12
Déc/06
2

Une ville universitaire depuis plus de 750 ans : Salamanca

Texte et photos Jacques Lanciault

Ce texte constitue le 20e d’une série de reportages sur un magnifique voyage en Espagne effectué en septembre 2005

Clocher d’une église de Salamanca ayant subi les contrecoups du tremblement de terre de Lisbonne de 1755, Salamanca, Espagne.

Après une seule nuit au somptueux hôtel Meliá de Cáceres, niché dans un ancien palais du XVIe siècle et construit à l'intérieur des murailles romaines et arabes, nous reprenons nos sièges dans le car un peu avant 9 h 30 le matin. Destination aujourd'hui : Salamanca, ville universitaire depuis le XIIIe siècle, cité de plus de 180,000 habitants située à quelque 200 km au nord de Cáceres où, en plus de l’université, une immense Plaza Mayor, deux cathédrales et une foule de palais privés n’attendent que notre présence dans leurs rues pour nous impressionner.

Notre photo - Clocher d’une église de Salamanca qui n’est plus tout à fait droit ayant subi les contrecoups du tremblement de terre de Lisbonne survenu en 1755.

N. B. — Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Notre car vient à peine de s’élancer sur l’autoroute que nous franchissons le Tage, dont le niveau d’eau est particulièrement bas. Ce fleuve, le plus long de la péninsule ibérique, coule sur un peu plus de 1,000 km, dont quelque 750 en Espagne, où il prend sa source. C’est un cours d’eau dont nous avons croisé les méandres lors de notre passage à Tolède il y a quelques jours. Au terme de sa traversée de l’Espagne et après un parcours de 250 kilomètres au Portugal, passant par Lisbonne, le Tajo, devenu Tejo en terre portugaise, se jette dans l’océan Atlantique.

Partout sur notre route il y a de nombreux vestiges de l’époque romaine et cela est normal puisque la route que nous empruntons, la « Nationale 630 », coïncide avec la Ruta de la Plata une des plus anciennes routes de la péninsule ibérique.

Nous traversons la ville de Plasencia, une cité de tout près de 36,000 habitants protégée par un double rempart datant du XIIe siècle. La ville a été fondée par le roi Alphonse VIII de Castille en 1186. Deux cathédrales y ont été érigées.

Le trajet est fort agréable, le soleil est au rendez-vous, tout comme la chaleur : il fait 24 degrés Celsius. De plus, la route est en excellente condition, construite depuis peu, suite à l’obtention du financement de l’Union européenne.

Les paysages sont verdoyants, il y a des chênes, des châtaigniers, des peupliers et des cerisiers en abondance.

Nous passons par Banos de Montemayor, un petit village de moins de 1,000 habitants où l’attrait est un bain thermal localisé dans le creux d’une vallée.

Puis nous quittons l’Estrémadure. On entre dans la province de Salamanque, limitrophe du Portugal à l’est et au nord bordée par la Castille de León. C’est dans cette province, dit-on, qu’on élève le meilleur bétail de taureaux de toute l’Espagne.

Sans nous y arrêter, nous traversons la ville de Bejar, une cité de 20,000 habitants, une autre ville dotée de remparts.

Nous filons directement jusqu’à Salamanca où nous arrivons peu après midi. Notre hôtel, « le Monterrey », est situé au centre de tout ce qu’il y a à voir dans cette ville. C’est un très chic hôtel et, de plus, on nous assigne une suite. La vie peut difficilement être plus belle! Pour ajouter encore à notre bonheur, le mercure indique 22 degrés Celsius, ni trop chaud, ni trop froid.

Plaza Mayor, Salamanca, Espagne.

Après une petite promenade autour de notre hôtel, nous mangeons sur une terrasse de la magnifique Plaza Mayor de Salamanca (photos ci-dessus et ci-dessous), une des plus grandes d’Espagne. La construction de cette place a eu lieu entre 1729 et 1755. C’est un endroit idéal pour les spectacles et aussi pour les activités des marchands de la région.

Plaza Mayor, Salamanca, Espagne.

Les bâtiments tout autour de la place centrale sont dotés de balcons qui ont été construits afin de permettre aux bien nantis de la ville d’être des spectateurs privilégiés. Ces bâtiments, aujourd’hui, sont occupés par la mairie, l’office du tourisme et par des appartements privés.

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, sur les piliers entourant la place, il y a une foule de pendentifs affichant des sculptures de personnages importants liés à l’histoire de la ville.

Sculpture représentant Miguel de Unamuno, philosophe, poète, romancier, dramaturge et critique littéraire. Salamanca, Espagne.

Notre repas du midi terminé, nous repartons avec notre groupe, accompagné d’une guide locale, Carmen. Notre visite nous mènera entre autres aux universités, une civile et l’autre catholique, à la bibliothèque, aux deux cathédrales, élevées côte à côte, et devant de nombreux palais privés.

L’université civile de Salamanque a été fondée en 1218. C’est la plus ancienne d’Espagne et c’est la quatrième plus ancienne d’Europe après celles de Bologne, de La Sorbonne et d’Oxford. Ignace de Loyola y a fait ses études.

Le pas de la porte de l'université de Salamanca et ses motifs sculptés.

La partie supérieure au pas de la porte d'entrée de l’Université de Salamanque (photo ci-dessus) comporte des motifs en relief finement sculptés. On remarque, au-dessus de la double porte, le médaillon des Rois Catholiques tenant un sceptre unique qui représente l’unité de l’Espagne.

Église San Martin, Salamanca, Espagne.

Au sortir de la Plaza Mayor, par la place du Corrillo, nous nous retrouvons devant l’Église San Martin, dont les piliers intérieurs ont été tordus suite au tremblement de terre de Lisbonne de 1755.

Palais privé, Salamanca, Espagne.

Il est 15 h 30 et il fait 27 degrés Celsius. Notre guide nous mène à de nombreux palais privés qui sont occupés aujourd’hui par leurs propriétaires, initialement des familles nobles.

Casa Don Diego Maldonado, Salamanca, Espagne.

On passe devant le collège royal de la compagnie de Jésus, aujourd’hui l’université catholique. Puis, devant le palais de coquilles. Plein de coquillages sur ses murs, c’est aujourd’hui une bibliothèque publique.

Une inscription sur le mur pour commémorer la visite du pape Jean-Paul II, Salamanca, Espagne.

Sur un des murs de la ville, on peut voir cette inscription commémorant la visite du pape Jean-Paul II, venu à Salamanca bénir la cathédrale.

Cosmonaute sculpté sur le bas relief de la Cathédrale Nueva de Salamanque, Espagne.

Nous voici devant la Cathédrale Nueva, appelée ainsi car elle est la nouvelle cathédrale, l’ancienne étant devenue trop petite à l’époque des Rois Catholiques. Sur la façade de celle-ci, un récent restaurateur du bâtiment a laissé des preuves tangibles de sa restauration : entre autres, un cosmonaute et un démon mangeant un cornet à trois boules.

Le démon mangeant un cornet à trois boules sur le bas relief de la Cathédrale Nueva, Salamanca, Espagne.

N.B. Mais, ce que j'ai écrit en 2006, n'est pas tout à fait vrai, comme nous le souligne "Fernando" dans un commentaire : "Désolé pour les humoristes, mais le petit liondémonio ne mange pas de glace, il tient sa queue! Celle-ci est brisée ; et oui déjà, sans doute un acte de malveillance!" Un grand merci pour la précision.

Statue de Maestro Francisco Salinas, Salamanca, Espagne.

Sur notre route on croise la statue de Maestro Francisco Salinas, un des plus grands théoriciens de la musique à avoir vécu en Espagne.

Puis, on entre dans l’université civile. On visite la chapelle et des classes demeurées intactes avec leurs mobiliers originaux. Dans la cour intérieure, il y a un arbre, un séquoia vieux de 200 ans : un don du Canada.

Bibliothèque de l’université de Salamanca, Espagne.

On est également impressionné par la bibliothèque où il y a de vieux livres datant du début de l’impression. Notre visite nous mène par la suite au cloître, mais il est fermé pour rénovation. On n'a droit qu’à la visite de la cour intérieure. Dommage!

Clocher de la cathédrale de Salamanca, Espagne.

Clocher de la cathédrale de Salamanca

Des clochers dans le ciel de Salamanca, Espagne.

D’autres clochers dans le ciel de Salamanca

Cathédrale de Salamanca, Espagne.

L’impressionnante Cathédrale de Salamanca

Cathédrale de Salamanca, Espagne.

La Cathédrale de Salamanca photographiée à contre-jour, une photo dont je suis particulièrement fier.

Retable de l’autel. Cathédrale de Salamanca, Espagne.

Le retable de l’autel de la Cathédrale de Salamanca. Impressionnant, très impressionnant.

Toujours des nids de cigognes, Salamanca, Espagne.

Tout comme en Estrémadure, toujours des nids de cigognes.

Une magnifique pensée, Salamanca, Espagne.

Encore une fois, une ville où il y a de superbes fleurs : une magnifique pensée.

Les fortifications, Salamanca Espagne.

Un air médiéval, en pleine ville de Salamanque. La Torre del Clavero, une forteresse élevée au XVe siècle.

Puis, finalement, nous prenons le repas du soir vers 20 h 30. Excellent. Entrée de pâte, poulet, frites et salade. Puis, un dessert de crème glacé. Céline a véritablement apprécié le repas, sans poisson, un événement!

À suivre… Avila, Ségovie, Madrid, etc.

Remplis sous: Espagne, Voyages Mots clés:
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Désolé pour les humoristes, mais le petit liondémonio ne mange pas de glace, il tient sa queue! Celle-ci est brisée ; et oui déjà, sans doute un acte de malveillance bien venu pour les imaginatifs.
    @+

  2. Il faut apprendre les bases de la photographie, dommage pour celles dejà réalisées !!.

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant