30
Nov/06
1

La folie des mots (novembre 2006)

Recherche Jacques Lanciault

Jeudi, le 30 novembre 2006, le mot du jour : férir

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Alain Bommenel, publiée dans le quotidien Le Devoir du 18 novembre 2006 : «Victorieuse sans coup férir de la primaire socialiste… »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le verbe férir de la façon suivante : combattre. L’expression « sans coup férir » prend le sens de : sans rencontrer la moindre résistance, sans difficulté.

Mercredi, 29 novembre 2006, le mot du jour : passif

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Christian Rioux, publiée dans le quotidien Le Devoir du 17 novembre 2006 : « C’est une femme (Ségolène Royal) qui a de l’expérience, mais qui n’a pas de passif. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin passif dans un de ses sens propres comme suit : ensemble des dettes et charges évaluables en argent qui grèvent un patrimoine ou une universalité juridique.

Cependant, selon moi, on doit donner le sens suivant au mot passif utilisé par Christian Rioux : une femme d’expérience qui ne doit rien à personne, qui n’a de dette envers personne pour son ascension au sommet de son Parti.

Mardi, le 28 novembre 2006, le mot du jour : décliné

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Nadia Nadège, publiée dans l’édition spéciale de la revue L’Actualité pour le congrès 2006 de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) : « Si le contenu imprimé (des journaux ou des magazines) sert de source au contenu Internet , l’information est traitée différemment : rarement approfondie, toujours déclinée et souvent illustrée. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le participe passé décliné, comme suit : faire passer (un nom, un pronom, un adjectif) par toutes ses désinences, suivant les nombres, les genres et les cas.

Lundi, 27 novembre 2006, le mot du jour : médiocratie

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Christophe Huss, publiée dans le quotidien Le Devoir du 13 novembre 2006 : « Par les temps qui courent, après tant de licenciements dans la branche classique et l’installation d’une médiocratie triomphante, c’est une sorte de miracle… »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom féminin médiocratie de la façon suivante : domination des médiocres.

Dimanche, 26 novembre 2006, le mot du jour : feu

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Marie Allard, publiée dans le quotidien La Presse du 12 novembre 2006 : «Feu l’effort régulier.»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’adjectif feu, comme suit : qui est mort depuis peu de temps.

Dans le contexte utilisé par madame Allard, feu doit être pris dans son sens abstrait.

Samedi, le 25 novembre 2006, le mot du jour : spécieux

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Josée Boileau, publiée dans le quotidien Le Devoir du 10 novembre 2006 : «À la direction du YMCA, on explique que la demande hassidique coïncidait avec le malaise de certains abonnés qui n’aiment pas être vus lorsqu’ils s’entraînent. L’argument est «spécieux

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’adjectif spécieux de la façon suivante : qui n'a qu'une belle apparence, qui est sans réalité, sans valeur.

Les synonymes proposés sont : fallacieux, faux.

Vendredi, le 24 novembre 2006, le mot du jour : argutie

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Josée Boileau, publiée dans le quotidien Le Devoir du 10 novembre 2006 : « Heureusement au milieu des arguties en tout genre… (en parlant des raisonnements mis de l’avant pour justifier la décision de la direction du YMCA du Parc à Montréal de givrer ses fenêtres à la demande de la communauté juive hassidique voisine.)»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom féminin argutie de la façon suivante : raisonnement ingénieux, très subtil.

Cependant, madame Boileau l’utilise plutôt péjorativement alors on doit lui attribuer le sens suivant : argument exagérément subtil, en général destiné à empêcher une décision d'intervenir.

Jeudi, le 23 novembre 2006, le mot du jour : épicurien

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Marie-Ève Graniero, publiée dans le quotidien Le Devoir du 4 novembre 2006 : « L’Europe, terre d’art et d’architecture ainsi que de plaisirs épicuriens sans cesse renouvelés. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’adjectif épicurien comme suit : libre, sensuel, voluptueux.

Le dictionnaire du correcteur Antidote relie quant à lui l’adjectif épicurien au plaisir des sens.

Mercredi, le 22 novembre 2006, le mot du jour : anthologie

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Gary Lawrence, publiée dans le quotidien Le Devoir du 4 novembre 2006 : « Qu'ils soient culturels, naturels ou industriels, les sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO font fi des guerres, des tribulations politiques ou des axes du mal : ils ne visent qu'à révérer la beauté du monde et à encenser les réalisations humaines les plus singulières. Désormais, la liste qui recense tous ces morceaux d'anthologie compte un total de 830 lieux répartis dans 138 États. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin anthologie comme suit : recueil de pièces de vers choisis, de morceaux choisis en prose ou en vers et donc par extension recueil des productions les plus caractéristiques (d'un ensemble). Exemple : Anthologie du cinéma.

Un synonyme proposé est : collection.

Mardi, le 21 novembre 2006, le mot du jour : révérer

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Gary Lawrence, publiée dans le quotidien Le Devoir du 4 novembre 2006 : « Qu'ils soient culturels, naturels ou industriels, les sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO font fi des guerres, des tribulations politiques ou des axes du mal : ils ne visent qu'à révérer la beauté du monde et à encenser les réalisations humaines les plus singulières. Désormais, la liste qui recense tous ces morceaux d'anthologie compte un total de 830 lieux répartis dans 138 États. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le verbe révérer comme suit : traiter avec révérence, honorer en marquant de la révérence où révérence signifie grand respect.

Lundi, le 20 novembre 2006, le mot du jour : clivage

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Mario Roy, publiée dans le quotidien La Presse du 1er novembre 2006 : « C’est une culture nihiliste. Autodestructrice. Politique, si on veut totalement en dehors des clivages habituels. Les zonards n’ont-ils pas attaqué aussi les manifestants de gauche. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin clivage de la façon suivante :séparer un ensemble en partie.

Dimanche, le 19 novembre 2006, le mot du jour : zonard

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Mario Roy, publiée dans le quotidien La Presse du 1er novembre 2006 : « C’est une culture nihiliste. Autodestructrice. Politique, si on veut totalement en dehors des clivages habituels. Les zonards n’ont-ils pas attaqué aussi les manifestants de gauche. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin zonard comme suit : personne qui « zone »; marginal (homme ou femme) qui mène une existence précaire, sans travail ni domicile fixe, en vivant d'expédients (mendicité, menus trafics, vols, etc.).

Remarque : Zonard emporte généralement l'idée de milieu urbain, à laquelle s'ajoute parfois celle de dureté, de violence physique (Loubard).

On se souvient par ailleurs de la définition du mot « nihiliste » que nous avons donné dans cette page le 17 février dernier : nihilisme : doctrine qui nie la vérité morale, les valeurs et leur hiérarchie. Un synonyme proposé est : négation.

Samedi, le 18 novembre 2006, le mot du jour : nouba

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Lise Ravary, publiée dans le magazine Châtelaine d’octobre 2006 : « J’ai tremblé pour l’avenir quand on nous a montré des gens qui dansaient de joie dans les rues au Moyen-Orient. Comment peut-on haïr au point de faire la nouba devant un carnage? »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le mot français d’origine arabe nouba de la façon suivante : bamboula, bringue, fête, java, noce.

Vendredi, le 17 novembre 2006, le mot du jour : onaniste

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée du roman d’Amélie Nothomb, Journal d’Hirondelle, à la page 76 : « L’érotisme onaniste n’était décidément pas une science exacte.»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’adjectif onaniste, comme suit : provocation solitaire, par quelque procédé que ce soit, de l'orgasme génital, soit la masturbation.

Remarque : Stricto sensu, le « péché d'Onan » est la perte de la semence, mais le mot s'emploie surtout pour désigner la masturbation.

Jeudi, le 16 novembre 2006, le mot du jour : rombière

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée du roman d’Amélie Nothomb, Journal d’Hirondelle, à la page 76 : « Dégoûté, je me demandai si je n’étais pas un pervers, du genre à n’avoir de véritable satisfaction qu’avec des rombières ou des costumes trois-pièces. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom féminin rombière de la façon suivante : bourgeoise d'âge mûr qui est ennuyeuse, prétentieuse et un peu ridicule.

Mercredi, 15 novembre 2006, le mot du jour : affadissement

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée du roman d’Amélie Nothomb, Journal d’Hirondelle, à la page 39 : « L’affadissement que j’avais redouté ne ternit pas cette frénésie.»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin affadissement dans son sens littéraire comme suit : affaiblissement, amollissement.

Mardi, le 14 novembre 2006, le mot du jour : ravoir

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée du roman d’Amélie Nothomb, Journal d’Hirondelle, à la page 36 : « Rien de tel que le vieux pain de savon Sunlight au citron, un décapant qui peut aussi ravoir les taches de cambouis sur les pantalons. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom ravoir, comme suit : remettre en bon état de propreté.

Lundi, 13 novembre 2006, le mot du jour : écheveau

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Julie Stanton, publiée dans le magazine Madame d’octobre 2006 : « Tel un écheveau aux fils bizarrement enchevêtrés, sa vie étonne et force à l’admiration. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit au figuré le nom masculin écheveau de la façon suivante : état embrouillé, complication.

Les synonymes proposés sont : dédale, embrouillamini, imbroglio.

Dimanche, 12 novembre 2006, le mot du jour : démiurge

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Betty Achard, publiée dans le magazine Madame d’octobre 2006 : « Résolument moderne, émancipée, non conformiste face à une société souvent archaïque et parfois hostile, la démiurge, Marie-Claire Blais, est incontestablement parmi toutes nos femmes de lettres celle qui incarne le mieux la libération de la créativité. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom masculin démiurge, comme suit : créateur d'une œuvre, animateur d'un monde.

Samedi, le 11 novembre 2006, le mot du jour : entuber

Source de la recherche : La phrase suivante, prononcée par le chef du Parti Québécois, monsieur André Boisclair, le 29 octobre 2006 : « On a un plan au Québec qui a des vertus. On réclame 300 millions et on n’a pas une cenne. L’Ontario n’a pas de plan et obtient 500 millions. Il y a toujours une limite à se faire entuber par le gouvernement fédéral. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le verbe entuber de la façon suivante : mystifier, duper, escroquer.

Les synonymes proposés sont : se faire avoir, se faire baiser, se faire posséder, se faire rouler.

Vendredi, le 10 novembre 2006, le mot du jour : loubard

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Marc Thibodeau, publiée dans le quotidien La Presse du 30 octobre 2006 : « Des loubards incendient un bus à Marseille.»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le nom loubard de la façon suivante : jeune homme vivant dans une banlieue, une zone urbaine, appartenant à une bande et affectant un comportement asocial.

Un synonyme proposé est : loulou.

Remarques : On écrit aussi loubar. Au féminin loubard devient loubarde.

Jeudi, le 9 novembre 2006, l’expression du jour : le neuvième art

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée de la bande dessinée Paul en appartement, de Michel Rabagliati, page 30 : « Ah oui! Les bandes dessinées! Le neuvième art! »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’expression le neuvième art de la façon suivante : Le septième art : le cinéma. Le huitième art : la télévision. Le neuvième art : la bande dessinée.

La question qui se pose alors est : mais quels sont donc les arts 1 à 6?

Sur le site Internet A525G - Portail collaboratif que l'on retrouve à adresse www.a525g.com, on précise la définition de l’art comme suit : l'art était anciennement défini comme étant l'ensemble des pratiques qui mettaient en oeuvre un savoir-faire. Au XIIIe siècle, l'art est plutôt devenu l'expression de la beauté par les oeuvres de l'homme. Le mot « art » vient du latin ars qui signifie habileté.

Il existe six arts traditionnels auxquels ont été ajoutés depuis cinq arts modernes. Voici la liste complète :

L'architecture
La sculpture
La peinture
La musique
La gravure
Le dessin
Le sixième art : la photographie
Le septième art : le cinéma
Le huitième art : la télévision
Le neuvième art : la bande dessinée
Le dixième art : l'art numérique

Mercredi, le 8 novembre 2006, le mot du jour : étriller

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Michel David, publiée dans le quotidien Le Devoir du 24 octobre 2006 : « Si M. Bouchard a sérieusement étrillé M. Parizeau durant les mois qui ont précédé le référendum de 1995, ce dernier lui a remis la monnaie de sa pièce dix fois plutôt qu’une. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le verbe étriller au figuré comme suit : malmener (moralement) quelqu’un.

Un synonyme serait : critiquer.

Mardi, le 7 novembre 2006, le mot du jour : baquet

Source de la recherche : La phrase suivante publiée dans le quotidien La Presse du 23 octobre 2006 : « Schumi rend son baquet. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française précise que le nom masculin baquet signifie en argot : voiture.

Lundi, le 6 novembre 2006, le mot du jour : mantra

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Josée Boileau, publiée dans le quotidien Le Devoir du 23 octobre 2006 : « M. Mackay s’en tient pour sa part au mantra conservateur. »

Définitions :
Le grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française définit le nom masculin mantra de la façon suivante : mot sanskrit signifiant « instrument de pensée » et désignant, dans l'hindouisme et le bouddhisme, une syllabe ou une phrase sacrée dotée d'un pouvoir spirituel.

De plus, l'Office québécois de la langue française précise : on note en emploi populaire et moderne du mot pour désigner dans la langue parlée les phrases ou formules, ou les idées qui reviennent à plusieurs reprises chez quelqu'un, une sorte de leitmotiv, de refrain, de rengaine.

Au pluriel : des mantra ou des mantras.

Dimanche, le 5 novembre 2006, l’expression du jour : à point nommé

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte d’Agnès Gruda, publiée dans le quotidien La Presse du 22 octobre 2006 : « Le débat sur le niqab vient à point nommé, affirme l’essayiste canadienne Raheel Raza, et seuls les bigots islamistes veulent l’empêcher. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit l’expression à point nommé de la façon suivante : exactement au moment voulu.

Les synonymes proposés sont : opportunément, à propos.

On se souvient également que bigot signifie qui a, qui manifeste une dévotion outrée, étroite. (voir définition la folie des mots du 3 mai 2006)

Samedi, le 4 novembre 2006, le mot du jour : moucher

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Denise Bombardier, publiée dans le quotidien Le Devoir du 21 octobre 2006 : «En acceptant tardivement l'invitation, à cause du dérapage des organisateurs libéraux mouchés par le premier ministre Charest, qui prouve ici son sens de l'État, les ex-premiers ministres Jacques Parizeau et Lucien Bouchard se sont révélés tels qu'en eux-mêmes, c'est-à-dire des hommes qui savent s'incliner devant l'Histoire et les institutions de l'État. »

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit au sens figuré le verbe moucher comme suit : remettre quelqu’un vertement à sa place, lui dire son fait.

Les synonymes proposés sont : cingler, rembarrer, réprimander.

Vendredi, le 3 novembre 2006, l’expression du jour : faire tourner en bourrique

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Michel David, publiée dans le quotidien Le Devoir du 22 octobre 2006 : « Pour une troisième journée consécutive, les députés de Jean Charest venaient de voir leur chef faire tourner André Boisclair en bourrique

Définitions :
Le dictionnaire des expressions et locutions Le Robert définit l’expression faire tourner en bourrique, comme suit : faire tourner quelqu’un en bourrique, l'abêtir à force d'exigences, de taquineries…

Un synonyme est l’abrutir.

Jeudi, le 2 novembre 2006, le mot du jour : brocarder

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Serge Truffaut, publiée dans le quotidien Le Devoir du 16 octobre 2006 : «Son crime! Avoir insulté le prophète Mahomet, avoir brocardé l’Islam.»

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le verbe brocarder de la façon suivante : railler par des brocards, où brocard signifie : petit trait moqueur, raillerie.

Mercredi, 1e novembre 2006, la locution du jour : sine die

Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Christopher Borden, publiée dans le quotidien Le Devoir du 16 octobre 2006 : «La conférence de réconciliation nationale est reportée sine die

Définitions :
Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit la locution adverbiale latine sine die comme suit : sans fixer de date pour une autre réunion, une autre séance.

Remplis sous: La folie des mots Mots clés:
Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bonjour

    Je suis Nadia Nadège, écrivaine et journaliste

    D’origine française mais vivant et écrivant au Québec, mon français s’est probablement « québécisée » mais je connais encore le sens des mots.

    Dans le texte cité ci-dessous que vous avez cité en 2008 mais que je viens de trouver par hasard, j’ai bien voulu signifier que l’information est toujours déclinée – soit répétée, énumérée de toutes sortes de façons. J’ai donc bien utilisé le mot tel que vous le reprenez dans sa définition

    Merci de publier un errata
    Et puis-je vous suggérer de vérifier avec les auteurs avant de publier une opinion sur leurs textes ?

    Nadia Nadège
    http://le-blogue-de-nadia-nadege.blogspot.com/

    Mardi, le 28 novembre 2006, le mot du jour : décliné

    Source de la recherche : La phrase suivante, tirée d’un texte de Nadia Nadège, publiée dans l’édition spéciale de la revue L’Actualité pour le congrès 2006 de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) : « Si le contenu imprimé (des journaux ou des magazines) sert de source au contenu Internet , l’information est traitée différemment : rarement approfondie, toujours déclinée et souvent illustrée. »

    Définitions :
    Le dictionnaire Le Grand Robert de la langue française définit le participe passé décliné, comme suit : faire passer (un nom, un pronom, un adjectif) par toutes ses désinences, suivant les nombres, les genres et les cas.

    Selon moi, on doit interpréter le mot « déclinée » dans ce texte, comme suit : le texte de l’imprimé est toujours repris tel quel sur Internet!

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant