26
Mai/10
4

Hommage au parc Belmont! Que de beaux souvenirs!

Dans la série des secrets bien gardés

Texte et photos de Jacques Lanciault

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal. Montréal, le 26 mai 2010 – Le parc Belmont! Le grand centre des réjouissances de ma petite enfance, moi qui aujourd’hui compte plus de 55 printemps à mon actif… Que de souvenirs!

L’an dernier, lorsque j’ai lu dans les journaux que la Ville de Montréal avait inauguré une « une œuvre d’art public proposant une vision nostalgique du parc d’attractions disparu », je me suis bien promis de m’y rendre un jour pour l’admirer et la «croquer sur le vif»!

La sculpture en question, signée par l’artiste en arts visuels Guillaume Lachapelle, est intitulée : L’attente! Et bien, c’est le week-end dernier que mon « attente » a pris fin et que j’ai décidé de me rendre sur place pour voir si la nostalgie prennait emprise sur moi.

Notre photo : « L’élément principal de “L’attente” représente un petit pavillon d’autos tamponneuses, juste assez grand pour en contenir une, et coiffé par une montagne russe où des structures d’immeubles ont remplacé les navettes.

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal.

Photo ci-dessus : La voici l’auto tamponneuse!

Mais, il faut être passablement débrouillard pour trouver son emplacement. Le site Internet de la Ville de Montréal décrit en long et en large l’œuvre et l’historique du parc en omettant toutefois de préciser où elle a été installée en permanence!

Mais, finalement grâce à Google, j’ai trouvé. Elle resplendit au cœur du… parc Belmont! Normal me direz vous! Mais, qui sait que le parc d’amusement est en partie devenu un grand espace vert situé tout près de l’endroit où jadis les cris de joie des enfants se faisaient entendre à longueur d’été? Le « nouveau » parc Belmont est tout près de la Rivière des Prairies, à un jet de pierre à l’est du pont Lachapelle.

Sur le site Internet de la Ville de Montréal, on décrit l’œuvre comme suit : « La sculpture composée d’aluminium, de béton, de métal et de bronze emprunte au vocabulaire visuel des manèges afin de souligner le passé festif et le patrimoine immatériel du parc Belmont qui a accueilli plus de 25 millions de visiteurs de 1923 à 1983. »

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal.

Photo ci-dessus : Le parc Belmont… aujourd’hui!

C’est une structure intéressante et qui représente fort bien le lieu qu’elle souhaite honorer. C’est même dommage qu’elle soit si peu publicisée, car je suis convaincu que bien des gens, comme moi qui ont d’impérissables souvenirs de ce parc d'attraction, pourraient l’apprécier.

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal.

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal.

Photo ci-dessus : La sculpture est coiffée d’une représentation des montagnes russes!

L’attente! Une œuvre de Guillaume Lachapelle, Montréal.

Photo ci-dessus : Il y a un panneau explicatif fort intéressant.

Tout jeunes, nous allions au parc Belmont au moins une fois par année, soit lors de « La journée des fonctionnaires municipaux au parc Belmont ».

Normal, car cette journée de fête était parrainée par « L’Association des fonctionnaires municipaux de Montréal »… dont mon père était le président. Sous sa présidence la fête a eu lieu de 1952 à 1959.

Cette association regroupait tous les employés de la Ville, indépendamment de leur accréditation syndicale. Donc, étaient membres : les policiers, les pompiers, les cols blancs, les cols bleus, etc.

Une cotisation de ,25 cents par paie était prélevée. La moitié des cotisations récoltées était destinée à un tirage au sort parmi les membres. L’autre moitié servait à présenter diverses activités au cours de l’année comme « La journée des fonctionnaires municipaux au parc Belmont ».

Le parc Belmont, Montréal.

Photo ci-dessus : M'y voici, en 1959, avec ma petite sœur Louise, à cinq ans et demi, le même âge que mon petit-fils Félix aujourd'hui!

Parmi les autres activités, ne mentionnons que le « dépouillement d’arbre de Nöel » pour les enfants des employés et une « grande parade de mode » pour « l’élément féminin » oeuvrant au sein des employés municipaux de la Ville de Montréal. Cette soirée prenait place annuellement au Théâtre Saint-Denis et était présentée avec la collaboration du grand magasin « Dupuis et frères ».

Mais, l’association a dû se saborder un jour suite à l’intervention d’un certain « Pacifique Plante », qui avait bien rapidement constaté l’illégalité de la loterie tenue par l’association!

Remplis sous: Canada - Montréal, Nouvelles, Voyages Mots clés:
Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Moi j’ai eu la chance, étant jeune, après que mes parents eurent déménagé des Laurentides à Montréal de le visiter et de m’amuser au parc Belmont pendant un jour de 1982. Jour d’enfer pour mes parents, car je me souviens très bien qu’après avoir quitté tôt mon domicile le matin avec mon premier vélo, je n’étais revenu que très tard le soir. Que de bons souvenirs! Je me souviens particulierement d’une bonne femme enfermer dans une vitrine qui riait tout le temps, d’un tapis vert mécanique, etc. Mais, enfin je vais aller voir moi aussi cette sculpture dès jeudi matin pour y rencontrer la nostalgie, presque 30 ans plus tard … merci pour le site.

  2. Je n’oublirai jamais, en tant qu’enfant et jeune ado, l’ambiance du parc Belmont. Ayant deux frères ainés qui y travaillaient grâce à des « job d’été », (1969-1973), par le biais de notre oncle qui en était gérant, je regardé avec passion l’un d’eux faire actionner la  » Souris folle », le « Concombre » lors de soirées illuminées du parc et l’autre, le jour, sous un soleil de plomb, deux jolies filles à ses côtés, démarrer le fameux bateau de promenade sur la rivière derrière le parc… et que dire de l’odeur des « hot dogs » à l’entrée, des pommes rouges sucrées, ect., etc., etc., et ect.

  3. Je me souviens de 1965-1967 quand je suis aller pour la premère fois, j’ai trouver cela super gros. La grande roue, le cynique et les autres appareils me facinait beaucoup. Cela ma vraiement attrister quand j’ai appris que le parc Belmont fermait car il était devenue trop dangereux et trop vieux. La ville de Montréal aurais du garder quelques petit manège comme lieu historique. Les restos préparait des mets succulents. C’était le fun de se défouler au Parc Belmont.

  4. Ah que si! Que de beaux souvenirs. À 14 ans, je partais de Verdun à vélo pour y aller et revenir vis la périlleuse rue Décarie. Manège préféré: montagne russe et mighty mouse les montagnes russes individuelles. Aussi les autos tamponneuses et la barbapapa.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant