par hasard devant le bistro Miti, charmant restaurant de quartier situé à côté d'une buanderie. Je pensais m'asseoir à l'une des deux tables devant le restaurant, mais le serveur m'a dirigée vers la terrasse derrière. Prosecco et lasagne maison... le bonheur!

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault.

Remplis sous: Italie, Voyages Mots clés: ,
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Superb blog post, I have book marked this internet site so ideally I’ll see much more on this subject in the foreseeable future!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant