21
Oct/10
4

Saint-Pétersbourg : la forteresse Pierre et Paul et sa magnifique cathédrale!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 24e d'une série de reportages sur une féerique odyssée en Russie au tout début de l’été 2010.

La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, Saint-Pétersbourg, Russie.

Saint-Pétersbourg, Russie, mardi 29 juin 2010 - Hier, à notre arrivée à Saint-Pétersbourg, c’est le pouls de la ville de Pierre le Grand que nous avons pris et à l’évidence le cœur de cette cité tricentenaire bat vite. Aujourd’hui, nous soulevons le voile de ses secrets. Et nous commençons par la découverte de la forteresse Pierre et Paul et de son impressionnante cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, endroit du dernier repos de la grande majorité des Romanov!

Notre photo : La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul est au cœur de la forteresse Pierre et Paul. La flèche du clocher de la cathédrale est surmontée d’un ange-girouette qui culmine à 122,5 mètres de haut.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n'importe laquelle des photos.

Ce matin nous avons savouré notre petit déjeuner dans une ambiance fort relaxante au restaurant de l’hôtel. Comme tous les hôtels nous ayant hébergés depuis le début de notre périple, l’hôtel Park Inn Nevsky offre des petits déjeuners de style buffet. Toutefois, contrairement aux autres, les tables de victuailles sont disposées dans le corridor menant à la salle à manger et non au centre du restaurant, de sorte que nous pouvons profiter d’une véritable ambiance « restaurant » plutôt que l’habituelle atmosphère « cafeteria »!

Nous grimpons dans le car dès 9 heures. C’est un peu plus frais ce matin, mais le ciel est toujours bleu.

Notre guide Macha est avec nous. Elle est Russe, mais son français est plus qu’excellent!

Encore une fois, notre car emprunte l’avenue Perspective Nevski. Les couleurs pastel des bâtiments resplendissent sous le soleil.

Nous passons devant une grande bâtisse sur notre gauche où, nous précise Macha, prennent place de nombreuses boutiques de grand luxe. Le bâtiment qui les abrite a été construit en 1785.

Un peu plus loin, nous voyons la cathédrale orthodoxe Notre-Dame-de-Kazan avec ses colonnes en hémicycle, comme à Saint-Pierre de Rome.

Puis, à notre droite, nous voyons la place centrale de la ville, la place du palais! D’un côté le bâtiment de l’État-major général de l’armée russe, de l’autre, le palais d’hiver, la résidence impériale. Au centre de la place se trouve la colonne d’Alexandre, qui commémore la victoire d’Alexandre 1er sur Napoléon. Demain matin, avant d’entrer au musée de l’Ermitage, nous parcourerons cette magnifique place de long en large.

Les colonnes rostrales
Nous descendons pour un arrêt photo tout juste après avoir traversé le pont du palais, nous sommes sur l'île Vassilievski, un quartier résidentiel et administratif où il y a un port important qui s’ouvre sur le golfe de Finlande et qui sert de fenêtre sur l’Europe.

Devant nous, il y a deux magnifiques colonnes rostrales en granit et de l’autre côté de la rue, il y a le musée de la Marine de guerre.

Colonnes rostrales sur l'île Vassilievski, Saint-Pétersbourg, Russie.

Colonnes rostrales sur l'île Vassilievski, Saint-Pétersbourg, Russie.

Colonnes rostrales sur l'île Vassilievski, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Sur la Strelka, la pointe est de l'île Vassilievski, il y a deux magnifiques colonnes rostrales, de 32 mètres de haut chacune, qui sont décorées de proues de navires. Lorsqu’elles ont été érigées, en 1810, elles servaient de phares pour les bateaux entrant dans le port.

Céline avec en arrière-plan la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, Île Vassilievski, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : D’ici nous avons une vue magnifique sur la forteresse Pierre et Paul, notre prochaine destination.

Avant de descendre du car, Macha nous a mis en garde face aux nombreux vendeurs qui sont déjà à l’œuvre dans la rue. « Tout ce qui se vend sur la rue provient de Chine, c’est donc de la pacotille. Pour acheter des livres, vaut mieux le faire dans les boutiques du musée de l’Ermitage, tout d’abord parce qu’ils ne sont pas plus chers et surtout parce que les boutiques offrent les éditions les plus récentes. »

Notre guide locale à Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Macha, notre guide locale à Saint-Pétersbourg.

Et effectivement, pendant notre petit arrêt d’une quinzaine de minutes, plusieurs vendeurs nous ont harcelés.

Nous reprenons notre route et traversons le pont de la Bourse. Puis, nous passons devant un restaurant situé sur… un bateau fantôme.

La forteresse Pierre et Paul
Nous nous rendons sur l’île aux Lièvres sur laquelle a été érigée la forteresse Pierre et Paul à compter de 1703, la toute première construction de Saint-Pétersbourg. La place forte prend la forme d’un hexagone allongé.

Il y a tout le tour de l’île des fortifications, puis le bâtiment de l’Arsenal, qui est aujourd’hui le musée de l’armée, l’hôtel de la monnaie, qui est d’ailleurs toujours en activité pour les pièces, les médailles et les insignes, et finalement la cathédrale… que nous visiterons.

Nous descendons à 9 h 50. Il y a beaucoup de groupes de touristes sur la place de la cathédrale. Notre guide, qui tantôt utilise le mot basilique, tantôt celui de cathédrale pour parler de l’église, nous précise qu’il n’y a pas de différence en Russie entre une cathédrale et une basilique.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : La magnifique cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Une des coupoles de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Cette chapelle a été ajoutée à la fin du XIXe siècle pour abriter les tombes des grands ducs.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Un bâtiment qui brille dans le ciel céruléen!

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Une des très belles statues de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

La cathédrale ne sert plus au culte, c’est aujourd’hui un musée. C’est à l’intérieur que sont conservés les tombeaux des Romanov, tous en marbre de carrare sauf ceux d’Alexandre II et de son épouse qui sont respectivement en jaspe vert et en rhodonite rose. Nous y entrons.

Tombeaux des Romanov, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Tombeaux des Romanov, Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Nous passons devant plusieurs tombeaux des Romanov.

La décoration est d’une richesse inouïe. D’énormes lustres style chandelier pendent du magnifique plafond ouvragé et peint dans des tons pastel. Le haut des colonnes de marbre est décoré de sculptures recouvertes de feuilles d’or.

Magnifiques lustres de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Magnifiques lustres de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photos ci-dessus : Les magnifiques lustres de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Une des colonnes de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Superbes, ces colonnes!

Élément de décoration de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Un autre bel élément de décoration.

Il y a une chaire comme dans les églises catholiques et pourtant nous sommes dans une église orthodoxe. D’ailleurs, les popes orthodoxes n’y montent jamais.

Chaire de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Et voici la chaire.

L’iconostase est en bois de style baroque sculpté par Ivan Zaroudny. Elle affiche 43 icônes. Toutefois, elle ne respecte en rien les normes des iconostases habituelles.

Iconostase de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Le sommet de l’iconostase.

Tout en arrière il y a un baldaquin. Il s’agit d’une place spéciale réservée pour l’empereur. C’est là qu’il se plaçait pour prier, debout, comme tous les fidèles.

Baldaquin du tzar, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Évidemment, avec l’aigle à deux têtes, nous comprenons bien qu’il s’agit d’un endroit réservé pour le maître des Romanov.

Monuments funéraires, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Le dernier tombeau à droite sur la photo est celui de Pierre 1er.

La tombe de Pierre le Grand est sculptée en marbre de carrare, son buste surmonte le tombeau. Il est entouré des membres de sa famille, dont Catherine II sur la tombe de laquelle nous retrouvons l’aigle bicéphale.

Monument funéraire d’Alexandre II, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Le monument funéraire d’Alexandre II en jaspe vert est lourd de cinq tonnes.

Monument funéraire de Maria Alexandrovna, épouse d’Alexandre II, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Puis celui de Maria Alexandrovna, épouse d’Alexandre II, est rose.

Le dernier empereur de Russie a été Nicolas II. Il a dû abdiquer en mars 1917, pendant la période des troubles. Lui et sa famille furent exilés en Sibérie avec leurs serviteurs et avec le médecin qui soignait leur fils hémophile.

Ils furent tous fusillés en 1918 à Ekaterinbourg et jetés dans des fosses communes. Lors des fouilles archéologiques effectuées dans les années 1990, on retrouva leurs ossements qui furent étudiés. Les résultats des analyses d’ADN confirment à 99,9 % qu’il s’agit bien des restes des membres de la famille royale.

On a alors pris la décision de les transporter ici dans la chapelle Sainte-Catherine des martyres.

Chapelle Sainte-Catherine, cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : La chapelle Sainte-Catherine abrite les restes du tzar Nicolas II, de son épouse, l’impératrice Alexandra Feodorovna et de leurs enfants.

Contrairement aux autres endroits du genre que nous avons visités, ici il n’y a pas de crypte, et ce, en raison de la construction de la cathédrale sur des terres marécageuses.

Des travaux sont en cours pour accueillir les tombes des grands ducs et des grandes duchesses. Mais, encore une fois, le sol marécageux complique les travaux, même si aujourd’hui le travail s’effectue avec des techniques modernes.

Nous entrons dans une petite chapelle où quatre hommes chantent des chants sacrés, des cantiques russes. C’est très joli.

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Nous avons droit à une prestation de chants sacrés russes pour mettre fin à notre visite de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Nous sortons, il est 10 h 50. Nous marchons vers le palais du gouverneur, lui qui était nommé par l’empereur.

En route, nous entendons le carillon de 11 heures. Un carillon vieux de 500 ans.

Maria Romanov, petite fille du cousin germain de Nicolas II, a son tombeau ici.

En 1992, une statue de Pierre le Grand, une œuvre du sculpteur Mikhaïl Chemiakine, a été installée devant l’édifice de la garde.

Statue de Pierre le Grand, Forteresse Pierre-et-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Une statue de Pierre le Grand tout à fait inhabituelle!

Représentante de l’Aristocratie russe du XVIIIe siècle, Forteresse Pierre-et-Paul, Île aux Lièvres, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Et comme sur plusieurs sites que nous avons visités en Russie, l’aristocratie est toujours présente!

Nous revenons sur nos pas et remontons dans le car à 11 h 15. Il fait très chaud.

En quittant l’île, nous voyons de beaux jeunes gens qui se font bronzer sur les berges du canal. Ils sont presque nus! Notre guide nous précise que c’était absolument interdit à l’époque soviétique..., mais qu’aujourd’hui, tout et même plus encore est permis

Notre autocar emprunte un petit pont en bois où seulement un car à la fois peut accéder.

Nous passons devant l’Arsenal de la forteresse où sont exposés plusieurs chars et canons. Nous avons maintenant quitté l’île aux Lièvres pour l’île de la Cité où se trouve le musée d’histoire de la révolution dans un ancien palais.

Le croiseur Aurore
Nous voyons un grand bateau de guerre. C’est le croiseur Aurore. Il a été construit et armé en 1903. Il a pris part à la défense de Leningrad durant la Deuxième Guerre mondiale.

Le croiseur Aurore, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Le croiseur Aurore est amarré depuis 1948 devant l’Académie navale Nakhimov. C’est maintenant un musée.

Le croiseur Aurore, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Les ancres du croiseur Aurore sont impressionnantes.

Quai devant le croiseur Aurore, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Et évidemment, devant le croiseur, les vendeurs du temple se sont installés!

L’Académie navale Nakhimov, qui sert d’école des cadets de la marine a été la première école laïque en Russie. Elle n’est ouverte qu’aux hommes seulement!

La circulation est lourde. Une des raisons est qu’il n’y a aucun stationnement souterrain à Saint-Pétersbourg à cause des sols marécageux. Il y a donc beaucoup de véhicules stationnés le long des rues, et même sur les trottoirs, ce qui ralentit beaucoup les déplacements.

Nous passons devant l’hôpital de la chirurgie militaire reconnu dans le monde entier pour ses interventions chirurgicales sur les soldats blessés, et ce, depuis la guerre de la Crimée de 1850.

Nous prenons un autre pont, pour traverser le fleuve, il s’agit du pont de la Fonte. Autrefois, il menait à une fonderie.

Sous le pont, la profondeur de la Neva est de 24 mètres.

Nous arrêtons dans une petite boutique pour une pause santé. Il est midi. Nous achetons quelques souvenirs. La vodka et le café sont gratuits… comme à Moscou! C’est donc l’heure de l’apéro.

Nous repartons à 12 h 30. Le car prend la direction du pont Pierre le Grand, un pont dont l’arche centrale sert de pont-levis. Il n’est pas jeune, il a été inauguré en 1911.

Il y a huit ponts qui franchissent la Neva à Saint-Pétersbourg.

Le couvent et la cathédrale de Smolny
Nous arrivons dans le quartier Smolny où nous nous arrêterons pour admirer un couvent de religieuses et une école pour jeunes filles nobles, fondée à l’instigation de Catherine II.

La cathédrale qui brille au centre du couvent est un bel édifice en blanc et bleu.

Nous y allons d’un petit arrêt photo pour immortaliser cette cathédrale. Nous voyons un couple de jeunes mariés. Ceux-ci s’embrassent à bouche que veux-tu pour nous permettre de les prendre en photo.

Seul petit désagrément, il y a beaucoup de vendeurs qui sont des plus tenaces.

La cathédrale de Smolny, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : La très belle cathédrale de Smolny.

La cathédrale de Smolny, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Une superbe coupole.

La cathédrale de Smolny, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Les résidences pour jeunes filles.

Nous poursuivons en car et croisons le premier château d’eau de la ville, il est en brique rouge.

Nous passons devant la gare de Finlande. Rappelons-nous qu’en Russie les gares portent le nom de la destination finale du train. La Finlande est située à seulement 180 km de Saint-Pétersbourg.

Puis, sur notre gauche, une immense résidence d’été est en rénovation. Celle-ci a été construite en 1716 par Jean-Baptiste Le Blond, un architecte français. Elle fait face à la Neva et possède un grand jardin.

Toujours du car, nous remarquons un palais de marbre où une mariée toute de rose vêtue attend l’être aimé.

Nous croisons le bâtiment de l’ancien Sénat, aujourd’hui le site de la bibliothèque présidentielle. Nous passons devant la cathédrale Saint-Isaac, dont les énormes colonnes portent les marques des obus de la Deuxième Guerre mondiale. Il y a un beau parc devant la cathédrale. C’est par ici que nous commencerons nos visites après le dîner.

Nous descendons du car sur la place Saint-Isaac à 13 h 15, direction le dîner.

Mais auparavant, notre accompagnatrice Roxanne nous informe que demain, une des nôtres, Lyne, vieillira! Étant donné le programme chargé de la journée de demain, nous soulignons son anniversaire aujourd’hui. Roxanne lui remet un petit présent… et elle ouvre un grand sac dans lequel il y a quelques bouteilles de vodka que nous n’avons pas terminées hier lors de notre mini croisière.

Nous dégustons donc un petit verre de vodka en plein soleil sur la place Saint-Isaac! Nous y allons d’une photo de groupe prise par le chauffeur aussi pour permettre à Roxanne de se joindre à nous. Puis, nous nous rendons à pied jusqu’à un petit restaurant grec.

C’est très bien. Nous avons droit à une entrée, à une soupe, à un plat de poulet accompagné de ratatouille et à un gâteau au chocolat.

Petit restaurant grec, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Un charmant petit restaurant.

Petit restaurant grec, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Avec des lampes particulièrement originales.

Petit restaurant grec, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Et une charmante serveuse, "Zdrastvouïtié diévouchka!"

Méli-mélo
Le nom de Saint-Pétersbourg se rapporte à l’apôtre Saint-Pierre et non, comme plusieurs le pensent, à Pierre le Grand.

La ville de Saint-Pétersbourg a été fondée alors que la guerre opposant la Russie à la Suède faisait rage.

Pierre-le-Grand n’avait pas de fils. À sa mort, le système de succession a été particulièrement perturbé avec l’application de la loi salique qui permettait aux femmes de régner.

C’est en deux temps que la dynastie des Romanov a chuté en Russie. Tout d’abord, une première révolution en 1905, amorcée pourtant par une manifestation ouvrière non violente le 9 janvier 1905, mais dont la réplique du tzar a été des plus violente. Pour apaiser les esprits, l’empereur accepta l’instauration d’un parlement, la Douma. Mais en 1917, à la suite à une série de grèves, le tzar Nicolas II est contraint d’abdiquer.

Saint-Pétersbourg a été assiégée durant 900 jours par les Allemands et les Suédois lors de la Deuxième Guerre mondiale.

En 1991, l’URSS est dissoute! L’ancienne Russie devient la Fédération de Russie. Le nouveau pays s’étend sur 17 millions de kilomètres carrés et compte sur une population de 140 millions d’habitants!

Il y a six écoles de la marine à Saint-Pétersbourg.

Saint-Pétersbourg compte 44 îles. Il y en avait 101 à l’époque de Pierre le Grand.

Les édifices de la ville sont presque tous dotés d’énormes gouttières! Probablement qu’ici la pluie est plus abondante qu’ailleurs!

Le président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev est né à Saint-Pétersbourg, tout comme le premier ministre Vladimir Poutine. Ils sont donc Pétersbourgeois.

À suivre
Visite de la cathédrale Saint-Isaac, du palais Iousoupov et souper chez une Pétersbourgeoise!

Souper chez une Pétersbourgeoise, Saint-Pétersbourg, Russie.

Photo ci-dessus : Fort agréable soirée chez cette charmante Pétersbourgeoise!

Bibliographie
Atlas en fiches (Russie, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg, la Volga et les grandes villes russes) , Éditions Atlas, 2008;

Cap sur la Russie : Moscou – l’Anneau d’Or – Saint-Pétersbourg, Martin Gostelow, JPM Publications, 2000, 79 pages;

Contes populaires russes, Éditions P2, Saint-Pétersbourg, 2000, 97 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Moscou et une foule d’autres pages;

Guide Voir, Moscou, Éditions Libre Expression, 2007, 264 pages;

Guide Voir, Saint-Pétersbourg, Éditions Libre Expression, 2008, 264 pages;

Le russe avant de partir, Éditions Harrap’s, 2008, 112 pages et trois cédéroms;

Luxe et lumières de Catherine de Russie, La revue du Musée des beaux-arts de Montréal, 9 pages;

Les Romanov Tsars et Empereurs, Édition Abris, Saint-Pétersbourg, 2007, 18 pages;

Moscou, Édition d’art Amarante, Moscou, 2009, 136 pages;

Peterhof, Saint-Pétersbourg, 2007, 128 pages;

Russie, Catherine Zerdoun, Éditions du Chêne, 2008, 272 pages;

Russie, Belarus-Ukraine, Bibliothèque du voyageur Gallimard, 2007, 390 pages;

Saint-Pétersbourg et ses environs, Édition d’art P-2, Saint-Pétersbourg, 2007, 355 pages;

Saint-Pétersbourg, Édition de LODI, Paris, 2005, 177 pages;

Souzdal – Vladimir - Boglioubovo, Éditions d’Art « Ivan Feodorov », Saint-Pétersbourg, 2004, 33 pages.

Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Madame,Monsieur
    Nous allons faire une croisière et une escale nous emmène à St Petersbourg. Nous voulons visiter la forteresse ainsi que la cathédrale. Vos photos nous ont conforté dans notre choix. A propos de photos est il autoriser d’en prendre à l’intérieur de la Cathédrale ou avez vous eu une autorisation du fait de votre guide. Merci beaucoup de me répondre et encore merci pour ce beau voyage

  2. Bonjour,

    Un peu partout en Russie, incluant Saint-Pétersbourg, les photos dans les églises, dans les cathédrales et dans la plupart des musées sont permises moyennant un petit montant additionnel à l’achat de votre billet. C’est une très bonne idée. C’est étonnant que cette pratique ne soit pas plus répandue. Bon voyage.

    Jacques Lanciault

  3. Partons à St. Petersbourg ce 27 décembre avec des amis .
    Je me réjouis.
    Quel plaisir de vous lire, je m’y vois déjà, mais emmitouflée bien sûr.
    Merci beaucoup à vous.

  4. Merci de faire partager votre voyage
    Juste une precision je ne pense pas que les suedois aient participe au blocus de leningrad , sans doute les finlandais

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant