12
Juil/06
0

Salem et évidemment une histoire de sorcière!

Texte et photos Jacques Lanciault

Mail pietonnier, Salem, Massachusetts.

Le 12 juillet 2006 - Sans trop savoir pourquoi, la ville de Salem, tout près de Boston, était pour moi indissociable du mot « sorcière ». Je ne me souviens pas d’avoir étudié le sujet à l’école, mais peut-être qu’au cours de mes lectures de littérature d’anticipation ou fantastique d’auteurs tels Allan Edgar Poe et H.P. Lovecraft ai-je déjà lu sur le sujet? Le flou persiste dans ma mémoire, mais je n’ai pas de doute la ville de Salem et le mot sorcière sont intimement liés. Et effectivement Salem et sorcières vont de pair. La petite ville du Massachusetts compte d’ailleurs plusieurs musées consacrés aux sorcières et à l’histoire de celles-ci. Lors de notre passage, nous avons visité le Witch History Museum. On a eu droit à une visite guidée de diverses reconstitutions d’événements survenus au village de Salem à l’été 1692 où s’est tenu entre autres un procès au terme duquel vingt hommes et femmes ont été exécutés.

La photo ci-dessus montre un mail piétonnier au centre-ville de Salem aménagé spécialement pour les touristes et qui conduit aux principaux musées de la ville.

N.B. Pour agrandir les photos, il suffit de cliquer sur celles-ci.

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Selon notre guide, tout a commencé à l’hiver 1692. Betty Parris et Abigail Williams, respectivement fille et nièce du révérend Samuel Parris se mettent à se comporter bizarrement. Puis, leurs comportements bizarres se communiquent à plusieurs autres personnes du village. Les médecins de la cité sont impuissants à poser quelque diagnostic que ce soit, les jeunes personnes semblant entrer en transe aussi facilement qu’elles respirent. L’un des médecins en conclut donc que toutes ces personnes, principalement des filles sont toutes possédées du démon.

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Dans ce village puritain, la situation choque, surtout que le mal se propage aux villages environnants. En fait, en très peu de temps les communautés d’Andover, d’Amesbury, de Salisbury, d’Haverhill (wow! c’est là que se trouve notre hôtel), de Topsfield, d’Ipswich, de Rowley, de Gloucester, de Manchester, de Malden, de Charlestown, de Billerica, de Beverly, de Reading, de Woburn, de Lynn, de Marblehead et de Boston sont tous aux prises avec le problème.

Commence dès lors une véritable « chasse aux sorcières » où tout un chacun accuse son voisin de sorcellerie. Dans un premier temps, trois femmes seront accusées : Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba, l'esclave noire de Samuel Parris.

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Toutes trois sont formellement accusées de sorcellerie et emprisonnées. Suit alors une foule d’arrestations allant de la fillette à peine âgée de 4 ans à la grand-mère malade. Les procès commencent à la fin du mois de mai 1692. Plus de 80 personnes sont en attente de procès.

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Tous les accusés, à une exception près, sont condamnés à mort pour sorcellerie. Quatre exécutions ont lieu au cours de l'été : 20 hommes et femmes sont exécutés, dont 19 par pendaison, parmi lesquelles un ministre du culte, un ancien policier et trois personnes de la classe bourgeoise. Parmi les victimes, 13 sont des femmes, la plupart de vieilles femmes misérables.

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Depuis, cet épisode de l’histoire des États-Unis a suscité de nombreuses recherches sur les causes de l’épidémie : comment autant de personnes ont-elles pu avoir, simultanément, des comportements aussi insensés?

Selon le site Internet de l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, la dernière en liste serait Linnda Caporael, psychologue du comportement à l'Institut Polytechnique Rensselaer de New York, qui, au début des années 1990, en arrive à la conclusion suivante : « Les filles de Salem ont absorbé les spores d'un parasite qui infecte les grains de seigle : l'ergot. Ce champignon provoque de violents spasmes musculaires, des hallucinations et l'impression que des bêtes vous courent sous la peau! »

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

On précise également que des études scientifiques ont été menées sur ce champignon depuis et qu’elles ont montré que l'ergot est un alcaloïde polycyclique, dérivé naturel de l'acide lysergique, qui atteint le système nerveux central et provoque les contractions musculaires et autres symptômes que certains ont appelé autrefois de l'ensorcellement.

Remarque intéressante, la plupart d'entre nous ont déjà entendu parler de cet acide lysergique qui paraît être si démoniaque, mais sous un autre nom : le LSD!

Witch History Museum, Salem, Massachusetts.

Le cimetière!

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant