24
Nov/10
2

Tsarskoïe Selo… et la fin de notre mémorable périple russe!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 31e et dernier d'une série de reportages sur une féerique odyssée en Russie au tout début de l’été 2010.

Tsarskoïe Selo et les coupoles de l'église palatine, Saint-Pétersbourg, Russie.

Saint-Pétersbourg, Russie, samedi 3 juillet 2010 – Et voilà, nous en sommes à la dernière portion de journée d'un merveilleux voyage. Une balade dans Saint-Pétersbourg qui nous mènera dans la ville nommée en l'honneur du célèbre poète russe Alexandre Pouchkine. Nous vivrons durant quelques heures dans des lieux que Catherine la Grande appréciait au plus haut point. Évidemment, nous apprécierons nous aussi. Puis, succulent souper d'adieu chez Podvorye où les spécialités de cuisine russe étaient à l'honneur... tout comme la vodka.

Notre photo : « Les palais doivent être créés pour la seule gloire de la Russie », disait l'architecte Francesco Rastrelli et c'est vraiment ce qu'il a fait de l'ensemble du palais Tsarskoïe Selo!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Après avoir quitté l'église du Sauveur-sur-le-sang-versé et grimpé dans le car à 12 h 30, nous prenons la route en direction du village de Pouchkine, situé à 25 kilomètres plus au sud. Nous y sommes attendus pour le dîner.

Sur notre route, nous croisons « La colonne de la paix », toute de verre et sur laquelle on peut lire le mot « Paix » écrit en une cinquantaine de langues. Cette colonne de verre, une oeuvre de l'artiste Clara Halter (l'épouse de l'écrivain Marek Halter), a été offerte à la Russie par la France en 2003 à l'occasion du 300e anniversaire de Saint-Pétersbourg.

Nous avons appris, peu après notre retour de voyage, que « La colonne de la paix » avait été démolie. Selon ce qui est mentionné dans les journaux, la tour était devenue dangereuse pour les automobilistes et les passants en raison de fissures apparues dans la structure lors de la canicule survenue au cours de l'été.

Colonne de la paix, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Pour l'occasion les journaux ont publié cette photo de « La colonne de la paix ».

Nous passons également devant « L’école supérieure des ponts et chaussées » et un peu plus loin, des fenêtres panoramiques de notre autocar, nous entrevoyons le buste d’Émile Nelligan, cadeau du Canada pour le tricentenaire de la ville.

Nous roulons sur l’avenue de Moscou, une voie de circulation qui autrefois se nommait l’avenue de Staline. Malgré que nous soyons samedi, la circulation y est congestionnée.

Nous voyons une statue de Lénine devant le bâtiment qui fut jadis le siège du parti communiste et du gouvernement jusqu'en 1918. Aujourd'hui, l'édifice abrite la mairie de la ville.

Nous contournons l'immense « Mémorial » rendant hommage aux héroïques défenseurs de Leningrad. Le mémorial est décoré de statues en bronze de soldats, de marins et de mères affligées et d'un obélisque haut de 48 mètres. L'érection de cette place, en 1975, visait à commémorer les 670,000 victimes du terrible siège de 900 jours que l'armée allemande fit subir à la ville de Saint-Pétersbourg lors de la Deuxième Guerre mondiale. On a baptisé ce siège « la guerre des tranchées », car la ville a alors été isolée du reste du monde par les Allemands.

Nous sommes au sud-ouest de la ville, très près de l'aéroport, Poulkovo, d'où nous nous envolerons demain à l'aube. Nous voyons plusieurs magasins à grande surface provenant de divers pays.

Finalement, le car oriente son trajet sur une route de campagne où et malgré les vastes champs nous sommes à même de constater l'absence de ferme agricole. Notre guide Macha précise qu'ici la terre n'est pas fertile. Elle ajoute que traditionnellement les Russes cultivaient leur propre potager à leur datcha. Toutefois, selon elle à peine 20 % de la population possède une datcha.

La ville de Pouchkine
Nous arrivons à destination, c'est-à-dire dans la ville de « Pouchkine ». La cité a été nommée ainsi en 1937 pour commémorer le centenaire de la mort du poète Alexandre Pouchkine. Toutefois, lors de sa fondation au XVIIIe siècle l'endroit avait été baptisé Tsarskoïe Selo, c'est-à-dire le village des tzars. Le 24 juin dernier, on y a fêté le 300e anniversaire de sa fondation.

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, c'est une ville qui a été occupée par les Allemands durant trois ans.

La maison où a habité Pouchkine est aujourd’hui un musée.

En 2007, on dénombrait 84,600 habitants dans la ville de Pouchkine. Le quartier où nous nous trouvons est plutôt huppé, un genre Versailles à la Russe. Ici, nous dit-on, les prix sont exorbitants.

Nous arrivons au restaurant dans le centre-ville à 13 h 30.

Statue de Pouchkine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Tout juste en face du restaurant où nous dînons, il y a un beau jardin, dont l'entrée est dominée par une statue d'Alexandre Pouchkine.

Le repas n'est pas un véritable succès. Bien que la nourriture soit correcte, une entrée de salade, un bol de soupe, une assiette de bœuf en sauce avec frites pour plat principal et un gâteau des anges pour dessert, le service est très très lent, car en même temps que nous, il y a un autre groupe composé lui de… 42 personnes.

Finalement, nous sortons du restaurant un peu passé 15 heures. Il fait toujours très beau, le ciel est encore sans nuages.

Tsarskoïe Selo... où le palais Catherine
Tsarskoïe Selo et son palais Catherine sont le but de notre visite ici. Le « château », pourrait-on dire, est situé à un jet de pierre du restaurant où nous avons dîné. Nous nous y rendons.

Notre guide Macha nous mentionne qu'au terme de la Deuxième Guerre mondiale le palais était en ruine et qu'il a été reconstruit à l'identique depuis. Mais elle souligne que les restaurations se poursuivent toujours aujourd'hui.

Trois femmes sont reliées de près à ce palais. Bien que le site ait été offert en cadeau à Catherine 1re par son époux le tzar Pierre le Grand, ce fut leur fille, l'impératrice Élisabeth, qui donna à l'architecte Francesco Rastrelli le mandat de réaménager le palais que nous allons visiter. Celle-ci nomma ce palais en l'honneur de sa mère, le palais Catherine.

Plus tard, l'endroit devient la résidence d'été de Catherine II, dite la Grande, qui y fit apporter de nombreuses modifications.

Lors de notre promenade nous menant au palais, Macha attire notre attention sur le lycée Saint-Alexandre qui est situé tout à côté du palais. C'est une école où actuellement étudient seulement 30 élèves qui sont pensionnaires. Ils n’ont pas de vacances autres que le mois de juillet. Le but est de former une nouvelle élite d'intellectuels. C'est à cet endroit que Pouchkine a fait ses études.

Nous voilà maintenant tout près du palais Catherine. On peut déjà apercevoir les coupoles de l'église palatine et les grilles clôturant les lieux.

Ville de Pouchkine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Les coupoles de l'église palatine!

Palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Le magnifique palais de Catherine vu de l'extérieur des grilles.

Nous entrons en franchissant la grande grille d'entrée, elle est magnifique. Nous sommes dans l'allée d'honneur, celle qui était empruntée par les invités à l'époque d'Élisabeth et de Catherine la Grande.

Palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photos ci-dessus : Les magnifiques grilles de l'entrée principale du palais de Catherine... surmontées évidemment de l'aigle bicéphale des Romanov.

Nous voici dans la cour intérieure. À droite, il y a le pavillon des cuisines, un pavillon d’un étage où se situaient également les dépendances et la résidence de chasse qu'avait fait ériger Catherine 1re, qui adorait ce sport d'élite. Élisabeth l’a, par la suite, fait agrandir.

Ce sont de magnifiques bâtiments, bleu, blanc et or formant une sorte de quadrilatère. Des cariatides, d’immenses statues ocre, décorent la façade qui fait 350 mètres de large. Au centre, le drapeau tricolore - noir, jaune et blanc -, étendard impérial, flotte au vent.

À gauche, nous apercevons les superbes coupoles de la chapelle palatine. Les bulbes de cette chapelle privée ont été restaurés à la feuille d’or récemment.

Palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La partie centrale du palais de Catherine!

Nous pénétrons dans le palais. Nous devons enfiler une paire de chaussons, comme à Peterhof. Il y a foule.

Nous amorçons notre visite à 15 h 45 par l'escalier de parade, qui donne sur le jardin d’un côté et sur la cour d’honneur de l’autre côté. Il est en marbre de carrare et richement décoré. Des rideaux vénitiens rouges complètent le décor.

Escalier de Parade du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Un aperçu de l'escalier de Parade!

Escalier de Parade du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : L'escalier de Parade affiche une belle collection de porcelaine de Chine et du Japon.

Le palais a été inauguré en 1752. il est de style néo-baroque.

Nous poursuivons notre visite par « La Grande salle » de bal décorée par Rastrelli. À l'époque d'Élisabeth et de Catherine la Grande, elle servait de salle du trône et de salle de réception.

Vingt années ont été nécessaires pour la reconstruire. Il y a une foule de miroirs et les boiseries sont recouvertes de feuilles d’or. En fait nous précise Macha, les feuilles d'or utilisées ici représentent 20 kilogrammes d’or pur.

La salle est immense. Elle fait 846 mètres carrés. Il y a 700 bougies incrustées dans les murs.

Le plafond est absolument féerique! Il a été peint par Giuseppe Valeriani vers 1755. Il représente le triomphe de la Russie.

Aujourd’hui, cette salle est utilisée pour y tenir des banquets privés ou d’État. D'ailleurs, Vladimir Poutine, alors qu'il était président de la Fédération de Russie, y a déjà reçu les chefs d’État lors d’un sommet du G8.

La Grande salle de bal du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La Grande salle de bal du palais de Catherine.

La Grande salle de bal du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Les magnifiques boiseries recouvertes de feuilles d'or.

Un des plafonds magnifiques du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Et quel magnifique plafond!

Élisabeth a insisté auprès de Rastrelli afin qu'il apporte à la décoration beaucoup d’éléments d’inspiration française.

La fille de Catherine 1re et de Pierre le Grand adorait faire la fête. Elle a d'ailleurs été surnommée « La joyeuse ». Elle possédait plus de 2,000 robes. Jamais elle ne portait une robe plus d’une fois!

Nous arrivons dans une salle à manger d’apparat dite « Salle à manger des chevaliers ». Il y a un poêle immense en coin, il est hollandais, et il s’allonge jusqu’au plafond. Sa couleur bleue nous rappelle celle des si nombreux azulejos que nous avons pu admirer au Portugal.

La salle à manger des chevaliers du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La salle à manger des chevaliers!

La salle à manger des chevaliers du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Un des magnifiques vases qui prenait place sur la table dressée de la salle à manger des chevaliers!

Nous sommes dans l’allée de l’enfilade dorée, celle qui comptait autrefois plus de 50 pièces, dont plusieurs d'apparat.

L'enfilade des salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : L'enfilade des salles d'apparat!

De superbes salles se suivent toutes aussi belles les unes que les autres : la salle à manger blanche; le salon des pilastres rouges, un endroit réservé aux jeux de société où il y a un secrétaire authentique; la salle à manger verte où la décoration est assurée par des feuilles métalliques froissées de couleur vert pâle et par de petits négrillons servant de vases à fleurs; la salle des portraits, où les planchers sont d’acajou et de bois de rose. Les tableaux qui sont sur les murs de cette salle ont été acquis par Pierre le Grand lors de ses voyages dans différents pays.

Et la somptueuse salle d'ambre! Une salle où les restaurateurs ont oeuvré de 1979 à 2003 pour la refaire à l’identique avec de pleins panneaux d’ambre couvrant tous les murs. L’ambre provient de la Baltique. Certains sont teintés de produits naturels.

Les salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La salle à manger verte!

Les salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : De petits négrillons tenant des vases de fleurs

Les salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Une des magnifiques tenues d'Élisabeth!

Les salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Un beau meuble et deux vases richement décorés!

Les salles d'apparat du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Une salle à dîner plus intimiste.

Nous passons devant les appartements privés d’Alexandre 1er, où il y a un beau secrétaire tout en bois.

Macha nous rappelle qu'il y avait de grandes réceptions qui se tenaient ici. Il pouvait y avoir 200 plats de service. « Quand les invités déposaient leurs ustensiles, les serveurs enlevaient les plats sur le champ », nous lance-t-elle.

C'est pour cela que certaines pièces sont réservées aux serviteurs, et ce, afin qu'ils puissent s’alimenter un peu durant le service. Cet accommodement leur était consenti, même si Élisabeth se préoccupait très peu de ses serviteurs, qu'elle traitait pratiquement en esclave, sauf ceux de sa garde rapprochée. Ceux-ci étaient particulièrement gâtés, car l'impératrice avait une phobie d'être empoisonnée.

Les Romanov possédaient une vingtaine de résidences dans la région. Ici, à Tsarskoïe Selo, c’était la résidence officielle pour les réceptions d’été.

Nous descendons par un escalier dit « de service », mais il est très beau.

Nous passons devant la chapelle palatine, qui elle, n’est pas restaurée. Seuls les bulbes à l’extérieur ont été refaits.

Dans le corridor nous menant à la sortie, plusieurs photos sont affichées au mur. Une de celles-ci nous montre l’état extérieur du palais au terme de la Deuxième Guerre mondiale. Une autre présente l’enfilade sous la neige! Puis, nous voyons des clichés où les restaurateurs sont à l'oeuvre. Impressionnant!

Finalement, sur une des photos nous reconnaissons Vladimir Poutine recevant de grandes personnalités, lors de la nouvelle inauguration du palais.

La visite se termine à 16 h 45 et notre accompagnatrice, Roxanne, nous accorde un peu de temps libre pour se promener dans les nombreuses boutiques du palais.

Tsarskoïe Selo... son parc
Nous retrouvons le groupe à l'extérieur du palais à 17 h 30. Une petite promenade dans le magnifique parc du site est au programme, mais étant donné qu'il est tôt, Macha nous propose d'y aller en plus d'un tour complet du Grand Étang.

Le parc est d’une superficie de 100 hectares. À l'époque des tzars, on s’y promenait à cheval lors de grandes chasses impériales qui s'y tenaient.

C'est à Catherine II que l'on doit l'ajout d'une foule de petits pavillons dans le parc, plus originaux les uns des autres.

Le superbe parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Le superbe parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photos ci-dessus : Un plan d'eau qui nous réservait de belles surprises.

Il y a plusieurs allées ombragées par une multitude d'arbres matures. Ces allées mènent pour la plupart au « Grand Étang », qui a été créé, entre autres, pour ses effets miroirs..., ce qui était très à la mode à l'époque de Catherine la Grande.

Le superbe parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Une belle allée ombragée, idéale pour les promenades les jours de grand soleil... comme aujourd'hui.

L'impératrice adorait Tsarkoïe Selo et elle y passait la plupart de ses étés. Toutefois, l'âge faisant son oeuvre, Catherine II commença à éprouver des difficultés à descendre les nombreux escaliers pour se rendre dans le parc. Elle fit donc aménager une longue et douce descente en pierre, d'où la vue sur le parc est tout simplement sublime.

Escalier de sortie de Catherine II, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La longue descente que fit aménagée Catherine la Grande.

Escalier de sortie de Catherine II, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : L'endroit est devenu rapidement merveilleux pour les photos de mariage.

Plusieurs bancs de pierre ont été installés ici et là dans le parc. Certains sont aménagés de sorte que l'on puisse s'y protéger du soleil.

Nous voyons un grand obélisque provenant de Moldavie, c'est l'obélisque de Kagoul. Il est élevé à la gloire de l'armée et de la marine russes qui ont triomphé lors de la campagne de Turquie entre 1770 et 1780.

Nous arrivons sur une terrasse nommée « la Terrasse de granit ». Il y a plusieurs statues, toutes des copies, car les originales ont été volées par les Allemands. Disons qu'après avoir vu Peterhof hier, nous trouvons la terrasse plutôt sobre!

Autrefois, tout près, il y avait le pavillon des glissades. Les visiteurs pouvaient utiliser de petits charriots à roulettes qui descendaient sur des rails vers l’étang.

Pour nous toutefois, la descente vers l'étang sera plutôt prétexte à une belle promenade.

En cours de balade, nous apercevons une statue sur un rocher. Il s'agit d'une femme assise sur un monticule en pierre et qui regarde tristement une cruche cassée qui git à ses pieds. De cette cruche s'échappe un filet d'eau, c'est une source d’eau naturelle.

Statue veillant sur la source, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Statue veillant sur la source.

Nous marchons jusqu’à l’étang. On a construit sous l’eau des digues, dont l'action donne l’impression de vaguelettes à la surface de l'eau.

Au centre de l'étang, il y a une petite île devant laquelle il y a une colonne rostrale. De l'autre côté de l'étang, nous voyons quelques pavillons. « La bâtisse en brique rouge, nous dit Macha, c'est l'Amirauté. C'est à l'intérieur que se trouve la salle de concert.»

Île au centre de l'étang, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Île au centre de l'étang, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photos ci-dessus : Île au centre de l'étang, devant laquelle on peut apercevoir une colonne rostrale.

À droite se trouve « Le pavillon des bains turcs » avec un petit minaret. La petite mosquée n'a été restaurée qu'à l’extérieur.

Les bains turcs, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Les bains turcs, une fort jolie mosquée.

La curiosité du jardin est « la pyramide des francs-maçons », l'endroit du dernier repos des lévriers de l'impératrice Catherine. Malheureusement, lorsque Macha a attiré notre regard vers ce bâtiment, j'étais à photographier autre chose et je l'ai manqué. Un prétexte pour revenir un jour! Sait-on jamais.

Parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Un pavillon blotti sous les arbres.

Parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Une belle pièce en bronze.

Parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : De petits ponts enjambent les ruisseaux!

Un petit palais situé près de l’étang semble être l'endroit idéal pour aller se reposer... surtout quand il fait chaud, car c’est sûrement très frais à l’intérieur.

Parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Un charmant petit palais!

Il y a des dizaines de canards sur les rives de l’étang. À l’automne, il y a certainement de très belles couleurs ici, comme chez nous.

Parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Une multitude de petits canards!

Il est 18 h 25, et même si nous arrivons à la fin de la promenade, Macha est intarissable! Il semble qu'elle ait encore beaucoup à nous raconter! Mais, Céline elle, n'a plus le courage d'écrire.

Il faut dire que la réservation pour notre souper d'adieu n'est que pour 19 heures et que nous sommes à peine à dix minutes du restaurant.

Roxanne, notre accompagnatrice, en profite pour demander à un passant d'immortaliser notre groupe. Un beau succès.

Notre groupe, parc du palais de Catherine, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Notre groupe au grand complet!

Le palais de Pavlovsk
Nous reprenons le car à 18 h 40. Nous traversons le quartier moderne de la ville de Pouchkine. Beaucoup de gens vivent ici... et vont travailler à Saint-Pétersbourg. D'ailleurs, un train relie les deux villes.

Nous passons devant la caserne impériale, c'est à cet endroit que logeaient les soldats quand les maître de Russie et leur famille séjournaient ici.

Puis, Macha nous propose un tout dernier arrêt avant de nous rendre au restaurant. Le palais de Paul 1er. Mais, les membres du groupe sont épuisés par la journée de visite et peu de personnes suivent la guide.

Le palais de Paul est au centre d'un magnifique jardin. En fait, il s'agit du plus grand jardin d’Europe. Il fait 600 hectares!

C'est Catherine II qui fit cadeau de ces terres à son fils Paul. Ce dernier fit entreprendre la construction de son palais en 1777.

L’intérieur que nous ne visitons pas est de style néo-classique.

Palais de Pavlovsk, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : Le palais de Paul 1er (Pavlovsk en russe)!

Satue de Paul 1er, palais de Pavlovsk, Pouchkine, Russie.

Photo ci-dessus : La statue du maître des lieux!

Souper d'adieu... à la russe évidemment!
Nous arrivons au restaurant à 19 h 10. C'est un restaurant de cuisine traditionnelle russe. Il est tout en bois et se nomme « Podvorye ».

À la porte pour nous accueillir, il y a un ours empaillé tenant un plateau avec une bouteille de vodka et des verres.

Restaurant Podvorye, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : À la santé de l'ours du restaurant Podvorye!

Nous prendrons un excellent repas... de l’entrée au dessert. Le tout accompagné d’excellents vins blanc et rouge... et de vodka très froide.

Restaurant Podvorye, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Une belle bouteille de vodka... que nous avons terminée ici au Québec!

Restaurant Podvorye, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Au fil du repas, un court spectacle de chansons et de danses russes nous est présenté.

Restaurant Podvorye, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Un de nos serveurs russes!

Nous repartons en car tôt, à 21 h 15, et c'est très bien ainsi, car demain matin nous devons quitter l'hôtel pour l'aéroport à 5 h 30... et nos valises doivent être placées devant notre porte de chambre à 4 h 30!

Sur le chemin du retour
Ouf, le réveil a sonné à 3 h 50! C'est tôt... et la journée promet d'être très longue.

On nous remet une petite « boîte à lunch » dans le hall de l’hôtel. Nous mangeons légèrement et rapidement de sorte d'être fin prêt à l'arrivée du car. Mais, il tarde, tarde et tarde! Finalement, il arrive avec un peu plus de 40 minutes de retard, mais notre chauffeur nous garantit que nous ne serons pas en retard. Et effectivement, il avait raison.

Le ciel est encore tout bleu et la température des plus douce.

Notre véhicule prend finalement le départ à 5 h 35. Quelques minutes plus tard, nous sommes à l'aéroport. Les contrôles ne sont que simples formalités. L'avion s'envole et par le hublot nous jetons un dernier regard à Saint-Pétersbourg!

Notre périple en terre russe est bel et bien terminé... mais quel superbe voyage nous avons fait!

Da Svidania Rasiia!

Méli-mélo
La ville de Québec abrite une statue d’Alexandre Pouchkine. Elle est située sur la rue d’Auteuil à Québec. Pouchkine n’y est pas seul, il est en compagnie d’Émile Nelligan. Les monuments honorant les deux grands poètes ont été inaugurés en 2004 en présence du vice-gouverneur de Saint-Pétersbourg. Ces deux monuments veulent marquer le lien d'amitié qui unit les villes de Saint-Pétersbourg et de Québec depuis juin 2002.

Dernier petit détail... En Russie la moyenne de consommation annuelle de vodka par personne est de 18 litres. Si on élimine les enfants et ceux qui ne boivent pas... ouf!

À suivre
L'Italie du Nord! Eh oui, retour en arrière. En octobre 2009, nous avons eu la chance de consacrer 18 jours à la visite de ce véritable « musée à ciel ouvert » qu'est l'Italie du Nord, et ce, sans publier les textes détaillés de nos visites!

On s'y met!

De notre point d’arrivée à Milan, nous filerons vers la Sérénissime Venise, après un court arrêt à Vérone, il va sans dire. Puis, Padoue, Ravenne et Assise nous présenteront leurs plus beaux atours, avant que la Toscane et ses joyaux que sont Florence, Pise, San Giminiano et Sienne ne viennent nous éblouir pour de bon. Finalement, redécouverte de l’hyperactivité de la « Ville Éternelle ».

Cathédrale de Milan, Italie.

Photo ci-dessus : Le gigantisme de la cathédrale de Milan épate. Surtout quand l’on apprend que sa construction a été entreprise en 1386! C’est une des plus grandes cathédrales gothiques au monde. (10 octobre 2009)

Bibliographie
Atlas en fiches (Russie, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg, la Volga et les grandes villes russes), Éditions Atlas, 2008;

Cap sur la Russie : Moscou – l’Anneau d’Or – Saint-Pétersbourg, Martin Gostelow, JPM Publications, 2000, 79 pages;

Contes populaires russes, Éditions P2, Saint-Pétersbourg, 2000, 97 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Moscou et une foule d’autres pages;

Guide Voir, Moscou, Éditions Libre Expression, 2007, 264 pages;

Guide Voir, Saint-Pétersbourg, Éditions Libre Expression, 2008, 264 pages;

Le russe avant de partir, Éditions Harrap’s, 2008, 112 pages et trois cédéroms;

Luxe et lumières de Catherine de Russie, La revue du Musée des beaux-arts de Montréal, 9 pages;

Les Romanov Tsars et Empereurs, Édition Abris, Saint-Pétersbourg, 2007, 18 pages;

Moscou, Édition d’art Amarante, Moscou, 2009, 136 pages;

Peterhof, Saint-Pétersbourg, 2007, 128 pages;

Pouchkine, Henri Troyat, Librairie Plon, 1953, 815 pages;

Russie, Catherine Zerdoun, Éditions du Chêne, 2008, 272 pages;

Russie, Belarus-Ukraine, Bibliothèque du voyageur Gallimard, 2007, 390 pages;

Saint-Pétersbourg et ses environs, Édition d’art P-2, Saint-Pétersbourg, 2007, 355 pages;

Saint-Pétersbourg, Édition de LODI, Paris, 2005, 177 pages;

Souzdal – Vladimir - Boglioubovo, Éditions d’Art « Ivan Feodorov », Saint-Pétersbourg, 2004, 33 pages.

Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Bravo pour ce travail titanesque et surtout merci d’avoir partagé vos textes et magnifiques photos avec nous. Grâce à vous deux, les membres de notre groupe qui vous auront suivi au fil des mois auront non seulement eu la chance d’approfondir leurs connaissances et de se remémorer de beaux moments mais garderont en plus un meilleur souvenir de ce magnifique voyage au pays des tsars. Merci pour cette belle générosité. 🙂

  2. Bonjour. En 1998 j’ai vécu 9 mois en Russie à St-Peterbourg pour mon travail.J’y ai rencontré ma futur femme que j’ai invité au restaurant de Podvorye. J’aimerai savoir si vous auriez une photo extèrieur du restaurant qui était un isba. Nous en parlions ce matin avec ma femme,cela nous ferais très plaisir. Merci. Cordialement.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant