28
Déc/09
4

L’île d’Ortygie : un retour à la Grèce antique!

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Voici le onzième d'une série de reportages sur deux magnifiques périples en Italie effectués en 2008 et 2009.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Syracuse, Italie, lundi 13 octobre 2008 — Ce matin, nous découvrons l’île où nous séjournons, l’île d’Ortygie, Ortigia en italien. Nous verrons les ruines d’un ancien temple consacré à Apollon, deux fontaines, celle d’Aretusa et la Fontana di Diana, la piazza Archimede, la via Maestranza et ses vieux palais, le duomo dédié à la sainte patronne de Syracuse, Sainte-Lucie, les églises Saint-François, Saint Tomasso et Saint-Pierre, la via Vittorio Veneto avec ses édifices aux balcons sculptés et finalement le quartier juif et ses bains de purification. Une matinée surprenante où encore une fois de merveilleuses images se succéderont à un rythme effréné!

Notre photo : La fontaine de la déesse Diane, « la Fontana di Diana » sur la place Archimède, avec en arrière-plan, le palais de l’horloge, le pallazo dell’Orologio… sur l’île d’Ortygie!

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

C’est sous le soleil (eh oui, encore) et par une journée qui s’annonce particulièrement torride que nous rejoignons notre guide locale, Carmen, et ce, dès 9 heures dans le lobby de notre hôtel, le Grand Hotel Ortigia à Syracuse.

Plusieurs d’entre nous affichent une certaine fatigue en cette heure matinale. Normal, hier soir, nous avions un repas de spécialités régionales dans un restaurant de l’île, « Ristorante Le Baronnie », un repas qui s’est terminé vers 23 heures.

Mais quel repas! Nous avons profité de cinq services, dont quatre où poisson et fruits de mer étaient à l’honneur. Pour ceux qui ne sont pas entichés du goût des produits de la mer ou encore qui y sont allergiques, le tout a été remplacé par des pâtes pomodoro (aux tomates), une assiette d’antipasti et un steak de bœuf accompagné d’une salade verte. Excellent repas!

Nous quittons l’hôtel dès 9 heures, à pied, car pour notre visite de l’île nous ne prenons pas l’autocar. Nous longeons le Porto Grande (le grand port), ce qui nous amène à un bassin dont l’eau provient d’une source qui y jaillit, dit-on, depuis l’antiquité. C’est la Fonte Aretusa. Selon la légende, la déesse grecque Artémis aurait transformé ici même la nymphe Aretusa en source afin de la sauver des ardeurs d’Alphée. Mais ce dernier, passionné pour la belle, se changea en fleuve pour se fondre avec elle! Que c’est beau l’amour!

Fonte Aretusa, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Le bassin de la fontaine Aretusa.

Puis au détour de quelques rues étriquées, nous arrivons face à un champ de ruines! Ce sont les restes d’un temple élevé à la gloire d’Apollon au VIe siècle av. J.-C. Il ne reste que deux des 17 colonnes monolithiques qui s’élevaient ici dans l’antiquité.

À l’époque des grandes ferveurs à l’égard du dieu grec du chant, de la musique et de la poésie, le toit du temple était recouvert de céramique de terre cuite.

Ces ruines n’ont été découvertes qu’en 1860… à l’intérieur de ce qui était alors une caserne espagnole!

Nous constatons une nette démarcation entre le niveau du temple et celui des bâtiments actuels de la ville. Le temple est situé beaucoup plus bas que les édifices modernes. Le niveau de l’île a été rehaussé suite aux nombreux tremblements de terre qui ont déferlé sur cette région de la Sicile parce que les nouveaux bâtiments ont été reconstruits sur les ruines des anciens.

Temple d’Apollon, Ortygie, Syracuse, Italie.

Temple d’Apollon, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Les ruines du temple d’Apollon.

Quelques pas plus loin, nous atteignons la place Archimède, la piazza Archimede. Et c’est bien une place nommée en l’honneur du grand personnage de l’Antiquité grecque, Archimède. Celui-ci est né ici sur l’île d’Ortygie et a été tué à Syracuse, lors de la conquête de la ville par les Romains en 212 av. J.-C.

Au centre de la place trône une immense fontaine, c’est la Fontana di Diana, la fontaine de Diane, la déesse romaine de la chasse, l’équivalent dans la mythologie grecque de la déesse Artémis.

Cette fontaine décorée de nymphe et de monstre marin a été érigée en 1906. Tout en face, il y a la préfecture, qui prend place dans un ancien palais particulier. Un autre palais, le Palazzo Bucceri-Lanza se dresse lui aussi sur la place. Ce dernier a été reconstruit suite à des tremblements de terre survenus aux XIIIe, au XIVe et au XVe siècles.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : La Fontana di Diana prend place tout au centre de la Piazza Archimede.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Une affichette précisant la date de la construction… et de la réfection de la superbe fontaine.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : La déesse de la chasse Diane, chez les Romains, ou Artémis, chez les Grecs, avec ses flèches et son carquois.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Une nymphe et un petit enfant… à dos de poisson!

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : De belles sculptures sont parties intégrantes de la Fontana di Diana.

Fontana di Diana, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Dont cette belle sculpture de cheval…

Le palazzo Montalto, un palais édifié en 1397, vient tout juste d’être restauré et horreur, il y a déjà tout plein de graffitis sur les murs!

Cependant, sur la façade du palais il y a trois belles fenêtres en hauteur. Chacune d’elles se caractérise par la présence d’un symbole puissant. Une croix de David pour une, une croix chrétienne pour l’autre et un symbole d’athéisme pour la troisième. Le propriétaire de l’époque souhaitait montrer qu’il était ouvert à toutes les cultures.

Palazzo Montalto, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Deux des trois fenêtres du Palazzo Montalto.

Via Montalto, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Sur d’autres édifices, les petits balcons sont décorés de fleurs.

Via Montalto, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Des plantes grimpantes sous les toiles des restaurateurs.

Via Montalto, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Une belle inscription dans la pierre.

L’église du collège des Jésuites, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : L’église du collège des Jésuites datant du XVIIe siècle avec sa façade de style baroque qui a été restauré au XVIIIe.

Nous débouchons sur une place centrale avec ses terrasses au soleil, c’est la piazza del duomo. Nous sommes sur l’acropole de l’île d’Ortygie, un sommet qui était consacré à Artémis, déesse grecque de la chasse.

D’un côté, il y a l’Hôtel de ville, la mairie. C’était encore là un ancien palais particulier, le Palazzo del Senato.

Palazzo del Senato, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : L’Hôtel de ville d’Ortygie.

De l’autre côté, il y a le duomo, dédié à Sainte-Lucie, construit entre 1728 et 1753 par l’architecte Andrea Palma sur les restes d’un ancien temple dédié à Minerve. Le temple grec avait été construit en 480 av. J.-C. Nous pouvons même identifier certaines phases de sa transformation, comme d’immenses colonnes provenant du temple grec.

Cinq temples ont été bâtis sur cette acropole. Celui de Minerve a été cité dans les écrits de Cicéron, auteur et homme d’État romain. Ce sont les Byzantins qui l’ont converti en église. À l’évidence, il y a eu une phase espagnole, autour du XVe siècle, car les planchers sont de marbre… catalan.

Le Duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : L’imposant duomo d’Ortygie.

À l’intérieur de la cathédrale, il y a dans une chapelle dédiée à Sainte Lucie, une statue ne pesant rien de moins que 1 250 kilos! Il faut, nous dit-on, 48 personnes pour la transporter.

Statue de Sainte-Lucie, Duomo d’Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Une photo de la fameuse statue de Sainte-Lucie.

Le Duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : La chapelle dédiée à Sainte-Lucie.

Sainte Lucie naquit à Ortygie et elle y fut assassinée. Elle est la patronne de Syracuse. Son anniversaire est célébré le 13 décembre et pour l’occasion, sa statue en argent est promenée dans la ville. Même si l’on retrouve son tombeau dans l’église, son corps est pourtant à Venise. Dans la cathédrale, il n’y a qu’une relique.

Le Duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : On retrouve quelques superbes tombeaux dans le duomo d’Ortygie.

Le Duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Et de belles sculptures.

Le Duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Des peintures ornent la coupole du duomo.

Céline choisissant des cartes postales face au duomo, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Une de nos petites fantaisies en voyage, l’achat de cartes postales dans chacune des villes que nous visitons.

Via del Crocefisso, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Nous croisons « la rue du Crucifix »!

Nous poursuivons notre promenade et arrivons dans le quartier juif, la Giudecca! Avant qu’ils ne soient chassés de la Sicile, les Juifs contribuaient à de multiples services dans la communauté : tailleur, marchand, etc.

La plupart des Juifs ont quitté la Sicile en 1492, quand les rois catholiques, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille, qui en Espagne venaient de reconquérir Grenade, ont émis un décret d’expulsion qui s’appliquait à tous les Juifs d’Espagne et de ses territoires, dont entre autres la Sicile. Les Juifs pouvaient éviter l’exil en se convertissant au catholicisme, ce que peu d’entre eux ont choisi de faire.

Nous sommes devant l’église de Saint-Philippe, San Filippo Apostolo. Si elle ressemble à une synagogue, ce n’est pas un hasard, car elle a été édifiée justement sur une ancienne synagogue.

Dans la crypte, il y a un bain de purification alimenté par une source dans les sous-sols.

Nous prenons une petite ruelle très étroite : la ruga delli Bagnis. Il y a des anciennes maisons délabrées et abandonnées. L’université de la ville vient d’acquérir tout le quadrilatère pour en faire des résidences pour les étudiants.

Nous entrons dans un petit hôtel, le Alla Giudecca residence hotel. Les pièces de séjour et la salle commune sont magnifiques. Par le sous-sol, on accède à des bains purificateurs (mikvés) découverts récemment, c’est-à-dire à la fin du XXe siècle, lors des rénovations de cet ancien palais pour le convertir en hôtel.

Bains de purification sous l’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Bains de purification sous l’hôtel Alla Giudecca!

Ces bains étaient surtout destinés aux femmes pour qu’elles puissent se purifier après leurs menstruations ou aux hommes ayant été en contact avec des femmes de mauvaise vie!

Nous descendons, en deux groupes distincts, pour voir les bains taillés directement dans la pierre. Il était nécessaire que les personnes s’y baignant soient entièrement recouvertes d’eau, même la tête, pour être purifiées.

Quelques bains sont en retrait par souci d’intimité, mais avouons-le, il ne fallait pas souffrir de claustrophobie!

Cette visite est toute nouvelle pour les touristes, nous sommes dans les premiers à en profiter. Pour nous elle remplace celle du musée archéologique… qui était fermé pour rénovation.

L’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie.

L’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : L’intérieur de l’hôtel Alla Giudecca est superbe.

L’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie.

L’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie

L’hôtel Alla Giudecca residence, Ortygie, Syracuse, Italie

Photo ci-dessus : Avec de magnifiques fleurs à l’extérieur.

Kiosque de journaux, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Un petit kiosque de journaux!

Nous poursuivons notre balade dans les petites rues étroites, ce qui nous amènera à l’heure du dîner.

Nous nous installons alors sur une terrasse face à la mer, la Luna rossa. Une rafraîchissante bière, un quart de litre de vin blanc bien froid, une salade mixte et une bouteille d’eau seront alors très appréciés!

Porto Grande, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Un petit dîner au soleil sur le bord de la baie!

La fontaine de Diana, le soir, Ortygie, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : La fontaine de Diana, le soir.

Méli-mélo
L’île d’Ortygie sépare les deux ports de Syracuse, d’un côté le petit port (Porto Piccolo) et de l’autre le grand port (Porto Grande).

Au moyen-âge, Ortygie comptait cinq portes pour accéder à la ville, aujourd’hui, il n’en reste qu’une seule et elle est située face au port, Porto Grande.

À suivre
En après-midi, nous reprenons le car pour une dizaine de kilomètres à destination du château d’Eurialo où il y a un impressionnant système de souterrains datant de 402 av. J.-C. et qui servait à protéger Syracuse des Carthaginois. Puis, nous visiterons la petite ville de Noto, tout d’architecture baroque!

Castello Eurialo, Syracuse, Italie.

Photo ci-dessus : Les souterrains du Castello Eurialo!

Commentaires (4) Trackbacks (0)
  1. Arrivée vraiment par hasard sur votre blog, je découvre un univers finalement très personnel et très touchant, qui m’émeut. Je vous remercie pour ces images et cette belle simplicité avec laquelle vous rendez compte de votre voyage. Merci

  2. Bonjour,

    Merci pour le partage de ce beau voyage. Votre article est bien documenté et vos images nous font voyager. En quittant la page, j’ai le sentiment d’en savoir bien plus sur ce bel endroit qu’en y arrivant. Salutations.

  3. merci de ces beaux paysages et si bien conte

  4. 31 octobre 2016

    rentrant d’une semaine en Sicile, je suis tombé par hasard sur votre blog. Je recherchais des compléments d’information sur Syracuse pour mon propre carnet de voyage.

    Merci pour votre texte et vos images qui sont tous à fait ce que nous venons de vivre avec mon épouse.

    J’espère que vous ferez très longtemps des voyages, comme nous même essayons d’en faire.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant