8
Fév/09
2

Le marché aux poissons de Setúbal et le magnifique Oceanário de Lisbonne

Texte et photos de Céline et Jacques Lanciault

Ce texte constitue le 23e d'une série de reportages sur un magistral voyage au Portugal effectué au mois de septembre 2007.

Les animaux du Grand Nord sont en vedette à l’Oceanário de Lisbonne, Portugal.

Lisbonne, Portugal, jeudi 6 septembre 2007 — Nous quittons le cœur de la région de l’Alentejo pour nous rendre dans la capitale du pays : Lisbonne. Après une petite promenade dans le marché de poissons de Setúbal et après la traversée du parc naturel d’Arrábida, nous voici tout au bord du Tage que nous allons traverser en utilisant le pont Vasco-de-Gamma, merveille d’ingénierie qui fait pas moins de 17,2 km de long! Puis, ce sera la visite de l’Oceanário de Lisbonne, au cœur de ce qui fut le parc des Nations de l’Exposition universelle de Lisbonne de 1998. Fantastique! Le plus grand musée marin d’Europe, souvent considéré comme l'un des plus beaux du monde et pour cause.

Notre photo : Les animaux du Grand Nord sont en vedette à l’Oceanário de Lisbonne, Portugal.

Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Grasse matinée ce matin à Évora! Le réveil ne nous ramène à la vie qu’à 7 heures. Nous sommes bien reposés et cela n’est pas étranger au fait que nous avons profité d’un confortable « lit double », ce qui n'est pas monnaie courante en Europe. Le petit déjeuner de style buffet est excellent encore ce matin. Et du vin mousseux accompagne notre jus d’orange! Il y a du lait de soja, du bon pain, des croissants, une succulente confiture, etc. Avouons qu’ils savent y faire dans les pousadas.

Et nous avons encore droit à un ciel portugais ce matin, un ciel d’une seule couleur : bleu évidemment. Il n’y a aucun nuage à l’horizon et déjà le soleil nous caresse de ses ardents rayons.

L’autocar démarre peu après 9 heures. Nous faisons route vers l’ouest en direction de la capitale du pays, Lisbonne, elle qui est sise à 116 km d’Évora.

Au sortir d’Évora, nous croisons un immense cimetière entouré d’un haut mur blanc. Vraiment immense pour une aussi petite ville.

Dès nos premiers kilomètres, nous traversons une zone consacrée à l’élevage des chevaux, des taureaux et des porcs noirs. Et sur notre gauche, effectivement, il y a une grande ferme d’élevage entourée de grands champs de chênes-lièges.

C’est une région où les rizicultures sont nombreuses! Surprenant.

De Évora en direction de Lisbonne, le paysage nous offre toutes les teintes de vert, Portugal.

Photo ci-dessus : De la superbe cité d’Évora en direction de Lisbonne, la route nous offre un paysage tout en contraste.

Jean-Marc attire notre attention sur un château au loin, celui de Palmela. La forteresse domine la plaine et est le point culminant d’un ancien village construit par les Maures. Une visite nous aurait permis d’apprécier les vestiges d’une ancienne mosquée.

Setúbal et son grand marché de poissons!
La route bifurque légèrement vers le sud en direction du premier arrêt de la journée, la ville de Setúbal. Une grande cité de 100 000 habitants. Une zone industrielle qui abrite le troisième port de pêche en importance du pays, après Lisbonne et Porto. On y rapporte surtout des sardines.

La ville compte sur un grand stade de football. On y fabrique une confiture d’orange tout à fait exquise, nous dit-on. Normal, il y a beaucoup d’orangers dans les environs.

Une usine de construction d’automobiles Volkswagen emploie de nombreux ouvriers de la région.

Mais, l’endroit à visiter est le marché du port avec ses nombreux étals de poissons.

Nous empruntons la Travessa Nova do Mercado pour nous rendre au Marché de poissons de Setúbal, Portugal.

Photo ci-dessus : Pour nous rendre au marché de poissons de Setúbal, nous avons emprunté la « Travessa Nova do Mercado ». Je sais que je me répète, mais l’utilisation des azulejos pour indiquer les noms de rue continue de me charmer.

Marché de poissons de Setúbal, Portugal.

Photo ci-dessus : Au marché de poissons de Setúbal, on prépare le poisson pour les clients.

Marché de poissons de Setúbal, Portugal.

Photo ci-dessus : De longs, mais très longs poissons.

Marché de poissons de Setúbal, Portugal.

Photo ci-dessus : Et tout plein de comptoirs au marché de poissons de Setúbal.

Sculpture moderne au cœur de la ville de Setúbal, Portugal.

Photo ci-dessus : Au cœur du centre-ville de Setúbal, une sculpture pour le moins moderne.

Nous profitons de notre petit arrêt à Setúbal pour nous permettre un savoureux « expresso » dans un petit café.

Le parc naturel d’Arrábida
Puis, de retour dans le car, nous reprenons notre route. Nous traverserons le parc naturel d’Arrábida, une zone de 10 000 hectares servant à protéger de superbes paysages sauvages. Nous longeons la mer et tout à coup, tout en bas, une plage!

De l’autre côté de la route, c’est la montagne et elle est couverte d’une végétation des plus dense. Ici, la terre est rougeâtre. C’est le maquis.

Puis, soudain, une cimenterie… gâche le paysage!

Nous poursuivons notre circuit et croisons les quartiers du 7e bataillon de l’armée portugaise et au terme d’une lente ascension, nous surplombons l’Atlantique.

Un peu plus loin, une forêt a été dévastée par un incendie, c’est un spectacle désolant. Il y a plusieurs pins roussis. Notre guide nous explique que durant les incendies de forêt, les pommes de pin explosent à la chaleur et retombe dans d’autres arbres y mettant le feu. Dans certains cas, l’explosion propulse la pomme de pin enflammée de l’autre côté de la route… et l’incendie se propage partout à la vitesse de l’éclair.

Petit arrêt photo. Tout en bas, il y a une superbe plage.

Superbe plage entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Superbe plage entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Superbe plage entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Superbe plage entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Superbe plage entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Céline sur une montagne située entre Setúbal et Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Il y avait une bonne brise, tout en haut de la montagne!

Lisbonne nous voici
Au loin nous apercevons Lisbonne et une épaisse fumée. Probablement un incendie dans la montagne.

La route est du côté du versant sud et nous nous dirigeons vers le versant nord. Nous voyons plusieurs pins parasols, puis nous nous retrouvons dans la partie basse du parc naturel.

Droit devant nous : c’est le golfe du Tage, la mer de paille, Mar da palha, comme la nomment les Lisboètes, en raison de sa couleur en fin de journée. Il y a deux ponts pour traverser le fleuve à Lisbonne, le pont Vasco-de-Gama et le pont du 25 avril. Initialement, ce dernier pont avait été baptisé pont Salazar en 1966, puis au terme de la révolution des œillets, il est devenu le pont du 25 avril.

Le deuxième pont, le pont Vasco-de-Gamma, a été construit pour soulager le trop haut niveau de circulation du pont du 25 avril. Il a été construit pour l’Exposition universelle de 1998. Il enjambe le Tage sur plus de 17 kilomètres. Il a longtemps été le pont le plus long du monde.

Le Tage prend sa source en Espagne. Il traverse le Portugal et se jette dans l'océan Atlantique. C'est le plus long fleuve de la péninsule ibérique, avec un peu plus de 1 000 kilomètres. Déjà, nous avons pu l’admirer en 2005, à Tolède, lors d'un superbe périple en Espagne.

Le grand Lisbonne, c’est 2,6 millions d’habitants, le pays tout entier en compte 10 millions! La ville de Lisbonne à elle seule revendique 560 000 citoyens.

Lisbonne, c’est un grand centre de commerce international, un gros port pétrolier et on y retrouve nombre de chantiers navals.

C’est également un port pour les touristes, 140 000 passagers de bateaux de croisière y font escale chaque année. En fait, Lisbonne est une fenêtre sur la mer. Déjà à l’époque des croisades, c’était une escale technique pour les bateaux.

Lisbonne c’est la préfecture de l’Estramadure.

Nous entrons dans la zone-dortoir de Lisbonne, avec ses centres commerciaux.

Puis, nous arrivons au pont Vasco de Gamma, il est vraiment beau. C’est un pont payant. Tout aux alentours, il y a des marais salants. Nous apercevons le premier pont au loin, le pont du 25 avril!

Ici le Tage ressemble à un véritable océan.

Le pont Vasco-de-Gamma qui enjambe le Tage à Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Vue d’une partie du pont Vasco-de-Gamma du téléphérique du site de l’Exposition universelle de 1998.

À notre arrivée à Lisbonne, à 12 h 30, le mercure indique 28 degrés Celsius.

Nous dînons sur la terrasse d’un restaurant italien du centre commercial Vasco-de-Gamma, le Di Casa Cozinha. Située au troisième étage, sa terrasse donne sur le site de l’Exposition universelle de Lisbonne de 1998, sur le bord du Tage.

Nous savourons deux pizzas des plus délicieuses : Céline aux bananes et ananas et Jacques au thon.

L’Oceanário de Lisbonne
Le car nous reprend au point de rendez-vous à 14 heures. Prochaine visite, l’Oceanário, où tous les climats sont représentés. Il s’agit du plus grand aquarium d’Europe, le deuxième plus grand au monde, après celui du Japon. Il y a 15 000 animaux marins différents et quelque 430 plantes qui baignent dans plus de 5 000 mètres cubes d’eau!

Il y a quatre aquariums qui représentent quatre écosystèmes, et ce, sur deux étages. On y retrouve l’écosystème des océans Atlantique, Indien, Pacifique et Antarctique. Nous en faisons le tour en un peu plus d’une heure. Nous aurions volontiers prolongé la visite. Nous avons vu de beaux, de laids et de très impressionnants poissons. Gabrielle est notre guide locale, mais lors de la visite de l’aquarium, elle s’est faite silencieuse.

L’affiche de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : L’affiche de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Le bâtiment qui abrite l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Le bâtiment qui abrite l’Oceanário.

Superbe mosaïque à l’entrée de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Superbes mosaïques à l’entrée de l’Oceanário.

Superbe mosaïque à l’entrée de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Les mosaïques vues de plus près.

Un immense poisson dans un des aquariums de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Un immense poisson dans un des aquariums de l’Oceanário.

La Zone arctique de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : La Zone arctique de l’Oceanário.

La Zone arctique de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Un manchot!

La Zone arctique de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Le repos du guerrier!

La Zone arctique de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Une loutre?

Une végétation étonnante à l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Une végétation étonnante à l’Oceanário.

Des étoiles de mer! Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Des étoiles de mer! Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Des poissons nagent dans un des aquariums de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Des poissons nagent dans un des aquariums de l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Un gigantesque poisson. Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Il est gigantesque.

Et d’autres poissons à l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Et d’autres poissons.

Un hippocampe à l’Oceanário de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Un hippocampe à l’Oceanário.

Au terme de cette superbe visite, nous prenons le téléphérique et nous survolons le Tage sur 1,5 kilomètre et à plus de 400 mètres de hauteur. Nous voyons tous les bâtiments qu’il reste du site de l’Exposition universelle de 1998. Et nous pouvons admirer le pont Vasco-de-Gamma en entier et de près. Mais, il c’est étouffant dans la cabine et il est très difficile de prendre des photos, car les vitres sont teintées… et sales.

Vue du téléphérique qui circule au-dessus du site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Vue du téléphérique et du pont Vasco-de-Gamma

Vue du téléphérique qui circule au-dessus du site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Le pont avec la ville tout en arrière

Tour du l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Une tour fort semblable à la tour du CN à Toronto!.

Puis, nous reviendrons à notre point de départ, en marchant, dans un jardin qui longe le Tage, un jardin qui fut probablement très beau jadis. Aujourd’hui, on ne peut que constater qu’il n’est plus entretenu depuis plusieurs années. Dommage, car c’est plutôt désolant.

Un très jeune arbre tout en fleur! Site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Un très jeune arbre tout en fleur! Site de l’Exposition universelle de 1998.

Des pavillons qu’il reste de l’Exposition, nous ne verrons que l’extérieur.

Des bâtiments à l’architecture curieuse sur le site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : Des bâtiments à l’architecture curieuse sur le site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

La soucoupe volante! Sur le site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne au Portugal.

Photo ci-dessus : La "soucoupe volante", sur le site de l’Exposition universelle de 1998 de Lisbonne, une salle de spectacle de 20 000 places!

Nous apercevons une gare de train. Jean-Marc nous fait remarquer qu’il faut 24 heures pour se rendre à Paris!

Nous remontons dans l’autocar à 17 heures.

Nous avons été impressionnés par l’Oceanário et par le centre commercial, mais déçus de ce qu’il reste de l’Exposition de 1998.

Sur la route qui nous mène à notre hôtel, nous croisons des quartiers presque abandonnés et des maisons en ruine qui seront éventuellement reconstruites. Nous longeons le port et apercevons la place du commerce, comme une immense plaza-mayor.

Le centre-ville de Lisbonne a été complètement détruit par un tremblement de terre en 1755. Il a été reconstruit par la suite.

Le centre de la rue principale est aménagé en terrasse, comme un paseo. Nous repensons à Séville!

Notre petite balade jusqu’à l’hôtel nous a permis de constater que notre guide n’a que peu d’expérience et qu’elle ne maîtrise pas notre langue. Que faire? Se plaindre ou subir!

Nous arrivons à notre hôtel, Le Marquis de Pombal, à 17 h 30. On nous mentionne qu’il est coté quatre étoiles. Pourtant, notre chambre est très belle et confortable. Chanceux, car nous y resterons trois nuits.

Et cet hôtel nous offre un excellent souper de style buffet : bonne soupe aux légumes, plusieurs salades, du saumon fumé, de la pieuvre, de l’agneau, du riz et des légumes, de grands plateaux de fromages, de la mousse au chocolat, de la tarte à la meringue, du vin… et du porto! Le service est excellent. L’un des serveurs parle bien anglais. Il a vécu sept ans à Vancouver.

Puis, notre guide accompagnateur, Jean-Marc, nous annonce que nous aurons une autre guide à compter de demain, il a bien évidemment constaté les lacunes de Gabrielle et a contacté l’agence Lambert! Quelle efficacité! Tous les voyageurs du groupe sont bien contents et surtout… soulagés.

Nous remontons à la chambre et constatons que notre lit est défait et que nos hôtes sont venus placer de petits chocolats sur nos oreillers. C’est la jouissance totale!

Mais aujourd’hui, c’est l’anniversaire de naissance de notre belle fille… qui porte notre deuxième petit enfant! Pas question de se mettre au lit sans lui avoir offert nos meilleurs vœux. Nous partons à la recherche d’un téléphone public et communiquons avec elle : bon anniversaire Isabel!

Ayant subi une échographie justement aujourd'hui, elle nous annonce alors que nous serons bientôt les heureux grands parents d’une petite fille! Date prévue de son arrivée : Le 24 janvier. Céline est évidemment folle de joie. Elle deviendra sous peu une mamie super comblée.

Fontaine tout près de notre hôtel, Le Marquis de Pombal, Lisbonne, Portugal.

Photo ci-dessus : Magnifique fontaine tout près de notre hôtel, « Le Marquis de Pombal ».

Demain, nous visiterons la vieille ville et nous aurons droit en soirée à un spectacle de fado.

Méli-mélo
En 1988, il y a eu un grand feu dans la partie nord-ouest de Lisbonne, un quartier entier a brûlé en moins de douze heures. Il a été reconstruit par la suite.

Notre hôtel est dans la partie basse de la ville, c’est le quartier des boutiques.

À suivre…En route pour Lisbonne.

La douve du château de St-Georges, Lisbonne, Portugal.

Photo ci-dessus : La douve du château de St-Georges à Lisbonne

Remplis sous: Portugal, Voyages Mots clés:
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Salut Jacques,

    Belles photos de : « Il est gigantesque », c’est un poisson lune appelé môle ou « mola mola », adulte, il peut mesurer 3 mètres de long et peser 2 tonnes !
    Poisson très placide que j’ai eu la chance de voir en plongée !

    Très sympathique visite de Lisbonne !
    Longue vie à ton site !

  2. Je suis « retombée » par hasard sur ton blog délaissé un peu par manque crucial de temps en recherchant des infos sur la petite statue de de setubal.
    Du coup j’ai lu la suite sur lisbonne que nous devions visiter cette année.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant