17
Sep/10
7

La superbe place des cathédrales de Vladimir… et ses nombreux mariages

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le 16e d'une série de reportages sur une féerique odyssée en Russie au tout début de l’été 2010.

Cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Vladimir, Souzdal, Valdimir, Nijni Novgorod, Russie, vendredi 25 juin 2010 — Très courte visite en après-midi dans la ville de Vladimir qui est pourtant la capitale de la région. Nous consacrerons l’essentiel de notre temps à la découverte de la magnifique cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, qui lors de notre passage resplendissait sous les rayons du soleil.

Puis, après un aller-retour à Souzdal pour le souper, nous grimpons à bord du train, qui, après le choc de l’embarquement, nous mènera allègrement de Vladimir à Nijni Novgorod

Notre photo : Elle brille sous les rayons du soleil, la superbe cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge de Vladimir… elle, qui vient tout juste d’être restaurée!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Pour regarder le diaporama des photos présentées sur cette page, cliquez sur n'importe laquelle des photos.

Encore sous le charme des deux derniers ensembles ecclésiastiques visités à Souzdal, le monastère du Sauveur Saint-Euthyme et le couvent de l’Intercession-de-la-Vierge, nous reprenons le car à 12 h 30 en direction de la capitale de la région, Vladimir.

Une trentaine de minutes suffisent pour y arriver… tout juste à l’heure pour le dîner. Nous sommes attendus au restaurant l’Ermitage. Le repas qui nous y est servi est excellent. L’entrée, un plat de tomates, poivrons et fromage, est suivie d’un bouillon de poulet, avec en accompagnement, des « piroshkis », c’est-à-dire de petites bouchées cuites fourrées de viande. L’assiette principale consiste en une tranche de bœuf grillée, très tendre, servie en sauce, avec une portion de riz aux légumes. Un petit morceau de gâteau léger et un expresso complètent le «festin».

Et nous reprenons l’autocar à 14 heures pour nous rendre au centre-ville de Vladimir. Notre guide, Galine, en profite pour nous dresser un bref portrait de l’agglomération que nous nous apprêtons à visiter : « Vladimir est située à 190 kilomètres à l’est de Moscou. C’est une grande ville installée sur les rives de la rivière Kliazma où vivent quelque 370, 000 habitants.

C’est une cité possédant une histoire des plus riche. En effet, Vladimir fut une des grandes puissances de Russie au Moyen-Âge. D’ailleurs, au XIIe siècle elle était le centre de la principauté de Vladimir-Souzdal.

Elle fut fondée par Vladimir Monomaque en 1108. Toutefois, c’est le fils du fondateur, Youri Dolgorouki, celui qui allait un jour fonder Moscou, qui fit de Vladimir une ville importante, et ce, quand il transféra la capitale des Grands Princes de Russie de Kiev à Vladimir.

Aujourd’hui, Vladimir est une ville industrielle qui compte plus d’une cinquantaine d’usines différentes. On y retrouve également une quarantaine d’écoles et d’instituts d’enseignement.

Même si elle ne fait que 60 kilomètres carrés, la ville de Vladimir compte 30 églises.

Le lion est le symbole de la ville.

Son monastère de la Nativité-de-la-Vierge, datant du XIIe siècle, sa cathédrale de la Dormition de la Vierge et sa « Porte d’or » ornée de l’icône de Vladimir, le protecteur de la Russie, sont des monuments incontournables qu’il faut voir. »

Nous descendons du car au cœur de la ville ancienne, il est tout près de 14 h 30. Nous sommes à deux pas de la « Porte d’or ». Sur le parvis d’une église toute proche, un mariage vient tout juste de se terminer. La mariée est fort jolie. Puis, tout juste devant nous, au milieu de la rue près de la « Porte d’or », un autre couple de jeunes mariés est à se faire photographier.

Des mariés du vendredi à Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : À peine descendus du car à Vladimir, nous apercevons ce joli couple de jeunes mariés!

Des mariés du vendredi à Vladimir, Russie.

Des mariés du vendredi à Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Et un autre couple… en plein centre de l’avenue principale!

La « Porte d’or » a été construite en 1164 au cœur de l’enceinte protégeant la ville. À l’époque, il n’y avait que quatre portes du genre dans le monde. C’est un bel exemple de fortifications du XIIe siècle érigé sous le règne d’Andreï Bogolioubski.

La « Porte d’or » n’était pas qu’une entrée dans la cité, elle était également le cœur du système défensif de la ville.

La Porte d’or de Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Le Portail d’or de Vladimir, un monument qui a été ajouté à la liste du « Patrimoine mondial de l’UNESCO » en 1992.

À l’époque d'André Bogolioubski, il y avait deux portes importantes à Vladimir, l'une dorée (à l’ouest) et l’autre argentée (à l’est). Aujourd’hui, tout ce qu’il y a de doré sur la porte devant laquelle nous nous trouvons est sa coupole.

Nous voyons l’église de la Trinité qui a été construite au début du XXe siècle. Aujourd’hui c’est un petit musée. À côté, il y a le théâtre dramatique, datant du XIXe siècle. Puis, un peu plus loin, l’Institut musical universitaire.

Église de la Trinité, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Tout juste face à la « Porte d’or », il y a l’église de la Trinité.

Église de la Trinité, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus :L’église de la Trinité vue d’un autre côté.

Église de la Trinité, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Tout de même charmante cette affiche annonçant le musée qui prend place dans l’église de la Trinité.

Le théâtre dramatique de Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Le théâtre dramatique de Vladimir.

Nous ne traversons pas le boulevard pour voir de plus près la « Porte d’or ». Nous regrimpons plutôt à nouveau dans notre autocar, et ce, après avoir passé une dizaine de minutes seulement à cet endroit. Nous roulons à peine trois minutes avant de redescendre, cette fois-ci sur la place des Cathédrales. Il y a devant le complexe religieux un immense parc qui tient lieu de jardin.

Il est très joli ce parc. Tous les bancs publics, et ils sont nombreux, sont occupés par des badauds. Il y a de grands arbres devant la cathédrale, ça sent bon le tilleul ! Il fait une chaleur torride, aucun vent, sans même la plus petite brise.

Monument hommage au 850 ans de la ville de Vladimir, Russie.

Monument hommage au 850 ans de la ville de Vladimir, Russie.

Monument hommage au 850 ans de la ville de Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : À l’entrée du parc qui tient lieu de terrasse à la cathédrale de la Dormition, il y a ce monument érigé en 1958 pour commémorer les 850 ans de la ville de Vladimir. Il s’agit d’une pyramide tronquée haute de 22 mètres avec trois faces concaves où prennent place trois statues en bronze de trois mètres de hauteur chacune. Elles représentent un guerrier regardant vers la Porte d'Or, un architecte, dont le regard est plutôt dirigé vers la cathédrale de la Dormition et finalement, un ouvrier qui lui, fixe la ville industrielle.

Monument représentant le prince Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Avant de traverser le parc pour se rendre à la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, une jeune Russe posait pour une copine devant le monument érigé en l’honneur de l’artiste Andreï Roublev, je lui ai demandé, plus par signes qu’en parlant russe, si je pouvais la photographier et elle a accepté.

La cathédrale a été restaurée il y a quelques mois. Ses murs sont d’un blanc éclatant sur lesquels les rayons du soleil rebondissent ! Elle est surmontée de cinq belles coupoles dorées.

Cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : La rutilante cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge.

Cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : La cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge vue d’angles différents.

Nous arrivons sur une place surélevée, une esplanade toute moderne, d’où nous avons une vue superbe sur la ville tout en bas. Nous y voyons au loin la rivière Kliazma, la gare d’où nous partirons ce soir à destination de Nijni Novgorod et ce qui semble être une centrale nucléaire.

Vu de la rivière Kliazma de l’esplanade de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Vu de la rivière Kliazma de l’esplanade de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge.

Vu de Vladimir de l’esplanade de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Il semble y avoir une petite centrale nucléaire à Vladimir, du moins c’est ce que nous en concluons en regardant notre photo.

Sur l’esplanade de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, il y a un immense monument, très récent, représentant Vladimir 1er, dit « le Grand » ou « Soleil Rouge ». Il a été grand-prince de Kiev de 980 à 1015.

Il semble y avoir confusion quant à l’identité du fondateur de la ville de Vladimir. Le guide Voir de Moscou, tout comme notre guide Galine, attribuent à Valdimir Monomaque la fondation de la ville en 1108. La brochure sur Souzdal, Vladimir et Bogolioubovo, que nous avons acheté sur place, et quelques sites Internet attribuent plutôt la fondation de Vladimir à Vladimir 1er à la fin du Xe siècle.

Statue de Vladimir 1er dit Soleil rouge sur l’esplanade de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photo ci-dessus : Statue de Vladimir 1er et de l’évêque Fiodor.

Cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : De magnifiques statues ornent un des murs extérieurs de la cathédrale de la Dormition-de-la-Vierge.

Nous entrons dans la cathédrale, et ce, en passant par l’église Saint-Georges. Ici, on célèbre une messe tous les jours.

Malheureusement, les photos sont interdites.

Il y a plusieurs tombeaux de chefs ecclésiastiques, dont celui du prince Vladimir et celui d’Alexandre Nevsky, qui fut grand-prince de Vladimir de 1252 à 1263. Ses reliques sont aujourd’hui à Saint-Pétersbourg. Il y a également le corps du fondateur de Nijni Novgorod, notre prochaine destination.

Il y a beaucoup de richesses, de belles peintures murales, des fresques d’Andreï Roublev, dont une qui s’étale sur 300 mètres carrés et qui est consacrée au jugement dernier.

Il y a une petite nef avec des fresques différentes de celles que nous avons pu voir dans l’église plus tôt, et ce, parce qu’elles ne sont pas du même artiste, elles sont d’un élève de Roublev.

L’église abrite également l’icône de la Vierge de Vladimir.

Nous sortons de la cathédrale à 15 h 40.

Dans la cathédrale, comme dans la majorité des villes de Russie à l’exception de Moscou et de Saint-Pétersbourg, on ne vend pas de cartes postales. Dommage pour notre collection.

Nous passons devant la cathédrale de Saint-Dimitri, l’église du palais princier. La façade est composée de 1 500 reliefs en pierre blanche. Galine nous précise qu’il y a beaucoup d’objets provenant de Thessalonique en Grèce dans cette cathédrale.

Cathédrale Saint-Dimitri, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : La cathédrale Saint-Dimitri, construite en 1197, est singulière par les magnifiques sculptures qui ornent ses façades.

Dans le parc, il y avait plusieurs autres couples de jeunes mariés.

Place des cathédrales, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Une jeune mariée heureuse me salue lorsque j’appuie sur le déclencheur.

Place des cathédrales, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : S’il y a de jeunes mariés, évidemment, il y a aussi les véhicules de leur cortège nuptial.

Nous avons un peu de temps libre dans le parc. Nos guides semblent hésiter quant à la suite à donner à notre journée. Puis, soudain le chat sort du sac ! Nous remontons dans le car, il est 16 heures, et on nous apprend que nous retournons à notre hôtel de Souzdal pour le souper, et ce, en raison de l’impossibilité de trouver un restaurant pour nous accueillir, ici à Vladimir.

Notre guide accompagnatrice, Roxanne, nous explique qu’une autre solution aurait été de nous fournir des « boîtes à lunch » dans le train, mais comme nous en aurons demain lors du trajet qui nous mènera de Nijni Novgorod à Kazan, il lui a semblé plus sage d’opter pour un retour à Souzdal. Le seul hic, du moins à notre avis, est que les trois repas pris à cet endroit depuis deux jours ont été plus qu’ordinaires.

Nous arrivons à Souzdal alors que l’horloge de la ville est à quelques tic tac d’indiquer 17 heures! C’est à cet endroit que nous quittons notre guide locale, Galine. Roxanne la remercie chaleureusement : « Elle est une jeune guide fort prometteuse », mentionne-t-elle. « Nous étions son quatrième groupe en carrière. »

Nous avons une heure à attendre, notre réservation pour la salle à manger n’étant prévue que pour 18 heures. Et nous devrons nous restaurer rapidement, car nous devons quitter pour reprendre la route en direction de la gare de Vladimir à 18 h 45 !

Pour meubler l’attente, Tatiana et Roxanne nous invitent à visiter une des petites isbas du site. De fort jolies petites maisons. Dommage qu’il n’y en avait plus de libre pour nous.

Passons sous silence le repas… aussi ordinaire que les trois précédents.

Nous arrivons à la gare de Vladimir à 19 h 30. Nous n’avons pas l’aide prévue des gens de la sécurité pour transporter nos valises jusqu’au quai d’embarquement. Tatiana nous explique que leur expérience de la semaine dernière avec l’autre groupe de Voyages Lambert, celui de Youri, les a excédés. Les valises, lui a-t-on dit, étaient beaucoup trop lourdes. Si nous nous fions à nos propres valises…, ils ont tout à fait raison de ne pas reprendre ce petit contrat !

Toutefois, Tatiana fait encore une fois preuve de débrouillardise. Elle trouve quelques jeunes qui acceptent le travail pour quelques roubles.

Avec nos bagages, ils doivent monter un grand escalier, traverser les voies ferrées… et redescendre l’escalier de l’autre côté. Ouf !

C’est sur le quai, dans la cohue de l’embarquement, que nous disons adieu à Tatiana. Il y a plus d’une semaine qu’elle nous accompagne et on s’y est beaucoup attaché. L’émotion est grande, surtout que nous sommes bousculés par les événements. Il me semble que nous ne l’avons pas suffisamment remercié !

Puis, nous montons dans le train… et c’est le choc !

Nous marchons vers nos places sises à l'autre extrémité du wagon. Le couloir est très étroit. Il y a déjà beaucoup de monde. Certains ont pris leur aise depuis déjà quelque temps et ont pris place dans les couchettes de leur compartiment et dans certains cas, ils sont très légèrement vêtus compte tenu de la grande chaleur qui règne dans le train. Les compartiments n’ont ni porte ni rideau !

Couloir du train nous menant de Vladimir à Nijni Novgorod, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Couloir du train nous menant de Vladimir à Nijni Novgorod.

Il fait vraiment très chaud et les odeurs sont désagréables. Les valises sont restées au début du wagon, même si nous sommes à l’autre extrémité. Nous trouvons nos places, les sièges 30 et 31 du wagon 6, et nous nous assoyons. Nous sommes quatre par mini-section.

Roxanne nous offre une bouteille d’eau pour nous désaltérer. Ce n’est pas de refus !

Couchettes du train nous menant de Vladimir à Nijni Novgorod, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Et voici les couchettes …

Un couple avec un jeune enfant est à prendre leur repas du soir à leur place. Il mange du poisson séché… sur du papier journal. Des gens commencent à s’installer pour la nuit sur les couchettes des deux étages de chaque côté du couloir, prenant ça et là des draps et des oreillers.

Nous sommes soudain heureux de nous rappeler que Voyages Lambert a été dans l’obligation de modifier l’horaire de notre déplacement entre Nijni Novgorod et Kazan, qui devait initialement avoir lieu demain… et de nuit !

Couloir du train nous menant de Vladimir à Nijni Novgorod, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Malgré la situation, les membres de notre groupe affichent leur plus beau sourire…

Nous arrivons à l’heure prévue à Nijni Novgorod, c’est-à-dire 23 heures. Le mercure indique encore 26 degrés Celsius.

Nos bagages à Nijni-Novgorod, Vladimir, Russie.

Photos ci-dessus : Et voilà, nous sommes à Nijni Novgorod…

La descente se passe bien. Il y a des bagagistes ! En sortant de la gare, la première chose que nous apercevons est un McDonald ! On repassera pour le dépaysement.

Nijni Novgorod semble être une grande ville. Nous voyons plusieurs commerces.

Notre guide locale, Najda, nous accueille et nous conduit à notre hôtel : l’Hôtel Alexandrovsky Garden.

Il est minuit, la nuit sera courte.

Méli-mélo
Nijni Novgorod a été fondée en 1212… par le petit-fils du fondateur de Moscou, Youri Dolgorouki.

C’est une très grande ville de 1,3 million d’habitants.

Nijni Novgorod a été le site de l’exposition l’exposition russe de l'industrie et du commerce en 1896.

C’est une ville industrielle et un haut lieu de l’artisanat russe.

Sous Staline, la ville a été fermée aux touristes à compter de 1932. On y faisait des recherches pour construire les premiers sous-marins russes et sur l’énergie nucléaire. La ville a été rouverte aux étrangers en 1992 seulement.

Durant la période de fermeture de la ville, Nijni Novgorod n’existait plus. On parlait maintenant de la ville de Gorki.

À suivre
Visite de l’ancienne Gorki… Nijni Novgorod, incluant une petite balade sur la Volga.

L'église de-la-Nativité, Nijni Novgorod, Russie.

Photo ci-dessus : La magnifique église multicolore de style baroque Stroganov de-la-Nativité… eh oui, comme le bœuf!

Bibliographie
Encyclopédie en ligne Wikipédia, Moscou et une foule d’autres pages.

Cap sur la Russie : Moscou – l’Anneau d’Or – Saint-Pétersbourg, Martin Gostelow, JPM Publications, 2000, 79 pages;

Contes populaires russes, Éditions P2, Saint-Pétersbourg, 2000, 97 pages;

Guide Voir, Moscou, Éditions Libre Expression, 2007, 264 pages;

Le patrimoine mondial de l’UNESCO, Éditions UNESCO, 2009, 832 pages;

Le russe avant de partir, Éditions Harrap’s, 2008, 112 pages et trois cédéroms;

Moscou, Édition d’art Amarante, Moscou, 2009, 136 pages;

Russie, Catherine Zerdoun, Éditions du Chêne, 2008, 272 pages;

Russie, Belarus-Ukraine, Bibliothèque du voyageur Gallimard, 2007, 390 pages;

Souzdal – Vladimir - Boglioubovo, Éditions d’Art « Ivan Feodorov », Saint-Pétersborug, 2004, 33 pages.

Commentaires (7) Trackbacks (0)
  1. j’ai términé mes études à l’institut polytechnique de vladimir
    je cherche l’adresse email de cet institut merci

  2. It’s everything here exactly what I was looking for 🙂 I’m so happy that I step in right here.

  3. J’ai terminé mes études au vpi en 1989, je travaille dans l’aéronautique maintenant à Madagascar

    oh des souvenirs qui restent en voyant ces bijoux

  4. J’ai terminé au VPI en 1993, je travaille dans l’administration financière et des ressources humaine du Gabon, mon pays.

    Je n’oublierai jamais cette partie de vie passée à Vladimir.

  5. j’ai besoin de l’adresse de l’Institut Polytechnique de Vladimir.

  6. JE CHERCHE UN PLAN DE LA VILLE DE VLADIMIR AVEC LES BATIMENTS ADMINISTRATIFS ( mairie hôpitaux prefecture …) AVEZ VOUS ENCORE CELA DANS VOS DOCS? OU POUVEZ VOUS ME DIRIGER POUR L OBTENIR SVP MERCI D AVANCE .
    BRAVO POUR VOTRE SITE . .

  7. peut on faire seul avec visa naturellement le trajet par train de moscou a vladimir dangereux ??? precautions necessaires ??? merci bcp

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant