26
Sep/10
4

Le kremlin de Nijni Novgorod… puis tchou thcou, en route pour Kazan!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 18e d'une série de reportages sur une féerique odyssée en Russie au tout début de l’été 2010.

Église de-la-Nativité, Nijni Novgorod, Russie.

Nijni Novgorod, Russie, samedi 26 juin 2010 — La matinée nous a réservé de belles surprises : un beau moment de recueillement sur le site de la très colorée église de-la-Nativité, une mini croisière sur la Volga nous permettant de découvrir les splendeurs de Nijni Novgorod vue de son fleuve, l’exploration des appartements d’Andreï Sakharov et la découverte de la petite église cachée de L’Assomption.

Et même s’il y a déjà plus de quatre heures que nous arpentons l’ancienne Gorki, notre guide, Najda, nous mène jusqu’au kremlin de la ville. Après sa découverte, nous emprunterons la petite rue piétonne Bolchaïa Pokrovka pour y prendre une bouchée… avant de reprendre la route en direction de la gare où une randonnée sur rails de quelque huit heures nous attend... pour nous amener à Kazan

Notre photo : À l’intérieur du kremlin de Nijni Novgorod, on retrouve la très jolie cathédrale de l’Archange Saint Michel.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n'importe laquelle des photos.

De l’église de l’Assomption, un petit trajet d’à peine cinq minutes nous conduit à la porte du kremlin de Nijni Novgorod. Aujourd’hui, la muraille est de brique, mais lors de sa construction au XVIe siècle, elle était en bois.

Les murs du kremlin de Nijni Novgorod, qui courent sur deux kilomètres, sont presque aussi longs que ceux du Kremlin de Moscou. Lors de leurs constructions, ces fortifications se composaient de 14 tours. Aujourd’hui, il en reste 12. Le kremlin de Nijni Novgorod n’a jamais été pris par les ennemis!

Rempart du kremlin de Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Rempart du kremlin de Nijni Novgorod.

Aujourd’hui le kremlin est un centre administratif du gouvernement local et un musée en plein air.

À l’entrée, un homme joue de la balalaïka. Un peu plus loin, il y a une superbe terrasse sur laquelle est dessiné un calendrier en fleurs.

Après avoir croisé la maison des gouverneurs de la ville, une exposition de véhicules militaires, surtout des chars d’assaut, ayant servi durant la Deuxième Guerre mondiale, nous arrivons sur une vaste esplanade surplombant la Volga. Il y a de nombreux arbres matures et les jardins sont bien aménagés.

Exposition en plein air de véhicules de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Exposition en plein air de véhicules de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Photos ci-dessus : Exposition en plein air de véhicules de la Deuxième Guerre mondiale que l’on retrouve à l’intérieur du kremlin de Nijni Novgorod.

Sur cette esplanade, notre guide se lance dans une longue explication : « Au début du XVIIe siècle, il n’y avait aucun héritier au trône de Russie. Boris Godounov se proclame tzar… » Mais, Céline perd le fil des explications. Il fait chaud, il y a peu d’ombre, elle est très fatiguée, car nous avons peu dormi la nuit dernière et il y a maintenant cinq heures consécutives que nous visitons!

Une petite pause serait appréciée… Ce sera pour plus tard!

Au centre de l’esplanade, il y a un obélisque entouré d’un bel arrangement floral. Une flamme brûle en l’honneur des soldats russes qui ont perdu la vie lors du conflit mondial de qui a impliqué les Russes de 1941 à 1945.

Place des héros de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Un obélisque domine la Volga sur la place des héros russes de la Seconde Guerre mondiale.

Place des héros de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Hommage aux soldats russes qui sont morts lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Place des héros de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Monument aux héros russes de la Seconde Guerre mondiale.

Place des héros de la Deuxième Guerre mondiale, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : La flamme du soldat inconnu avec en arrière-plan, la Volga.

Tout juste derrière cette très grande place, il y a une magnifique petite église, c’est la première cathédrale de Nijni Novgorod, la cathédrale de l’Archange Saint-Michel.

Cathédrale de de l’Archange Saint Michel, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : La superbe cathédrale de l’Archange Saint-Michel, au cœur du kremlin de Nijni Novgorod.

À l’intérieur des murs du kremlin, on retrouve également les bureaux de quelques ministères, ainsi que le palais de justice.

Terrasse du Kremlin, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Sur une des terrasses du kremlin, un aménagement paysager représente l’aigle à deux têtes… le symbole de la dynastie des Romanov.

 Statues de Kouzma Minine et de Dimitri Pojarski, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Statues de Kouzma Minine et de Dimitri Pojarski, eux qui en 1612 ont réussi à chasser les envahisseurs polonais du Kremlin de Moscou. Une statue leur rend d’ailleurs hommage sur la Place rouge à Moscou.

Entrée du Kremlin, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : À la sortie du kremlin, il y a ce magnifique aménagement paysager.

Nous sortons du Kremlin à 13 h 10…, il fait 39 degrés Celsius.

"Il est maintenant l’heure d’aller nous restaurer", nous annonce notre guide! Une décision qui, sans l’ombre d’un doute, fait l’unanimité au sein de notre groupe.

Pour nous rendre au restaurant où Voyages Lambert a réservé pour nous ce midi, nous empruntons une rue piétonne, la rue Bolchaïa Pokrovka. C’est une avenue qui autrefois était réservée à la noblesse. Il y a des maisons datant de 1850, d’autres qui ont été construites pour l’exposition russe de l'industrie et du commerce de 1896.

C’est une rue charmante où il y a de très nombreuses terrasses… vers lesquelles nous penchons, sans toutefois céder à la tentation.

Il n’y a pas foule, et ce, même si nous sommes samedi, probablement parce qu’il fait beaucoup trop chaud. De fait, nous cuisons littéralement.

La rue est décorée de plusieurs sculptures en bronze, ce qui la rend des plus agréables.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Statue de la rue Bolchaïa Pokrovka, Nijni Novgorod, Russie.

Photos ci-dessus : La rue piétonne Bolchaïa Pokrovka est décorée de très nombreuses statues de bronze.

Nous entrons dans un restaurant au nom des plus curieux : « L’Abri des tracteuristes fatigués »… Il est 13 h 30.

Le premier geste de plusieurs au sein du groupe est de commander une bière bien fraîche! Un véritable délice.

Puis, on nous sert en entrée une salade César sur laquelle il y a quelques morceaux de poulet. Curieux, mais bon, contrairement au reste du repas qui était plutôt ordinaire.

À peine une heure après avoir franchi le seuil de la porte d’entrée, nous voilà ressortis!

Nous poursuivons pour quelques minutes notre promenade sur la rue piétonnière.

Nous voyons une belle bâtisse construite en 1912, un cadeau que s’est fait la famille des Romanov pour souligner le 300e anniversaire d’histoire de la dynastie. Ce qui ressemble à un petit château est de style pseudo russe, nous précise notre guide. Aujourd’hui, le bâtiment est occupé par la Banque Nationale.

Plus du tiers de l’or de la famille Romanov a déjà été en transit dans cette demeure…, et ce, parce que, dit-on, le coffre-fort était sécuritaire.

Maison des Romanov, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Maison des Romanov sur la rue piétonne Bolchaïa Pokrovka.

Maison sur la rue Bolchaïa Pokrovka à Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Et une autre maison typique de la rue piétonne.

Maison sur la rue Bolchaïa Pokrovka à Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Puis, une belle horloge.

Le mercure indique 40 degrés Celsius…, et cela ne tient pas compte du facteur humidex!

Rue Bolchaïa Pokrovka à Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Il est près de 15 heures et le mercure indique… 40 degrés!

Rue Bolchaïa Pokrovka à Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : Sur le chemin du retour, nous croisons un tramway… semblable à ceux de Lisbonne.

Nous remontons dans le car à 14 h 50. Un panier-repas a été déposé sur nos sièges. Ce sera notre souper durant notre trajet en train.

En route pour la gare… où nos valises nous y attendent déjà.

Durée prévue de notre route sur les rails : huit heures. Notre accompagnatrice de voyages Lambert, Roxanne, profite de la route vers la gare pour nous communiquer nos numéros de fauteuil dans le train. Nous avons les sièges 32 et 33. Elle nous remettra nos billets lorsque nous serons dans le wagon.

Billet de train pour le trajet Nijni Novgorod-Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Heureusement que Roxanne nous a précisé nos numéros de siège!

Nous arrivons à la gare à 15 h 15.

Gare ferroviaire de Nijni Novgorod, Russie.

Gare ferroviaire de Nijni Novgorod, Russie.

Photos ci-dessus : De magnifiques fresques décorent la gare de Nijni Novgorod.

Nous retrouvons nos valises qui seront transportées et montées dans le train par du personnel de la gare. Nous les suivons et grimpons dans notre wagon.

Notre train pour le trajet Nijni Novgorod-Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Notre train pour le trajet Nijni Novgorod-Kazan.

Wow! Quelle différence avec hier soir. Les fauteuils sont beaucoup plus confortables et nous avons une table devant nous. À l’exception de deux jeunes filles, il n’y a que notre groupe dans le wagon. Nous prenons place.

Notre wagon pour le trajet Nijni Novgorod-Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Un wagon presque exclusivement pour notre groupe.

Céline dans le train Nijni Novgorod-Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Il fait très chaud…

Le train se met en branle à 15 h 45 précises... tel que prévu.

Ça brasse beaucoup et c’est très bruyant. Nous entendons à répétition les sifflements de la locomotive de notre train… en fait à chacun des passages à niveau et à chaque rencontre avec les convois ferroviaires qui filent en sens inverse!

Malgré les fenêtres ouvertes et conséquemment le vent qui pénètre dans notre wagon, il fait très chaud. Nous allons quérir quelques bières froides au bar de la voiture-restaurant et grignotons dans notre boîte à lunch qui contient un sandwich, un morceau de fromage, des saucissons en rondelles emballés sous vide, un concombre, une tomate, une pomme, une bouteille d’eau… chaude et un cube de chocolat fondu.

Le train fait un très court arrêt à 17 h 30, mais personne ne s’ajoute aux passagers de notre wagon.

Le paysage est similaire à celui du Québec avec ses forêts de bouleaux à perte de vue. Toutefois, il n’y a pas âmes qui vivent. Nous apercevons de petits villages que très rarement.

Nous remettons à la dame responsable de notre wagon une grande partie de notre « boîte à lunch ». D’autres membres du groupe ont eu la même idée… notre nounou russe est aux anges!

Nous tentons un peu de lecture pour passer le temps, mais c’est difficile en raison du bruit et du vent. C’est long. Nous aurions dû apporter un jeu. Est-ce que le « scrabble » se vend en format réduit ?

Parfois, le train s’arrête sans raison apparente. Probablement pour laisser passer un autre convoi.

Céline a dû se rendre au « petit coin »! Elle s’en souviendra longtemps! La cabine est toute petite et fort malpropre. L’odeur y est épouvantable. Il y a un trou par terre et, avec le bringuebalement, du train, ça devient un exploit de s’enligner! Il faut vraiment être obligé pour vivre une telle expérience.

Nous apercevons souvent des usines ou des manufactures qui semblent abandonnées, ainsi que des bâtiments qui devaient servir de logis aux travailleurs. Rares sont les plaines avec des champs de culture.

Il commence à faire noir vers 22 heures. C’est un soir de pleine lune et cela rend le paysage fantasmagorique.

Nous arrivons à Kazan à 23 heures. De superbes feux d’artifice haut dans le ciel nous accueillent tout juste avant que nous descendions du train.

Sous le spectacle, nous voyons une belle cathédrale avec des bulbes colorés. Elle est tout illuminée.

Notre guide locale, Allona, vient aux devants de nous et nous souhaite la bienvenue à Kazan, la capitale de la république non autonome du Tatarstan.

Puis, elle nous mène à un très bel autocar dans lequel nous grimpons. Il nous conduira à notre hôtel, « Le Mirage » qui est situé à seulement cinq minutes de route de la gare. Malgré l’heure tardive, il fait 29 degrés Celsius.

Notre nouvelle guide nous explique que la ville était en fête ce soir, le festival de la jeunesse.

Nous arrivons à l’Hôtel Mirage à 23 h 30, il est coté « cinq étoiles »! Nous bénéficions d’un immense lit, un format « King »… et la douche est merveilleuse.

Le hall d’entrée de l’Hôtel Mirage de Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Le chic hall d’entrée de l’Hôtel Mirage de Kazan.

Notre chambre à Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : Nous sommes des plus heureux de notre lit à Kazan.

Méli-mélo
Parlant de la vague de chaleur que nous traversions, notre guide à Nijni Novgorod, Najda, nous a mentionné qu’il était fréquent ici qu’il y ait deux ou trois semaines de grande chaleur en juin. Juillet, par ailleurs est un mois plutôt pluvieux dans cette contrée.

Dans toute l’histoire de Nijni Novgorod, les Tatares n’ont jamais envahi la cité.

Souvent, l’archevêque de Russie se rend en visite à Nijni Novgorod. Il séjourne alors dans un des monastères de la ville.

Le salaire moyen pour les habitants de Nijni Novgorod varie entre 11,000 et 12,000 roubles par mois, soit entre 350 et 400 dollars canadiens.

Tout près de Saint-Pétersbourg, on retrouve une ville nommée Novgorod!

À suivre
Le kremlin de Kazan qui abrite, entre autres, la magnifique mosquée Khul Sharif!

La mosquée Khul Sharif, Kazan, Russie.

Photo ci-dessus : La magnifique mosquée Khul Sharif, Kazan!

Bibliographie
Atlas en fiches, (Russie, Nijni Novgorod, Saint-Pétersbourg et grandes villes russes) , Éditions Atlas, 2008;

Cap sur la Russie : Moscou – l’Anneau d’Or – Saint-Pétersbourg, Martin Gostelow, JPM Publications, 2000, 79 pages;

Contes populaires russes, Éditions P2, Saint-Pétersbourg, 2000, 97 pages;

Encyclopédie libre Wikipédia, Moscou et une foule d’autres pages;

Guide Voir, Moscou, Éditions Libre Expression, 2007, 264 pages;

Le russe avant de partir, Éditions Harrap’s, 2008, 112 pages et trois cédéroms;

Moscou, Édition d’art Amarante, Moscou, 2009, 136 pages;

Russie, Catherine Zerdoun, Éditions du Chêne, 2008, 272 pages;

Russie, Belarus-Ukraine, Bibliothèque du voyageur Gallimard, 2007, 390 pages;

Souzdal – Vladimir - Boglioubovo, Éditions d’Art « Ivan Feodorov », Saint-Pétersbourg, 2004, 33 pages.

Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. A quand ton premier livre….Bravo j ai lue comme si j’y étais

  2. Bonjour,
    Je suis une personne handicapé, et je vit an France, comment je peu aller chez mon Ami,,, qui et a Novgorod an Russie.
    S.V.P. Je veux un DVD sur la ville de Novgorod; ci possible, car moi je suis en Fauteule roulent. Merci pour touts.
    Mr, KNECHT
    Mr, KNECHT Jean-Denis
    47 Rue KENNEDY
    57950 MONNTIIGNY LES METZ
    (FRANCE)
    Tél: 0387.66.81.02
    Email concorde57@yahoo.fr

  3. bonjour je voudrais savoir si les etudiants etrangers ont droit à un job etudiant.saisonnier en russie plus precisemnt a nijny novgorod

  4. Malheureusement, je ne sais pas du tout.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant